Partager sur
LinkedIn Twitter Facebook
 
Calais,
les routiers
contrattaquent !
Ça y est, la coupe est plus que pleine. Ce jour, les transporteurs et les commerçants du Calaisis manifestent contre la surenchère d'affrontements avec les migrants. Les transporteurs, cibles, depuis plusieurs années, de tentatives d'intrusion, de barrages improvisés et d'agressions, notamment sur l'A 16, l'autoroute qui mène au Port de Calais, ont décidé de réagir. Une opération escargot a été entamée ce matin depuis Loon Plage et Boulogne sur Mer avec les agriculteurs à destination de Calais. Quelque 80 camions sont concernés. Cette manifestation est illimitée tant que le gouvernement ne fixe pas une date ferme pour le démantèlement de la jungle de Calais. Le convoi devait ensuite charger les manifestants qui avaient formé entre-temps une chaîne humaine. Les transporteurs basés à Calais ou spécialistes du Transmanche, ont vu le sens même de leur métier partir en miettes, bien que la sonnette d'alarme ait été sonnée plusieurs fois. Travailler la peur au ventre a poussé certains à jeter l'éponge. Les pertes en chiffre d'affaires, en marchandise non livrée voire jetée, en pénalités, en réparation du matériel, sont colossales : plus de 500.000 euros en 10 ans pour la seule société Carpentier ! Insoutenable pour n'importe quelle entreprise. Encore moins pour des PME. Sans parler des amendes infligées par les autorités britanniques lorsqu'un clandestin est découvert à bord d'un camion outre-Manche.
Ce qui se passe aujourd'hui c'est au moins le signal d'une solidarité de tout le tissu économique du Calaisis. En attendant que la question migratoire soit réglée sérieusement, surtout depuis le Brexit. SLG
 
 
 
 
Transport
Un plan de
transformation
de 40 M€ pour
Relais Colis


Réinventer sa marque, lancer de nouveaux services, multiplier par 3 le chiffre d'affaires et par 25 le nombre de ses clients en 4 ans, tel est le challenge de Relais Colis qui vient d'investir 40 millions d'euros dans son plan de transformation. Cette société, qui depuis les années 70 a été associée aux grands défis de la VAD – on se souvient du célèbre 48h chrono de La Redoute – va désormais proposer de nouvelles offres pour les moyens et petits e-commerçants, mais aussi pour les particuliers. Un changement de paradigme qui suppose une organisation adaptée. « 18 mois de travail acharné en collaboration avec le cabinet Métis Consulting, ont été nécessaires pour mettre en place ce plan de transformation », nous a confié Jean-Sébastien Léridon, Directeur Général de Relais Colis. Afin d'assurer une livraison express en J+1, Relais Colis réorganise l'ensemble de ses centres de tris, ses points relais et ses hubs. Dès 2017 à Paris, un nouveau hub mécanisé va permettre de traiter 3 fois plus de colis (300.000/jour) et de gagner une demi-journée de délais. C'est l'équipementier Beumer qui a été retenu pour la mécanisation. L'ouverture de ce site sera rapidement suivie par d'autres à Lyon et Lille à partir de 2018 dans d'anciens sites Mory. Dans les prochaines semaines deux nouveaux centres d'expédition (l'un à Marseille, l'autre à Bordeaux) devraient voir le jour. « C'est un pari sur la vitesse à moindre coût et partout », commente Jean-Sébastien Léridon. « L'idée c'est de collecter les colis jusqu'à 20h et de distribuer le lendemain dans tous les points relais. Ils sont aujourd'hui 4.500 et seront 8.000 à l'horizon 2020 pour couvrir l'ensemble du territoire national ». Pour gérer ces infrastructures Relais Colis conserve son ERP mais va changer les autres outils informatiques dont le TMS et l'informatique embarquée. Dans le cadre de ce projet de transformation, des recrutements sont en cours. JPG
Photo : Jean-Sébastien Leridon
 
 
Relais colis
(suite)
Une nouvelle
offre,
un nouveau
comité de
direction, une
nouvelle image
de marque…
« Pour passer de 50 à 2.000 clients nous changeons tout, sauf naturellement ce qui a fait notre réputation et notre succès », lance Jean-Sébastien Leridon, DG de Relais Colis. Ce changement c'est d'abord un nouvel actionnariat, détenu à 73% par les salariés, un nouveau comité de direction, une nouvelle identité visuelle et bien entendu une nouvelle offre qui constitue le fer de lance du nouveau dispositif : « nous avons désormais l'offre Express en J+1 qui permet aux gros e-commerçants de livrer dès le lendemain leur commande du soir à un tarif très compétitif », explique Jean-Sébastien Leridon. « Colis Direct », s'adresse plus particulièrement aux petits e-commerçants qui peuvent ainsi accéder à la livraison en relais Colis. Enfin « Option Smart » est également un nouveau service dédié celui-ci aux particuliers qui peuvent à présent envoyer et réceptionner leurs colis depuis les Points Relais, et ce, partout en France sans avoir à imprimer des étiquettes. Dès aujourd'hui la réinvention de la marque va se matérialiser par un nouveau logo et une nouvelle identité visuelle. « Elle va représenter nos valeurs : la proximité, la modernité, la simplicité », commente le dirigeant qui entend se positionner comme une alternative pour l'envoi des petits et gros colis. Ses clients actuels s'appellent Amazon, Cdiscount, La Fnac, La redoute, Carrefour, Ventre-Privée... mais désormais ils seront rejoints par des e-commerçants de plus petite taille comme par de nombreux consommateurs qui pourront expédier leurs paquets depuis leur Point Relais préféré. JPG
 
   
 
 
 
Logistique
urbaine
Urbantz
va se dévoiler
à la conférence
Deliver One

Start-up bruxelloise née en 2015, Urbantz a choisi de présenter ce qu'elle a développé depuis un an et demi à l'occasion de la conférence Deliver One, le premier évènement à l'échelle européenne dédié à la e-logistique, qui aura lieu au Luxembourg les 7 et 8 septembre. « Notre mission est de mettre l'intelligence collective au service d'une logistique durable » affirme son fondateur Michael Darchambeau, également à l'origine en 2010 de la création de The Green Link, une société de transport écologique spécialisée dans la logistique du dernier kilomètre en zone urbaine (Voir NL n°1442). Avec un effectif d'une douzaine de personnes, Urbantz est l'éditeur d'une plate-forme collaborative qui permet de réceptionner les commandes, de créer les meilleures tournées de livraison (moins de CO2, moins de km), de les préparer, de les suivre en temps réel à partir d'une appli smartphone, et de communiquer avec les clients finaux. Son gros chantier actuel : le déploiement en marque blanche sur le réseau d'un spécialiste français de la livraison de colis, qui travaille avec une multitude de sociétés de livraison indépendantes. Ces dernières commencent à utiliser l'application Urbantz en mode cloud, paramétrée selon leurs caractéristiques (localisation de leur entrepôt, nombre de véhicules, etc.), pour optimiser et organiser leurs tournées. Une application mobile sur smartphone permet notamment de scanner chaque colis et de connaître automatiquement sa position exacte dans la tournée de livraison. Mais la vision d'Urbantz ne s'arrête pas là. Quand Urbantz sera utilisée par un grand nombre de livreurs et d'entrepôts urbains, la plate-forme collaborative pourra jouer le rôle d'intégrateur de flux sur le premier et dernier kilomètre, en mettant en relation directement, sur certaines zones, les retailers et les transporteurs, pour des livraisons en ville plus rapides et plus flexibles. Urbantz revendique déjà le traitement quotidien de 20.000 colis à Paris, Lyon, Marseille, Nantes, Bordeaux, et Lille, mais aussi en Belgique, en Espagne, et au Royaume-Uni. JLR  
   
  Michael Darchambeau (au centre), le fondateur d'Urbantz, entouré d'une partie de son équipe.  
 
Infrastructures
de transport
La FNAUT
rappelle
ses priorités
en matière
de mobilité
écologique
Le référé de la Cour des Comptes concernant l'AFITF (Agence de financement des infrastructures de transport de France), rendu public le 29 août (voir NL n° 2326), a fait réagir la FNAUT. Dans un communiqué, la Fédération nationale des associations des usagers des transports dénonce et refuse « l'attitude malthusienne de la Cour des comptes », qu'elle accuse de chercher à ajuster les projets aux moyens budgétaires actuellement disponibles suite à l'abandon de l'écotaxe, alors qu'« il faut au contraire dégager des moyens nouveaux pour satisfaire les besoins actuels et futurs, et combler les retards pris par la France dans le secteur de la mobilité écologique ». Il n'empêche que la FNAUT en profite tout de même pour militer à nouveau pour l'abandon du canal Seine-Nord (utilité non démontrée, pas de prolongement vers le sud, faiblesse présumée du report modal provenant de la route, renforcement de l'attractivité d'Anvers et de Rotterdam au détriment des ports normands). « Les moyens financiers doivent être concentrés sur le projet Lyon-Turin, l'amélioration de la desserte ferroviaire du port du Havre et les autoroutes ferroviaires » peut-on mire dans le communiqué. JLR  
 
 
 
Froid
Logistique et
international
en bonne santé
Les comptes de Stef affectionnent le signe +. Les résultats du premier semestre, annoncés le 2 septembre dernier, montrent une stabilité globale du chiffre d'affaires (1.359,30 millions d'euros) mais le résultat opérationnel a enregistré une progression significative (+81,5%). Et pourtant, le contexte européen contient encore des faiblesses : le prix du gazole bas et la consommation en berne. Le transport a marqué le pas avec une progression du CA d'1 million d'euros et de 0,7 millions d'euros de son résultat opérationnel, par rapport au premier semestre 2015. L'activité logistique connaît, en revanche, un redressement spectaculaire, notamment au niveau du résultat opérationnel : de -0,9 millions d'euros, il est passé à 6,7 millions. La progression du segment surgelé, marqué par un niveau record des stocks, et le redressement de la RHD expliquent ces résultats. Enfin, le groupe est toujours aussi dynamique à l'international, notamment en Italie et aux Pays-Bas. Les projets d'investissement ne manquent pas : 4 sites livrés en France au deuxième semestre (Nemours et Rennes, pour le frais, Orléans Nord pour le tempéré sec alimentaire et des bureaux à Lyon). De plus, quatre sites seront livrés en 2017 : à Lisbonne, Zurich-Kölliken (surgelés), Bologne et Rpotterdam-Bodegraven (frais). SLG
 
   
 
Immobilier
logistique
GLD réalise
avec
Openbox sa
plate-forme de
Villard-Bonnot
GLD (Grenoble Logistique Distribution) prévoit de faire construire dans l'agglomération grenobloise un sixième site logistique de 24.000 m2, à Villard-Bonnot (38). La construction du bâtiment devrait démarrer d'ici mars prochain, pour une livraison en novembre 2017. Contrairement à ses deux plateformes précédentes, qu'il a fait concevoir et réaliser par un Contractant Général, le logisticien a opté pour la méthode dite de Co Design&Build proposée par la société lyonnaise Openbox. La différence réside dans la collaboration en mode projet et la transparence sur les coûts avec le client : OpenBox présente ses études d'exécution à GLD, les offres des entreprises, les marchés par corps d'états, l'évolution financière et l'avancement réel des travaux. Et si en fin d'opération, des économies ont été réalisées par rapport aux coûts prévus, les gains seront partagés entre GLD et OpenBox. Comme pour un Contractant Général, OpenBox s'engage sur les prix, les délais et la qualité dans le cadre d'un Contrat de Promotion Immobilière (CPI). « Mais ce n'est pas parce qu'il y a une obligation de résultat que cela nous autorise à travailler en opacité. Le Co Design&Build n'est pas une évolution mais bien une innovation de rupture car il repense toute la relation Maître d'Ouvrage-Constructeur pour passer d'une logique d'opposition d'intérêts à une dynamique collaborative » nous a confié Bertrand Chabanne, Fondateur d'OpenBox CoDesign&Build (et ancien Directeur commercial chez GSE). C'est le deuxième projet de bâtiment logistique remporté par Openbox depuis sa création, il y a dix mois. Avec un effectif de 120 collaborateurs, GLD exploite plus de 150.000 m² dans la région de Grenoble, pour des clients tels qu'Avery Dennison, Becton Dickinson, Caterpillar, Novartis, Schneider, ou encore Teisseire. JLR  
 
Trophées ECR
Déposer
votre dossier...
c'est
maintenant !
Il vous reste quelques semaines pour nous adresser votre dossier de candidature pour les Trophées ECR 2016, qui récompensent les meilleures pratiques collaboratives industrie-commerce, la date limite de dépôt étant fixée au 20 septembre. Le Jury sélectionnera 3 finalistes parmi les dossiers reçus, qui se soumettront au vote du public lors de la 5ème Soirée des Trophées ECR, qui aura lieu le 20 octobre au XXII, 22 rue d'Aumale, 75009 Paris. Les inscriptions sont ouvertes pour assister à la remise des prix qui sera suivie d'un cocktail dinatoire. Tous les éléments nécessaires pour déposer un dossier sont disponibles sur le site (lien ci-dessous) : la fiche de candidature et le règlement des Trophées 2016, les dossiers gagnants des éditions précédentes ainsi qu'une vidéo de présentation des Trophées 2015. Une nouveauté pour cette année : le public votera également pour décerner un Trophée ECR « Startup » qui récompensera l'idée le service qui révolutionnera la Supply Chain de demain.
Tous les éléments
pour déposer votre dossier
 
 
Télématique
Un boitier
pour tracer et
géolocaliser
en temps réel
les remorques
Astrata vient de lancer la solution télématique autonome pour remorques Trailerlinc, destinée aux utilisateurs de ses solutions de gestion de flotte Astrata. Le boitier du Trailerlinc, installé sur la remorque, communique en temps réel avec le portail web Fleetvisor. Il enregistre et transmet les données de positionnement lorsque la remorque est attachée ou détachée du tracteur. Les accrochages/décrochages, la position d'une remorque en mouvement ou sur site ainsi que les temps d'immobilisation, sont ainsi identifiés. Une alerte en cas de vol ou de déplacement anormal peut être déclenchée grâce à des capteurs de mouvement d'ouverture de porte. Toutes les données, transmises au portail Fleetvisor, peuvent être compilées et analysées via les indicateurs de performance de la solution de gestion de la flotte, permettant ainsi aux gestionnaires d'analyser l'utilisation du parc et les couts inhérents. Le Trailerlinc est disponible moyennant l'installation du boitier et un abonnement mensuel. NB  
   
 
INFOS INTERNATIONALES  

Belgique
Un AutoStore
taillé pour
la croissance
chez CLD
Distribution
CLD Distribution se dote d'un système de magasin AutoStore, le 1er intégré par Egemin Automation en Belgique. Distributeur de produits multimédias et de petit matériel électronique, CLD souhaitait une solution de stockage et de préparation des commandes efficace, adaptée à un espace plutôt réduit mais susceptible d'évoluer avec la croissance de l'activité. Le système AutoStore en question repose sur l'empilement de bacs de stockage dans une grille, avec un acheminement par des robots compacts vers 3 postes de travail, dans une logique goods-to-man. A charge pour les opérateurs de préparer les commandes, avant le passage en zone de conditionnement et d'expédition, mais aussi de réapprovisionner l'installation en nouveaux produits. « L'espace limité est exploité au maximum pour le stockage, ce qui permet à CLD de traiter de grosses quantités de commandes malgré un nombre relativement peu élevé de collaborateurs », indique Eric Coenen, Directeur des ventes chez Egemin Automation. Et la possibilité d'étoffer la palette des produits stockés s'inscrit dans le développement à venir de l'activité. Sans parler d'une maitrise accrue de la qualité et de conditions de travail plus favorables pour les collaborateurs. Cet équipement représente un investissement important pour le distributeur et sera mis en service en novembre 2016. Notamment pour gérer la période clé des fêtes de fin d'année. MR  
   
 
Fret Maritime
Les
conséquences
du naufrage
de Hanjin
Après le refus de ses créditeurs, dont la Korea Development Bank, de renflouer ses caisses pour la énième fois, l'opérateur coréen Hanjin, 7e transporteur mondial de conteneurs maritimes, a été placé en liquidation judiciaire mercredi 31 août. Les conséquences de sa défection seront multiples. Tout d'abord, cela signifie la mort de l'alliance CKYHE dont faisait partie Hanjin et remet en cause la future « The Alliance » qui devait la remplacer dès 2017. Pour les chargeurs, cela devrait sérieusement compliquer l'acheminement de conteneurs en provenance d'Asie et transportés habituellement par Hanjin et ses partenaires dont le Taïwanais Evergreen. Même motif et même réaction de la part de plusieurs ports, terminaux et transporteurs routiers et ferroviaires américains. C'est du moins ce qu'a déclaré Jonathan Gold, VP du NRF, à nos confrères de DC Velocity. Le naufrage de Hanjin, ultime témoignage d'un marché du fret maritime en berne depuis 2008, n'est pas plus rassurant pour les autres représentants du secteur, notamment pour son compatriote Hyundai Merchant Marine qui est lui aussi en situation de déficit chronique depuis des années. A moins que... La disparition des capacités de transport de Hanjin a eu un effet immédiat, surprenant et prometteur pour ses concurrents, les tarifs « spot » (hors contrat) ont explosé : +42% (à 1.674$) pour un conteneur de 40 pieds entre Shanghai et Los Angeles, +19% (2.151$) entre Shanghai et New York et +39% ($1,826) de Shanghai à Rotterdam selon le cabinet britannique spécialisé Drewry. La chute de Hanjin sera-t-elle la bouffée d'oxygène tant attendue par ce marché sur-capacitaire du fret maritime ? A suivre. PM  
   
 

USA
GE rachète
ShipXpress
GE Transportation, fournisseur d'équipements et de services du groupe General Electric spécialisé dans les domaines ferroviaire, minier, maritime et énergétique, a racheté son compatriote ShipXpress. Ce dernier est un éditeur de solutions cloud pour les secteurs industriels et du transport facilitant la collaboration entre les partenaires de la Supply Chain via le traitement de données, la simplification des tâches manuelles et l'analyse de données. Ses solutions sont utilisées par plusieurs « Fortune 500 » (les 500 plus riches entreprises au monde) dans les secteurs de l'énergie, l'agriculture, la chimie, la métallurgie mais également par plusieurs opérateurs ferroviaires nord-américains. « En combinant les produits innovants de ShipXpress avec notre puissante plate-forme cloud Predix, nous allons disposer de l'outil le plus avancé et le plus évolutif de notre secteur et aider nos clients à accélérer les flux physiques et d'information, à améliorer la performance de leur Supply Chain et la qualité de leur service » commente Jamie Miller, Président et CEO de GE Transportation. PM  
 

Indonésie
Yusen Logistics
certifié GDP
PT Yusen Logistics Indonésie a reçu la certification Good Distribution Practice (GDP), la norme de référence en ce qui concerne le transport et l'entreposage des produits pharmaceutiques. Premier 3PL indonésien à recevoir cette certification, il organise ses tournées selon des critères d'urgence et d'évaluation du risque afin d'offrir le meilleur service possible à ses clients. Cette distinction vient récompenser les efforts de ce 3PL actif dans le domaine de la santé depuis 10 ans déjà et qui a su investir dans la formation de son personnel pour atteindre ce niveau de qualité. Elle est aussi le résultat de sa stratégie de développement à moyen terme, « Go Forward, Yusen Logistics - Next Challenges », qui prévoit une série d'investissements visant à développer ses services dédiés au transport de produits pharmaceutiques et a récemment abouti à l'ouverture d'un autre entrepôt certifié GDP à Amsterdam (cf NL n°2123). PM  
 

ABONNEMENT GRATUIT : CLIQUEZ ICI
Le lien quotidien qui vous relie à la communauté Supply Chain
Si l'on vous a transféré cette lettre, n'hésitez pas à vous abonner.
Si vous êtes déjà abonné, n'hésitez pas à abonner (ou à faire abonner)
vos collaborateurs et amis.

 
 
Jean-Philippe Guillaume
Directeur des rédactions
Faites profiter la communauté logistique de vos « scoops »

écrivez à la rédaction : jph.guillaume@scmag.fr
Cette Newsletter touche quotidiennement 50.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique
à l'ensemble de la communauté logistique.
 
Contacts, POUR FAIRE PARAÎTRE DE LA PUBLICITÉ
dans « Supply Chain Magazine » (sur le Web ou dans le mensuel papier)
 

Karine Dino
Attachée commerciale
Tél. 01 48 93 26 87
karine.dino@scmag.fr

Audrey Zugmeyer
Directrice de la publicité
Tél : 01 41 79 56 21
audrey.zugmeyer@scmag.fr

Tom Sénateur
Chef de publicité
Tél : 01 80 91 56 30
tom.senateur@scmag.fr
 
 
Pour modifier vos coordonnées ou vous désabonner, adressez un e-mail à :
abonnement@scmag.fr
 
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 
5 septembre 2016

SEPTEMBRE 2016


Jeudi 22
Conférence
ZETES
« Optimiser Traçabilité et Visibilité Supply Chain »
Découvrez les
nouveaux défis
liés à la
Supply Chain
et comment les
surmonter grâce
à des solutions
innovantes.
Partenaire :
SCMagazine
De 8h30 à 14h30
Espace St Martin
Paris 3e




Jeudi 29
SSI SCHÄFER
 «Visite du centre Logistique de Longchamp »
Partenaires
Vincia Consulting
SCMagazine
de 10h à 15h30
Segré (45500)



Vendredi 30
Conférence
INTERLOG
« Faites de vos transports
un vecteur
de croissance ! »

Participation de Schneider Electric
Partenaire :
SCMagazine
De 8h30 à 10h45
Club Confair
Paris 9e




OCTOBRE 2016

Jeudi 6
Paris-Dauphine
« Supply chain connectée et stratégie digitale »
Organisé par CCM Benchmark
et Supply Chain Magazine


Jeudi 13 et
vendredi 14

FORMATION
EURODECISION
« Formation
Méthodes
et pratiques
de la prévision
des ventes »

Intervenant :
Régis Bourbonnais
Pôle Universitaire
Léonard de Vinci
Courbevoie