Partager sur
LinkedIn Twitter Facebook
 

Retour
de vacances


Voici quelques semaines, alors qu'aux abords de la tour Montparnasse mes pensées oscillaient entre le traitement d'une actualité maussade et l'imminence d'un break estival très éloigné du tumulte parisien, j'aperçus un ami journaliste qui avançait péniblement, les épaules basses et le dos vouté comme écrasé sous le poids d'une charge invisible. Comme il était pâle, je m'empressai de lui demander si tout allait bien, si sa santé était bonne, s'il n'avait pas de souci dans son travail, puis lui proposai de prendre place à la terrasse d'un des cafés qui bordent l'esplanade face à la gare. Après un long moment de silence, je le vis progressivement recouvrer ses esprits. Il prit une profonde inspiration et m'expliqua qu'il venait de visiter une usine géante, entièrement automatisée, dans laquelle des robots fabriquaient… d'autres robots. Je ne pus réprimer un sourire, soulagé que son malaise ne fût pas lié à une cause plus grave. « Ce ne sont que des machines qui fabriquent d'autres machines ! » Dis-je sur un ton badin. Mais plutôt que de l'apaiser, je vis son visage s'obscurcir : « Mais tu ne comprends pas ! lança-t-il. Ces machines sont dotées de capteurs plus performants que nos 5 sens. Ils autoalimentent les connaissances d'une intelligence artificielle qui, contrairement au cerveau humain, ne connait structurellement aucune limite. Dans quelques années ils auront dépassé très largement notre capacité à analyser et à comprendre. Ils sauront se programmer eux-mêmes, s'organiser en réseaux, décider à notre place... ». Je pris alors conscience que mon ami était au bord de l'épuisement et qu'il n'avait plus aucune force pour prendre du recul et relativiser les faits. J'essayai dans un premier temps de dédramatiser en lui expliquant que l'Homme ne se laisserait jamais dépasser par la machine et que les ordinateurs, aussi puissants qu'ils soient, seront toujours contrôlés par ceux qui les ont fabriqués. Puis, voyant que mes arguments n'avaient aucune prise, je lui recommandai de prendre de longues vacances et d'éviter les livres de science-fiction. Quelques jours plus tard, de retour à mon bureau je commençai à rassembler les infos de l'été : DHL adopte la réalité augmentée, Vekia reçoit le prix de la meilleure start-up dans le domaine la Supply Chain pilotée par des algorithmes d'intelligence artificielle, Walmart prend très au sérieux la livraison par drones, Telsa se lance dans les camions autonomes... la routine, quoi. Bonne rentrée à tous ! JPG  
 
 
 
Transport
exceptionnel
Rhenus pilote
le transport
d'un stator
Il y a quelques semaines, Rhenus Logistics a organisé et piloté le transport d'un stator de Belfort (90) à Saint-Leu d'Esserent (60), en passant par le Rhin, le port de Rotterdam, puis la Seine et l'Oise. Utilisant trois modes de transport successifs, le stator a été acheminé en moins de deux semaines. Chargé sur une remorque équipée de 192 roues avec 16 essieux sur 3 files, l'engin, long de 14,25 mètres, large de 4,90 mètres et haut de 4,10 mètres, a quitté Belfort pour Strasbourg par la route en convoi exceptionnel. Sur le port de Strasbourg, à l'aide du portique à colis lourds d'une capacité de levage de 460 tonnes, l'engin a été transféré sur l'automoteur rhénan M/S Wilingen. Arrivé au port de Rotterdam, il a été transbordé au moyen d'une bigue flottante sur le navire fluvio-maritime M/V Leyla. Après la traversée maritime entre Rotterdam et Le Havre, le M/V Leyla a remonté la Seine et l'Oise pour atteindre sa destination finale : la BFO (Base Froide Opérationnelle) de Saint-Leu d'Esserent, au sud ouest de Creil. Rhenus Logistics a assuré toutes les opérations d'affrètement, a supervisé la manutention et les ruptures de charge, et a piloté le projet dans sa globalité. « La principale difficulté dans ce type d'opération réside dans le calcul des répartitions de charge sur la barge et le navire. Malgré la taille et le poids exceptionnel de cette pièce, la recherche de solutions adaptées pour le calage et les ruptures de charge a été facilitée par notre expertise et notre longue expérience dans ce domaine », explique Gérard Litschko, Responsable du Département Projets Industriels au sein de Rhenus Logistics à Strasbourg. JPG
 
 
RSE
Cinq
multinationales
s'engagent
contre
le travail
forcé
Ford, General Motors, Hormel Foods, Marriott Hotels et Michael Kors se sont engagés auprès d'Interfaith Center on Corporate Responsibility (ICCR), une coalition d'investisseurs et d'ONG qui entendent faire de l'investissement un vecteur de progrès social, pour débarrasser leur Supply Chain du travail forcé, et plus particulièrement du phénomène du recrutement contre paiement. Pratiqué dans les pays les plus pauvres, notamment en Asie du Sud-Est, le système est malheureusement aussi simple que répugnant :
1ère étape, recruter des étrangers ne connaissant pas le droit du travail ou les pratiques locales en leur faisant miroiter des salaires très intéressants... moyennant des frais de recrutement pouvant semble-t-il atteindre plusieurs milliers d'euros.
2e étape, une fois arrivés, faire signer aux recrues des contrats beaucoup moins mirobolant qu'escompté et exiger le remboursement de la dette... avec intérêt (élevé) s'il vous plait.
3e étape, cerise sur le gâteau, confiscation des passeports jusqu'à remboursement de la dette. Vous imaginez la suite, l'employé se retrouve coincé à travailler comme un damné pour rembourser sa dette et accepte sans rechigner toute sorte d'abus auxquels on ne préfère pas songer. Pour sensibiliser, éduquer les sociétés et surtout leur donner les outils nécessaires pour lutter contre ces pratiques, l'ICCR a publié en mai dernier le guide « Best Practice Guidance on Ethical Recruitment of Migrant Workers ». La coalition se réjouit de l'adhésion de ces nouveaux membres qui représentent les divers secteurs d'activités dans lesquels on peut retrouver ces pratiques : l'automobile, le tourisme et le textile. L'ICCR compte plus de 300 membres et ces investisseurs gère pour plus de 200 Md$ d'actifs à travers le monde. PM
 
 
 
 
INFOS INTERNATIONALES  

Royaume Uni
UKPN
renouvelle
son contrat
avec Ceva
Après huit ans de collaboration fructueuse et à l'issue d'un nouvel appel d'offres, Ceva Logistics emporte pour la troisième fois consécutive le contrat d'externalisation de UK Power Networks (UKPN). Ce possesseur de réseaux électriques présent à Londres ainsi que dans les régions Est et Sud-Est va en effet confier au prestataire néerlandais le stockage et la distribution de câbles et matériels associés (poteaux, transformateurs...) durant les cinq années à venir. Le 3PL sera également responsable du recyclage d'anciens compteurs électriques à usage privé et professionnel, de la mise en place ultra rapide de systèmes de lutte contre les inondations sur certains sites stratégiques et enfin de la livraison, 365 jours par an, de matériels électriques directement aux ingénieurs, en une heure pour ceux opérant sur Londres et sous quatre heures dans les deux autres régions. PM  
   
 

USA
Après un Q2
positif, XPO
prépare
d'autres
acquisitions
3,76 Md$, c'est le CA qu'a enregistré XPO Logistics durant le Q2 2017 (+80 M$ vs Q2 2016). Ce résultat est obtenu malgré la vente d'une partie de l'activité transport en lots complets à Transforce fin 2016 (voir NL n°2367), il aurait été de +210 M$ à périmètre constant. L'EBITDA culmine quant à lui à 370,8 M$ (vs 355 M$ en 2016) à la grande satisfaction du CEO Bradley Jacobs. « Le bon début d'année se confirme avec une accélération au Q2 du résultat net et de l'EBITDA. La croissance la plus nette provient de la logistique du dernier kilomètre et de la logistique contractuelle, deux domaines où nous sommes en position de leader en e-commerce. Notez que notre EBITDA continue de croître plus rapidement que notre CA aussi bien côté transport que logistique. Nous avons également connu notre meilleur trimestre en transport de lots partiels de ces 20 dernières années » commente le CEO, « Nos investissements en vente et en technologie ont généré 1,43 Md$ de nouveaux contrats sur les six premiers mois de l'année, soit 62% de plus que l'année précédente » ajoute Bradley Jacobs. Dans la foulée de cette annonce, le Wall Street Journal a affirmé dans un article (qui a rapidement été retiré de son site...) qu'XPO avait mis de côté 8 Md$ pour « réaliser de nouvelles acquisitions et ajouter 10 hubs à son réseau de livraison e-commerce », confirmant ainsi les intentions exprimées par M. Jacobs lui-même en juin dernier (voir NL n°2519). PM  
 
 
 

Allemagne
20 m³ de
capacité avec le
StreetScooter
Work XL
éléctrique
Comme annoncé au printemps dernier (voir NL n°2476
et NLF n°106), la famille StreetScooter de DHL s'agrandit avec l'arrivée du Work XL. Basé sur un châssis de Ford Transit, le petit dernier porte désormais la capacité de transport tout électrique de l'expressite allemand à 20 m³. Equipé d'un moteur électrique synchrone d'une puissance de 150 kW et d'un pack de batteries lithium-ion (de 30 à 90 kWh au choix), il a été conçu pour roule en ville : sa vitesse de pointe et son PTAC ne s'élèvent qu'à 85 km/h et 4.250 kg respectivement mais il devrait pouvoir réaliser 200 arrêts dans la même journée, avec une autonomie de 80 à 200 km. 150 unités de pré-production sortiront des ateliers d'Aix-la-Chapelle avant la fin de l'année et seront affectés à la livraison urbaine en Allemagne. Ils seront suivis d'environ 2.500 unités supplémentaires en 2018, lesquels seront accessibles aux expressistes concurrents comme c'est désormais le cas pour le reste de la gamme. DHL table sur une réduction de la consommation de diesel et des émissions de CO2 de 1.900 litres et 5t respectivement, soit un total de 4,75 M de litres et 12.500 t de CO2 pour une flotte de 2.500 véhicules. PM
 
   
 

ABONNEMENT GRATUIT : CLIQUEZ ICI
Le lien quotidien qui vous relie à la communauté Supply Chain
Si l'on vous a transféré cette lettre, n'hésitez pas à vous abonner.
Si vous êtes déjà abonné, n'hésitez pas à abonner (ou à faire abonner)
vos collaborateurs et amis.

 
 
Jean-Philippe Guillaume
Directeur des rédactions
Faites profiter la communauté logistique de vos « scoops »

écrivez à la rédaction : jph.guillaume@scmag.fr
Cette Newsletter touche quotidiennement 50.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique
à l'ensemble de la communauté logistique.
 
Contacts, POUR FAIRE PARAÎTRE DE LA PUBLICITÉ
dans « Supply Chain Magazine » (sur le Web ou dans le mensuel papier)
 

Nathalie Bier
Directrice de clientèle
Tél. 01 43 76 64 53
nathalie.bier@scmag.fr

Audrey Zugmeyer
Directrice de la publicité
Tél : 01 41 79 56 21
audrey.zugmeyer@scmag.fr
 
 
Pour modifier vos coordonnées, adressez un e-mail à : abonnement@scmag.fr  
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 
28 août 2017

SEPTEMBRE 2017

Jeudi 14
Webinar TXTChain
TXT RETAIL
« 4 bonnes
pratiques pour
une Supply Chain
plus agile »

En collaboration avec SCMagazine
De 13h30 à 14h

Mardi 26
Conférence
DYNASYS
« Du S&OP vers
l'IBP :
Accélérez
la transformation
digitale de votre
Supply Chain! »

Intervenants :
Dynasys
Wavestone
  et Retour
d'expérience :
Sanofi Pasteur
Partenaire :
SCMagazine
De 8h30 à 12h15
Mercure Lyon Centre Château Perrache



OCTOBRE 2017


Jeudi 12
Forum RELEX
« Efficient Supply Chain For Retail »
Partenaires :
MARTEC International
et SCMagazine
DE 14h30 à 18h30
Ambassade
de Finlande
Paris 7e


Mardi 17
Conférence
ORACLE
« La digitalisation
au service
de l'excellence
transport »

Partenaires :
IBM, BP2R,
SCMagazine
De 8h30 à 11h30
Hôtel Intercontinental
Marceau
Paris 8e


Jeudi 19 et
Vendredi 20

Formation
EURODECISION
« Méthodes
et pratiques de
la prévision
des ventes »

De 9h à 17h
Paris-La Défense



Jeudi 19
TXT Retail
Thinking Retail
Forum
De 9h à 13h
« Planifier pour
la Renaissance
de la
Distribution »

avec l'intervention
de GiFi
De 14h à 16h30
« Conférence
PLM et SC
Collaboration »

avec l'intervention
de Dior
Maison de
l’Amérique Latine
Paris 7e