Partager sur
LinkedIn Twitter Facebook
 

La
Supply Chain
ne se cache
plus !
Il semble bien loin le temps où les dirigeants considéraient la logistique comme un mal nécessaire. Aujourd'hui les choses ont bien changé. Non seulement il est reconnu que la Supply Chain participe à la rentabilité et au développement des entreprises, mais, reconnaissance suprême, elle entre dans leur stratégie de communication comme pour attester de leur efficience. Ainsi, voici quelques jours, le groupe Schneider Electric mentionnait dans un communiqué orienté « finance », sa belle 17e position (en hausse d'une place) dans le Top 25 du Gartner (1). « Notre place dans ce classement vient confirmer les importants progrès que nous réalisons depuis plusieurs années pour adapter notre Supply Chain aux besoins de nos clients », déclare Mourad Tamoud, Directeur Général opérations industrielles de Schneider Electric. « C'est une fierté pour nos collaborateurs et notre communauté de la Supply Chain ». Et justement ce sentiment de fierté, qui autrefois était l'apanage exclusif des fonctions dites « nobles », se développe dans notre communauté au fur et à mesure que la Supply Chain devient un levier essentiel de compétitivité. Et pour Laurent Venot, directeur Supply Chain Monde de L'Oréal, « la période est fantastique pour ceux qui veulent occuper des responsabilités en Supply Chain ». Ce groupe de notoriété international s'est lancé récemment dans un projet très ambitieux (2) visant à faire de la Supply Chain le moteur de sa transformation. Objectif : s'adapter aux évolutions du marché et mieux répondre aux attentes des consommateurs. Dès lors qu'elle occupe une place aussi importante dans la stratégie industrielle des groupes de premier plan, on peut être à peu près certain que le concept, jusqu'ici relativement méconnu, va fortement se démocratiser et peut-être même entrer dans le langage courant. C'est aussi ce que pense Jean-Marc Soulier, Président du cabinet Métis Consulting, en prenant pour preuve l'utilisation courante de cette terminologie aux Etats-Unis. « Il est vrai qu'Outre-Atlantique, le poids que représente Amazon a largement contribué à populariser la Supply Chain », pondère-t-il. Toutefois il est intéressant de noter que le classement du Gartner intègre depuis 2015 une catégorie « hors-concours » celle des « Masters » destinée à honorer les sociétés ayant figuré dans le top 5 durant 7 des 10 dernières années. Et qui vient de rejoindre en 2016 ce groupe très restreint ? Amazon pour l'exemplarité de sa Supply Chain ! Toutes les entreprises qui souhaitent lui ressembler (et elles sont nombreuses !) devront en premier lieu s'inspirer des secrets de sa réussite. Autant dire que le monde de la Supply Chain est promis à un bel avenir ! JPG (1) Cf. Le classement du Gartner dans la Newsletter N° 2507 du 2 juin 2017
(2) A lire dans le prochain numéro de Supply Chain Magazine daté de juin
 
 
 
 
Prestataires
logistiques
XPO Logistics
dévoile
ses projets de
développement
pour 2017
Suite au départ de Steve Belot, en octobre dernier,
XPO Logistics s'était mis à la recherche d'un nouveau directeur du développement pour ses opérations Supply Chain en France. Comme nous vous l'annoncions dans la NL n°2489, c'est Vincent Ricci qui a été choisi pour ce poste. Ce dernier a accepté de nous éclairer sur les transformations en cours au sein de cette direction du développement, au périmètre récemment élargi. JLR
(voir l'interview exclusive de Vincent Ricci
en bas de page)
 
 
RFID
Ubi Solutions
rachète
Twiister
Systems
Créé en 2008, l'intégrateur lyonnais Twiister Systems a été racheté il y a deux semaines par la société Ubi Solutions, pour un montant non communiqué. Basée à Gennevilliers, cette dernière a également été fondée sous ce nom la même année, bien que l'activité ait démarré antérieurement, dès 2003. Historiquement, Ubi Solutions été l'ancien intégrateur RFID de Decathlon. Depuis, la société a réalisé de nombreux projets RFID (déploiement de plus de 5.000 « devices » en France et en Europe et plus d'1 Md d'événements traités par an dans son système UBI Cloud), notamment pour la traçabilité des duvets de trains couchettes (avec Geodis), celle des draps pour l'AP-HP, des housses de sièges pour Air France, des contenants pour La Poste, des déchets chez Veolia ou des coffrets cadeaux pour Wonderbox en Europe. De son côté, Twiister et son effectif de 5 personnes est spécialisée dans la conception de solutions numériques de traçabilité dans la logistique, le transport et l'industrie. Elle a développé des solutions technologiques de pointe dans le domaine du Wifi sécurisé ou de la géolocalisation, notamment le tag actif autoalimenté Twiistag Seal&lock (pour la traçabilité des conteneurs), ou Twiistore, une solution RFID clés-en-main de gestion de stocks destinée aux boutiques. Le nouvel ensemble représenterait un effectif d'une quarantaine de personnes, avec un objectif de CA pour 2017 de 7 M€. « Twiister Systems a une vraie expertise sur la vente de terminaux AutoID, sur les études radiofréquences, alors que nous sommes davantage centrés sur la RFID » nous a confié Fabrice Zerah, le DG d'Ubi Solutions, qui envisage à terme de créer des bureaux au Royaume-Uni et en Espagne, où des projets ont déjà été déployés pour des clients. L'ancienne équipe de Twiister Systems constitue désormais l'agence de Lyon d'Ubi Solution et restera dirigée par Foudil Dekhinet, le co-fondateur de Twiister Systems. JLR  
 
 
 
Formation-
Emploi
Des
« Compagnons
de la
logistique© »
formés
au Pipa
En 2016, le club des entreprises du Parc Industriel de la Plaine de l'Ain (Pipa) avait testé une nouvelle formule de formation pour répondre aux besoins de recrutement en logistique de ses membres, avec une approche de retour à l'emploi. 7 candidats y avaient participé, avec des résultats assez probants pour décider de labelliser le programme sous la bannière « Compagnons de la logistique », avec le soutien financier de la région Auvergne Rhône-Alpes. Ce printemps, 27 candidats en recherche d'emploi de 18 ans à 55 ans ont bénéficié de la nouvelle session, reposant sur 10 semaines (280 h) de formation dispensées par l'organisme Loginov, et l'accueil dans 4 entreprises adhérentes du club : Carrefour Supply Chain, LSL Intersport, Auxine et Hayward Pool Europe. Ayant fait leurs preuves en conditions réelles, avec une appréciation positive sur leur comportement, 22 des participants ont obtenu le nouveau label, décerné par un jury ad hoc. Et se sont vu proposer dans la foulée des contrats de travail, sous divers statuts. Ainsi, sur les 29 candidats labellisés à ce jour, 2 sont aujourd'hui en CDI, 4 en CDD avec perspective de CDI à la clé, et les autres en contrats d'intérim longue durée. Ce programme de compagnonnage s'inscrit dans le développement d'un Campus de formation hors sol initié l'an dernier pour répondre aux enjeux de recrutement au sein du Pipa : entre 2016 et 2018, un millier de nouveaux emplois y auront été créés, compte tenu des récentes implantations et de celles à venir, avec des besoins importants sur des métiers « en tension» (logistique, industrie, maintenance). Une prochaine promotion de Compagnons de la logistique est déjà envisagée, afin d'en former 25 à 30 supplémentaires. MR
 
   
  La 1ère promotion de compagnons  
 
Consulting
Métis s'offre
de nouveaux
locaux pour
accompagner
sa croissance
Metis Consulting poursuit son développement (+ 60% de croissance en 2 ans) et emménage dans de nouveaux locaux, plus spacieux (450 m2), plus conviviaux et mieux adaptés au travail collaboratif de ses consultants : des espaces de travail dédiés, des salles de réunion multiples, des équipements tout neufs, un espace détente, le tout baigné par la lumière du jour qui traverse de part en part les locaux. La décoration a été assurée par le jeune artiste parisien, Julien Calot, qui a apporté l'énergie de son univers coloré, marqué par l'art tribal et la surf culture. « Dans ce quartier dynamique du 8ème arrondissement de Paris (Haussmann-Opéra), où de nombreuses start-ups de la French Tech élisent domicile, Metis Consulting est prêt à aborder une nouvelle étape et à accueillir de nouvelles recrues séduites bien sûr par notre expertise : BusinessTransformation, Supply Chain et Manufacturing mais également par un cadre de travail vitalisant », confie Jean-Marc Soulier, Président du cabinet. JPG  
   
 
Interview
XPO dévoile
ses projets de
développement



Vincent Ricci a rejoint XPO Logistics depuis le mois d'avril en tant que directeur du développement pour ses opérations supply chain en France et en Suisse.

SCM : En tant que directeur du développement, vous superviserez non seulement les équipes commerciales, ingénierie client, performance, et déploiement, mais aussi QHSSE, marketing et communication. Pourquoi cette nouveauté ?
Vincent Ricci : Parce que nous souhaitons proposer une approche holistique en plaçant le client au cœur de notre direction de développement. A la dimension commerciale, ingénierie, et déploiement des solutions, nous ajoutons la dimension QHSEE (Qualité, Hygiène, Sécurité, Environnement) afin de s'assurer que la qualité au sens large est partie prenante de l'ensemble du partenariat avec notre client, sur l'ensemble du cycle de vie du contrat. Ce n'était pas le cas avant et je pense que c'est un élément différenciant. En tout cas, je ne connais pas d'autres prestataires organisés comme cela.

SCM : Votre expérience en logistique du e-commerce
chez Amazon, pour la mise en place du réseau de consignes
« Amazon Lockers », et auparavant en tant que chargé
du développement des comptes e-commerce en France
chez Geodis, sera-t-elle déterminante dans vos nouvelles fonctions ?

Vincent Ricci : Mon expérience chez Amazon, Geodis et même en tant que consultant chez PwC, me sera en effet très utile sur un plan technique et commercial. L'e-commerce fait partie de nos axes de développement prioritaires pour 2017, mais il n'est pas le seul. Il y a également le retail et la grande distribution (notamment sur les approches omnicanal), ainsi que les FMCG où nous allons poursuivre le développement de services à plus forte valeur ajoutée, comme le copacking par exemple. Il y a aussi de nouveaux secteurs sur lesquels nous voulons nous développer, comme la santé et l'industrie. Sans oublier la température dirigée, positive et négative, qui est une BU à part entière (15% du CA, comme l'e-commerce), et sur laquelle nous avons la volonté très forte de continuer à nous développer.

SCM : Comment êtes-vous organisés au niveau commercial ?

Vincent Ricci : Jusqu'à présent, notre organisation commerciale était pluridisciplinaire. Nous sommes en cours de transformation pour créer des directions par marchés verticaux (retail&e-commerce, FMCG, pharma&cosmetics, industrie, température dirigée) avec une plus grande connaissance des bonnes pratiques spécifiques à chaque secteur. D'ici fin 2017, nous serons alignés sur l'organisation opérationnelle déjà mise en place depuis le début de l'année par notre Directeur Général Bertrand le Goff, avec des relais sectoriels dans chaque région.

SCM : Les projets de mécanisation et d'automatisation sont en forte croissance, notamment dans la distribution. Comment vous organisez-vous pour répondre à cette demande en tant que prestataire ?
Vincent Ricci : Nous avons une forte expertise dans ce domaine avec une douzaine de sites mécanisés/automatisés en France. Et nous avons l'intention de densifier nos équipes de développement en recrutant de nouveaux talents avec une expertise sur les équipements, mais aussi des compétences BI et analyse de données. L'objectif est de construire une équipe qui rassemble l'ensemble des composantes pour traiter ces sujets de mécanisation et automatisation, au cas par cas, avec une approche conseil de plus haut niveau : y a-t-il un intérêt économique à automatiser, cela a-t-il du sens en terme de ROI ? Le time-to-market est-il un enjeu qui justifie une automatisation ? Quel est le degré de risque social ? L'enjeu est de proposer ou non à nos clients un projet de mécanisation/automatisation non pas par défaut mais au terme d'une approche rationnelle et mûrement réfléchie. JLR
 
 
INFOS INTERNATIONALES
 

Italie
Mondadori
confie
sa logistique
à Ceva
Anciennement prestataire de la filiale Rizzoli Books, Ceva Logistics devient le prestataire exclusif de l'éditeur Mondadori en Italie. Signé en mai dernier, ce contrat confie à Ceva l'ensemble des opérations logistiques « livres » et « retail » et transfère au 3PL la gestion des sites de Vérone (24.000 m²) et Rimini (12.700 m²), les 110 collaborateurs qui y travaillent faisant également partie du transfert. La « City of Books », un entrepôt de 100.000 m² situé à Stradella et opéré par Ceva, sera également mis à contribution pour assurer le meilleur déroulement possible de ces opérations complexes. « Nous avons mis en place notre procédure de démarrage zéro défaut afin de nous assurer que les systèmes et procédures soient pleinement implémentés dès le premier jour », précise Alberto Scagnetti, Directeur Régional de la B.U. Logistique Contractuelle Italie. PM  
 



Chine - Belgique
Anvers signe
un partenariat
avec Caofeidian
Le Port d'Anvers a signé début juin un accord de partenariat avec celui de Caofeidian, un jeune port situé à côté de Tianjin dans la baie de Bohai, non loin de Pékin. Conformément au concept « One Belt One Road », ce partenariat vise à intensifier les échanges à la fois maritimes, avec la mise en place de liaisons régulières, et ferroviaires entre les deux ports, notamment dans le domaine de l'acier. En 2016, 260 Mt de marchandises ont transité via Caofeidian dont 36 Mt d'acier parmi lesquelles plus de 500.000 t avaient pour destination Anvers, premier port d'Europe pour les importations d'acier. Cet accord prévoit également le développement d'un pack de formation spécifique qui devrait être dispensé aux employés du port chinois en fin d'année par le Centre de Formation du Port d'Anvers Flandres. Enfin, l'échange d'informations et la promotion mutuelle complètent la liste des actions prévues par ce partenariat.
La signature de l'accord a eu lieu au Château Val Duchesse, à Bruxelles, dans le cadre d'une cérémonie à laquelle ont participé les premiers ministres chinois et belge. PM
 
   
  Kesheng Wang et Jacques Vandermeiren,
CEO des ports de Caofeidian et d'Anvers
 
 

Etats-Unis
Nike et Adidas
dans la course à
l'automatisation
2,5 Md$, c'est au total ce que devraient investir Nike et son concurrent Adidas dans les années à venir, à la fois en recherche et développement et dans l'acquisition de solutions d'automatisation (et de robotisation), d'après un rapport publié par la banque Morgan Stanley, repris par Business Insider et Market Watch. Selon ce dernier, 20% de leur production pourrait sortir d'usines automatisées ultra rapides (speed factories) d'ici 2023. D'après Business Insider, celles-ci devraient contribuer à réduire le time to market de 18 mois à 4 mois seulement, l'automatisation de nombreux processus devant également y participer. Aligner les stocks avec la demande, raccourcir les cycles de production et rapprocher la production du consommateur devraient, selon Morgan Stanley, se traduire par une augmentation des ventes de Nike estimée à 15% sur ce même horizon, et ce sans avoir à passer par Amazon. Ces usines seront en effet situées dans les pays les plus riches et seront des sites internes, bypassant ainsi les fournisseurs asiatiques. En résultera une meilleure maitrise de la production, un gain de temps substantiel notamment en ce qui concerne le transport ainsi que des économies financières évidentes. Les conséquences humaines ne sont pas négligeables non plus : l'International Labor Organization estime que l'automatisation de la production menace 56% des emplois salariés d'Asie du sud-est à horizon 20 ans. PM  
   
 

ABONNEMENT GRATUIT : CLIQUEZ ICI
Le lien quotidien qui vous relie à la communauté Supply Chain
Si l'on vous a transféré cette lettre, n'hésitez pas à vous abonner.
Si vous êtes déjà abonné, n'hésitez pas à abonner (ou à faire abonner)
vos collaborateurs et amis.

 
 
Jean-Philippe Guillaume
Directeur des rédactions
Faites profiter la communauté logistique de vos « scoops »

écrivez à la rédaction : jph.guillaume@scmag.fr
Cette Newsletter touche quotidiennement 50.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique
à l'ensemble de la communauté logistique.
 
Contacts, POUR FAIRE PARAÎTRE DE LA PUBLICITÉ
dans « Supply Chain Magazine » (sur le Web ou dans le mensuel papier)
 

Karine Dino
Chef de publicité
Tél. 01 48 93 26 87
karine.dino@scmag.fr

Audrey Zugmeyer
Directrice de la publicité
Tél : 01 41 79 56 21
audrey.zugmeyer@scmag.fr
 
 
Pour modifier vos coordonnées, adressez un e-mail à : abonnement@scmag.fr  
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 
12 juin 2017

JUIN 2017

Lundi 12
COMPLET
28e édition du
Trophée de Golf

Organisé par
SCMagazine,
Logistiques
Magazine,
L'Officiel des
transporteurs
et Actu-transport-
logistique.fr
En partenariat
avec :EOL,
GENERIX Group
De 10h à 19h15
Golf de
Saint-Cloud
Paris



Mardi 20
Restitution
Enquête
TALANCONSULTING
Track & Trace
2017
« Besoins
et solutions
de traçabilité
dans le transport :
enquête et retour
d'expérience »

En collaboration
avec :
l'Institut du
Commerce
et SCMagazine
De 9 h à 12h
Au siège de
TalanConsulting
Paris 16e


Jeudi 22
Conférence
WAVESTONE
Restitution
de l'étude
« Industrie 4.0 :
Quelles réalités,
quel potentiel ? »

Partenaire :
SCMagazine
De 8h30 à 10h30
Châteauform'City
Monceau
Paris 8e


Vendredi 30

Conférence
S&OP/IBP
Organisée par
JDA Software
« Développez
vos prévisions,
segmentez
(mieux), et
rentabilisez vos
opérations !
»
Partenaire :
SCMagazine
De 14h à 17h
Université
Paris Dauphine
Paris 16e