Partager sur
LinkedIn Twitter Facebook
Mécanisation
Boa Concept
sur le chemin
de la croissance
sereine
Petite start-up deviendra grande. Créée en avril 2012, la société stéphanoise Boa Concept clôture cette année 2016 sur un CA d'environ 6,5 M€, soit près du double de celui réalisé en 2015 (3,5 M€). Le seuil des 7 M€ aurait même pu être dépassé si le spécialiste du convoyeur modulaire intelligent, victime de son succès durant cette fin d'année, n'avait pas dû légèrement décaler au 2 janvier 2017 le démarrage d'une de ses commandes en cours. « Nous observons une évolution très nette de la taille des dossiers traités » a constaté hier Chantal Ledoux, Directrice Générale et co-Fondatrice de Boa Concept. Si les plus petits contrats portent sur des montants autour de 50.000 € (typiquement avec une vingtaine de mètre de convoyeurs et quelques équipements associés), deux gros déploiements ont dépassé chacun les 2,2 M€ en 2016. Il s'agit de l'installation de 1.600 m de lignes de manutention, avec machines d'emballage et systèmes d'étiquetage, sur deux cellules de 5.000 m2 du nouveau site d'Oscaro.com à Cergy et du premier contrat décroché par Boa Concept en Allemagne, à Hanovre, pour le compte d'un client français dont le nom n'a pas encore été annoncé. Pour 2017, le carnet de commandes s'annonce bien garni, avec notamment cinq systèmes « de taille raisonnable » en cours de fabrication dans les prochains mois. « Tout le monde a beaucoup donné sur cette fin d'année 2016, pour faire face à la très forte activité que nous avons connue pour livrer nos systèmes, et nous cherchons aujourd'hui à devenir une société où les collaborateurs peuvent aussi prendre quelques vacances » a tenu à souligner Chantal Ledoux. En 2016, l'effectif est passé de 11 à 26 personnes, avec des embauches à tous les niveaux (production, installation, administratifs, bureau d'étude, ingénieurs commerciaux). Le nouveau site de Saint-Etienne de 1.500 m2 (avec atelier de fabrication et de stockage) va s'agrandir de 1.200 m2 supplémentaires dès le 1er janvier 2017. Et après cette « année charnière » de 2016, Boa Concept prévoit de poursuivre ses recrutement en 2017, avec une quinzaine d'embauches, y compris à des postes de direction. Le CA prévisionnel aux alentours de 10 M€ place la trajectoire de la société avec une avance de trois ans par rapport son business plan initial, qui prévoyait un CA de 5,5 M€ en 2017, et 10 M€ en 2020 ! (voir suite) JLR
 
   
  De droite à gauche : Chantal Ledoux, Directrice générale de Boa Concept, Sylvia Monteagudo, Directrice du développement, et les deux nouveaux arrivés de l'équipe commerciale, Virginie Bourgeois et David Martins  
 
 
 
Mécanisation
(suite)
Les projets de
BOA Concept
pour 2017



« Une de nos ambitions 2017 est de nous ouvrir les portes des marchés de l'industrie, avec notamment l'objectif d'y développer nos solutions pour les charges lourdes » a déclaré Chantal Ledoux, la Directrice générale de Boa Concept. Par ailleurs, la tendance s'est confirmée en 2016 d'une évolution de plus en plus marquée vers un métier non pas seulement de concepteur et de constructeur de systèmes de convoyage automatisé mais d'intégrateur de solutions complètes clés-en-main, comprenant l'ensemble des équipements, les étiqueteuses, les machines d'emballage, les racks, les étagères, etc. La société a renforcé ses équipes pour répondre à cette demande et a également développé cette année de nouvelles interfaces de son système de pilotage avec des équipements tels que les élévateurs Qimarox, les machines d'emballage (notamment B+ Equipment et e3neo), les systèmes de dépose de documents et des extensibles motorisés. A l'international, Boa Concept prévoit d'ouvrir une filiale dès l'année prochaine au Benelux, de poursuivre son développement en Allemagne (où elle s'appuie déjà sur un agent commercial), et de faire aboutir les discussions en cours qu'elle a engagées avec des intégrateurs sur les marché espagnol et portugais. Quant à la mise en place future d'une solution locative de type « conveyor as a service », envisagée dès l'origine (voir NL n°1937), la société n'a pas renoncé à bâtir cette offre, sans doute en s'adossant à un organisme de financement. Mais compte tenu de la densité de son plan d'actions pour 2017, ce sera sans doute plutôt pour 2018. JLR
Photo : Chantal Ledoux
 
 
Immobilier
logistique
Argan
a diversifié
son patrimoine
en 2016
Le loueur-développeur d'entrepôts Premium dresse le bilan de son activité 2016. Côté investissements, 88 M€ ont été consacrés à une demi-douzaine d'opérations, représentant un total de 85.000 m². Pour Argan, l'année avait débuté avec la mise en loyer d'une plateforme de 11.000 m² dédiée aux produits frais de Simply Market, à Cergy-Pontoise (95). Puis 3 livraisons sont intervenues au fil de l'été : celle d'une messagerie de 5.000 m² pour DPD à Trappes (95), suivie au même endroit d'une plate-forme de 13.000 m² pour le spécialiste de la gestion documentaire Recall. Et en septembre, Argan livrait à la Maison du Whisky 12.000 m² d'une plateforme extensible à 30.000 m², à proximité de celle de Simply Market à Cergy-Pontoise. Les 2 livraisons suivantes ont porté sur l'extension de plates-formes XXL : d'abord pour FM Logistic, dont le site dijonnais est passé de 72.000 à 78.000 m², puis pour Decathlon dont le site de Valenciennes s'est agrandi de 18.000 m², pour atteindre les 75.000. Enfin courant décembre, Argan a mené l'acquisition de 2 plates-formes en région parisienne, pour un total de 18 000 m². Il faut relever qu'en 2016, la quasi-totalité des opérations d'Argan ont porté sur des surfaces assez modestes, avec un intérêt centré sur l'Ile-de-France, à l'exception des deux extensions de plates-formes XXL. Ce profil d'entrepôts dépassant les 50.000 m² représente 43% des 1,37 M de m² du portefeuille du développeur. Notons aussi que la surface totale de son patrimoine a légèrement reculé, compte tenu de la cession de 5 plates-formes logistiques au fil de l'année, pour un total de 115.000 m² et 75 M€. D'un point de vue économique, le bilan est pourtant plutôt positif pour Argan, vu que les surfaces cédées généraient 5,3 M€ de loyers, contre 6,6 M€ pour celles développées dans l'année, dont les baux ont été signés pour 9 à 12 ans fermes. La foncière française va ainsi attaquer 2017 avec une cinquantaine d'entrepôts en parc, occupés à 99%, et valorisés à 1 Md €. MR
 
 
 
 
Pièces
de rechanges
automobiles
Partenariat
stratégique
en vue entre
Renault et le
groupe Laurent
Renault, le GCR (Groupement des Concessionnaires Renault)et le Groupe Laurent ont annoncé hier la signature d'une lettre d'intention visant à former un partenariat stratégique sur le marché de la distribution de pièces détachées automobile multimarques en France. L'accord envisagé prévoit que Renault et Ciscar (filiale de GCR) prennent une participation, à hauteur de respectivement 23,5% et 11,5%, dans le capital d'Exadis, la filiale de distribution du groupe Laurent. Mais le partenariat stratégique s'inscrit aussi dans un projet global de mise à disposition par la Exadis d'une offre large de pièces détachées et de services disponibles au sein d'un réseau de plateformes de distribution réparti sur l'ensemble du territoire national. Exadis s'appuie actuellement sur huit plateformes logistiques en France, à Gennevilliers, Lyon, Marseille, Nancy, Nantes, Saint-Etienne et Toulouse, avec des livraisons en H+4 ou J+1. Pour Renault, qui distribue aujourd'hui des pièces d'origine constructeur Renault et Dacia (et des pièces Motrio et Equation destinées au parc ancien), cet accord lui donne l'opportunité d'élargir son offre à 45.000 références de pièces de rechange d'équipementiers à destination de ses 15.000 clients concessionnaires, agents et mécaniciens-réparateurs automobile. JLR  
 
Pièces
de rechanges
automobiles
PSA en pleine
réorganisation
de sa logistique
européenne
Pour accompagner sa stratégie après-vente multimarque, le groupe PSA s'est aussi de son côté lancé dans la refonte de son réseau logistique. Parmi ses objectifs en 2017, le groupe automobile français veut faire évoluer son réseau de distribution de pièces de rechange en Europe en réduisant le nombre de ses distributeurs de 2.500 aujourd'hui, avec des stocks de 5.000 références de pièces d'origine en moyenne, à 140 plates-formes demain, beaucoup plus puissantes (certaines avec un CA de plus de 100 M€) et avec des largeurs de stocks nettement plus importantes : en moyenne 20.000 références pour les pièces d'origine, mais aussi 20.000 références de pièces de type IAM (Independant After Market). Certaines de ces plaques logistiques sont déjà opérationnelles, d'autres sont en cours de mise en place, soit avec des investisseurs privés (pour les deux tiers), soit via une solution en interne (PSA Retail). Le développement de l'activité après-vente multimarques (+10% du CA d'ici 2018 et +25% d'ici 2021) est l'un des six axes de développement majeur du Plan stratégique Push to Pass du groupe PSA. Le cœur du dispositif de logistique pièces de rechange du groupe reste le centre mondial de Vesoul (42 ha, 180.000 références), qui entame actuellement un plan de transformation ambitieux baptisé Evolus (anagramme de Vesoul) visant à baisser de 30% les coûts logistiques d'ici trois ans, y compris en optimisant le plan de transport. JLR
Photo : PSA Vesoul ©PSA
 
   
 
Digitalisation
Le « jumeau
numérique »,
un axe
stratégique
pour PTC
« Inventé par l'US Air Force pour faciliter la maintenance et le déploiement des avions, le jumeau numérique permet une traçabilité complète du produit physique », a souligné mardi à Paris Paul Grenet, Vice-Président division EMEA de PTC. Ce modèle digital dynamique, issu du logiciel de CAO (conception assistée par ordinateur), est géré via le PLM (Product Lifecycle Management) en lien avec l'ERP. Une fois le produit physique connecté au système, celui-ci et son double digital communiquent, permettant de mettre à jour le modèle. Le contrôle de la production est facilité et la visibilité tout au long du cycle de vie du produit améliorée. Le jumeau numérique est l'un des axes stratégiques de PTC, avec son repositionnement vers les applications orientées vers la réalité augmentée et l'Internet des objets, fondement d'une « nouvelle révolution industrielle. » La stratégie repose sur 2 piliers : offres logicielles connectées (CAO, PLM et services), c'est-à-dire capables de gérer et traiter les données issues de l'IoT, plate-forme ThingWorx qui met à disposition des outils de développement rapide pour l'écosystème qui souhaite développer des solutions sectorielles. Menant une politique de souscription de licences en location (56% du chiffre d'affaires de l'année fiscale 2016, notamment grâce à un plan de conversion des clients actuels), l'éditeur a souligné l'attirance grandissante pour le cloud. 20% de ses ventes se font sur le cloud, dont la moitié via l'offre d'hébergement de PTC en Irlande ou aux Etats-Unis, l'autre sur le cloud d'Amazon ou d'Azure. PTC cite Roche Diagnostics, C&A et Burberry. CC  
   
  Damien Lyant, Vice President PTC France,
Pascal Naparty
, Directeur technique France et Paul Grenet, Vice-Président division EMEA de PTC ©C.Calais
 
 
INFOS INTERNATIONALES  

Pays-Bas
Stef rachète
Vers Express
et prend une
participation
dans Netko

Après l'acquisition de la société Speksnijder (2014) et l'achat d'un terrain de 20.000 m² à Bodegraven (2015), Stef poursuit son expansion aux Pays-Bas avec la reprise de la société Vers Express (Eindhoven) ainsi que l'immobilier et une participation minoritaire dans la société Netko (Raalte). Le spécialiste du froid renforce ainsi son maillage dans le pays et y élargit son offre de services en transport et en logistique sous température dirigée. Désormais l'entreprise dispose aux Pays-Bas de trois sites, d'une superficie totale de 16.000 m² répartis sur l'ensemble du territoire. Au Nord-Est, à Raalte, une base transport et logistique en froid positif (2-4°C) de 2.500 m² (Netko). Au Sud-Est, à Eindhoven, un site transport en froid positif (2-4°C) de 2.000 m² (Vers-Express). Au Centre, à Bodegraven, un entrepôt transport et logistique en froid positif (2-4°C) et négatif (-25°C) de 6.500 m² (Speksnijder) qui devrait être doté en septembre 2017 d'une capacité supplémentaire en froid positif (2-4°C) de 5.000 m². Dans ce pays, les activités transport et logistique sont dirigées par Christian Dooms. Elles comptent actuellement près de 300 clients : « Ces acquisitions concrétisent nos ambitions de développement aux Pays-Bas sur nos deux métiers que sont le transport et les prestations logistiques dédiés aux produits alimentaires sous-température dirigée », a commenté Serge Capitaine, Directeur Général délégué. JPG  
 

Suisse
Yusen
s'implante
à Zurich
Le réseau européen de Yusen Logistics s'agrandit à nouveau et comptera au 1er janvier 2017 une plate-forme près de l'aéroport du Zurich en Suisse. Ce nouveau site, son 78e en Europe, proposera une gamme complète de prestations notamment le fret aérien et maritime, le transport routier, la gestion des procédures douanières, et au besoin, le stockage et la distribution à l'échelle nationale. Le prestataire japonais entend ainsi améliorer la qualité de son service en se rapprochant de ses clients suisses, il est particulièrement présent dans les secteurs automobile, aéronautique, technologique, mais aussi du retail et de la santé. PM  
   
 

Australie
Carlos Velez
Rodriguez
prend les
commandes
de Ceva
Ceva Logistics a recruté Carlos Velez Rodriguez au poste de Managing Director Australie & Nouvelle Zélande. De nationalité autrichienne, il est trilingue français, anglais et espagnol, la langue de son pays natal (la Colombie). Il a rejoint le prestataire néerlandais après avoir travaillé 10 ans pour FM Logistic ou il était depuis 2007 Directeur Général pour l'Europe Centrale. Il avait auparavant dirigé 2020 Logistics Spain, devenu Brighstar Spain, ainsi que Regus Espagne en 2000 et 2003. Sa carrière l'a amené à travailler en Amérique Latine, aux USA, et en Europe. Il aura ainsi l'occasion de découvrir un quatrième continent, il sera en effet basé à Melbourne et reportera directement à Xavier Urbain, CEO de Ceva Logistics. PM
Photo : Carlos Velez Rodriguez
 
 

ABONNEMENT GRATUIT : CLIQUEZ ICI
Le lien quotidien qui vous relie à la communauté Supply Chain
Si l'on vous a transféré cette lettre, n'hésitez pas à vous abonner.
Si vous êtes déjà abonné, n'hésitez pas à abonner (ou à faire abonner)
vos collaborateurs et amis.

 
 
Jean-Philippe Guillaume
Directeur des rédactions
Faites profiter la communauté logistique de vos « scoops »

écrivez à la rédaction : jph.guillaume@scmag.fr
Cette Newsletter touche quotidiennement 50.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique
à l'ensemble de la communauté logistique.
 
Contacts, POUR FAIRE PARAÎTRE DE LA PUBLICITÉ
dans « Supply Chain Magazine » (sur le Web ou dans le mensuel papier)
 

Karine Dino
Attachée commerciale
Tél. 01 48 93 26 87
karine.dino@scmag.fr

Audrey Zugmeyer
Directrice de la publicité
Tél : 01 41 79 56 21
audrey.zugmeyer@scmag.fr
 
 
Pour modifier vos coordonnées, adressez un e-mail à : abonnement@scmag.fr  
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 
14 décembre 2016


JANVIER 2017

Jeudi 19
FORUM
DES ROIS DE LA
SUPPLY CHAIN
« Présentation
des 8 dossiers
en compétitio
n
pour
les Trophées »

De 9h à 18h
Salons de l'Aveyron
Paris 12e



Jeudi 19
Les partenaires
du Forum
des ROIS de la
Supply Chain

Jeudi 19
SOIRÉE
DES ROIS DE LA
SUPPLY CHAIN à
l'Elysée Montmartre
Le Trianon
Paris 18e


Les partenaires
de la remise
des Trophées
2017