Partager sur
LinkedIn Twitter Facebook
Automatisation
L'entrepôt
de la nouvelle
usine Cofel
réinvente la
logistique de
la literie

Souvenez-vous, en avril 2015, le groupe Cofel (marques de matelas Epéda, Bultex et Mérinos) annonçait son projet d'investir plus de 30 millions d'euros dans son nouveau site de fabrication et de logistique de Criquebeuf-sur-Seine, près de Rouen (Voir NL n°2040). L'entrepôt, construit par Gicram, a été entièrement automatisé, du stockage au camion, grâce à une analyse fonctionnelle et un gros travail de développement, entrepris par l'intégrateur allemand Viastore. Ce nouvel outil, qui réduit considérablement la manutention manuelle, est complètement opérationnel depuis le début de l'année 2017 et traite plus de 6.000 références de la marque Epéda (soit 300 modèles dans 21 dimensions différentes). Pour ce projet, tout ou presque a dû être réinventé, pour s'adapter aux contraintes dimensionnelles des sommiers et des matelas. La solution de stockage et de préparation de commandes retenue se base sur un transstockeur automatisé à tiroirs, organisé autour de 6 allées et disposant de 19.812 emplacements. Pour le constructeur, plusieurs contraintes devaient être prises en compte. D'une part, chaque plateau mobile se devait d'avoir une dimension de 2 m sur 2 m pour pouvoir accueillir, en fonction des besoins, un ou deux produits, qu'il s'agisse de matelas ou sommiers. D'autre part, sa structure devait être suffisamment rigide pour soutenir le poids des produits tout en comportant au moins 60% de vide pour laisser passer l'eau des sprinklers en cas d'incendie. Viastore a donc imaginé un cadre en métal pour faire office de plateau mobile, produit par un sous-traitant de Cofel. Pour transférer les produits du plateau mobile vers les convoyeurs d'expédition, il a fallu également concevoir un double système en fonction de la nature du produit : une fonction « poussoir » s'il s'agit d'un matelas et une autre « préhenseur » s'il s'agit d'un sommier. La taille des encamionneurs télescopiques a également été retravaillée pour s'adapter à ce fonctionnement automatique et à la cadence induite. La valeur ajoutée principale de cet entrepôt automatisé repose dans son système dit de « masque vénitien » (en raison de sa forme vue de haut), composé d'un convoyeur central qui achemine les produits depuis le site de production vers les quais d'expédition et de deux boucles de convoyages qui permettent d'optimiser le remplissage des plateaux avant-même leur retour dans le transstockeur. Au total, le système est capable de préparer 300 matelas par heure, en respectant l'ordre des tournées, soit l'équivalent de deux camions. JLR
Visitez ce système innovant en caméra
embarquée en visionnant la vidéo réalisée par Cofel

 
   
  Photos Cofel Viastore ©JL.Rognon  
 
 
 
Venez
nous voir
à la SITL !!!
Depuis novembre 2016, Supply Chain Magazine et les publications Transport, Logistique et Supply Chain de la société Info6TM sont regroupées au sein de SC Média, dont la vocation est d'informer et d'animer la communauté professionnelle de ces secteurs à travers ses différents supports. Aussi pour la première fois ces magazines seront présents sur un même stand à la SITL. L'occasion pour vous d'échanger avec les équipes de Supply Chain Magazine (et ses Newsletters) mais aussi de l'Officiel des Transporteurs, de Logistiques Magazine, de France Routes, d'Actu TL, ainsi que des nombreux événements associés à ces titres. Nous vous donnons rendez-vous les 14, 15 et 16 mars, stand E15  
   
 
4PL
Europe Snacks
confie
son pilotage
transport à
Interlog
Logistic
Europe Snacks, société vendéenne, spécialiste des snacks apéritifs à marques de distributeurs, a confié à Interlog Logistic le pilotage de ses transports de distribution. Le 4PL a apporté son expertise pour déployer le projet en 3 étapes : reprise du pilotage du transport en janvier 2016, lancement d'un appel d'offres entre juillet et décembre 2016 et démarrage du nouveau plan de transport sur le TMS collaboratif Click&Track depuis février 2017. La Tour de Contrôle Transport (TCT) d'Interlog Logistic, basée à Orléans, pilote l'organisation quotidienne des expéditions de l'industriel. Elle lui apporte une visibilité complète sur le déroulement des opérations et contrôle la qualité des transporteurs. Pour Sébastien Mare, responsable Supply Chain Europe Snacks, « le transport représente 50% des anomalies de Service au Client. La prestation Tour de Contrôle Transport effectuée par notre prestataire Interlog, nous permet de progresser dans le pilotage via la mise en place de leur TMS Click&Track, avec planning chargement et tracking livraison. Cela m'a également permis d'allouer la ressource interne ainsi disponible sur une création de poste nous permettant depuis 6 mois d'améliorer nos processus internes, notre fiabilité. Nous avons l'objectif d'améliorer de 50% en 2017, et à nouveau en 2018, cette performance livraison nous permettant tout au long de l'année d'atteindre un taux de service client élevé, à l'objectif attendu par nos clients. Cela s'inscrit dans une démarche globale de « digitalisation » de l'ensemble de nos processus Supply Chain, de l'approvisionnement à la livraison en passant par la planification des opérations logistique et industrielles ». La TCT serait désormais opérationnelle pour organiser les futurs transports mutualisés d'Europe Snacks. L'industriel n'a pas caché son intention de développer du pooling avec des partenaires industriels dans les prochains mois. JPG  
 
 
 
Maritime
Maersk fait
le grand saut
dans
la Blockchain
Maersk et IBM (qui travaille déjà sur un projet similaire avec Walmart en Chine, voir NL n°2361) ont décidé de se lancer dans un grand projet de déploiement de la technologie Blockchain. Ce projet formera un vaste réseau de chargeurs, Freight Forwarders, transporteurs maritimes, autorités douanières et portuaires, ils développeront ensemble une solution de digitalisation et de suivi des documents de transport, solution dont la mise en production doit avoir lieu avant la fin de l'année. Le but de cette « digitalisation des process de bout-en-bout » est d'apporter plus de transparence et de sécurité dans l'échange des informations entre les partenaires du commerce international. Basée sur la plate-forme Hyperledger de Linux, cette solution a par ailleurs, selon IBM, le potentiel de générer des économies chiffrées en milliards de dollars grâce à la réduction des erreurs, de la fraude et du temps d'immobilisation des marchandises en transit. A titre d'exemple, Maersk indique qu'une cargaison de marchandises en température dirigée transitant entre l'Afrique et l'Europe peut faire intervenir près de 30 acteurs et totaliser plus de 200 communications entre eux. Des pilotes mis en place récemment ont déjà validé le concept, ils concernaient des fleurs provenant du Kenya, des mandarines californiennes et des ananas de Colombie à destination de Rotterdam. Ont participé à ces différents projets le Port de Rotterdam, le Port le Newark (USA), l'Administration Douanière des Pays-Bas, l'U.S. Department of Homeland Security, l'U.S. Customs and Border Protection et Damco, filiale de Maesrk. PM
 
 
INFOS INTERNATIONALES  

Suisse
Blubotics double
ses ventes
en 2016
Après avoir déjà doublé ses ventes en 2015, Blubotics, concepteur suisse de systèmes d'automatisation pour chariots, récidive en 2016 en enregistre un CA de 3 M CHF (2,8 M€). « Nous avons vendu autant de systèmes en 2016 que dans toute l'existence de la société [ndlr : créée en 2001], les premières années étant vouées à la R&D », nous a confié au téléphone téléphone Julien Brochat, Directeur Sales & Marketing de Blubotics. Et l'année 2017 s'annonce tout aussi dynamique : « Nous avons plus de 20 projets pilotes en cours avec à la fois des clients récurrents et nouveaux » reprend-il. Parmi les temps forts de l'année passée figurent un robot bagagiste (développé en quatre mois seulement) déployé à l'aéroport de Genève, une nettoyeuse automatique chez le suisse Cleanfix et des applications logistiques, notamment chez SEP Logistik. S'il ne s'agit pas de chariots automatisés, les machines de ce prestataire allemand sont équipées d'un système de géolocalisation indoor qui permet d'une part de les suivre en temps réel et d'autre part d'alerter le cariste, via un écran de contrôle (qui indique également le chemin de picking à suivre), s'il s'est positionné devant le mauvais emplacement. Une dizaine de machines sont actuellement testées par des clients du 3PL. Scandinavia, revendeur Linde en Scandinavie, a pour sa part déployé chez un client des transpalettes automatisés par Blubotics. « Le déploiement n'a pris qu'une semaine, installation, interfaçage entre notre système et le contrôleur moteur, test et formation compris », annonce Julien Brochat. Blubotics sera présent au salon Logimat qui se déroulera à Stuttgart du 14 au 16 mars prochain. PM  
   
 
 
 
Retail
Les
distributeurs
sont prêts
à investir dans
les nouvelles
technologies

Durant l'année 2016, Research Now et Qualtrics ont mené, pour le compte de Zebra Technologies, une étude de marché sur le secteur du retail, interrogeant 1.700 acteurs sur tous les continents dans le but de déterminer leurs priorités technologies sur les cinq années à venir. Selon cette enquête 65% des responsables interrogés prévoient de proposer des nouveaux modes de livraison, notamment au bureau, à domicile et dans le coffre des voitures. 78% pensent d'ailleurs qu'il est important voire critique d'intégrer l'expérience en ligne et en magasin. 70% sont prêts à investir dans l'IoT (internet des objets), ils prévoient ainsi d'être capables de savoir quand un client sera présent dans leur boutique (75%) et de lui proposer un parcours personnalisé (79%). Afin de réduire (supprimer ?) l'attente en caisse, 87% vont investir dans des solutions de point de vente mobile (tablette, terminal ou kiosk mobile) capables d'encaisser le paiement. 75% s'équiperont de technologies d'analyses, non seulement prédictives mais aussi du comportement des consommateurs en temps réel grâce à des vidéos prises par des caméras prévues à cet effet.
A propos d'analyse, ces systèmes couplés à l'automatisation
et l'IoT sont vus par 72% des distributeurs comme un moyen de refondre leur SC, gagner en visibilité et, au final, éliminer les ruptures de stock, une source de frustration majeure pour eux comme et leurs clients. L'automatisation aussi est vue par 75% comme une solution qui transformera le secteur et permettra la vérification du stock, la préparation de commandes mais également d'assister le client pour trouver l'article convoité. PM
Photo : tablette Motorola 3100 d'aide au shopping
 
 

Thaïlande
Central Group
mise sur le
e-commerce


Le distributeur thaïlandais Central Group a clairement identifié le e-commerce comme le principal relai de croissance dans les années à venir et va doubler son investissement dans son outil de vente en ligne pour parvenir à ses fins. En effet, selon nos confrères d'Asian Nikkei, le groupe va consacrer cette année 10% de son investissement (soit 120 M€) à ses opérations en ligne, la liste des travaux comprenant un nouveau site marchand et l'établissement d'un réseau multicanal intégrant les ventes web et physiques. La branche thaïlandaise de Zalora, site de vente en ligne d'articles de mode acquis en 2016, sera mis à contribution pour rendre le site web de Central Group plus attrayant, le but ultime étant de faire passer la part de ventes en ligne de 1% actuellement à 15% dans cinq ans. Central Group prévoit également d'aller chercher la croissance au-delà de ses frontières, notamment en Chine, un marché sur lequel il souhaite revenir (il s'en était retiré en 2015) et attaquer, là encore, via le e-commerce. Il cherche actuellement un partenaire local qui pourrait l'aider à pénétrer ce marché particulier, a indiqué le Président Yol Phokasub. PM
Source : Asian Nikkei
 
 

ABONNEMENT GRATUIT : CLIQUEZ ICI
Le lien quotidien qui vous relie à la communauté Supply Chain
Si l'on vous a transféré cette lettre, n'hésitez pas à vous abonner.
Si vous êtes déjà abonné, n'hésitez pas à abonner (ou à faire abonner)
vos collaborateurs et amis.

 
 
Jean-Philippe Guillaume
Directeur des rédactions
Faites profiter la communauté logistique de vos « scoops »

écrivez à la rédaction : jph.guillaume@scmag.fr
Cette Newsletter touche quotidiennement 50.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique
à l'ensemble de la communauté logistique.
 
Contacts, POUR FAIRE PARAÎTRE DE LA PUBLICITÉ
dans « Supply Chain Magazine » (sur le Web ou dans le mensuel papier)
 

Karine Dino
Attachée commerciale
Tél. 01 48 93 26 87
karine.dino@scmag.fr

Audrey Zugmeyer
Directrice de la publicité
Tél : 01 41 79 56 21
audrey.zugmeyer@scmag.fr
 
 
Pour modifier vos coordonnées, adressez un e-mail à : abonnement@scmag.fr  
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 
9 mars 2017

MARS 2017

Mardi 14 au
Jeudi 16
Salon SITL
« Semaine
internationale
du transport
et de
la logistique »

Paris Porte de
Versailles
Pavillon 1



Jeudi 23

Séminaire
Supply Chain
Performance
DYNASYS/
WAVESTONE
« S&OP / IBP / :
un levier
de création
de valeur pour
l’entreprise,
dans un
environnement
turbulent »

Témoignage RPC
De 8h30 à 12h15
Hôtel d'Aubusson
Paris 6e


Jeudi 23
Conférence AZAP
« Accompagner
efficacement sa
croissance en
pilotant mieux
ses prévisions
& ses appro-
visionnements
»

Témoignage :
Stokomani
Partenaire :
SCMagazine
De 8h30 à 11h00
Terrass'Kardinal
Paris 5e


Jeudi 23
Symposium
Européen
TXT Retail
« European
Planning event
Dedicated
to End-to-End
Merchandise
Lifecycle
Management »
Avec le témoignage
d’Adidas, Furla,
Pandora, DFS,
Sonae, NYDJ
Sofitel Legend

The Grand
Amsterdam


Jeudi 23 et
Vendredi 24

Formation
EURODECISION
« Comment
optimiser ses approvision-
nements pour
une meilleure
gestion
des stocks ?
»
Lieu :
Eurodecision
Versailles (78)


Mardi 28

Conférence
DIAGMA
« Comment
concevoir, mettre
en œuvre
& valoriser
votre stratégie
d'achat
transport ? »

Témoignages de :
Carrefour,
Tetrapak & Cabot
Partenaire :
SCMagazine
De 8h30 à 12h00
City Chateauform
Paris 8e


AVRIL 2017

Mercredi 19
Les rencontres
PROLOGIS
« Prenez de
la hauteur sur
la Supply Chain »

Partenaire :
SCMagazine
Sur invitation