Partager sur
LinkedIn Twitter Facebook
Logistique
frigorifique
Carrefour et
Système U
sous le même
toit chez Mutual
Logistics
Pour Mutual Logistics, qui inaugurait hier l'extension de
8.500 m2 de sa plate-forme surgelés d'Attignat près de Bourg-en-Bresse (Ain), une étape importante vient d'être franchie dans son développement. C'est en effet la première fois que sont réunis sur un même entrepôt deux grands distributeurs, Carrefour et Système U, et des industriels (au nombre de 16, dont Boncolac, Prolainat, ou Neuhauser) à 90% fournisseurs des deux enseignes. Le site, initialement de 12.500 m2, a été ouvert en 2009 pour Carrefour pour approvisionner en surgelés les 800 magasins du groupe Carrefour, tous formats confondus, implantés dans la zone centre-est (Grand Est, Bourgogne/France-Comté, et Auvergne/Rhône-Alpes). Et c'est en avril dernier que l'extension a permis d'accueillir Système U (qui avait auparavant recours à Stef sur deux sites, Duppigheim et Lyon), pour la préparation de commandes et l'expédition de produits surgelés vers les 200 magasins de l'enseigne dans la même zone de chalandises. Pour autant, même si Mutual Logistics se félicite d'avoir ouvert le premier centre de distribution multi-distributeurs et multi-industriels en France, rien n'est encore réellement « mutualisé ». Mais les potentiels de synergies et de synchronisation de flux amont et aval sont bien réels, compte tenu de la taille de la zone de chalandise : 120.000 t de produits surgelés traités par an, soit 35% du marché local et environ 10% des produits surgelés vendus sur le marché national. « Nous allons proposer à chacun de nos clients d'expérimenter avec des pilotes les schémas de mutualisation que nous avons identifiés, mutualisation des flux des industriels (entrepôt et moyens de livraison), des flux des distributeurs (capacités dans l'entrepôt et transport amont et aval), et enfin la mutualisation des stocks des industriels et des distributeurs avec la possibilité de se partager les capacités et de préparer les commandes magasins directement sur le stock des industriels et des distributeurs » nous a confié Vincent Denis, le Président de Mutual Logistics. En termes de pilotage et de système d'information, le prestataire est déjà prêt, avec un WMS multipropriétaire et un logiciel de GMA (gestion mutualisée des approvisionnements) fournis tous deux par Generix. JLR
Photo : ©Mutual Logistics
 
   
 
 
 
Prestataires
logistiques
(suite)
Mutual Logistics
veut rentrer
dans le Top 20
d'ici 5 ans
« Dans les 5 années à venir, nous avons l'ambition de doubler notre CA à 100 M€ et de devenir le prestataire de référence de chacun de nos marchés de développement » a déclaré hier Vincent Denis. Le Président de Mutual Logistics, qu'il a créée en 2008, considère que la plate-forme d'Attignat, et celle d'Orléans (pooling multi-industriels à destination de plusieurs plates-formes d'enseignes mais dans le domaine des PGC) sont « des sites emblématiques sont amenés à être dupliqués afin de proposer un réseau dense et homogène sur l'ensemble du territoire ».
La société, qui réalise en 2016 un CA de 49 M€, a l'objectif d'intégrer d'ici cinq ans le Top 20 des 3PL français (elle est actuellement classée 47e dans le Top 150 de Supply Chain Magazine 2016). Parmi ses priorités figure la poursuite du déploiement d'un réseau de centres de distribution de produits surgelés multi-distributeurs multi-industriels dans les autres bassins de consommation et celui d'un réseau national de six ou sept centres de distribution multi-industriels spécialisés dans les PGC, dans les principaux bassins de production, pour desservir tous les réseaux logistiques de la grande distribution. « En profitant de l'effet de taille, nous entendons aussi prendre des parts de marché dans le secteur de la logistique contractuelle (ndlr : entrepôts dédiés à un client), dont nous sommes absents, dans les secteurs alimentaires ou non alimentaires » nous a confié Vincent Denis. JLR
 
   
  Vincent Denis ©JL.Rognon  
 
INVITATION
(rappel)
Refondre la
Supply Chain
pour relever
les nouveaux
défis :
le témoignage
de Gemo
Le cabinet Diagma et Supply Chain Magazine vous invitent le 13 octobre de 9h à 11h30 à une matinée de conférences sur le thème : « Refondre l'organisation et le pilotage de la Supply Chain pour optimiser la disponibilité produit ». Face à une hyper-concurrence, et dans le contexte de la transformation digitale, les enseignes de distributions doivent s'adapter pour continuer à se développer. Répondre à la demande du consommateur final en matière de disponibilité produit devient vital. Pour illustrer ce sujet, François Le Joncour, Directeur Supply Chain de Gemo évoquera les défis à relever : révolution digitale, disponibilité de l'offre, accélération des flux... ainsi que les leviers à mettre en œuvre pour transformer en profondeur la Supply Chain notamment l'implémentation du S&OP, l'optimisation de l'outil logistique, le contrôle et le pilotage des flux au niveau international, la RFID en points de vente et la conduite du changement. Olivier Dubouis et Léandre Boulez, Associés de Diagma, apporteront également leurs témoignages et leurs avis d'experts. A l'issue des présentations un débat sera animé par jean-Philippe Guillaume, Directeur des rédactions de Supply Chain Magazine.
Programme complet
et inscription à cette matinée.
 
 
 
 
Express
DHL dopé par
l'explosion du
e-commerce



La France est un marché dynamique, le 5e au niveau mondial pour DHL Express qui y détient 33% des parts de marché. Porté par l'explosion du e-commerce, l'expressiste connaît une progression des expéditions de l'ordre de 22% cette année. Telles sont les estimations livrées hier par Michel Akavi, Pdg de DHL Express France, lors d'une conférence de presse, à l'occasion des 40 ans de la société. Suite à la hausse significative des volumes -un envoi sur deux sera fait en ligne en 2020 - la société a développé son pôle e-business qui compte 15 experts et développé son offre de livraison en points relais et consignes. Côté investissements, 18 M€ sont inscrits au budget 2016 et 10 M€ pour l'année prochaine mais les prévisions sont de l'ordre de 200 M€ d'ici 2020 au vu d'une croissance estimée à 8% par an pour le seul e-commerce. Suite à la prise de participation minoritaire de 27,5% dans le capital de Relais Colis en début d'année (voir NL n° 2188), DHL ne cache plus son ambition de racheter l'opérateur des points relais à horizon 2020 (parallèlement, son partenariat avec Mondial Relay s'arrête en ce mois d'octobre). Et ce n'est pas parce qu'il met en place ses propres consignes automatiques SwipBox (installées sur le réseau Franprix et Total) qu'il n'utilise pas aussi celles d'Inpost. Un service de livraison à vélo entre 18 h et minuit a aussi été lancé. En ce qui concerne les e-commerçants, DHL est notamment prestataire de VestiaireCollective.com (mode et accessoires haut de gamme) et de mafrance.fr, site spécialisé dans la vente de produits artisanaux made in France à destination de la Chine. « On peut proposer des prix compétitifs au vu de la hausse des flux aériens avec ce pays », souligne-t-on chez DHL. D'ailleurs, l'aérien se développe considérablement : un mégahub de 20.000 m² est prévu à Roissy en 2019 avec une chaîne de tri entièrement automatisée (85 M€ d'investissement) et un nouveau centre à la fois aérien et routier sera aussi ouvert à l'aéroport de Saint-Exupéry de Lyon (43 M€). Et la semaine prochaine un deuxième site sera inauguré sur le hub de Leipzig, le plus important au niveau mondial. SLG  
 
Express
(suite)
Les défis
de DHL pour
2020
« DHL a pour objectif d'améliorer son efficacité carbone de 30% à horizon 2020 par rapport à 2007. Nous avons des clients qui nous font signer des chartes », a rappelé Michel Akavi. La flotte terrestre en France compte une vingtaine de véhicules électriques. Côté logistique, DHL Express est en recherche d'ELU (espaces logistiques urbains) sur Paris rive droite pour que des colis acheminés par camions diesel puissent être réceptionnés puis livrés par véhicules électriques. Un entrepôt « situé entre la Gare du Nord et la Gare de l'Est » a retenu son attention (il reste à l'équiper, notamment en bornes de recharges). « Il faudrait 6 à 7 sites, y compris sur les berges, pour envisager une connexion avec le fluvial », a précisé Michel Akavi, qui souligne la difficulté des négociations avec les sociétés de parking dont il juge les prix proposés trop élevés. Par ailleurs, l'amélioration de la productivité et la réduction de la pénibilité sont à l'origine d'investissements importants sur ses sites logistiques : ils représentent 1/3 des 10 M€ prévus pour 2017 et seront affectés à de nouvelles technologies telles que des Cargoscans (équipements de mesure dimensionnelle), des chaînes de tri automatisées, des préhenseurs à ventouse (testés à Montpellier et à Lyon Gerland) et des exosquelettes (Exhauss), qui sont actuellement en test sur trois sites. DHL Express a aussi adopté le programme Vision Picking, des lunettes à réalité augmentée permettant d'identifier à distance les colis les plus éloignés via leur code-barre. SLG
 
   
 
 
 
Innovation
Factory Lab,
en route
ensemble
vers l'usine du
futur proche
La plate-forme d'innovation industrielle Factory Lab, qui rassemble industriels, instituts de recherche et fournisseurs et intégrateurs technologiques, a été inaugurée le 28 septembre sur le campus Paris-Saclay, où elle est hébergée par l'institut CEA List, spécialisé dans la conception de systèmes numériques. Elle est dotée de 40 M€ pour développer chaque année une vingtaine de projets collaboratifs courts et concrets, de 6 à 18 mois, fondés sur des cas d'usage et des technologies innovantes. Factory Lab compte 8 membres fondateurs : un consortium d'industriels associe 3 utilisateurs finaux (groupe PSA, Safran, DCNS) à Dassault Systèmes et à l'intégrateur spécialisé dans les processus industriels Actemium et les autres partenaires sont le CEA List, le Cetim (centre technique industriel spécialisé dans la mécanique), et les Arts et Métiers, dont les écosystèmes nourrissent la première série de 8 projets qui viennent d'être lancés. Quatre thèmes ont été définis pour développer l'industrie du futur : l'usine digitale flexible, l'assistance physique aux opérateurs, l'assistance cognitive aux opérateurs, l'automatisation des procédés de fabrication et de contrôle. Notons le projet « Agora » d'assistance aux gestes de montage, au contrôle et à la maintenance par réalité augmentée. Il a pour objectifs d'améliorer les performances et réduire les taux d'erreur en apportant l'information superposée sur le poste de travail. « La réalité augmentée amène la donnée de façon intuitive, soit sur tablette pour le contrôle qualité ou la formation, soit en système projectif pour que l'opérateur conserve les mains libres », indique Lionel Joussemet, co-Fondateur de la start-up Diota. Le projet AMM20 soulage le port de charges grâce à un « cobot » (ou robot collaboratif) permettant un gain en temps de cycle. Safran et PSA le testent ; l'approvisionnement de kits en bord de ligne est visé. Quant au projet Outport, il se fonde sur un exosquelette qui aide à la manipulation d'outils portatifs en hauteur ou dans des espaces difficiles d'accès afin de minimiser les troubles musculo-squelettiques. DCNS et Safran vont le tester. CC
 
   
  Le Diota player en système projectif indique les tâches à réaliser sur une porte de voiture. ©C.Calais  
 
Innovation
(suite)
Dassault
Systèmes
co-préside
le Factory Lab
et cible la
Supply Chain
C'est Philippe Charlès, Senior Vice-président de la division Manufacturing & Supply Chain de Dassault Systèmes, qui co-préside le Factory Lab avec PSA. L'éditeur français intervient dans plusieurs projets, notamment Sodalite, qui porte sur la modélisation, la simulation et l'optimisation intégrée de l'usine numérique : « L'usage de modèles numériques au lieu du papier accélère le processus complet. Il permet d'avoir des plans synchronisés, à jour, » souligne M. Charlès. Avec le rachat de Quintiq il y a deux ans, puis d'Ortems en juin dernier, Dassault Systèmes veut passer la vitesse supérieure dans le domaine de la Supply Chain : « Nous souhaitons bâtir un plan numérique pour réaliser le design et le planning de la Supply Chain à différents niveaux : Manufacturing Planning and Scheduling (MPS), S&OP... Nous travaillons à une plate-forme unique. L'objectif est de modéliser numériquement la Supply Chain de bout en bout » a indiqué Philippe Charlès. CC
 
   
  Philippe Charlès, Senior Vice-Président de la division Manufacturing & Supply Chain, Dassault Systèmes ©C.Calais  
 
Résultats
Gefco porté par
l'international
Au 1er semestre, le CA du groupe Gefco atteint 2,2 Mds€, en croissance de 3,5% comparé à l'an dernier. Un bon résultat, vu le contexte économique, que le spécialiste de la logistique industrielle attribue à plusieurs axes de sa stratégie à l'international. D'une part à l'acquisition fin 2015 du néerlandais IJS Global (voir NL n°2124), dont la présence dans 16 pays renforce sa couverture mondiale en portant à 44 le nombre de ses filiales, et à 300 celui de ses implantations. Un renfort important dans des zones-clé d'activité (Chine, Asie du Sud-Est, Australie et Nouvelle-Zélande, mais aussi Etats-Unis), sans compter que la spécialisation d'IJS dans le transport de produits pharmaceutiques, high-tech ou aérospatiaux contribue à la diversification du portefeuille de Gefco, son 2e axe de développement international. Sur le sujet, notons les liens établis au 1er semestre avec Nintendo en Espagne, l'industriel turc Sisecam, le sidérurgiste Severstal en Russie ou l'équipementier aéronautique Ratier Figeac pour des flux France-Maroc. Quant au pilier historique de Gefco dans la logistique automobile, il s'est illustré par des contrats signés avec Fiat au Brésil pour le transport de pièces détachées, avec l'équipementier SNOP pour une prestation de 4PL en France, ou avec le constructeur Dongfeng Liuzhou pour de l'entreposage en Chine. Sans oublier la bonne tenue du marché auto européen. Au-delà, la performance du groupe est aussi financière, son Ebitda bondissant de 27,5%, à 91,3 M€. Une profitabilité qui résulte de la priorité donnée mi-2014 à l'optimisation des coûts, par le levier achats comme par l'évolution vers un modèle « asset light » et qui a bénéficié de la stabilisation des cours du pétrole, dont la pérennité commence à être remise en question. MR  
   
 
Hôpital
Des rolls
réfrigérés
pour le CHU
de Nîmes
Le CHU de Nîmes s'est équipé de rolls réfrigérés TC600L Alcatherm de Coldway, afin d'assurer le respect de la chaine du froid des produits thermosensibles (médicaments, produits diagnostic et réactifs de laboratoire) qui arrivent chaque jour sur sa plate-forme logistique. Les produits pharmaceutiques peuvent désormais être livrés en cartons ou palettes classiques dans des camions frigorifiques, sans recourir à des caisses isothermes. A leur arrivée sur le quai, ils sont immédiatement stockés dans ces rolls avant d'être acheminés vers les différents services de l'hôpital, sans rupture de la chaîne du froid. La technologie brevetée de la gamme Alcatherm de Coldway consiste à produire du froid à partir d'une réaction thermochimique, utilisant un réfrigérant naturel, et sans consommable, mais surtout, sans utilisation en continu d'énergie extérieure. Un système de traçabilité permet d'enregistrer en temps réel la température interne du caisson, et de détecter les ouvertures de porte. Coldway, société française spécialisée dans la chaine du froid, équipe aujourd'hui 600 clients, en France et dans 45 pays. NB
Photo : ©Laurent Lacombe pour Coldway
 
   
 
INFOS INTERNATIONALES  

Royaume Uni
Asda prolonge
son contrat
avec XPO

Le distributeur britannique Asda a reconduit XPO Logistics dans son contrat de reverse logistique pour une durée non spécifiée dans le communiqué. Partenaire de longue date, XPO gère dans neuf plate-formes d'Asda les opérations liées au retour des denrées, bacs et autres supports de manutention de ses quelque 600 supermarchés au Royaume Uni. « Le renouvellement de notre contrat avec XPO Logistics reflète notre détermination de devenir plus respectueux de l'environnement à tous les niveaux de notre activité. Cette étroite relation entre Asda et XPO Logistics nous a permis de déployer d'importantes innovations réduisant les volumes de déchets et les coûts » commente Jon Parry, VP Logistics chez Asda. Parmi ces innovations, XPO a généralisé l'emploi de bacs plastiques réutilisables, le déploiement de solutions de traçabilité des supports et internalisé différentes fonctions telles que le nettoyage des bacs afin de réduire l'empreinte carbone des opérations. XPO a notamment participé à la réflexion sur le design des machines de lavage et des compacteurs afin de réduire leur consommation énergétique et d'améliorer leur productivité. PM  
   
 

ABONNEMENT GRATUIT : CLIQUEZ ICI
Le lien quotidien qui vous relie à la communauté Supply Chain
Si l'on vous a transféré cette lettre, n'hésitez pas à vous abonner.
Si vous êtes déjà abonné, n'hésitez pas à abonner (ou à faire abonner)
vos collaborateurs et amis.

 
 
Jean-Philippe Guillaume
Directeur des rédactions
Faites profiter la communauté logistique de vos « scoops »

écrivez à la rédaction : jph.guillaume@scmag.fr
Cette Newsletter touche quotidiennement 50.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique
à l'ensemble de la communauté logistique.
 
Contacts, POUR FAIRE PARAÎTRE DE LA PUBLICITÉ
dans « Supply Chain Magazine » (sur le Web ou dans le mensuel papier)
 

Karine Dino
Attachée commerciale
Tél. 01 48 93 26 87
karine.dino@scmag.fr

Audrey Zugmeyer
Directrice de la publicité
Tél : 01 41 79 56 21
audrey.zugmeyer@scmag.fr

Tom Sénateur
Chef de publicité
Tél : 01 80 91 56 30
tom.senateur@scmag.fr
 
 
Pour modifier vos coordonnées ou vous désabonner, adressez un e-mail à :
abonnement@scmag.fr
 
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 
30 septembre 2016


SEPTEMBRE 2016


Vendredi 30
Conférence
INTERLOG
« Faites de vos transports
un vecteur
de croissance ! »

Participation de Schneider Electric
Partenaire :
SCMagazine
De 8h30 à 10h45
Club Confair
Paris 9e



OCTOBRE 2016


Mardi 4
TXT Retail
Thinking Retail Forum
« Les nouveaux
standards de
la planification
dans le Retail »

De 9h à 12h30
« Conférence
PLM TXT avec
l'intervention d'Alinéa »

De 14h à 16h
Hôtel Particulier
Eurosites
Paris 9e


Jeudi 6
COMPLET
Paris-Dauphine
« Supply chain connectée et stratégie digitale »
Organisé par CCM Benchmark
et Supply Chain Magazine



Vendredi 7
Petit déjeuner
ESKER
« Digital
Supply Chain : Quels impacts
pour les services administration
des ventes ? »

Partenaire :
SCMagazine
A 8h30
Hôtel Marriott
Lyon


Jeudi 13
Conférence
DIAGMA
« Commerce
omnicanal &
Supply Chain :
refondre
l'organisation
& le pilotage de
la Supply Chain
pour optimiser
la disponibilité
produit »

Témoignage
de GEMO
Partenaire :
SCMagazine
De 9h30 à 11h30
Le XXII
Paris 9e


Jeudi 13 et
vendredi 14

FORMATION
EURODECISION
« Formation
Méthodes
et pratiques
de la prévision
des ventes »

Intervenant :
Régis Bourbonnais
Pôle Universitaire
Léonard de Vinci
Courbevoie



NOVEMBRE 2016

Vendredi 4
Séminaire du
Club de la
Logistique
« Quelles opportunités
pour
le fret fluvial
en Seine-et-
Marne ? »

Organisé par
Seine & Marne
Développement
Partenaire
SCMagazine
De 10h à 12h30
Médiathèque
Astrolabe
Melun



Lundi 7
Journée de découverte
organisée par
SAP France
« SAP Integrated
Business Planning,
la nouvelle
plate-forme
intégrée de
gestion de la
Supply Chain
en temps réel »

Partenaire
SCMagazine
De 8h45 à 16h30
SAP Executive
Business Center
Levallois-Perret



Lundi 14 au
jeudi 17

Salon
ALL4PACK
Emballage &
Manutention
« Des solutions
pour tous
les secteurs
d'activités ! »

Paris Nord
Villepinte



Mardi 22 et
mercredi 23

Salon
Supply Chain
Event
« Accélérez la
transformation
digitale »

Porte de Versailles
Pavillons 8
Paris


Mercredi 30/11
Jeudi 1/12
Vendredi 2/12

Salon SIMI
« Salon de l’immobier logistique »
Palais
des Congrès
Porte Maiilot
Paris



DÉCEMBRE 2016

Jeudi 8 et
vendredi 9

Formation
EURODECISION
« Comment
optimiser ses
approvisionnement
pour une
meilleure gestion
des stocks ? »

EURODECISION
Versailles