Partager sur
LinkedIn Twitter Facebook
e-commerce
Amiens
confirme
officiellement
l'arrivée
d'Amazon
C'est cet après-midi qu'Amiens et son Pôle Jules Verne devraient confirmer officiellement l'arrivée du 5e centre de distribution d'Amazon. « Pour Amiens Métropole, Amazon est un atout exceptionnel qui signe notre capacité à accueillir une entreprise internationale, leader mondial dans le secteur du e-commerce. Cela représente un formidable espoir, en termes de création d'emplois pour nos habitants et notre jeunesse. Il témoigne de notre volonté de faciliter les projets de ceux qui entreprennent », confie Alain Gest, Président d'Amiens Métropole. Comme souvent avec Amazon, la préparation et le montage des dossiers administratifs ont été très rapides (3 mois après enquête publique). Ces opérations ont été menées en toute confidentialité, tout en mobilisant les services de l'Etat, la CCI d'Amiens, le Conseil départemental de la Somme et le Conseil régional Hauts-de-France. Le nouveau site s'étendra sur 270.000 m2 avec la construction d'une plate-forme de 107.000 m2. Ce projet devrait générer la création d'environ 500 CDI. « Nous sommes heureux d'annoncer l'ouverture d'un nouveau centre de distribution à Amiens, ainsi que la création d'un espace complémentaire à Lauwin-Planque, tous deux opérationnels à la fin de l'année 2017. En développant son réseau en France, Amazon sera en mesure de répondre à la demande de sa clientèle tout en accompagnant davantage de vendeurs indépendants, notamment des petites entreprises, grâce à son expertise logistique », déclare pour sa part Ronan Bolé, Directeur des opérations France chez Amazon. A ce jour, Amazon dispose de 4 sites en France : Saran (Loiret), Montélimar (Drôme), Sevrey (Saone et Loire) et Lauwin-Planque (Nord). JPG
 
 
 
 
Maritime
Et vous,
avez-vous
des conteneurs
sur un navire
Hanjin ?


Un mois après le placement en redressement judiciaire de Hanjin Shipping, la grosse désorganisation des flux de conteneurs entraîne des conséquences pour de nombreux chargeurs en Europe et aux Etats-Unis. Non seulement il reste encore en mer quelques navires de la compagnie maritime sud-coréenne, qui n'ont pas reçu l'autorisation d'accoster dans certains ports (faute de pouvoir honorer leurs dettes), mais un certain nombre de conteneurs ont été déchargés dans d'autres ports que ceux prévus initialement. De passage en France, notamment pour intervenir demain à la conférence qui aura lieu à Dauphine sur les Enjeux et défis à relever à l'Horizon 2020, l'Américain Guy Courtin, Vice-Président Industry & Solution Strategy , Retail & Fashion chez GT Nexus, nous a rapporté le témoignage d'un de ses clients qui s'est rendu compte à sa grande surprise, grâce à la plate-forme de pilotage des flux de GT Nexus, que certains de ses conteneurs étaient sur l'un des navires Hanjin, par le jeu de la sous-traitance, alors même qu'il avait un contrat avec une autre compagnie maritime. « Le fait de le savoir permet tout de suite d'analyser l'impact financier de ce genre d'aléas, de pouvoir éventuellement prévenir ses clients, et aussi d'envisager dans un deuxième temps quelles sont les solutions pour y remédier, que ce soit du transfert de stocks d'un entrepôt à un autre en Europe, ou encore du transport aérien pour les marchandises reroutées sur des ports asiatiques », nous a-t-il confié. Si vous avez rencontré ce genre de problème, votre témoignage nous intéresse ! JLR
Photo : Guy Courtin, Vice-Président Industry & Solution Strategy, Retail & Fashion chez GT Nexus
 
 
Textile
New Vogue
se lance dans
une méthodique
« reverse »
New Vogue, basé à Sars-et-Rosières en périphérie de Lille, va lancer début 2017 une nouvelle activité de gestion des retours. Pour cela, le prestataire logistique spécialisé dans le textile va ouvrir un nouvel entrepôt dédié, et va s'appuyer côté WMS sur la solution Bext d'Infflux, qu'il a déjà déployée dans son atelier et son entrepôt sous douane de plus de 20.000 m2 exploitables où il gère la logistique de 30 enseignes clientes (plus de 4 millions de pièces traitées par an). La prestation de gestion des retours textiles, par lot ou par unité (dont le taux avoisine les 20% dans le monde du « fashion »), comprendra les contrôles qualité, les remises en conformité (reconditionnement...) et l'optimisation des envois vers les canaux de deuxième vente ou de recyclage. Par ailleurs, en complément de sa nouvelle activité de « Reverse Logistics Fashion », New Vogue envisage d'ici quelques mois d'intégrer la technologie RFID dans sa chaîne logistique, en vue de gagner en productivité et traçabilité. JLR
 
 
 
 
Récompense
Barjane reçoit
le Trophée
des entreprises
responsables
La société immobilière Barjane a reçu 3 octobre dernier, le Trophée des Entreprises Responsables, catégorie « Initiatives pour la cité ». Organisé par AXA et l'Expansion, les Trophées des Entreprises Responsables récompensent les entreprises qui agissent de manière responsable, en lien avec leur écosystème, en se préoccupant de leurs collaborateurs et respectant l'environnement dans lequel elles s'implantent. Cette distinction dans la catégorie « Initiatives pour la cité » récompense la stratégie RSE du développeur et plus particulièrement les nombreuses actions menées en termes de mécénat, de partenariat avec des associations, ou encore d'animations à destination du jeune public. « Nous sommes conscients de notre responsabilité vis-à-vis des territoires qui accueillent nos projets, explique Julie Barlatier Prieuret, DG de Barjane, et nous souhaitons minimiser les impacts que ces projets peuvent avoir sur l'environnement au sens large (nature, riverains, collectivité, population...) tout en créant du lien avec la société civile qui les entoure. » Barjane s'engage en effet auprès de nombreux projets associatifs dans des domaines de l'environnement, de la santé, de la culture, du sport ou encore de l'éducation. A noté que cette entreprise certifiée ISO 14.001 a également obtenu le label Lucie, référence en termes de RSE, basé les principes de la norme ISO 26001. « Cette labellisation, ainsi que notre adhésion la même année au UN Global compact, nous a permis de travailler davantage sur tous les aspects du développement durable, notamment sur les problématiques sociales et sociétales », souligne encore Julie Barlatier Prieuret. Aujourd'hui Barjane contrôle plus de 3 million de m² de foncier sur lesquels près d'un million de m² de bâtiments, équipés de centrales photovoltaïques. JPG  
   
  De gauche à droite : Pascal Lagarde, Directeur exécutif, international, stratégie, études et développement, BPI
France
, Julie Barlatier Prieuret, Directrice Générale de Barjane, Jean-Frédéric Geolier, PDG de Mille et un Repas
 
 
Fluvial
Les déchets de
la Samaritaine
évacués
par camion
et barge
Le chantier de réhabilitation de la Samaritaine, démarré en septembre 2015 pour une durée de trois ans, conçu par Vinci constructions en collaboration avec CHR-Raboni, Le Sommer environnement et Paprec, se veut très ambitieux sur le plan environnemental. Le chantier répond à de multiples normes et certifications, y compris internationales. L'évacuation par une barge Paprec de 14.000 m3 de DIB (déchets industriels banals) sur un total de 110.000 m3 est une nouveauté dictée par les contraintes environnementales. Les gravats (6.000 tonnes sur ce chantier) étant déjà transportés par voie fluviale. Si aujourd'hui, 35% des déchets du chantier transitent par la Seine, il est prévu de monter à 45%. Aujourd'hui, jusqu'à 15 camions bennes effectuent plusieurs rotations par jour pour emmener les déchets sur la base CHR-Raboni du port d'Ivry-sur-Seine, sur une distance de 6,2 km. D'ici, une péniche d'une capacité de 300 tonnes (équivalent de 60 camions) les achemine jusqu'au port de Gennevilliers, 38 km en aval, où Paprec dispose d'une plate-forme équipée pour le tri informatisé. La péniche collecte les déchets des différents ports parisiens et les décharge à Gennevilliers le lundi. « Le coût du transport par camion est de plus en plus cher, du fait des conditions de circulation. D'où l'idée de massifier par le fleuve », souligne Erwan Le Meur, DG adjoint de Paprec. Cependant, la situation du chantier au cœur de Paris, notamment dans la portion de voies sur berges tout récemment fermée Rive droite, a limité les ambitions en termes d'alternatives à la route pour l'évacuation des déchets. Si les acteurs de cette boucle vertueuse, présentée hier matin à la presse, ont défendu l'idée d'une logistique urbaine de proximité, ils ont dû très vite admettre que la solution fluviale rencontre aujourd'hui deux obstacles majeurs : le coût élevé de la location des quais, fixé par Ports de Paris, et la résistance des élus parisiens face à au problème d'acceptabilité d'un développement de l'activité industrielle sur les bords de Seine, au détriment des loisirs. Ce qui empêche par exemple que les matériaux de constructions soient, eux-aussi, acheminés par le fleuve. SLG
 
   
   
 
 
 
Immobilier
logistique
Le premier
projet
clé en main
pour P3
sur le territoire
national
P3, propriétaire, promoteur et gestionnaire paneuropéen de bâtiments logistiques, a remporté l'appel d'offres lancé par son client Ingram Micro. L'accord signé avec P3 repose sur la réhabilitation complète de l'entrepôt basé à Lomme (près de Lille) de 30.000 m² ainsi que sur la construction d'une extension clé-en-main de 12.000 m² répondant au besoin d'expansion actuel et futur d'Ingram Micro. Cet ancien entrepôt conçu sur mesure et occupé depuis 1999, n'offrait plus la capacité suffisante et nécessaire pour subvenir aux besoins de l'entreprise. L'an passé, Ingram Micro a donc lancé un appel d'offres pour le développement d'une nouvelle plateforme logistique de plus grande capacité, tout en souhaitant rester proche de la région lilloise. P3 a été convainquant grâce à son projet qui permet le maintien des activités de l'entreprise sur le de Lomme avec le réaménagement du site en plate-forme de classe A, labellisé Biodivercity sur une surface totale de 42.000 m². Le permis de construire vient d'être obtenu, la livraison des bâtiments est prévue à l'été 2017. « Au-delà du besoin de surface supplémentaire, P3 a présenté un plan global de revalorisation du site qui correspond aux exigences qualitatives et opérationnelles d'Ingram Micro. P3 a agi en véritable partenaire en étant très à l'écoute de nos besoins et en capitalisant sur une relation existante et désormais tournée vers le très long terme » déclare Alvaro Dafonte, Directeur de Projet Ingram Micro France. Pour Andrew Stacey, Directeur Général P3 France : « La signature de ce projet marque une étape importante pour P3 en France. C'est un projet ambitieux. Il permet non seulement le maintien des relations avec l'un de nos principaux clients mais constitue également notre premier développement clé-en-main sur l'hexagone accompagné d'une réhabilitation complète du bâtiment existant. » JPG
 
   
 
Trimodal
Contargo double
ses trains
Rotterdam-Bâle
Les trains de conteneurs de Contargo contribuent plus que jamais à l'hinterland des ports de Rotterdam et Anvers. Tous deux bénéficiaient déjà de trois connexions hebdomadaires avec Bâle, où l'opérateur logistique dispose d'un terminal trimodal et quasi trinational, compte tenu de la position frontalière de la ville suisse. Depuis la mi-septembre, le port hollandais voit s'ajouter trois allers-retours supplémentaires chaque semaine, sans compter les liaisons via le Rhin qu'opère également Contargo. Avec ses 2,3 millions d'EVP transportés par an, celui-ci confirme son rôle central dans les flux de conteneurs des grands ports maritimes jusqu'à la République Tchèque. Parmi ses 25 et quelques terminaux en Europe, celui de Bâle a la capacité de manutentionner aussi bien des conteneurs standards que de marchandises dangereuses, ou des reefers destinés aux produits réfrigérés. Notons que ce site multimodal fait partie du groupement de terminaux Contargo Sud, qui inclue celui de Strasbourg, relié à Rotterdam par deux trains hebdomadaires du même opérateur. MR  
   
 
 
 
INFOS INTERNATIONALES  

Royaume Uni
Deutsche Post
DHL rachète
UK Mail
Le groupe Deutsche Post DHL a lancé une OPA sur le britannique UK Mail, le principal acteur de la distribution de courrier et de colis au Royaume Uni. Avec une offre à 4,40 GBP l'action (43% au-dessus de sa valeur en bourse), cette opération devrait couter à DP DHL « seulement » 275,7 M€ en échange de quoi le groupe allemand récupère des parts de marché non seulement outre-Manche mais également en Allemagne et en France, ces 3 pays représentant 60% du marché du e-commerce européen. Il obtient par ailleurs un réseau britannique que quelque 50 sites dont le hub national automatisé de Ryton dans lequel peuvent transiter jusqu'à 20.000 colis par heure. « L'expansion continue de notre réseau en Europe répond à la demande croissante de nos clients e-commerçants à la recherche de capacités de livraison trans-nationales. UK Mail est une entreprise bien menée et un bon fournisseur de solutions de livraisons, il offre un apport complémentaire à notre offre intégrée », commente Juergen Gerdes, membre du comité de direction de Deutsche Post. Les directeurs de UK Mail entendre recommander à l'ensemble des actionnaires d'accepter l'offre du prestataire allemand. PM  
 

ABONNEMENT GRATUIT : CLIQUEZ ICI
Le lien quotidien qui vous relie à la communauté Supply Chain
Si l'on vous a transféré cette lettre, n'hésitez pas à vous abonner.
Si vous êtes déjà abonné, n'hésitez pas à abonner (ou à faire abonner)
vos collaborateurs et amis.

 
 
Jean-Philippe Guillaume
Directeur des rédactions
Faites profiter la communauté logistique de vos « scoops »

écrivez à la rédaction : jph.guillaume@scmag.fr
Cette Newsletter touche quotidiennement 50.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique
à l'ensemble de la communauté logistique.
 
Contacts, POUR FAIRE PARAÎTRE DE LA PUBLICITÉ
dans « Supply Chain Magazine » (sur le Web ou dans le mensuel papier)
 

Karine Dino
Attachée commerciale
Tél. 01 48 93 26 87
karine.dino@scmag.fr

Audrey Zugmeyer
Directrice de la publicité
Tél : 01 41 79 56 21
audrey.zugmeyer@scmag.fr

Tom Sénateur
Chef de publicité
Tél : 01 80 91 56 30
tom.senateur@scmag.fr
 
 
Pour modifier vos coordonnées ou vous désabonner, adressez un e-mail à :
abonnement@scmag.fr
 
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 
5 octobre 2016


OCTOBRE 2016

Jeudi 6
COMPLET
Paris-Dauphine
« Supply chain connectée et stratégie digitale »
Organisé par CCM Benchmark
et Supply Chain Magazine



Vendredi 7
Petit déjeuner
ESKER
« Digital
Supply Chain : Quels impacts
pour les services administration
des ventes ? »

Partenaire :
SCMagazine
A 8h30
Hôtel Marriott
Lyon


Jeudi 13
Conférence
DIAGMA
« Commerce
omnicanal &
Supply Chain :
refondre
l'organisation
& le pilotage de
la Supply Chain
pour optimiser
la disponibilité
produit »

Témoignage
de GEMO
Partenaire :
SCMagazine
De 9h30 à 11h30
Le XXII
Paris 9e


Jeudi 13 et
vendredi 14

FORMATION
EURODECISION
« Formation
Méthodes
et pratiques
de la prévision
des ventes »

Intervenant :
Régis Bourbonnais
Pôle Universitaire
Léonard de Vinci
Courbevoie



NOVEMBRE 2016

Vendredi 4
Séminaire du
Club de la
Logistique
« Quelles opportunités
pour
le fret fluvial
en Seine-et-
Marne ? »

Organisé par
Seine & Marne
Développement
Partenaire
SCMagazine
De 10h à 12h30
Médiathèque
Astrolabe
Melun



Lundi 7
Journée de découverte
organisée par
SAP France
« SAP Integrated
Business Planning,
la nouvelle
plate-forme
intégrée de
gestion de la
Supply Chain
en temps réel »

Partenaire
SCMagazine
De 8h45 à 16h30
SAP Executive
Business Center
Levallois-Perret



Lundi 14 au
jeudi 17

Salon
ALL4PACK
Emballage &
Manutention
« Des solutions
pour tous
les secteurs
d'activités ! »

Paris Nord
Villepinte



Mardi 22 et
mercredi 23

Salon
Supply Chain
Event
« Accélérez la
transformation
digitale »

Porte de Versailles
Pavillons 8
Paris


Mercredi 30/11
Jeudi 1/12
Vendredi 2/12

Salon SIMI
« Salon de l’immobier logistique »
Palais
des Congrès
Porte Maiilot
Paris



DÉCEMBRE 2016

Jeudi 8 et
vendredi 9

Formation
EURODECISION
« Comment
optimiser ses
approvisionnement
pour une
meilleure gestion
des stocks ? »

EURODECISION
Versailles