Partager sur
LinkedIn Twitter Facebook
Supply Chain
Magazine
Le numéro
de décembre
« Spécial
nouvelles
technologies »

est en ligne !


Le Supply Chain Magazine n°110 du mois de décembre est en ligne et en accès libre dans son intégralité à partir d'aujourd'hui. Dans ce numéro de 118 pages, toute la rédaction s'est mobilisée pour réaliser une grande enquête sur l'impact concret sur la Supply Chain de l'arrivée des nouvelles technologies telles que l'impression 3D, l'Internet des Objets, la Blockchain, les robots collaboratifs, la réalité augmentée ou encore le Big Data. Dans ce numéro, vous pourrez également consulter en détail les huit dossiers finalistes avant leur entrée en compétition pour la 11e édition du Forum des Rois de la SC, qui aura lieu le 19 janvier 2017 aux Salons de l'Aveyron, à Paris Bercy. Les 19 autres candidatures présélectionnées font par ailleurs l'objet d'un petit récapitulatif des différents projets qui ont concouru à cette édition 2017. Ceux qui n'ont pas pu se rendre sur Supply Chain Event fin novembre pourront trouver dans notre magazine un résumé des principaux temps forts du salon. Quant au dossier du mois, réalisé par Maxime Rabiller, il fait le point sur l'évolution des approches et des solutions technologiques en matière de traçabilité. Et la rubrique Management se penche sur les vertus du Team Building pour fédérer les collaborateurs autour d'un même objectif. De quoi bien se préparer à la nouvelle année qui s'annonce. En attendant, bonnes fêtes et surtout bonne lecture ! JLR
Pour accéder directement à
la version électronique de Supply Chain Magazine

 
 
 
 
Automatisation
Pas de
prolongation
pour le
suramortis-
sement


La lettre ouverte au Président de la république par les trois organisations professionnelles que sont le Symop, le Syntec Numérique et le Gimélec n'aura pas changé la donne (voir NL n°2387). La prolongation du dispositif de suramortissement, pourtant avalisée par le Sénat, n'a pas été confirmée par l'Assemblée nationale dans le projet de loi de Finances Rectificative pour 2016. « Comment expliquer qu'hier les députés ont acté la fin du suramortissement quand il y a quelques années, nos concurrents italiens pérennisaient le dispositif » constate Constant Bernard, le Président du Symop. Ce dispositif fiscal mis en place le 15 avril 2015 (voir NL n°2144), permet aux entreprises encore jusqu'en avril 2017 (date de la commande) d'amortir leurs investissements dans leur outil productif à 140% de leur valeur (y compris les équipements d'automatisation en entrepôt).
Dans un nouveau communiqué, le Gimélec, le Syntec Numérique et le Symop « appellent les parlementaires et les candidats aux élections Présidentielles et Législatives à s'emparer des questions industrielles et à se rassembler pour faire des 5 années à venir des années utiles en faveur de l'industrie et de l'emploi ». JLR
Photo : Constant Bernard,
le Président du Symop ©O.Gombert
 
 
Textile
Mulliez-Flory
s'est doté d'un
nouvel outil
logistique
Début décembre, Mulliez-Flory a inauguré son nouveau site logistique à La Verrie, en Vendée : un bâtiment de 6.000 m² doté d'une mezzanine de 2.500 m², qui pourra être doublée à l'avenir. Le spécialiste du vêtement professionnel a investi 5 M€ dans cette construction réalisée par des acteurs locaux, dont le cabinet d'architecte PVA et la société d'ingénierie Audatis pour la maitrise d'œuvre. Mis en route au printemps, il fonctionne en vitesse de croisière depuis la fin juillet. Mulliez-Flory y a regroupé les activités logistiques de sa branche Image, qui développe des tenues pour plus de 350 grands comptes, dont la RATP, EDF, Arkema, Renault ou Peugeot. Avec pour chacun de 10 à 20 type de vêtements, soit plus de 6.000 références-articles au total, sans compter les variantes de tailles. « Le nouvel entrepôt peut stocker jusqu'à 4 millions de pièces, sachant que nous opérions jusque-là sur 3 sites de l'ouest de la France pour l'essentiel des volumes, ainsi que sur 2 autres à Lille et Marseille, nous explique Lionel Hermouet, le directeur Supply Chain du groupe. Au-delà de ce regroupement qui nous fait gagner en productivité, il s'agit de préparer la croissance de l'entreprise, par exemple auprès des secteurs de la défense ou de la police, qui exigent plus de profondeur de stocks. Mais surtout d'accompagner l'évolution d'un marché qui tend vers l'individualisation des commandes, avec ce que cela suppose d'enjeux de picking ou de packaging. » Pour certains clients, la logique se rapproche de celle du e-commerce, selon lui, avec un portail dédié pour que le collaborateur passe sa commande, et une livraison au plus près du besoin sous 48 à 72 h. C'est par exemple le cas dans la grande distribution, pour les réseaux de franchisés des enseignes Intermarché ou Système U. Lionel Hermouet se donne un an pour prendre la mesure des améliorations en matière de productivité et pour mieux mesurer le ROI, sachant qu'une 2e étape se profile pour 2018, qui devrait ajouter de l'automatisation via l'installation d'un convoyeur à gares. Et si la croissance de l'activité se poursuit, une extension du site pourra s'envisager dans 4-5 ans, la réserve foncière permettant de construire 12.000 m² supplémentaires. Notons que Mulliez-Flory réalise 83 M€ de CA, compte 15.000 clients actifs et habille pas moins de 2,1 millions de salariés en France et à l'international. MR
 
   
  Le nouveau site compte 400 m² de bureaux et 6000 m² d'entrepôt, avec 5 portes à quai. ©Mulliez-Flory  
   
  L'essentiel des surfaces est consacré au picking, la logistique mobilisant de 25 à 30 personnes. ©Mulliez-Flory  
 
 
 
Transport
routier
Bonilait
a considéra-
blement
fluidifié
ses arrivées
camions

Depuis la mise en place en 2014 d'un système automatisé pour l'accueil des chauffeurs, le contrôle d'accès par reconnaissance de plaques d'immatriculation et la traçabilité/ sécurisation des flux de véhicules, l'entreprise Bonilait-Protéines (groupe Sodiaal) a considérablement fluidifié les arrivées de camions sur son site principal de Chasseneuil du Poitou. Auparavant, les poids lourds qui entraient quotidiennement sur le site (entre 80 et 100 par jour) faisaient la queue selon leur ordre d'arrivée. Résultat, des temps d'attente qui pouvaient parfois atteindre plusieurs heures et aucune anticipation possible des équipes de caristes (pour le chargement des camions bâchés) et d'opérateurs de dépotage pour les remorques de liquide. La solution mise en place depuis 2014 est constituée d'une part de la plate-forme e-Gestrack de Stackr, avec une partie logicielle (contrôle d'accès, reporting, traçabilité) et des équipements matériels (bornes avec écran tactile, lecteurs de reconnaissance automatique des plaques d'immatriculation), et d'autre part d'un outil de prise de rendez-vous transporteur Optidock de GFI. Désormais, sur les deux voies d'accès au site, sans sortir de sa cabine, le chauffeur doit d'abord saisir sur écran tactile son numéro de commande (associé à une heure de rendez-vous). Le camion est ensuite pesé, avec lecture automatique de sa plaque. Une fois sur le site, après avoir remis les documents à l'accueil poids lourds, le chauffeur sait à quel quai de chargement/déchargement il doit se rendre en consultant un panneau lumineux. Au total, les poids lourds ne restent pas plus d'une heure sur le site. « Il y a eu trois à six mois d'adaptation car il a fallu que tout le monde joue le jeu, notamment nos clients, qui sont davantage obligés d'anticiper les choses avec leurs transporteurs » reconnaît Emmanuel Guichard, le Responsable prévisions, planification et approvisionnements chez Bonilait-Protéines. « C'est un gros changement des mentalités, y compris en interne et cela a contribué à grandement pacifier les tensions qui pouvaient exister chez les caristes, le service client ou les commerciaux au sujet du transport ». Par ailleurs, sur le plan de la sûreté, la mise en place du système a contribué à l'obtention de la certification OEA de Bonilait-Protéines, obtenue en 2015. JLR  
   
  Camion Bonilait ©JL.R ognon  
   
  Bonilait ©JL.Rognon  
 
Cercle
Prospectif SC
Quelle
planification
en 2030 ?
C'est pour partager leur vision de l'évolution du processus de prévision/planification d'ici 2030 qu'une douzaine de Directeurs SC de grands groupes (Alstom, Arkema, Clarins, Dassault Systèmes, Fresenius Kabi France, Groupement des Mousquetaires, LVMH, Mapa, Nokia, Safran, Vente Privée.com) se sont réunis début décembre dans le cadre du Cercle Prospectif de la Supply Chain organisé par Deloitte, en partenariat avec Supply Chain Magazine. Un premier tour de table laisse apparaître, sans surprise, que l'horizon de 2030 semble très loin à ceux dont l'activité est orientée « Fast Moving Consumer Goods » et plus proche à ceux qui ont des cycles de fabrication/maintenance plus longs. De l'avis général, on observe un raccourcissement des cycles de vie des produits et à un besoin accru de réactivité, ce qui tend à favoriser le court terme au détriment de l'anticipation. De plus, les méthodes de prévision traditionnelles ne sont pas adaptées à certaines industries (gestion à l'affaire, etc.) et les algorithmes statistiques à base d'historique marquent le pas. Pour les participants, le processus de prévision/planification ne va pas disparaître car il est essentiel de gérer les risques et le manque de visibilité dans un contexte où il faut réagir au plus vite face aux aléas comme aux opportunités (commande imprévue réalisable, rentable ?). Il va cependant évoluer vers des modes plus collaboratifs (récupération de données commerciales, fournisseurs, clients...), s'enrichir de données exogènes (météo sensibilité, influence des blogueurs, réactions de panels à des lancements, nombre de clics...) et passer en mode scénario interactifs intégrant des variables financières (outils de B.I. pour mettre en forme les données de manière dynamique de façon à comparer diverses options en visualisant leurs impacts sur la SC, la production, la marge...). Le prochain débat, qui se tiendra le 31 janvier, portera sur la « Contribution de la SC à la performance de l'entreprise ». CP
Photos : Cercle Deloitte ©C.Polge
 
   
   
 
Courrier
des lecteurs
Le constat
d'André Martin
dans la grande
distribution
André Martin est un grand lecteur de la NL de Supply Chain Magazine. Dans son e-mail que nous avons reçu hier d'outre-Atlantique, l'inventeur du concept de flowcasting a souhaité nous faire part de son point de vue, au sujet de l'article paru hier intitulé « Planification : L'Europe peut mieux faire en termes de segmentation de la SC » (voir NL n°2402). Même si l'étude ne portait que sur les industriels européens, André Martin n'hésite pas à étendre au monde de la grande distribution le constat que les signaux complexes du marché sont encore largement sous-exploités. « Dans le domaine de la grande distribution (Consumer Packaged Goods), qui représente les deux tiers de nos économies en Occident, la grande majorité de nos Supply Chains n'est pas adaptée aux signaux venant du marché (le consommateur). Par conséquent, nos Supply Chains sont sous-optimisées, laissant des milliards de réductions de couts de côté. » JLR
Photo : André Martin
 
 
INFOS INTERNATIONALES  

Suisse
Stef investit
dans un 5e site
pour atteindre la
masse critique
Avec un effectif d'une centaine de collaborateurs, Stef Suisse s'appuie aujourd'hui sur quatre sites, deux en Suisse romande (Bussigny et Satigny), un en Suisse italienne (Cadenazzo) et un en Suisse alémanique (Kriens) pour proposer une offre de services transport et logistique dédiée aux produits alimentaires surgelés. La construction d'un cinquième site, dont la première pierre a été posée la semaine dernière, va lui permettre entre autres de proposer une logistique de consolidation de produits frais s'appuyant sur un réseau de plates-formes de distribution à +2°C/+4°C. L'entrepôt de 8.500 m², dont la mise en service est prévue pour septembre 2017, est situé en Suisse alémanique (à une cinquantaine de km de la frontière allemande), sur la commune de Kölliken, le long de l'autoroute A1/E25 reliant Zurich à Berne. Il sera composé de deux zones, l'une pour les activités dédiées aux produits frais (4.000 m² et 6.000 emplacements palettes) et l'autre réservée aux produits surgelés (4.500 m², 60.000 m3, et 12.000 emplacements palettes). Investissement total : 35 M€. Stef compte bien s'appuyer sur le site pour répondre aux besoins des industriels suisses de l'agroalimentaire (notamment le groupe laitier EMMI) ainsi que ceux de ses clients européens, et desservir les plates-formes de la grande distribution et des grossistes sur l'ensemble du territoire. Le terrain offre en outre la possibilité d'une extension pour la gestion de produits alimentaires à température ambiante. « Le nouveau site de Kölliken concrétise nos ambitions de déploiement en Suisse. Il va nous permettre d'atteindre la taille critique nécessaire pour élargir notre offre de services et de faire jouer pleinement l'effet de réseau, notamment avec l'Italie et l'Allemagne » a déclaré Stanislas Lemor, Directeur général délégué de Stef. A sa mise en service, l'entrepôt de Kölliken devrait permettre la création d'une quarantaine d'emplois, mais Stef table déjà sur 100 emplois supplémentaires d'ici à fin 2018. JLR
 
   
  De gauche à droite : Michel Christe, Président du Conseil d'Administration de STEF Suisse, Fredy Gut, Maire de la commune de Kölliken, Stanislas Lemor, Directeur général délégué du groupe STEF  
 

Etats-Unis
UPS s'associe
à Optoro
pour optimiser
les retours
A travers son Strategic Enterprise Fund, un fonds dédié à l'exploration des nouvelles technologies et des nouveaux business models, UPS a pris une participation dans le capital de son compatriote Optoro. Fondé à Washington DC il y a six ans, ce dernier a développé une plate-forme logicielle qui, à l'aide d'un puissant outil d'analyse de données, aide les distributeurs à déterminer la meilleure place de marché pour revaloriser leurs retours et invendus tout en réduisant, du moins en théorie, leur impact environnemental. La plate-forme conseille aux chargeurs, selon le type de marchandise, la quantité et la localisation, de les revendre via eBay, Amazon, ou encore l'un de ses deux sites e-commerce (blinq.com et bulq.com). Ensemble, UPS et Optoro vont ainsi proposer une solution clé en main de gestion des retours comprenant à la fois le conseil et le transport. « Nous sommes là pour aider les chargeurs et distributeurs à simplifier la gestion de leurs retours et maximiser la valeur de leur reverse logistique » explique Alan Greshenhorn, Chief Commercial Officer chez UPS. Le pic annuel de flux retours a traditionnellement lieu la première semaine de janvier aux Etats-Unis. UPS attend un pic de 1,3 M de colis le 5 janvier 2017 et de plus de 5,8M sur l'ensemble de la semaine. PM  
 

Chine
Seko Logistics
devient
partenaire
d'Alibaba
Seko Logistics a signé un partenariat avec le géant
du e-commerce Alibaba, il pourra désormais proposer ses services aux vendeurs de la place de marché situés à Taiwan et Hong Kong. Seko devient l'un des quatre prestataires associés à OneTouch, la filiale d'Alibaba gérant les opérations transfrontalières en direction de la Chine. OneTouch offre un service complet avec prise en charge du passage en douane, du remboursement de la TVA, des transactions financières avec conversion de monnaies en fonction des taux de change et de la logistique internationale. Le 3PL américain a été sélectionné pour son expertise en transport, entreposage et préparation de commandes dans le domaine du e-commerce transfrontalier.
« Depuis plusieurs années, Seko a démontré sa capacité à combiner des technologies personnalisables et ses capacités logistiques pour aider les sociétés du monde entier à accélérer leur activité e-commerce. Nous allons pouvoir en faire autant pour les sociétés travaillant avec Alibaba »
commente James Gage, COO de Seko Logistics ASPAC. Ce contrat majeur arrive quelques mois seulement après l'ouverture par le 3PL d'un entrepôt de 4.650 m² dédié aux opérations e-commerce à Hong Kong, près de la frontière de Shenzhen, au sud de la Chine (voir NL n°2321). PM
 
 
C'ETAIT VOTRE DERNIERE NEWSLETTER DE l'ANNEE
La trêve des confiseurs s'applique aussi
à la Newsletter de Supply Chain Magazine.
Votre fil d'actu quotidien s'arrête aujourd'hui pour reprendre
dès le mardi 3 janvier.
D'ici là, toute l'équipe de Supply Chain Magazine vous souhaite d'excellentes fêtes de fin d'année !

 
 
 

ABONNEMENT GRATUIT : CLIQUEZ ICI
Le lien quotidien qui vous relie à la communauté Supply Chain
Si l'on vous a transféré cette lettre, n'hésitez pas à vous abonner.
Si vous êtes déjà abonné, n'hésitez pas à abonner (ou à faire abonner)
vos collaborateurs et amis.

 
 
Jean-Philippe Guillaume
Directeur des rédactions
Faites profiter la communauté logistique de vos « scoops »

écrivez à la rédaction : jph.guillaume@scmag.fr
Cette Newsletter touche quotidiennement 50.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique
à l'ensemble de la communauté logistique.
 
Contacts, POUR FAIRE PARAÎTRE DE LA PUBLICITÉ
dans « Supply Chain Magazine » (sur le Web ou dans le mensuel papier)
 

Karine Dino
Attachée commerciale
Tél. 01 48 93 26 87
karine.dino@scmag.fr

Audrey Zugmeyer
Directrice de la publicité
Tél : 01 41 79 56 21
audrey.zugmeyer@scmag.fr
 
 
Pour modifier vos coordonnées, adressez un e-mail à : abonnement@scmag.fr  
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 
22 décembre 2016


JANVIER 2017

Jeudi 19
FORUM
DES ROIS DE LA
SUPPLY CHAIN
« Présentation
des 8 dossiers
en compétitio
n
pour
les Trophées »

De 9h à 18h
Salons de l'Aveyron
Paris 12e



Jeudi 19
Les partenaires
du Forum
des ROIS de la
Supply Chain

Jeudi 19
SOIRÉE
DES ROIS DE LA
SUPPLY CHAIN à
l'Elysée Montmartre
Le Trianon
Paris 18e

Les partenaires
de la remise
des Trophées
2017




FÉVRIER 2017


Jeudi 2

Conférence
DESCARTES
« Livraison
à domicile :
Le client assigné
à résidence ? »

Intervenants
Butagaz,
Cogepart
et Houra
Partenaire :
SCMagazine
De 15h30 à 19h
Paris
Salons de l'hôtel
des Arts et Métiers