Partager sur
LinkedIn Twitter Facebook
Planification
L'Europe
peut mieux faire
en termes de
segmentation
de la SC





Aux dires de nombreux consultants, la stratégie de segmentation de la Supply Chain est l'une des bonnes pratiques de la planification à long terme. Le principe est de regrouper les cas métiers pour constituer des ensembles cohérents plus simples à appréhender en croisant différents critères (type de produits, types de clients, volumétrie, fréquence et contraintes de production, critères géographiques, etc.). Or d'après une récente étude menée en août et septembre auprès de 101 industriels européens par l'éditeur JDA Software et l'université anglaise de Warwick, seulement 39% des entreprises interrogées estiment avoir construit des modèles de segmentation basés sur les données. Encore plus étonnant : elles ne sont que 18% à considérer l'analyse des données comme critique dans leur processus de planification de leur Supply Chain ! Intitulée « Supply Chain Segmentation : A Window of Opportunity for European Manufacturing », cette enquête révèle également que près d'un quart des entreprises interrogées reconnaissent avoir une approche empirique plutôt que basée sur des modèles dynamiques de données. « Les résultats de l'étude suggèrent que certaines organisations n'ont pas la capacité d'adapter leur Supply Chain à leurs besoins business, et que le manque de capacité d'analyse est monnaie courante » a déclaré Hans-Georg Kaltenbrunner, vice-Président Manufacturing Industry Strategy pour la région EMEA chez JDA Software. Autre enseignement, ceux qui affirment avoir mis en pratique cette segmentation de la SC indiquent à 29% avoir suivi une approche « top down », et non pas basées sur les remontées des données issues du terrain. « La segmentation n'est pas une nouvelle pratique dans le domaine de la Supply Chain, malgré cela, notre étude révèle qu'elle est encore sous-développée. Cela devrait pourtant être la loupe qui grossit les signaux complexes venant du marché, afin d'aider les entreprises à configurer leur Supply Chain, s'assurant que celle-ci soit adaptée aux objectifs de l'entreprise et apportant une rentabilité maximale » a précisé la professeure Janet Godsell, du département WMG de l'Université de Warwick. JLR
Photo 1 : Hans-Georg Kaltenbrunner, vice-Président Manufacturing Industry Strategy pour la région EMEA
chez JDA Software

Photo 2 : Janet Godsell du département WMG
de l'Université de Warwick

 
 
 
 
Enseignement
FM Logistic
expérimente
sur site un outil
de modélisation
issu d'un projet
de recherche
Après 4 années de travail et une phase pilote réussie, FM va déployer Di@log, un outil de modélisation développé à EM Strasbourg Business School, dans le cadre d'un projet de recherche. Il s'appuie sur la méthode SCOR (Supply Chain Operations Reference) pour déterminer des indicateurs clés de performance, en les classifiant selon leur orientation interne (efficacité opérationnelle) ou externe. Di@Log est un outil 100% informatisé qui capitalise et modélise les connaissances et l'expertise de FM Logistic ainsi que des articles scientifiques pour réimplanter les activités en entrepôt. « Il est ainsi capable de donner une vision globale des activités, de simuler des interactions entre elles, de les évaluer via des indicateurs de performance, et de proposer les solutions les plus pertinentes », confie le prestataire. Au stade de prototype, l'outil aurait été testé avec succès sur la plate-forme d'Epaux-Bézu (02). Depuis 2011, FM Logistic soutient le Pôle d'enseignement EM Strasbourg et sa Chaire en Supply Chain Management, en finançant régulièrement des projets de recherche. Interrogé sur l'intérêt d'accompagner un étudiant dans l'élaboration de sa thèse, Stéphane Mornay, directeur des fonctions support du groupe FM Logistic explique : « Encadrer le travail d'un thésard est un exercice très formateur. Nous avons dû nous adapter et apprendre à travailler ensemble, pour obtenir un outil de travail innovant, utilisable dans nos entrepôts. Aujourd'hui, nous réitérons l'expérience en accompagnant un nouveau chercheur. Le sujet de sa thèse ? L'entrepôt du futur ». JPG
 
 
Pièces
détachées
Un distributeur
à carrousel
pour éviter le
« libre-service »
D'après CribMaster, la marque du groupe américain Stanley spécialisée dans les solutions d'inventaires et de gestion de ressources pour environnements industriels, sa machine ProStock a déjà prouvé, notamment outre-Atlantique, sa capacité à réduire les dépenses de stock entre 25 et 45%. De quoi s'agit-il ? D'un distributeur automatique de type carrousel, doté d'un logiciel intégré de gestion de stocks, et conçu pour des petites pièces, pour les processus de type MRO par exemple (Maintenance, Repair & Operations). La caractéristique du carrousel Prostock est l'utilisation de sections en forme de camemberts qui permettent de gérer de manière unitaire, et non plus en mode libre-service, la distribution des pièces, même de tailles différentes (petits objets, outils de coupe, embouts, piles mais aussi des objets plus volumineux comme des kits ou des outils). Pour se servir, il faut s'auto-identifier à l'aide d'un badge ou d'un code puis sélectionner les objets correspondants. Le logiciel enregistre la transaction et actualise la base de données en temps réel. JLR
 
   
 
 
 
Maritime
HMM, reculer
pour mieux
sauter

Les plans de croissance de Hyundai Merchant Marine sont retardés et non annulés, c'est le message qu'a fait passer Chang-keun Yoo, CEO de HMM depuis septembre dernier, à nos confrères du Wall Street Journal. En attendant que l'armateur retrouve ses esprits après la chute de son compatriote Hanjin et le mouvement de panique qu'elle a provoqué, HMM abandonne ou plus exactement remet à plus tard l'idée de racheter à ce dernier ses parts dans l'opérateur portuaire Total Terminals (Long Beach) et laisse donc la voie libre à MSC. C.K. Yoo indique en effet qu'il souhaite revenir sur cet investissement à une date ultérieure.
De la même manière, HMM refuse de tirer un trait sur un véritable partenariat avec l'alliance 2M et considère leur dernier accord, un simple échange de slots, comme un premier pas et en aucun cas comme définitif. La raison est simple, il y va de la pérennité de l'armateur. En effet, si C.K. Yoo insiste sur le fait que HMM demeurera une société indépendante, il concède qu'elle ne pourra pas rester à flot sans un solide partenariat tel que celui que lui font miroiter Maersk et MSC. PM
 
 
INFOS INTERNATIONALES  


USA
Combien
coûtent
les retours ?

Si la saison des fêtes est synonyme de ventes record pour les distributeurs, elle engendre également des volumes record de retours. Selon CNBC, 8% des marchandises sont renvoyées en magasin ou en entrepôt chaque année aux Etats-Unis. La part des retours monte à 10% en période de fêtes et à 30% globalement pour les achats en ligne. Les goûts, les couleurs (et les tailles !) ne se discutant pas, le textile connait un taux de retour de 40%. Quelque 260 Md$ de ventes ont ainsi été annulées en 2015, un chiffre qui grimpe chaque année avec l'avancée du e-commerce. Après avoir étudié la politique de gestion des retours de 300 distributeurs ayant déployé des stratégies de ventes omnicanales, le Gartner estime que seulement 50% des articles retournés sont revendus au prix fort, ce qui représente un manque à gagner conséquent. S'ajoute à cela le cout du reconditionnement et de la reverse logistique dans son ensemble et la facture grimpe encore. Les distributeurs sont donc face à un dilemme, et à plus forte raison en cette fin d'année : afficher une politique de retours souple et généreuse qui devrait augmenter les ventes mais aussi mécaniquement les retours, ou adopter une ligne plus dure. Une chose est sûre, une logistique des retours bien rodée est la meilleure façon de réduire leur coût. PM  
 

ABONNEMENT GRATUIT : CLIQUEZ ICI
Le lien quotidien qui vous relie à la communauté Supply Chain
Si l'on vous a transféré cette lettre, n'hésitez pas à vous abonner.
Si vous êtes déjà abonné, n'hésitez pas à abonner (ou à faire abonner)
vos collaborateurs et amis.

 
 
Jean-Philippe Guillaume
Directeur des rédactions
Faites profiter la communauté logistique de vos « scoops »

écrivez à la rédaction : jph.guillaume@scmag.fr
Cette Newsletter touche quotidiennement 50.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique
à l'ensemble de la communauté logistique.
 
Contacts, POUR FAIRE PARAÎTRE DE LA PUBLICITÉ
dans « Supply Chain Magazine » (sur le Web ou dans le mensuel papier)
 

Karine Dino
Attachée commerciale
Tél. 01 48 93 26 87
karine.dino@scmag.fr

Audrey Zugmeyer
Directrice de la publicité
Tél : 01 41 79 56 21
audrey.zugmeyer@scmag.fr
 
 
Pour modifier vos coordonnées, adressez un e-mail à : abonnement@scmag.fr  
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 
21 décembre 2016


JANVIER 2017

Jeudi 19
FORUM
DES ROIS DE LA
SUPPLY CHAIN
« Présentation
des 8 dossiers
en compétitio
n
pour
les Trophées »

De 9h à 18h
Salons de l'Aveyron
Paris 12e



Jeudi 19
Les partenaires
du Forum
des ROIS de la
Supply Chain

Jeudi 19
SOIRÉE
DES ROIS DE LA
SUPPLY CHAIN à
l'Elysée Montmartre
Le Trianon
Paris 18e

Les partenaires
de la remise
des Trophées
2017




FÉVRIER 2017


Jeudi 2

Conférence
DESCARTES
« Livraison
à domicile :
Le client assigné
à résidence ? »

Intervenants
Butagaz,
Cogepart
et Houra
Partenaire :
SCMagazine
De 15h30 à 19h
Paris
Salons de l'hôtel
des Arts et Métiers