Partager sur
LinkedIn Twitter Facebook
Prestataires
logistiques
STVA Valenton
en
effervescence
avant
le Mondial de
l'Automobile
A moins d'une semaine de l'ouverture des portes du Mondial de l'Automobile (1-16 octobre à Paris Porte de Versailles), STVA (groupe SNCF) est à pied d'œuvre pour préparer, pour le compte de près de 10 marques constructeurs, quelque 150 voitures qui seront exposées lors l'évènement. Les équipes du prestataire logistique vont travailler intensément ce week-end sur le site STVA de Valenton (94) pour bichonner les véhicules, parfaire les finitions, désactiver des connecteurs (klaxon, essuie-glaces, auto-radio), repeindre les marques des pneus, etc. De nombreux intervenants externes interviennent également sur le site pour le compte des marques automobiles. En plus du transport par camion des 150 véhicules d'exposition vers le Salon, STVA assure également, pour certaines marques, toute la maintenance 24h/24, durant toute la durée du salon (surtout la nuit), avec des équipes sur place et de nombreux aller-retours entre la Porte de Versailles et Valenton pour remplacer sur les véhicules les pièces usées ou éventuellement détériorées par les nombreux visiteurs. Le site de Valenton est également utilisé depuis quelques jours par quelques constructeurs pour familiariser leurs commerciaux, techniciens et hôtesses aux nouveaux modèles qui seront présentés au Mondial de l'Automobile. JLR
 
   
 
 
 
Livraison
de colis
Chronopost
mise sur
l'interactivité


Il y a 2 ans, Chronopost lançait sa solution Predict, inaugurant un principe d'interaction entre le destinataire final et le leader français du colis express 0-30kg. Et 5.400 de ses entreprises clientes y recourent aujourd'hui, dont 13 des 15 plus gros e-commerçants. La formule a évolué cet été : après le choix initial d'un mode de remise (J+1 à domicile, en bureau de poste ou en point Relais), le destinataire reçoit un message au matin du jour choisi, lui annonçant un créneau de livraison de 1h (contre 2 auparavant). Avec la possibilité de remettre l'opération ou désormais de suivre en ligne l'approche du livreur, avec plan à l'appui et précision du nombre d'étapes restantes. Et Predict s'enrichit d'une livraison « en lieu sûr » (abris de jardin, véranda...), convenue entre le destinataire et le livreur, après recoupement du numéro de téléphone. Testée en pilote sur Metz, la formule cible surtout les particuliers en province et en zone pavillonnaire, et entamera son déploiement national en octobre. « L'enjeu est multiple : proposer au client final davantage de choix et de liberté, permettre à l'expéditeur d'améliorer l'expérience-client, et à Chronopost de faire grimper sont taux de livraison en 1ère présentation », explique Frédéric Bernard, Directeur de l'expérience client chez Chronopost, tout en restant discret sur l'impact que ce taux peut avoir sur les coûts à l'échelle des 120.000 colis traités chaque jour, livrés via 4.600 tournées quotidiennes. Il préfère rappeler que Predict est proposé sans surcoûts aux e-commerçants, pour des livraisons en J+1 partout en France métropolitaine, Corse comprise. Notons qu'en septembre, Chronopost a également lancé son service « livraison sur RDV » entre 8 et 22h en Ile-de-France et sur 13 grandes villes, pour l'instant avec une demi-douzaine de e-commerçants partenaires. MR
 
 
Norvège
Coop
a entrouvert
les portes de
son centre
100%
automatisé
Cet été, le grand distributeur Coop Norge Handel SA (1.300 magasins en Norvège) a fait visiter son centre de distribution entièrement automatisé, conçu et réalisé par Witron, à ses homologues européens (trois enseignes françaises étaient présentes). D'une surface au sol de 52.000 m2, Clog (Coop Logistikksenter Gardermoen) est situé à Gardermoen, tout près de l'aéroport d'Oslo. Il s'agit à la fois d'un centre de distribution régional pour la livraison de produits sec (à +18°), fruits et légumes (+12°/+7°), frais (+2°) et surgelés (-25°) et d'un centre national pour les produits à taux de rotation moyens et faibles pour le sec et le frais, desservant quatre autres entrepôts régionaux en Norvège. Clog traite les flux de plus de 17.000 références (y compris les boissons et la viande). Le projet de centre automatisé, signé avec Witron en décembre 2010 (pour un montant estimé à 80 M€), a été réalisé étape par étape : d'abord le sec fin 2013, puis les produits frais, les fruits et légumes et enfin les surgelés. Aujourd'hui, près de 95% de tous les produits Coop sont stockés et préparés automatiquement ou semi automatiquement. Witron, qui conserve une équipe sur le site pour la maintenance et l'exploitation opérationnelle du système, a doté les différentes zones de l'entrepôt de modules techniques tels que l'OPM (Order Picking Machinery) pour les caisses, les cartons et les bouteilles, le COM (Case Order Machine) pour la palettisation hétérogène, le DPS (Dynamic Picking System) pour les articles à faible volumes dans le sec et le frais, ou encore le CPS (Car Picking System) pour les produits sec volumineux (avec préparation manuelle par voice picking et réappro via un transstockeur). Une consolidation et un ordonnancement des commandes pour chaque chargement (dans la bonne séquence) est effectuée en zone d'expédition, dans un stock tampon (buffer) lui aussi automatisé. Au total, lors des pics d'activité, pas moins de 480.000 caisses sont préparées en une seule journée. « Nos magasins bénéficient d'une livraison sans erreur, avec des produits disposés sur la palette dans la bonne séquence pour une mise en rayon facile, et une meilleure qualité » s'est félicité Halvor Nassvik, qui a dirigé le projet Clog.Par ailleurs, Coop réalise des économies sur ses coûts de transport en optimisant le remplissage de ses camions. Un aspect loin d'être négligeable dans un pays de plus de 2000 km de long du Nord au Sud. JLR
 
   
  La machine COM (Case Order Machine) de Witron  
   
 
 
 
Flottes
A l'IAA,
la connectivité
à l'honneur
Au salon de Hanovre, qui a ouvert ses portes hier, la connectivité, le véhicule autonome et électrique sont au rendez-vous chez quasiment tous les constructeurs. MAN, Mercedes et Iveco ont joué cette carte en plus d'un fort accent porté au TCO, le coût total d'exploitation pour les transporteurs. L'offre abondante du rendez-vous allemand est à l'image d'un phénomène irréversible : le transport ne se voit plus comme le parent pauvre de la logistique, mais, au contraire, comme un maillon essentiel. En plus de poursuivre les efforts en matière de protection de l'environnement, les constructeurs ont donc déplacé le curseur de l'innovation sur la connectivité. MAN a annoncé sa plate-forme collaborative Rio, « plate-forme technologique ouverte pour la gestion intelligente des flux logistiques », a précisé Markus Lipinski, responsable Business Solutions and Telematics de la marque au lion. Cet outil est ouvert à toutes les marques de véhicules (les transporteurs ayant souvent des flottes multimarques) mais aussi à l'ensemble des mondes de transport. Ceci, afin d'améliorer et homogénéiser l'échange d'information et optimiser le chargement. La collaboration avec les ingénieurs en informatique et des professionnels de la logistique est le mouvement en cours pour la création d'un Cloud qui amènera fatalement à des écrans dans les véhicules. Au printemps 2017, MAN promet que tous ses nouveaux modèles seront connectés. SLG
 
   
  Le MAN TGX Efficient Line avec ses gains en consommation  
   
  Le nouveau Iveco Stralis XP  
   
  Scania présente sa nouvelle version S, maxi-cabine  
   
  Le dernier Renault T  
 
IAA
(suite)
La livraison
urbaine
du futur
La livraison en ville optimisée est aussi une priorité chez les constructeurs : le Vision Van de Mercedes est un prototype électrique qui frappe, outre que par son design, par le dispositif de gestion autonome du chargement. Le conducteur fait l'objet de toutes les attentions : un joystick latéral remplace le volant et son espace est plus vaste et confortable. Le Vision Van peut aussi livrer par drones. A ses côtés, un autre véhicule non moins futuriste partage la vedette sur l'immense stand Mercedes : un Urbain Truck tout en rondeurs. MAN a enfin présenté son premier VUL, le TGE. « Ce sont nos clients PL qui nous l'ont demandé », précise Dennis Affed, Vice-Président des ventes VU chez MAN. Décliné en trois versions, le véhicule est proposé avec le freinage d'urgence de série et de nombreuses options déjà existantes sur les poids lourds pour maximiser la sécurité. Plus bas de 10 cm par rapport aux autres VUL du marché, il a été conçu pour faciliter les opérations de chargement/ déchargement. Petit plus : le véhicule est équipé avec un système qui permet de le garer presque de façon automatique, même avec une remorque. Produit dans une toute nouvelle usine en Pologne dès le printemps prochain, il sera commercialisé en 2017. Ce VUL, dernier arrivé sur le marché, sera déjà connecté, notamment à la plate-forme collaborative Rio via une Rio Box. Par ailleurs, des tests de pooling ont été menés en Allemagne. Mais la réglementation ne permet pas encore d'aller au-delà des tests. Une version électrique est également à l'étude. Iveco, de son côté a présenté le nouveau Daily Euro 6. Sans oublier la connectivité avec le système Daily Business Up, outil d'assistance au conducteur mais aussi de gestion de flotte. SLG
 
   
  Erwan Le Bail, Directeur Véhicules utilitaires(à gauche) et Dennis Affed, Vice-Président ventes VUL devant le nouveau MAN TGE  
   
  Plusieurs possibilités pour l'aménagement intérieur du TGE  
   
  Le Vision Van, révélation futuriste de Mercedes  
   
  Le VUL de Mercedes livre par drones  
 
Prévention
Une convention
multisectorielle
avec
la CNAMTS

Acteurs du transport de fret et de voyageurs, de la logistique, du déménagement, de la presse, de la communication, du traitement de déchets, du nettoyage ont désormais une Convention nationale d'objectifs signée avec l'Assurance Maladie. Elle porte sur la prévention des TMS (troubles musculo-squelettiques) et sur les accidents liés à la manutention et au port de charges. La convention, signée le 21 septembre notamment par les fédérations de transporteurs et le SNTL, syndicat national des transports légers, a une durée de quatre ans et permet aux entreprises de bénéficier de subventions au titre de la prévention. Dans les annexes à la convention, les chiffres sont assez éloquents et expliquent, en partie, l'automatisation croissante qui investit le transport et la logistique. On apprend, par exemple, que, selon les chiffres de2014, le fret de proximité est particulièrement touché par les accidents du travail. Bien qu'en baisse, 11.153 cas ont été recensés. Par ailleurs, les maladies professionnelles sont en hausse. Dans l'entreposage et le stockage non frigorifique, 5.410 accidents du travail ont été recensés mais ils sont en baisse par rapport aux années précédentes.
Dans ce secteur,70% des AT sont dus à la manutention manuelle. Dans les entrepôts, les maladies professionnelles étaient aussi en hausse. Enfin, la manutention portuaire enregistre une augmentation des accidents et des maladies liées au travail. SLG
 
 
Transport
Premier bilan
des contrôles
contre
les fraudes
Le 20 septembre, Alain Vidalies a réuni le 3e Comité d'évaluation de la politique publique des contrôles terrestres. Les contrôles se sont intensifiés sur les lieux de chargement et de déchargement, a-t-on relevé. Une action conjointe avec le ministère de la Justice visera à renforcer les sanctions en faisant évoluer la réglementation (voir NL n°2331). Le secrétaire d'Etat a indiqué que des systèmes organisés de fraude ont été identifiés et éradiqués par la task force anti-fraude composée d'experts, notamment en matière de détection de fraudes au chronotachygraphe, l'appareil présent dans les camions pour surveiller le respect des heures de conduite et de repos. L'équipe s'est réunie une première fois en juin dernier. Un marché d'équipement d'outils de diagnostic a aussi été signé par le ministère pour renforcer l'efficacité de l'action des contrôleurs. Ceux, les plus expérimentés, qui ont coopéré avec la structure européenne Euro Control Group auront pour mission de former les autres contrôleurs. Seul bémol, les fédérations sont assez tièdes par rapport à cette première évaluation. Selon Yves Fargues, président de TLF, les effectifs sont toujours autant sous-dimensionnés. C'est au niveau européen qu'il faudrait agir, a-t-il souligné. SLG  
 
Maritime
Refonte de
l'organisation
chez AP Moller
Maersk
Devant un marché du fret maritime toujours aussi difficile, le groupe AP Møller Mærsk A/S procède à une réorganisation complète de son organisation. Exit Maersk Services et autres entités du passé, deux nouvelles B.U. sont mises en place afin de mieux se concentrer sur leurs activités respectives : Transport & Logistics et Energy. Composée de Maersk Line, APM Terminals, Damco, Svitzer et Maersk Container Industry, la division T&L aura pour mission de mieux servir le client avec de nouvelles offres produit, des services digitalisés et des solutions individualisées.
Les différentes filiales devront aussi collaborer davantage et être mieux intégrées afin d'optimiser les opérations, la fiabilité du réseau et le résultat en fin d'année. Pour autant, chaque filiale poursuivra sa propre stratégie : APM Terminals se focalisera sur l'optimisation de l'utilisation des assets et des coûts, Damco et Maersk Line tâcheront de mieux collaborer et ce dernier veillera accroitre sa part de la croissance externe plutôt que le développement interne et promet davantage de discipline dans l'utilisation des capitaux et des assets. Quant à la B.U. Energy (Maersk Oil, Maersk Drilling, Maersk Supply Service and Maersk Tankers) et ses autres activités liées au pétrole et au gaz, elle se désengagera des marchés les moins rentables pour se focaliser sur un nombre réduit de territoires et mieux les pénétrer, notamment en Mer du Nord. PM
 
 
Maritime
Coup de balais
dans
la structure
managériale
de Mærsk
En lien avec sa nouvelle organisation, AP Møller Mærsk revoit en profondeur son comité directeur. Søren Skou est reconduit en tant que CEO du groupe AP Møller Mærsk A/S et prend également le poste de CEO de la division Transport & Logistics. Claus V. Hemmingsen deviendra Vice-CEO du groupe à partir du 1er octobre ainsi que CEO de la division Energy. Le CFO du groupe à compter du 1er décembre se nomme Jakob Stausholm, il remplacera Trond Westlie qui quittera alors le groupe de même Jakob Thomasen, le future ex-CEO de Maersk Oil ayant décidé de s'éclipser après 27 ans de service. Ce dernier laissera sa place le 1er novembre, après un mois de passation de pouvoir, à Gretchen Watkins, actuellement CFO de l'entité. Kim Fejfer prendra de nouvelles responsabilités dans le groupe à la même date après avoir cédé son poste de CEO d'APM Terminals le 1er octobre, un poste récupéré par Morten Engelstoft, actuel CEO d'APM Shipping Services et de Mærsk Tankers. Enfin Christian Ingerslev, 15 ans d'ancienneté, est nommé CEO de la filiale Mærsk Tankers, et Jørn Madsen quitte la direction de Mærsk Supply service pour prendre celle de Mærsk Drilling. PM  
 
INFOS INTERNATIONALES  

Singapour
UPS ouvre
une usine
d'impression
3D
En partenariat avec Fast Radius, un spécialiste de la fabrication additive, UPS lance la construction d'une « usine de fabrication 3D » à Singapour. En parallèle, l'expressiste américain assemblera une équipe « Advanced Solutions » qui constituera un nouveau centre d'excellence et fera la promotion de cette technologie auprès des clients asiatiques afin de les aider à l'intégrer dans leur Supply Chain. Sans surprise, UPS mettra en avant les avantages de cette solution en termes de réduction de lead time, du coût du stock et du transport, en particulier pour les pièces à faible rotation, pour séduire les utilisateurs potentiels. Mais s'il y a une chose à retenir de cette annonce, c'est qu'UPS a compris et accepté l'impact dévastateur que l'impression 3D aura à terme sur son business, celui du transport de marchandises, et préfère l'intégrer plutôt que de tenter d'y résister. « Chez UPS, nous acceptons les technologies disruptives et les intégrons à notre réseau logistique. Nous pensons que, tout comme l'e-commerce a transformé le retail, l'impresson 3D aura un impact similaire sur le manufacturing » confirme Ross McCullough, Président d'UPS Asie-Pacifique. Contrairement à ses concurrents qui n'abordent même pas le sujet, UPS semble surtout être résigné et préparé à changer de business model si cette technologie devait impacter ses volumes de manière significative. PM  
 

ABONNEMENT GRATUIT : CLIQUEZ ICI
Le lien quotidien qui vous relie à la communauté Supply Chain
Si l'on vous a transféré cette lettre, n'hésitez pas à vous abonner.
Si vous êtes déjà abonné, n'hésitez pas à abonner (ou à faire abonner)
vos collaborateurs et amis.

 
 
Jean-Philippe Guillaume
Directeur des rédactions
Faites profiter la communauté logistique de vos « scoops »

écrivez à la rédaction : jph.guillaume@scmag.fr
Cette Newsletter touche quotidiennement 50.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique
à l'ensemble de la communauté logistique.
 
Contacts, POUR FAIRE PARAÎTRE DE LA PUBLICITÉ
dans « Supply Chain Magazine » (sur le Web ou dans le mensuel papier)
 

Karine Dino
Attachée commerciale
Tél. 01 48 93 26 87
karine.dino@scmag.fr

Audrey Zugmeyer
Directrice de la publicité
Tél : 01 41 79 56 21
audrey.zugmeyer@scmag.fr

Tom Sénateur
Chef de publicité
Tél : 01 80 91 56 30
tom.senateur@scmag.fr
 
 
Pour modifier vos coordonnées ou vous désabonner, adressez un e-mail à :
abonnement@scmag.fr
 
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 
23 septembre 2016


SEPTEMBRE 2016


Jeudi 29
SSI SCHÄFER
 «Visite du centre Logistique de Longchamp »
Partenaires
Vincia Consulting
SCMagazine
de 10h à 15h30
Segré (45500)



Vendredi 30

Conférence
INTERLOG
« Faites de vos transports
un vecteur
de croissance ! »

Participation de Schneider Electric
Partenaire :
SCMagazine
De 8h30 à 10h45
Club Confair
Paris 9e


OCTOBRE 2016

Mardi 4
TXT Retail
Thinking Retail Forum
« Les nouveaux
standards de
la planification
dans le Retail »

De 9h à 12h30
« Conférence
PLM TXT avec
l'intervention d'Alinéa »

De 14h à 16h
Hôtel Particulier
Eurosites
Paris 9e



Jeudi 6
Paris-Dauphine
« Supply chain connectée et stratégie digitale »
Organisé par CCM Benchmark
et Supply Chain Magazine



Vendredi 7
Petit déjeuner
ESKER
« Digital
Supply Chain : Quels impacts
pour les services administration
des ventes ? »

Partenaire :
SCMagazine
A 8h30
Hôtel Marriott
Lyon


Jeudi 13
Conférence
DIAGMA
« Commerce
omnicanal &
Supply Chain :
refondre
l'organisation
& le pilotage de
la Supply Chain
pour optimiser
la disponibilité
produit »

Témoignage
de GEMO
Partenaire :
SCMagazine
De 9h30 à 11h30
Le XXII
Paris 9e



Jeudi 13 et
vendredi 14

FORMATION
EURODECISION
« Formation
Méthodes
et pratiques
de la prévision
des ventes »

Intervenant :
Régis Bourbonnais
Pôle Universitaire
Léonard de Vinci
Courbevoie



NOVEMBRE 2016

Vendredi 4
Séminaire du
Club de la
Logistique
« Quelles opportunités
pour
le fret fluvial
en Seine-et-
Marne ? »

Organisé par
Seine & Marne
Développement
Partenaire
SCMagazine
De 10h à 12h30
Médiathèque
Astrolabe
Melun



Lundi 14 au
jeudi 17

Salon
ALL4PACK
Emballage &
Manutention
« Des solutions
pour tous
les secteurs
d'activités ! »

Paris Nord
Villepinte



Mardi 22 et
mercredi 23

Salon
Supply Chain
Event
« Accélérez la
transformation
digitale »

Porte de Versailles
Pavillons 8
Paris



Mercredi 30/11
Jeudi 1/12
Vendredi 2/12

Salon SIMI
« Salon de l’immobier logistique »
Palais
des Congrès
Porte Maiilot
Paris




DÉCEMBRE 2016

Jeudi 8 et
vendredi 9

Formation
EURODECISION
« Comment
optimiser ses
approvisionnement
pour une
meilleure gestion
des stocks ? »

EURODECISION
Versailles