Partager sur
LinkedIn Twitter Facebook
France
Logistique
2025
Le Conseil
d'orientation
et de suivi
s'est réuni hier
Juste avant d'entrer dans la période de « réserve électorale » des fonctionnaires de l'Etat, Alain Vidalies, secrétaire d'État aux transports et Nicolas Lermant, chef de service à la DGE (Direction Générale des Entreprises) ont pu s'exprimer publiquement hier, lors de la première réunion du Conseil d'orientation et de suivi de « France logistique 2025 », à laquelle avait été conviés plus de 60 présidents et responsables des organisations représentatives de la filière logistique : fédérations professionnelles, syndicats, associations professionnelles, ministères concernés, collectivités régionales, responsables académiques. « Nous avons besoin des regards croisés des uns et des autres. Avec ce Conseil, lieu d'échanges et de dialogue, l'objectif est d'inscrire cette thématique comme politique publique dans la durée, de donner une visibilité de la logistique et de suivre le cadre fixé. Il a vocation à suivre de manière périodique l'avancement des travaux de l'ensemble des acteurs, en particulier de l'Etat, inscrits dans France Logistique 2025 » a déclaré Alain Vidalies en ouverture, en rappelant par ailleurs qu'un tableau de suivi des actions de l'Etat était disponible en ligne, dans le cadre de la mise en place d'un réseau d'observation de la logistique en France. Lancée au début de l'année, la « phase de préfiguration » de ce réseau est pilotée par Michel Savy (professeur émérite à l'université Paris-Est), réunit l'IFSTTAR (Institut français des sciences et technologies des transports, de l'aménagement et des réseaux), le Conseil national routier, le service statistique du ministère (SOeS), ainsi que Laurent Grégoire, Président de la section thématique Logistique & Supply Chain de la CNS (Commission Nationale des Services). De son côté, Nicolas Lermant, qui représentait Christophe Sirugue, le Secrétaire d'État auprès du ministre de l'Économie et des Finances chargé de l'Industrie, du Numérique et de l'Innovation, a salué la création de ce conseil d'orientation et de suivi en tant que « projet exemplaire de coopération entre départements ministériels, collectivités territoriales, entreprises, représentants des salariés, et l'ensemble des acteurs de la formation ». « Ce conseil d'orientation et de suivi que nous installons aujourd'hui précède le comité de filière logistique qui sera un autre élément du dispositif, une autre pièce du puzzle et qui le complètera une fois mis en place » a-t-il précisé. JLR
(voir suite)
Photo ©JL.Rognon
 
   
 
 
 
Invitation
Participez au
webinaire de
CentraleSupelec
Exed
sur le S&0P
Participez jeudi 30 mars de 11h30 à 12h30 au webinaire organisé par CentraleSupelec Exed sur le thème : « Comment accompagner la montée en maturité du S&OP pour en faire le levier central de croissance et de profitabilité de l'entreprise ? » Le Sales & Operations Planning (S&OP) est un processus « vivant », qu'il est nécessaire de faire évoluer et progresser en continu afin qu'il devienne le processus central de pilotage de l'entreprise. Le S&OP structure le fonctionnement de l'entreprise au travers d'une planification dynamique des activités de la supply chain étendue, ainsi que des ventes. Il garantit la mise en œuvre du plan stratégique, et contribue fortement à la performance, notamment en termes de service client, de maitrise des coûts, et de trésorerie. Ce processus, qui embarque toutes les fonctions de l'entreprise, transforme, parfois profondément, les modes de fonctionnement au sein de l'organisation. Comment organiser et mener ce projet d'entreprise ? Comment accompagner la transformation ? Comment développer la maturité du S&OP, en améliorer son efficience, et l'orienter vers un pilotage global de l'entreprise axé sur la croissance et la profitabilité ? Bruno Croizat, Consultant et formateur en Supply Chain Management, vous exposera quelques clés de réussite lors de ce webinaire.
Pour s'inscrire
à ce webinaire

 
 
France
Logistique
2025
(suite)
Un document
cadre de
47 pages et…
246 objectifs





La Stratégie nationale « France logistique 2025 » est désormais publique sous forme d'un document-cadre qui peut être téléchargé en ligne (*). Fruit de la réflexion collective menée depuis 2014, ce document très dense recense en 47 pages les principales mesures identifiées par les différents acteurs. « Ce document doit être largement partagé et utilisé, nous devons faire de la France une plate-forme logistique de référence mondiale en encourageant la dynamique logistique sur tout le territoire » a lancé Alain Vidalies après avoir rappelé les 5 axes du plan d'action France Logistique 2025 :
1. Faire de la plateforme logistique France une référence mondiale en encourageant la dynamique logistique sur tout le territoire ;
2. Développer le capital humain et faciliter la visibilité de l'organisation logistique ;
3. Faire de la transition numérique un vecteur de performance logistique ;
4. Utiliser la logistique comme levier de transformation des politiques industrielles et de transition énergétique ;
5. Instaurer et animer une gouvernance intégrée de la logistique.
Toutefois, à la lecture du document-cadre, l'impression d'ensemble donne quelque peu le vertige face à la multitude d'objectifs recensés, au nombre impressionnant de 246, si nous avons bien compté ! Le tout sans aucune véritable hiérarchisation des priorités pour atteindre l'objectif final, qui est de faire figurer la France en 2025 dans le top 5 des pays dans le classement logistique de la banque Mondiale (où nous sommes 16e). Pourquoi ce choix ou plutôt cette absence de choix de la part de l'Etat ? Même si le sujet n'a pas été évoqué, il semble qu'il soit fortement lié aux changements entraînés par l'entrée en vigueur de la loi NOTRe (nouvelle organisation territoriale de la République), qui en plus de la création des super régions, renforce leurs responsabilités et leurs compétences notamment en matière de développement économique, de formation professionnelle, de transports et de logistique. D'où la nécessité de trouver une nouvelle gouvernance entre l'Etat et les super régions. Dans son discours de clôture de la réunion, le Secrétaire d'Etat a donné sa vision du rôle de l'Etat : « coordonner les instances », « faciliter les échanges », « valoriser les bonnes pratiques », « mobiliser les énergies pour suivre la dynamique sur l'ensemble du territoire ». Par opposition à « un schéma préétabli par des grands plans nationaux volontaristes aux objectifs peu réalistes et souvent peu adaptés à la réalité ».
Avant de finir ainsi son discours aux allures testamentaires :
« cette instance a vocation à se réunir périodiquement, car le dialogue régulier, la dynamique engagée doivent se poursuivre. Nous avons bâti les fondations, donné un cap, posé les jalons d'une politique publique et maintenant il va falloir qu'elle se poursuive. Je sais que l'administration continuera à être un moteur dans cette démarche ». Juste avant les applaudissements, la dernière phrase a été prononcée par François-Michel Lambert, député et président de la Conférence Logistique ayant abouti à la Stratégie nationale : « Alain Vidalies restera dans l'Histoire pour avoir fait entrer la logistique au plus haut niveau de l'Etat ». JLR
(voir suite)
*Pour consulter le document-cadre pour une
Stratégie Nationale « France Logistique 2025 »

 
 
 
 
France
Logistique
2025
(suite)
Depuis un an,
quelques
avancées
concrètes



En tant que Président de la section thématique Logistique & Supply Chain de la CNS (Commission Nationale des Services), Laurent Grégoire a exposé lors de cette même réunion un certain nombre d'initiatives récentes menées dans le cadre de France logistique 2025. En voici les grandes lignes : des premiers contacts ont notamment été pris avec Business France pour mettre en place des outils concrets d'aide à PME françaises sur le volet logistique de leurs exportations, et un protocole a été signé entre la CNS et l'Alliance pour l'industrie du futur sur trois axes :
1. logistique du futur,
2. normalisation, avec des actions déjà commencées au sein du nouveau comité d'impulsion stratégique de l'Afnor sur l'industrie du Futur, et
3. formation des salariés.
Par ailleurs, la commission de l'Afnor consacrée au management de la logistique, jusque-là en sommeil faute de ressources, sera relancée la semaine prochaine et suivra notamment « les travaux qui commencent au niveau international à l'ISO sur la chaîne de contrôle (Chain of Custody), c'est à dire la maîtrise de l'ensemble d'une chaîne logistique depuis les matières premières jusqu'au consommateur en passant par la transformation, les prestations logistiques en termes économiques, sociaux, en environnementaux ». Le référentiel RSE, autre proposition de la stratégie nationale « France logistique 2025 », fait l'objet depuis un an d'un « processus d'élaboration » mené par un « petit groupe » qui doit aboutir dans les prochaines semaines à une large consultation des professionnels concernés, d'une part via une enquête sur le web et au travers de réunions avec les responsables des organisations et d'entreprises de toutes tailles. « Lors de nos travaux pour préparer la Stratégie Nationale, nous nous sommes rendus compte que l'une des difficultés que rencontrait notre filière en France notamment en comparaison avec l'Allemagne (ndlr : la BVL allemande compte près de 30.000 adhérents), était une trop faible mobilisation de ses acteurs via leurs associations professionnelles qui oeuvrent pour la promotion de la logistique et de la Supply Chain. Nous espérons pouvoir rapidement favoriser des initiatives dans ce domaine » a conclut Laurent Grégoire, sans donner plus de détail... JLR
Photo : Laurent Grégoire, Président de la section thématique Logistique & Supply Chain de la CNS (Commission Nationale des Services) ©JP.Guillaume
 
 
Graines de
Supply Chain
Managers
L'Aslog organise
le « Speed
Recruiting » de
la Supply Chain
L'Aslog (Association pour la Supply Chain et la logistique) a lancé voici quelques jours le premier « Speed Recruiting » en Supply Chain. L'exercice pour les 6 étudiants français et étrangers n'était pas si simple : il s'agissait pour eux de se mettre en scène devant un public d'entreprises suivant un format libre de 10 mn maximum pour convaincre, en présentant un projet, une étude ou bonne pratique. Ces candidats volontaires, de backgrounds et formations différents, présélectionnés par les écoles membres de l'ASLOG, (CESI, ESCP Europe, ESSCA, ESSEC, SKEMA ...) étaient à la recherche d'un CDD/CDI ou VIE en Supply Chain. Plusieurs d'entre eux se sont particulièrement distingués par la qualité de leur présentation. Ce qui leur a permis à tous d'obtenir des contacts prometteurs pour leur avenir professionnel en SC. « Au nom de tous les étudiants, j'aimerais vous remercier de l'opportunité que vous nous avez offerte en ce jour. Cette expérience nouvelle (...) nous a permis de présenter nos capacités professionnelles auprès de possibles employeurs dans le domaine de la Supply Chain », a déclaré l'un de ces étudiants à Jean-Michel Guarneri, président de l'association. Devant ce succès, de prochaines sélections doivent avoir lieu pour un nouveau « Speed Recruiting ». JPG
Pour en savoir plus,
voir le site

 
   
 
 
 
Appel d'offres
Groupés
pour percer
à la Banque
de France
Lors de la SITL, Alstef, Fives Intralogistics et BA Systèmes ont témoigné sur leur toute 1ère association en consortium, qui leur a permis de remporter l'appel d'offres de la Banque de France pour l'automatisation du Nouveau Centre Fiduciaire (NCF) en cours de construction à La Courneuve. Le projet s'inscrit dans une vaste réorganisation de l'institution et avait déjà donné lieu à un centre de tri de billets similaire, livré à Lille début 2016 (voir Supply Chain Magazine n°99). « Si nous nous sommes groupés pour répondre à cet appel d'offres il y a plus de 2 ans, c'était pour répondre à la complexité du projet, qui impliquait un large spectre de technologies à maitriser et à mettre en œuvre, et apporter un maximum de valeur ajoutée à ce client sensible », a retracé Philippe Verne, Président de Fives Intralogistics. Au centre de l'installation figurer la « Serre » : une enceinte en béton renforcé de 25 m de haut abritant un transstockeur d'une capacité de 10.000 palettes de billets, assorti d'un volet mini-load. Mais en termes d'équipements, ce NCF de 17.000 m² implique aussi l'installation de près d'un kilomètre de différents types de convoyeurs, de 8 AGV, de 3 robots poly-articulés de palettisation/dépalettisation et de cartonneuses. « Le tout devrait être livré fin 2017 et tient de la prouesse bâtimentaire et logistique », a souligné Fabien Regost, manager chez Argon Consulting et mobilisé à plein temps depuis 3 ans pour assurer l'assistance à maitrise d'ouvrage de ce volet process pour le compte de la Banque de France. « Au-delà du défi technologique, il s'agit d'une aventure humaine dont l'origine tient aux liens existants entre les dirigeants de chacun de nos 3 entreprises, mais qui a reposé sur toute une architecture de collaborations entre nos équipes depuis plus de 2 ans », a détaillé Pierre Marol, PDG d'Alstef. Son entreprise a d'ailleurs pris la tête du consortium, ses solutions comptant pour une bonne moitié de ce marché d'une dizaine de millions d'euros, celles de Fives un petit tiers, et le reste relevant de BA Systèmes. Alstef avait aussi l'avantage de s'être déjà frotté au Code des Marchés Publics à l'occasion de projets aéroportuaires. Notons que c'est l'appel d'offres de la Banque de France qui exigeait un porteur unique de chaque réponse aux divers lots, dont celui portant sur ces process. Sur la demi-douzaine de participants, une bonne moitié avaient choisi d'entrer seul en lice, à l'image d'Ulma qui avait remporté le marché sur le NCF lillois. Mais les critères technico-économiques avaient retenu le trio du jour. Quant au devenir de cette association ? C'était une 1ère mais elle a démontré l'intérêt de la formule pour répondre à des projets complexes avec une proposition performante et compétitive. Et généré l'enthousiasme au sein des équipes, de l'avis général. La démarche pourrait être réitérée, d'autres pistes de projets sont à l'étude. MR
 
   
  De gauche à droite : Laurent Depont, Directeur Commercial de BA Systèmes ; Fabien Regost, Argon Consulting pour la Banque de France ; Philippe Verne, Président de Fives Intralogistics ; Pierre Marol,
PDG d'Alstef ©M.Rabiller
 
   
  Le Nouveau Centre Fiduciaire de la Courneuve sera livré
en fin d'année. ©Banque de France
 
 
Automatisation
Alstef passe
de PME à ETI
En franchissant le cap des 250 collaborateurs fin 2016, l'entreprise orléanaise est entrée dans la catégorie des Entreprises de Taille Intermédiaire. Il faut dire que son CA a augmenté de pas moins de 70% depuis 2014, pour atteindre 61 M€ sur l'année écoulée ! Ce développement est notamment porté par ses solutions de stockage automatisé et de préparation de commande robotisée, qui lui ont valu de décrocher 3 contrats majeurs chez un industriel de l'agroalimentaire et deux prestataires logistiques. En revanche, ce sont les équipements aéroportuaires qui sous-tendent son développement à l'international, notamment via les marchés signés l'an dernier par ses filiales canadienne ou russe, ainsi que celle créée en Croatie avec une dizaine de créations d'emplois programmées. Les équipes d'Alstef continuent effectivement de s'étoffer : les 42 recrutements en CDI effectués en 2016 ont porté l'effectif à 260 personnes, et une quinzaine d'ouvertures de postes sont programmées en ce début d'année. En France, l'ETI dispose désormais de 5.000 m² d'installations industrielles, suite à l'inauguration lundi dernier à Boigny-sur-Bionne d'un 3e bâtiment dédié à l'assemblage de ses équipements. Quant aux 500 m² de bureaux livrés en avril dernier, ils sont déjà saturés et une extension de 800 m² est à l'étude. « Nous souhaitons regrouper toutes nos équipes de développement logiciel dans des salles projet polyvalentes, c'est la meilleure solution pour optimiser l'utilisation de nos outils d'émulation et réduire ainsi nos délais de mise en service », explique Pierre Marol, le PDG de l'entreprise, qui a d'ailleurs décidé de porter l'investissement en R&D à 1 M€ en 2017 (en croissance de 50% sur 3 ans). Parmi les récents développements dédiés à la logistique figurent la dernière version de son système de navette ProxiShuttle, ou encore le nouveau poste de préparation de palettes hétérogènes présenté la semaine dernière dans l'espace Intralogistics de la SITL. Le tout permet à Alstef d'être en avance sur son plan stratégique « Cap 100 » et de viser 90 M€ de CA en 2017, et 300 salariés à la fin de l'année. MR
 
   
  Un nouveau poste de préparation de palettes hétérogènes pour réduire les erreurs et améliorer
les conditions de travail ©Alstef
 
 
INFOS INTERNATIONALES  

USA
Maersk
s'associe à
un programme
de recherche en
Supply Chain
Maersk et Ericsson se sont associés à la pépinière de startups de la Silicon Valley « Plug and Play » pour lancer le programme « Plug and Play Supply Chain & Logistics ». L'initiative a été annoncée le 9 mars dernier lors d'une présentation officielle qui regroupant les 42 participants. Les travaux s'orienteront autour de la digitalisation de la Supply Chain, les startups trouvant ainsi mentors, fonds et potentiellement débouchés commerciaux et les sponsors gagnant un accès direct aux dernières solutions imaginées par des jeunes entreprises dynamiques. « Maersk veut devenir un intégrateur leader dans la logistique du conteneur et fournir des réponses simples aux problèmes logistiques complexes » commente Ibrahim Gocken, Chief Digital Officer de la division Maersk Transport & Logistics, « L'innovation digitale joue un rôle central dans la réalisation de cette ambition ».
Il s'agit du 11e programme vertical lancé par Plug and Play qui a déjà prouvé le bien fondé du concept dans des domaines tels que le Food & Beverage, l'Internet des Objets, les marques et le retail ou encore la mobilité. Cette annonce fait écho au partenariat signé avec IBM pour développer des solutions autour de l'IoT (voir NL 2451) et démontrer le sérieux de l'engagement de l'armateur danois dans la transformation digitale du transport et de ses services. PM
 
 

ABONNEMENT GRATUIT : CLIQUEZ ICI
Le lien quotidien qui vous relie à la communauté Supply Chain
Si l'on vous a transféré cette lettre, n'hésitez pas à vous abonner.
Si vous êtes déjà abonné, n'hésitez pas à abonner (ou à faire abonner)
vos collaborateurs et amis.

 
 
Jean-Philippe Guillaume
Directeur des rédactions
Faites profiter la communauté logistique de vos « scoops »

écrivez à la rédaction : jph.guillaume@scmag.fr
Cette Newsletter touche quotidiennement 50.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique
à l'ensemble de la communauté logistique.
 
Contacts, POUR FAIRE PARAÎTRE DE LA PUBLICITÉ
dans « Supply Chain Magazine » (sur le Web ou dans le mensuel papier)
 

Karine Dino
Attachée commerciale
Tél. 01 48 93 26 87
karine.dino@scmag.fr

Audrey Zugmeyer
Directrice de la publicité
Tél : 01 41 79 56 21
audrey.zugmeyer@scmag.fr
 
 
Pour modifier vos coordonnées, adressez un e-mail à : abonnement@scmag.fr  
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 
22 mars 2017

MARS 2017

Jeudi 23
Séminaire
Supply Chain
Performance
DYNASYS/
WAVESTONE
« S&OP / IBP / :
un levier
de création
de valeur pour
l’entreprise,
dans un
environnement
turbulent »

Témoignage RPC
De 8h30 à 12h15
Hôtel d'Aubusson
Paris 6e



Jeudi 23
Conférence AZAP
« Accompagner
efficacement sa
croissance en
pilotant mieux
ses prévisions
& ses appro-
visionnements
»

Témoignage :
Stokomani
Partenaire :
SCMagazine
De 8h30 à 11h00
Terrass'Kardinal
Paris 5e


Jeudi 23
Symposium
Européen
TXT Retail
« European
Planning event
Dedicated
to End-to-End
Merchandise
Lifecycle
Management »
Avec le témoignage
d’Adidas, Furla,
Pandora, DFS,
Sonae, NYDJ
Sofitel Legend

The Grand
Amsterdam


Jeudi 23 et
Vendredi 24

Formation
EURODECISION
« Comment
optimiser ses approvision-
nements pour
une meilleure
gestion
des stocks ?
»
Lieu :
Eurodecision
Versailles (78)


Mardi 28

Conférence
DIAGMA
« Comment
concevoir, mettre
en œuvre
& valoriser
votre stratégie
d'achat
transport ? »

Témoignages de :
Carrefour,
Tetrapak & Cabot
Partenaire :
SCMagazine
De 8h30 à 12h00
City Chateauform
Paris 8e


Jeudi 30
Webinaire
Supply Chain
CentraleSupelec
Exed
« Comment
accompagner
la montée
en maturité
du S&OP
pour en faire
le levier central
de croissance et
de profitabilité
de l'entreprise ?

De 11h30à 12h30



AVRIL 2017


Enquête
WAVESTONE
« Industrie 4.0 :
et vous,
qu"attendez-vous
de la quatrième
révolution
industrielle ? »

Partenaire
SCMagazine



Jeudi 13
Webconférence
CentraleSupélec
« Acheteurs,
comment
la révolution
numérique
bouleverse
votre
contribution à
la performance
de l'entreprise ? »

De 11h30à 12h30



Mercredi 19

Les rencontres
PROLOGIS
« Prenez de
la hauteur sur
la Supply Chain »

Partenaire :
SCMagazine
Sur invitation



MAI 2017

Jeudi 18
Webinar
DYNASYS
« Gérez votre
Supply Chain
étendue :
Anticipez.
Optimisez.
Décidez
»

Partenaire
SCMagazine
De 17h à 17h45


JUIN 2017

Jeudi 1
Journée Demand
& Supply Chain
Planning,
5ème édition
DYNASYS
« Du S&OP
à l'IBP :
Comment aligner
Supply Chain
et Finance ? »

Partenaire
SCMagazine
De 8h30 à 17h
Palais Brongniart
Paris 2e


Jeudi 15 et
vendredi 16

Formation
EURODECISION
« Méthodes
et pratiques de
la prévision
des ventes »

De 9h00 à 17h00
Paris-La Défense