Partager sur
LinkedIn Twitter Facebook
 

Est-il bien
raisonnable
de prévoir ?
Dans un monde aussi inattendu qu'incertain, est-il bien raisonnable de prévoir ? Cette question qui pourrait être un sujet de philo est en fait celle que se pose au quotidien des milliers de Managers confrontés aux affres de l'incertitude : l'extrême complexité des Supply Chains, les nouvelles contraintes de l'omnicanalité, la pression des délais, la versatilité des marchés, rendent l'exercice du prévisionniste de plus en plus difficile. Ce qui conduit naturellement à s'interroger sur la nécessité d'anticiper et de planifier. « J'étais sur le point de mettre en place un processus S&OP mais je me demande aujourd'hui si cela en vaut la peine ? » S'interrogeait jeudi dernier un participant à la conférence « refondre la SC pour améliorer la disponibilité produit », organisée par le cabinet Diagma (voir ci-dessous). La réponse que fit François Lejoncour, directeur SC de Gemo fut à cet égard extrêmement claire : la planification est plus que jamais nécessaire. L'idée étant qu'on ne peut pas être dans la réactivité permanente. Même si une organisation flexible et réactive permet de surmonter les imprévus, elle ne remplace en aucune façon la planification moyen/long terme en charge de réaliser la stratégie de l'entreprise (1). Donc pas de contradiction entre planifier et réagir. Bien au contraire. C'est parce que le réseau, l'organisation et les moyens seront bien dimensionnés que l'on pourra d'autant mieux gérer les aléas au plan opérationnel. Le S&OP a encore de beaux jours devant lui ! JPG
(1) Cf. le dossier : «15 conseils pour réussir votre S&OP » de Cathy Polge, à paraitre dans le numéro de SCM d'octobre.
 
 
 
 
Refonte de la
Supply Chain
Un vaste
projet de
transformation
pour Gemo
Jeudi dernier, le cabinet Diagma organisait en partenariat avec Supply Chain Magazine une conférence sur le thème « Refondre sa SC pour améliorer la disponibilité produit ». Après une courte introduction d'Olivier Dubouis, Directeur associé, c'est François Lejoncour, Directeur Supply Chain de Gemo, qui apporta pendant près d'1heure 30 son témoignage pour expliquer et commenter l'organisation mise en œuvre depuis 2 ans 1/2 par la marque dont le mot d'ordre est : « offrir à tous une mode accessible, généreuse et pétillante ». Et pour y parvenir et faire que les consommateurs puissent obtenir « le produit de leur rêve en 24 h ! » 2 impératifs : la fluidité de l'omnicanal zéro défaut et une Supply Chain forte qui structure les opérations. « Mon premier chantier a été la mise en place du S&OP et l'installation d'une tour de contrôle », expliqua François Lejoncour. « Puis nous avons externalisé la logistique du e-commerce (chez BSL) et « mis à la poubelle » notre ancien WMS au profit de la solution Manhattan, actuellement en cours de déploiement. Quel que soit le canal, l'offre doit être accessible à tous les clients en 24h ! Pour ce faire nous avons défini notre action en 4 étapes : donner de la visibilité, structurer le métier, fluidifier les opérations, accélérer les flux de marchandises ». Au plan opérationnel d'importantes décisions sont prises comme l'informatisation du grand import, la mise en place d'une plate-forme export, ou encore la mise en œuvre de la solution Cinatis pour assurer le suivi des livraisons et déclencher des alertes en cas d'anomalies. Les entrepôts de Bon Air et de Melay ont été mécanisés et automatisés avec des solutions flexibles et évolutives comme par exemple le convoyeur modulaire de Boa Système ou les petits robots de Scallog pour la préparation de commande des références à rotations lentes. Actuellement Gemo s'engage dans un autre projet d'envergure : le déploiement de la RFID. « L'objectif est la fiabilité en temps réel, la réduction des ruptures, la suppression de l'anti-volage et la localisation des articles en magasin. L'inventaire est dores et déjà réalisé en 5 heures dans le magasin pilote avec 98% de fiabilité et 50% de productivité en plus. Demain le projet sera d'intégrer les 800 fournisseurs en amont pour taguer les produits à la source ». François Lejoncour reconnait que le chantier de transformation n'est pas encore complètement terminé. Mais les premiers effets de cette refonte sont déjà bénéfiques : « L'objectif est véritablement l'accélération des flux. Je suis convaincu que celui qui ne sera pas capable de livrer en 24 h disparaitre du marché ». Une réorganisation exemplaire par sa rapidité et son ampleur. Mais aussi parce qu'elle démontre, à l'heure de la révolution digitale, l'importance stratégique de la Supply Chain dans les projets de transformation. JPG
 
   
  De gauche à droite : François Lejoncour (Gemo),
Jean-Marc Abelous
(Diagma), Olivier Dubouis (Diagma)
 
   
  Conférence Diagma/Supply Chain Magazine de jeudi
dernier : « Refondre la Supply Chain pour améliorer
la disponibilité produit »
 
 
Grande
distribution
Samada ouvre
un second site
à Lieusaint
Samada, la filiale logistique du groupe Monoprix, vient de s'engager dans un bail 3/6/9 ans pour la location d'une plate-forme logistique de 20.000 m² appartenant à Prologis à Lieusaint (77), dans le Parc d'activités Parisud. La transaction a été réalisée par le département Logistique de BNP Paribas Real Estate. Il s'agit du troisième site de Samada sur le pôle Sénart Paris Sud, avec les entrepôts existants de Lieusaint et Combs-la-Ville (tous deux raccordés fer pour pouvoir approvisionner Paris par train via le site de la Halle Gabriel Lamé à Bercy). Ce second site de Lieusaint ne sera pas embranché fer. L'objectif pour Samada est d'y traiter en flux tendus (et non plus en flux stockés) un certain nombre de références épicerie et mode/beauté au niveau national à destination de l'ensemble des magasins. C'est cet aspect flux tendus, qui demande de la place au sol pour les opérations de cross-docking, qui a conduit la Samada à ouvrir un nouveau site. JLR
 
   
 
 
 
Expédition
Boxtal se donne
les moyens de
ses ambitions
La nouvelle levée de fonds de 7 M € annoncée la semaine dernière par la société Boxtal (ex- EnvoiMoinsCher.com, voir NL n° 2328) va lui permettre de se développer en France sur trois axes stratégiques. Le premier est de renforcer sa R&D pour étoffer sa gamme de services (gestion des retours, analyses des performances/machine learning), le deuxième est de poursuivre sa stratégie commerciale d'alliance avec les leaders du e-commerce (comme c'est déjà le cas avec Prestashop et Cdiscount) et le troisième de renforcer ses investissements dans le marketing pour installer Boxtal comme la marque de référence de la livraison pour les pros sur le marché français. Parallèlement, Boxtal a déjà entamé sa stratégie d'expansion européenne, en lançant dès ce mois-ci en Espagne un service d'expédition externalisé à destination des e-commerçants, en s'appuyant sur des partenariats avec les principaux transporteurs du marché ibérique (Seur, Punto Pack, Correos, UPS). Des services équivalents devraient être ouverts prochainement dans d'autres pays européens. La société, qui compte près de 50 salariés en CDI, prévoit de recruter 30 personnes dans les prochains mois pour mettre en oeuvre tous ces projets. Trois ans après une levée de fonds de 2,6M€, le nouveau tour de table fait entrer au capital Idinvest Partners et Ecomobility Ventures aux côtés de CapHorn Invest (qui a également participé à cette levée de fonds) ou des actionnaires historiques, dont Stéphane Treppoz (PDG de Sarenza.com). Le service d'expédition et de suivi de Boxtal, qui permet aux professionnels d'accéder en quelques clics à des tarifs négociés auprès des 17 grands transporteurs du marché (dont La Poste, Relais Colis, Mondial Relay, Fedex, UPS, DHL, TNT, Deliveree) compte actuellement 170.000 clients, dont 5.000 e-commerçants. L'objectif pour cette année est d'atteindre un volume de ventes de 25 M€. JLR
 
   
  L'équipe Boxtal ©Boxtal  
 
DDMRP
ProCC s'allie
Silverprod




Le cabinet de conseil en Management spécialisé dans la Théorie des Contraintes (TOC) ProCC a souhaité se rapprocher de l'éditeur d'ERP Silverprod pour y intégrer le concept de Demand Driven Material Requirement Planning (DDMRP). Le but est pour lui de pouvoir gérer les stocks de manière dynamique, particulièrement chez ses clients qui travaillent à l'affaire et tendent à mobiliser des stocks importants par crainte de ruptures préjudiciables aux projets, avec des immobilisations financières et de trésorerie. « Nous accompagnons nos clients sur les méthodologies de gestion de projet et de gestion de production depuis plusieurs années. Mais nous buttons sur le problème des outils informatique pour accompagner la méthode DDMRP : on ne peut plus continuer à utiliser des patchs Excel pour résoudre ces problèmes. […] Nous avons souhaité nous rapprocher d'une société de logiciel à l'écoute de ce besoin et avec qui nous partagions les mêmes affinités : c'est le cas de Silverprod », expose Jean-Pierre Bernard, Consultant Associé à ProCC. « L'innovation dans le DDMRP consiste à faire converger dans un seul calcul de besoin des produits plutôt gérés visuellement en kanban et les autres produits pour lesquels le MRP traditionnel est adapté. Cette convergence permet de traiter dans un seul système des produits au mode de gestion très variable. La démarche de mise en œuvre est structurante et permet de bien sensibiliser les acteurs sur les quelques leviers importants de la Supply Chain », estime pour sa part Jacques Berrot, Directeur R&D chez Silverprod. CP
Photo de haut en bas :
Jean-Pierre Bernard, Consultant Associé à ProCC
Jacques Berrot, Directeur R&D chez Silverprod
 
 
 
 
INFOS INTERNATIONALES  

Italie
XPO Logistics
approvisionne
les aéroports
romains
Avec Aeroporti di Roma, qui gère les aéroports de Fiumicino et Ciampino, XPO Logistics vient de déployer un processus simplifiant la gestion des flux de marchandises destinés aux boutiques des différents terminaux (par lesquels 46 M de passagers ont transité en 2015). La formule repose sur un entrepôt mis en place par le prestataire, et elle englobe la consolidation du stock entrant, un volet contrôle et triage des marchandises, leur stockage multi-température, ainsi que l'expédition et la livraison à plus de 150 commerces à ce jour. La gamme des produits concernés est large : aliments, boissons, produits d'hygiène, jouets, articles de mode, appareils électroniques, journaux, etc. Au total, 27 collaborateurs de XPO sont mobilisés in situ, sans parler des véhicules permettant d'acheminer les livraisons vers 9 points d'accès sécurisés, et de livrer directement les boutiques. Idem dans le sens inverse pour les retours de marchandises à l'entrepôt. Dans un contexte très exigeant en matière de sécurité, la prestation permet de réduire l'encombrement des zones aéroportuaires et se veut flexible pour répondre au mieux aux attentes des distributeurs en termes d'accès rapide au stock ou d'horaires de livraison. « Au cours des premiers mois d'activité, le nombre des boutiques recourant à nos services a déjà triplé », se félicite-ton chez XPO. Notons qu'une formule similaire avait déjà été déployée dans les aéroports de Manchester et Londres-Stansted. MR
Photo : XPO Logistics ©ADR
 
   
 

Moldavie
50 M€ pour
moderniser le
chemin de fer
La Banque européenne d'investissement (BEI) va prêter
50 M€ à la République de Moldavie pour financer l'amélioration et la modernisation du son réseau ferroviaire et du matériel roulant. Ce projet comporte deux volets :
1. l'acquisition de locomotives diesel et
2. la modernisation de certains tronçons du réseau ferroviaire à commencer par ceux dont la rénovation est urgente. Le prêt de la BEI contribuera à faciliter les échanges commerciaux tant en Moldavie qu'entre la Moldavie et ses partenaires commerciaux dans l'UE et dans les pays voisins orientaux. Il permettra de renforcer la compétitivité des produits locaux et de générer des gains d'efficacité susceptibles de développer les exportations. Le projet s'inscrit dans le cadre d'un programme plus vaste visant également la restructuration du secteur ferroviaire moldave, de sorte à proposer des services adéquats et à faire concurrence aux autres modes de transport, au profit du report modal et de l'environnement. Le projet accroîtra la sécurité et la vitesse opérationnelle tout en réduisant les coûts d'exploitation du matériel roulant et des installations de maintenance, ce qui améliorera la viabilité financière de la compagnie nationale des chemins de fer moldaves, le bénéficiaire final du prêt de la BEI. PM
 
 

USA
Les 3PL
deviennent
un allié
stratégique
Capgemini, Penn State Smeal College of Business et Penske Logistics publient cette année la 21e édition de l'étude 3PL (2017 Third Party Logistics Study). Il en ressort que les 3PL ne sont plus un simple partenaire « opérationnel et transactionnel » pour les chargeurs mais un allié de plus en plus stratégique. 73% des chargeurs et 90% (seulement) des 3PL considèrent que ces derniers sont une force d'innovation qui améliore l'efficacité des opérations logistiques. De plus en plus ouverts, 44% des chargeurs et 86% des 3PL vont même jusqu'à reconnaitre la valeur de la collaboration avec des sociétés extérieures, fussent-elles concurrentes, pour améliorer leur performance et réduire leurs dépenses. Question satisfaction de la relation commerciale, 97% des 3PL et 91% de leurs clients considèrent leur partenariat comme un succès et estiment que leur travail commun fournit des résultats probants. Nécessairement plus optimistes, les 3PL (93%) déclarent que leur action a contribué à réduire les coûts logistiques de leur clients, 75% d'entre eux sont d'accord avec leur prestataire, et estiment à 98% avoir favorisé la qualité de la satisfaction client, les chargeurs acquiesçant à hauteur 86%. Enfin, si la qualité du système d'information des prestataires reste un élément différentiateur pour les chargeurs, Capgemini observe que ceux-ci continuent majoritairement de gérer en propre les activités dites stratégiques, demandant un outil IT pointu et celles touchant le client en direct. PM  
 

ABONNEMENT GRATUIT : CLIQUEZ ICI
Le lien quotidien qui vous relie à la communauté Supply Chain
Si l'on vous a transféré cette lettre, n'hésitez pas à vous abonner.
Si vous êtes déjà abonné, n'hésitez pas à abonner (ou à faire abonner)
vos collaborateurs et amis.

 
 
Jean-Philippe Guillaume
Directeur des rédactions
Faites profiter la communauté logistique de vos « scoops »

écrivez à la rédaction : jph.guillaume@scmag.fr
Cette Newsletter touche quotidiennement 50.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique
à l'ensemble de la communauté logistique.
 
Contacts, POUR FAIRE PARAÎTRE DE LA PUBLICITÉ
dans « Supply Chain Magazine » (sur le Web ou dans le mensuel papier)
 

Karine Dino
Attachée commerciale
Tél. 01 48 93 26 87
karine.dino@scmag.fr

Audrey Zugmeyer
Directrice de la publicité
Tél : 01 41 79 56 21
audrey.zugmeyer@scmag.fr

Tom Sénateur
Chef de publicité
Tél : 01 80 91 56 30
tom.senateur@scmag.fr
 
 
Pour modifier vos coordonnées ou vous désabonner, adressez un e-mail à :
abonnement@scmag.fr
 
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 
17 octobre 2016


NOVEMBRE 2016

Vendredi 4
Séminaire du
Club de la
Logistique
« Quelles opportunités
pour
le fret fluvial
en Seine-et-
Marne ? »

Organisé par
Seine & Marne
Développement
Partenaire
SCMagazine
De 10h à 12h30
Médiathèque
Astrolabe
Melun



Lundi 7
Journée de découverte
organisée par
SAP France
« SAP Integrated
Business Planning,
la nouvelle
plate-forme
intégrée de
gestion de la
Supply Chain
en temps réel »

Partenaire
SCMagazine
De 8h45 à 16h30
SAP Executive
Business Center
Levallois-Perret


Lundi 14 au
jeudi 17

Salon
ALL4PACK
Emballage &
Manutention
« Des solutions
pour tous
les secteurs
d'activités ! »

Paris Nord
Villepinte


Mardi 22 et
mercredi 23

Salon
Supply Chain
Event
« Accélérez la
transformation
digitale »

Porte de Versailles
Pavillons 8
Paris


Mercredi 30
Conférences R2D
de Balyo
« Les enjeux de la robotisation de l'économie »
De 9h45 à 15h50
Moissy-Cramayel
Navette à partir
de Paris


Mercredi 30/11
Jeudi 1/12
Vendredi 2/12

Salon SIMI
« Salon de l’immobier logistique »
Palais
des Congrès
Porte Maiilot
Paris



DÉCEMBRE 2016

Jeudi 1
Webinaire
BOARD
« La puissance
du Décisionnel
au service de
la Planification Industrielle »

Intervenant :
Gilles ALAIS,
Country Manager BOARD France.
De 10h30 à 11h30


Jeudi 8 et
vendredi 9

Formation
EURODECISION
« Comment
optimiser ses
approvisionnement
pour une
meilleure gestion
des stocks ? »

EURODECISION
Versailles