Partager sur
LinkedIn Twitter Facebook
Rachat
TPG entre dans
le capital
de Llamasoft

TPG prend une participation « très significative » dans LLamasoft, éditeur spécialisé dans le Supply Chain design, notamment avec son outil Supply Chain Guru et présent dans les domaines de la planification et de la modélisation de la demande. C'est le second investissement récent de TPG dans le domaine des technologies de Supply Chain après une prise de participation, en 2016, dans Transporeon. Parmi les autres plates-formes et éditeurs de logiciels dans lesquels la société a investi figurent Advent Software, Airbnb, Eze Software, IMS Health, McAfee, Sabre, Uber et Vertafore. Rappelons que de son côté Llamasoft avait racheté Barloworld en novembre 2015. La transaction devrait être finalisée au deuxième trimestre 2017 et reste subordonnée aux conditions habituelles, notamment d'approbation réglementaire. « Goldman Sachs, qui avait investi dans LLamasoft en 2015, en demeurera un actionnaire de poids », précise un communiqué. Le montant ainsi que les autres modalités de l'opération n'ont pas été communiquées. JPG
 
 
 
 
Nomination
Romain
Peyronie
devient DG
de PRD



Le spécialiste de l'immobilier logistique PRD renforce son management en nommant Romain Peyronie au titre de Directeur Général. Déjà DG adjoint et associé depuis 2011, il partage sa nouvelle fonction avec Pascal Auroux, le tandem étant spécifiquement en charge de l'activité logistique. Cette promotion s'inscrit dans un contexte de croissance soutenue de PRD, qui a livré plus de 3,3 millions de m² depuis sa création en 1996. Avec son modèle tout intégré de promoteur-constructeur et d'aménageur, l'entreprise s'est hissée parmi les acteurs clés de l'immobilier logistique, principalement sur la dorsale Lille-Paris-Lyon-Marseille, mais aussi sur des niches telles qu'Angers, Bordeaux ou Toulouse. Sur les 230.000 m² livrés en 2016 à des investisseurs ou des opérateurs, plus des 2/3 ont ainsi relevé de projets XXL de 30.000 à 58.000 m², dont 3 dans les Haut-de-France. Et les 2 projets majeurs annoncés en début d'année portaient sur 73.000 et 84.000 m², tous les 2 en Rhône-Alpes (voir NL n°2443). PRD développe actuellement 226.000 m2 de nouveaux bâtiments, et dispose à ce jour de 760.000 m² pour de nouvelles constructions. Agé de 42 ans, Romain Peyronie a intégré PRD en 2002 comme directeur de programme, avant de prendre 2 ans plus tard la direction commerciale en région Nord. Passé directeur commercial et développement de PRD entre 2008 et 2009, il avait ensuite quitté l'entreprise pour une parenthèse de 2 ans. Auparavant, ce diplômé de l'ESSCA avait débuté chez Total en 1995, à Paris puis Abou Dabi, avant d'intégrer la Datar à Francfort pour implanter des entreprises allemandes en France. Entre 1998 et 2002, il avait exercé au sein de l'agence en charge du développement économique de la région de Chalon-sur-Saône. MR
Photo ©Christine Ledroit-Perrin
 
 
Livraison
express
Relais Colis
fait monter
en puissance
son premier
hub mécanisé
Le nouveau hub mécanisé de Relais Colis en Région parisienne a ouvert début avril à Combs-la-Ville (77), dans un ancien bâtiment de 14.600 m2 et de 78 quais occupé précédemment par La Poste. Ce nouvel outil, qui représente un investissement d'environ 10 M€ (rénovation du site, informatique, équipements de mécanisation), doit permettre de traiter à terme un flux de 250.000 colis par jour, comparé aux 50.000 à 60.000 colis par jour traités jusqu'à présent sur le site de Servon (77), exploité par le logisticien Log'S. Pour le moment, le hub de Combs-la-Ville est en phase de montée en puissance, avec environ 50.000 colis traités par jour, de 12h à 2 h (premiers départs camions à 20h15). Il est également utilisé pour l'autre activité de Relais Colis (près de 50% du CA) : la livraison à domicile de meubles et gros électroménager. Dès le mois de juin, il intégrera également les flux retours, qui sont encore traités à Servon, dont l'activité pour Relais Colis va s'arrêter. Et à partir du mois d'août, l'activité « relais » du hub va doubler avec l'arrivée des flux de La Redoute, traités actuellement par son centre d'expédition de Wattrelos. Selon la saisonnalité, entre 80 et 150 personnes (majoritairement des équipes de Log'S) travailleront sur ce site, ouvert 24h/24, du lundi au samedi. Le trieur automatisé, de la marque Beumer, s'étend sur 9.000 m2, avec 6 lignes d'injection (extensible à 8) et 2 fois 34 chutes pour les petits et les moyens colis. Les chutes pour les moyens colis sont équipées de convoyeurs télescopiques pour le chargement en vrac des semi-remorques (gain de place de 20%). La cadence de départ du trieur est de 14.000 colis/h (contre 3.000 colis/h à Servon) , mais elle pourra être portée à 21 000 colis/h d'ici à 2020 en introduisant une ligne de « By-Pass ».
Sa rapidité, ainsi qu'un process de pré tri à la tournée effectué auparavant par les agences régionales, permettent à Relais Colis de gagner six heures sur le cut-off : sur Servon, les e-commerçants du nord de la Loire pouvaient envoyer leurs colis jusqu'à 14 h pour une livraison de leurs commandes dans les points relais le lendemain sur toute la France. Avec le hub de Combs-la-Ville, c'est jusqu'à 20 h. (voir suite) JLR
 
   
  Combs-la-Ville, Relais Colis ©Relais Colis  
   
  Combs-la-Ville, Relais Colis ©JL.Rognon  
 
 
 
Livraison
express
(suite)
Un hub
« jumeau » de
Combs-la-Ville
ouvrira à Lyon
en 2018
« Nous sommes sur un marché de livraison de colis e-commerce qui augmente de 15 à 20% par an. L'enjeu est d'arriver à faire évoluer notre outil opérationnel pour capter la croissance » résume Jean Sébastien Léridon, le Directeur Général de Relais Colis. Annoncé en septembre dernier (voir NL n°2327), le plan de transformation de la société comprend trois objectifs :
1. Passer d'un positionnement livraison rapide en 24/48 h à une livraison express J+1 à un prix accessible,
2. Augmenter les capacités du réseau pour permettre de multiplier le CA par 2,5 en 5 ans,
3. Changer de modèle, jusque-là centré uniquement sur une centaine de grands comptes de l'e-commerce, en diversifiant sa clientèle avec les petits sites e-commerce et les particuliers (CtoC), ce qui permettrait par ailleurs de rééquilibrer les flux entre ses hubs et ses 25 dépôts régionaux (actuellement 80% dans un sens, 20% dans l'autre).
Démarré il y a deux ans, ce plan de transformation a demandé un travail préalable de 18 mois en collaboration avec le cabinet Métis Consulting. Sur cinq ans, cela représente un investissement non négligeable de 40 M€, auquel participe le groupe DHL, entré dans le capital de Relais Colis en début d'année dernière (voir NL n°2188) à hauteur de 27,5% (le reste étant aux mains de la holding New R, qui détient également La Redoute). Le réseau va donc continuer à se moderniser et à se mécaniser. Une nouvelle agence a ouvert à Saint-Ouen l'Aumône fin 2016, le site de Bordeaux (avec une partie dédiée au client C-Discount) et de Marseille ont été agrandis. Un centre de tri mécanisé très similaire à celui de Combs-la-Ville devrait ouvrir en avril 2018 à Jenas, près de Lyon, dans un nouveau bâtiment à construire de 15.000 m2, ce qui permettra d'ouvrir aux clients e-commerçant du quart sud-est de l'Hexagone l'offre livraison express J+1 sur toute la France. Un troisième hub devrait également ouvrir sur Lille, mais plutôt à partir de 2020, en fonction de la croissance des volumes. JLR
 
   
  Jean-Sébastien Leridon, Directeur général de Relais Colis et Jonathan Aubry, Directeur de hub chez Relais Colis ©JL.Rognon  
 
Emballages
Un entrepôt
à Fos-sur-Mer
pour Baobag
Baobag conçoit et commercialise des emballages souples destinés au monde industriel, agricole et de la grande distribution (sacs polypropylènes, sacs polyéthylènes, sacs papiers, trémies, supports de big bags, etc.).Au premier trimestre 2017 et dans le cadre de son développement cette entreprise prend en location 2.500 m² de plate-forme logistique sur la commune de Fos-sur-Mer (13), avenue de Shanghai au cœur de la zone logistique de Distriport. Dans le cadre de cette implantation logistique, le cabinet immobilier EOL est intervenu en tant que conseil de toutes les parties (bailleur et preneur). JPG
 
   
 
 
 
Immobilier
Une nouvelle
taille pour
la plate-forme
logistique Celio
d'Amblainville
Argan vient de livrer une extension de 11.500 m² à la plate-forme logistique Celio d'Amblainville (60). Acteur majeur de la mode masculine depuis plus de 20 ans, présent dans 60 pays et plus de 1.100 magasins, le distributeur organise, depuis cet entrepôt de 42.500 m², l'ensemble de la logistique de la marque à l'échelle européenne. Le bâtiment dispose de 7 cellules et 34 postes de mise à quais. Celio s'est engagé sur un nouveau bail de 10 ans fermes portant sur l'ensemble du bâtiment. « Cette seconde livraison du programme d'investissements 2017 confirme l'objectif de croissance de 10% des revenus locatifs d'Argan, qui devraient atteindre 74 M€ en 2017 », précise un communiqué de la foncière. JPG  
 
Voyages
Maroccan
Prestige
met en place
le WMS
Justlogsit
Concepteur, fabricant et distributeur de produits d'artisanat haut de gamme marocain depuis 2005, Moroccan Prestige est présent dans les grandes chaines de distribution aux USA et sur Internet. Bénéficiant d'un succès croissant, l'entreprise s'est équipée de Justlogsit pour mieux structurer ses opérations logistiques et obtenir une meilleure visibilité des stocks de sa Supply Chain internationale. Justlogsit WMS SAAS opère depuis mai 2017, la plate-forme de distribution de Moroccan Prestige de New York. Un beau succès pour l'éditeur français dans un environnement fortement concurrentiel ! JPG  
 
Compliance
Lutter contre
la corruption
et cartographier
les risques
d'une
Supply Chain
internationale
Les devoirs des entreprises en lien avec la loi sur la transparence, la lutte contre la corruption et la modernisation de la vie économique (Sapin 2), le devoir de vigilance ainsi que les réglementations internationales, nécessitent d'être pris en compte et traités. Plus la Supply Chain de l'entreprise est internationale et complexe, plus c'est crucial. C'est ce qui ressort du séminaire de l'éditeur américain Amber Road sur les meilleures pratiques en commerce international jeudi dernier à Paris. Marie-Francoise Brulé, directrice départementale de la DGCCRF, a mis en exergue les récents propos de Charles Duchaine, directeur de l'Agence Française Anti-Corruption (AFA) : « Une entreprise française doit respecter la règle du jeu à l'international et la loi française doit les y aider. Attention, une entreprise peut être sanctionnée plusieurs fois pour le même fait. Les Etats-Unis veulent des sanctions des pays sur leurs entreprises quand c'est nécessaire ». Elise Groulx, Avocate à la cour, Associate Tenant Doughty Street Chambers & BI for Business Integrity & Partners LLC, a quant à elle mis en avant que « la cartographie des risques est essentielle en matière de corruption et de droits humains. La loi de différents pays le demande. Il est nécessaire d'identifier, de hiérarchiser les risques les plus sérieux, en particulier les violations en matière de droit du travail, en matière pénale. Il faut mener des enquêtes sur des zones de conflit, post-conflit et zones à haut risques ». Cette avocate qui se déplace à travers le monde pour réaliser des enquêtes de terrain recommande de mettre en place un plan accompagné de formations et de générer du dialogue social. CC
 
 
Imprimantes
TSC Auto ID
renforce ses
équipes de vente
dans la région
EMEA
TSC Auto ID, l'un des principaux fabricants mondiaux d'imprimantes thermiques de code à barres, renforce ses équipes de vente dans la région EMEA avec la nomination de nouveaux managers. Ainsi Morsi Haddad a été nommé responsable des ventes pour la partie MEA (Moyen Orient et Afrique) depuis le mois d'avril. Piotr Kalicki occupe le même poste pour l'Europe de l'Est en mai 2017. Parallèlement, Jon Trippett a rejoint récemment l'équipe TSC en tant que responsable des ventes au Royaume-Uni et en Irlande. A noter également d'autres changements comme c'est le cas pour Nicolas Dubel-Jam qui se voit confier un nouveau secteur, le Benelux. JPG  
 
Synthèse de l’étude du cabinet américain Armstrong & Associates
sur l’état des relations clients -3PL
 
Etude
Une forte
progression de
l'externalisation
depuis 2001
Régulièrement depuis 2001, en plus de son classement TOP 50 3PL, Armstrong & Associates publie une étude complète sur l'état des relations entre les 3PL et leurs clients. Mettant à jour les données de 2013, l'étude 2016 a porté sur 7.200 3PL répartis dans 41 pays et fournissant quelque 20.000 services. De nombreuses tendances ressortent de ce document de 43 pages à commencer par le recours continu à l'externalisation : 90% des 500 plus riches entreprises américaines (Fortune 500) utilisent les services de 3PL contre 46% en 2001 (année de la première étude), une tendance qui s'est accentuée avec la crise de 2008. Ce chiffre grandit en parallèle avec le CA des sociétés et monte à 97% pour les Fortune 100. Le cabinet note d'ailleurs que les 3PL jouent pour leurs clients un rôle de plus en plus stratégique. Les 500 plus grandes entreprises au monde pèsent actuellement 273,8 Md$ dans ce marché de l'externalisation qui en vaut 735 Md$, les 500 suivantes représentant 132,8 Md$, en progression de 6,5% par rapport à 2015. Ce marché est dominé par une quinzaine d'acteurs qui ont atteint la masse critique pour offrir des services dans le monde entier et dont la domination devrait s'intensifier dans les années à venir. Globalement, la taille des contrats 3PL varie de quelques centaines de milliers de dollars à plus de 500 M$, les contrats signés avec les Fortune 100 ayant le plus souvent une valeur supérieure à 50 M$. Et si les grands 3PL ont traditionnellement visé les contrats supérieurs à 5 M$, les Freight Forwarders se partageant ceux de moindre valeur, Armstrong & Associates note une inversion de la tendance, les 3PL étant désormais ouverts à des contrats plus petits mais offrant une marge plus importante. PM  
 
Etude
(suite)
La distribution,
premier
utilisateur
des 3PL
Aux USA, la distribution est le premier client des 3PL avec une valeur cumulée de 32,4 Md$, un secteur qui ne fait de prendre de l'importance (+4,4% vs 2015, +32,1% vs 2010) et devrait continuer dans cette direction à l'avenir. Juste derrière se trouve celui de la haute technologie (30,6 Md$) suivi de l'automobile avec 13,8 Md$, ces deux secteurs surclassant tous les autres au niveau mondial avec respectivement 77,2 Md$ et 52,5 Md$. La plus forte croissance revient au secteur de la santé qui progresse de 8,4% en moyenne depuis 2005 (+7,6% vs 2015). C'est donc sans grande surprise que l'on retrouve, parmi les plus grands consommateurs de services d'externalisation, Walmart en 1ère place avec 63 partenaires 3PL (dont Damco, Yusen Logistics, DHL Supply Chain & Global Forwarding et XPO Logistics), suivi de Volkswagen (7e Fortune 500) avec 57 prestataires (dont Imperial Logistics et BLG Logistics) puis Nestlé (66e Fortune 500) avec 55 prestataires (Ceva, Ryder, Americold). Les français Danone (20 contrats), Michelin (16), Renault (13) et Peugeot (11) se situant plus bas dans ce classement. Malgré tous ces chiffres astronomiques, Armstrong & Associates estime que le taux de pénétration du marché de la logistique par les 3PL n'atteint que 21% aux USA (vs 10% en 2002) avec un CA cumulé de 166,8 Md$ (contre 65,3 Md$ en 2001). Ce taux de pénétration est à peine supérieur en Europe avec 22% et parait encore bien faible en Asie-Pacifique avec seulement 16%. PM  
 
Etude
(suite)
Relations
clients-3PL,
où en est-on
en France ?
Pour Armstrong & Associates, si les entreprises françaises préfèrent restreindre le nombre de leurs partenaires stratégiques (3,04 contre une moyenne européenne de 3,13), elles entretiennent généralement avec eux des relations jugées « plus stratégiques ». Cela se traduit par davantage de services à valeur ajoutée, aussi bien dans le transport que l'entreposage, ainsi qu'un niveau d'intégration plus poussé. Le cabinet note une forte présence des 3PL dans les secteurs de la distribution alimentaire, ceci s'expliquant par la puissance des prestataires spécialisés que sont FM Logistic, Stef Logistique ou encore Geodis. Toujours selon le cabinet, les 3PL français compteraient en revanche moins de clients que leurs homologues européens dans les secteurs automobile et Retail. La Grande Distribution serait davantage représenté chez les 3PL en Suisse, Pays-Bas, Allemagne et en Grande Bretagne, l'automobile pesant le plus lourd dans les portefeuilles de 3PL présents en Allemagne, Espagne, Italie, aux Pays-Bas et au Danemark. En France, les plus gros clients des 3PL se nomment Nestlé, Renault, Sanofi, Christian Dior, Peugeot, Siemens, General Electric, Auchan Holding, Johnson & Johnson et Samsung Electronics. PM  
 
Supply Chain
Magazine
de juin
(rappel)
Bientôt le
classement
2017 des
150 premiers
prestataires
logistiques
Dans le numéro de Supply Chain Magazine du mois de juin vous pourrez découvrir le classement 2017 des prestataires logistiques (sur la base du CA 2016). Dans ce document exclusif non seulement vous trouverez tous les renseignements qui concernent les principaux acteurs du marché (chiffres d'affaires, effectifs, principaux clients, type de prestations, implantations, etc.) Mais vous pourrez également découvrir à travers de nombreuses interviews de dirigeants et de responsables RH, comment les 3PL gèrent, forment et recrutent leurs talents. Les 3PL (activités de stockage et préparation de commandes) qui souhaitent figurer dans le classement (et n'auraient pas encore été contactés) peuvent demander le questionnaire à Jean-Luc Rognon : jean-luc.rognon@scmag.fr
Pour les annonceurs qui souhaitent figurer dans ce numéro spécial très attendu, contactez Karine Dino
au 01 48 93 26 87 / karine.dino@scmag.fr
 
 

ABONNEMENT GRATUIT : CLIQUEZ ICI
Le lien quotidien qui vous relie à la communauté Supply Chain
Si l'on vous a transféré cette lettre, n'hésitez pas à vous abonner.
Si vous êtes déjà abonné, n'hésitez pas à abonner (ou à faire abonner)
vos collaborateurs et amis.

 
 
Jean-Philippe Guillaume
Directeur des rédactions
Faites profiter la communauté logistique de vos « scoops »

écrivez à la rédaction : jph.guillaume@scmag.fr
Cette Newsletter touche quotidiennement 50.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique
à l'ensemble de la communauté logistique.
 
Contacts, POUR FAIRE PARAÎTRE DE LA PUBLICITÉ
dans « Supply Chain Magazine » (sur le Web ou dans le mensuel papier)
 

Karine Dino
Attachée commerciale
Tél. 01 48 93 26 87
karine.dino@scmag.fr

Audrey Zugmeyer
Directrice de la publicité
Tél : 01 41 79 56 21
audrey.zugmeyer@scmag.fr
 
 
Pour modifier vos coordonnées, adressez un e-mail à : abonnement@scmag.fr  
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 
23 mai 2017

JUIN 2017

Jeudi 1

Journée Demand
& Supply Chain
Planning,
5ème édition
DYNASYS
« Du S&OP
à l'IBP :
Comment aligner
Supply Chain
et Finance ? »

Partenaire
SCMagazine
De 8h30 à 17h
Palais Brongniart
Paris 2e



Jeudi 1
Evenement
CITWELL
« Regards croisés
sur Demand
Driven
en Distribution :
comment
et pour quels
résultats ? »

Témoignages :
Louis Vuitton,
Monier Group,
et DSIA
De 8h30 à 12h
Paris


Jeudi 1
Table ronde
Supply Chain
de COLIBRI
« Quels bénéfices
tirent les
entreprises
de leur prévision
des ventes ? »

Témoignages :
AGILEA, RYB, CROUZET
Partenaire :
SCMagazine
De 9h à 13h
Château
de Montchat
Lyon


Mardi 20
Restitution
Enquête
TALANCONSULTING
Track & Trace
2017
« Besoins
et solutions
de traçabilité
dans le transport :
enquête et retour
d'expérience »

En collaboration
avec :
l'Institut du
Commerce
et SCMagazine
De 9 h à 12h
Au siège de
TalanConsulting
Paris 16e


Jeudi 22
Conférence
WAVESTONE
Restitution
de l'étude
« Industrie 4.0 :
Quelles réalités,
quel potentiel ? »

Partenaire :
SCMagazine
De 8h30 à 10h30
Châteauform'City
Monceau
Paris 8e


Vendredi 30

Conférence
S&OP/IBP
Organisée par
JDA Software
« Développez
vos prévisions,
segmentez
(mieux), et
rentabilisez vos
opérations !
»
Partenaire :
SCMagazine
De 14h à 17h
Université
Paris Dauphine
Paris 16e