Partager sur
LinkedIn Twitter Facebook
Immobilier
Cultura
s'installe dans
un entrepôt
de 56.000 m²
à Moissy 2
chez Prologis
Cultura, enseigne spécialisée dans les loisirs culturels et artistiques, va s'installer dans un entrepôt de 56.000 m² au sein du Parc Prologis Moissy 2 Les Chevrons (Moissy Cramayel 77). Le promoteur annonce également la création sur son Parc de Marly-la-Ville, d'un autre entrepôt clé-en-main, d'une surface de 25.000 m², destiné à accueillir un acteur majeur de la distribution de nouvelles technologies et fournisseur de services spécialisés. Ces deux projets répondent à la volonté de ces entreprises d'accompagner la croissance de leur activité, tant en matière de distribution physique que de e-commerce. La livraison des deux bâtiments est prévue pour le 1er semestre 2018 : « Ces projets démontrent que nous pouvons proposer à nos clients des solutions immobilières innovantes dans des localisations prime, commente Cécile Tricault, Country Manager France de Prologis. Elles illustrent également notre capacité à restructurer des friches industrielles, afin de limiter la consommation d'espaces naturels, de recréer de l'emploi et d'inscrire ces développements dans une logique de durabilité ». Rappelons en effet que le Parc des chevrons s'est développé sur l'ancien site « pièces de rechange » de PSA. Dans ces deux transactions, Prologis était assisté du cabinet Franklin. Entrepôts XXL France, filiale de Tostain & Laffineur, est également intervenu en qualité de conseil du bailleur et du preneur dans le cadre du projet Cultura. JPG  
   
 
 
 
Immobilier
logistique
P3 livre
2 cellules à
Ingram Micro
Mi-août, le développeur et gestionnaire de plates-formes logistiques a livré à son locataire Ingram Micro les 12.000 m² d'extension de son entrepôt situé au sein du P3 Park de Lomme (59). Il s'agit de la 1ère phase d'un projet clé-en-main engagé fin 2016 et destiné à pérenniser l'implantation du distributeur IT sur place (voir NL n°2395). L'ajout de ces 2 cellules rend désormais possible la réhabilitation des 30.000 m² qu'occupait déjà Ingram Micro, sans devoir interrompre ses opérations. Des travaux de rénovation et de réaménagement qui devraient être finalisés fin octobre. P3 fait valoir que le projet a constitué un « véritable défi en terme organisationnel et de délais afin de pouvoir assurer à son locataire l'exploitation du site existant pendant toute la durée des travaux ». Cela devient d'ailleurs une de ses spécialités puisque la même démarche est à l'œuvre pour des clients de ses parcs d'Eragny, en France, ou de Bedburg, outre-Rhin. MR
 
   
 
Université
d'été de GS1
IoT, IA,
Big Data…
a-t-on ouvert
la boîte
de Pandore ?
L'université d'été de GS1, qui s'est déroulée le 31 août à Paris, était cette année consacrée aux nouvelles technologies. Le sujet interpelle mais les usages sont encore à définir si l'on ne veut pas s'y noyer. « Peut-on se permettre de passer à côté d'une innovation majeure ? Mais peut-on a contrario se remettre d'avoir trop misé sur l'une d'entre elles ? ». L'introduction de Philippe Lemoine, Vice-Président du Conseil de surveillance de GS1 France, sonnait comme une mise en garde. La raison de cette question cornélienne se trouve dans le thème choisi cette année : « IoT, Big Data, Blockchain, Intelligence Artificielle... ces technologies tiennent-elles leurs promesses ». Celui qui est également président d'Action Forum Modernités a ainsi poursuivi son discours devant plusieurs centaines de participants en rappelant qu'il y a « des dégâts au progrès. Il faut donc appliquer le principe de précaution ». Selon lui, nous vivons actuellement un temps de métamorphoses, où une redéfinition des relations entre individus et collectifs est en cours d'écriture. Autre bouleversement majeur, l'intelligence artificielle, que Bertrand Braunschweig, directeur du centre de recherche INRIA-Saclay, définit comme étant une extension de l'Internet au monde physique et une source majeure du Big Data, qui représente un nouvel ordre de grandeur pour la capture, la recherche, le partage, le stockage, l'analyse et la présentation de données. Selon le cabinet de conseil Roland Berger, le nombre d'objets connectés devrait atteindre plus de 28 Mds en 2021, contre 15,4 Mds en 2015, soit une augmentation de 83% ! Face à cette profusion d'informations captées, l'homme ne suffit plus. « Certains secteurs sont plus en avance sur ces usages que d'autres, constate Alain Chagnaud, associé de Roland Berger. Le retail par exemple travaille sur de nombreux sujets en ce moment pour tout ce qui concerne l'expérience client, le réassort automatique des rayons, la simplification de paiement, etc. qui font appel à ces technologies ». Sur le thème de la Blockchain, Vidal Chriqui, référent Blockchain au comité innovation du Syntec Numérique, estime que la révolution réside dans un changement de gouvernance, avec une décentralisation de la responsabilité puisque tous les acteurs qui y participent ont les mêmes droits et les mêmes devoirs. Dans le domaine de la supply chain, les exemples semblent encore rares mais ils commencent à naître…
affaire à suivre. É.L.
 
   
  Plusieurs centaines de participants à l'université d'été
de GS1, sur le thème « IoT, Big Data, Blockchain, Intelligence Artificielle… ces technologies tiennent-elles leurs promesses ? » ©Eloïse Leydie
r
 
   
  Philippe Lemoine, Président d'Action Forum Modernités
et Vice-Président du Conseil de surveillance de GS1
©Eloïse Leydier
 
   
  Bertrand Braunschweig, Directeur du centre de recherche INRIA-Saclay et coordinateur du livre blanc INRIA sur l'Intelligence Artificielle ©Eloïse Leydier  
 
 
 
Traçabilité
10 spécialistes
de l'alimentaire
s'associent à
IBM Blockchain
IBM, qui a déjà mis en place un système de traçabilité par Blockchain avec Walmart en Chine (voir NL n°2361), passe à la vitesse supérieure et s'associe à 10 industriels et distributeurs de l'alimentaire aux Etats-Unis : Dole, Driscoll's, Golden State Foods, Kroger, McCormick and Company, McLane Company, Nestlé, Tyson Foods, Unilever et Walmart. Leur mission sera d'explorer les bénéfices potentiels de la Blockchain sur leur Supply Chain avec un focus particulier sur la traçabilité. L'enjeu est de taille : selon l'Organisation Mondiale de la Santé, une personne sur dix souffre chaque année d'une intoxication alimentaire et 400.000 en périssent. Les conséquences financières pour les marques et distributeurs ne sont pas négligeables non plus et les campagnes de rappel demeurent un vrai casse-tête. A titre d'exemple, il a récemment fallu deux mois à un distributeur pour retrouver la ferme à l'origine d'une cargaison de papayes responsable d'une épidémie de salmonellose. « Comme aucune autre technologie avant elle, la Blockchain transforme la façon dont des entreprises compatibles travaillent ensemble en apportant un nouveau niveau de confiance basé sur une seule version de la vérité » commente Marie Wieck, General Manager d'IBM Blockchain, « Notre travail dans l'écosystème alimentaire, avec notre nouvelle plate-forme [ndlr : Hyperledger], va démultiplier le vaste potentiel de cette technologie, et accélérer le passage du concept à la réalité dans tous les secteurs d'activité ». PM  
 
Internet
des objets
L'industrie
mondiale sera
majoritairement
connectée
d'ici 5 ans

La majorité des industriels du monde entier feront appel à l'Internet industriel des objets pour améliorer la qualité et la visibilité de leurs opérations dans leurs usines d'ici 5 ans. C'est ce qui ressort de l'étude Manufacturing Vision 2017 commandée par Zebra Technologies et réalisée au cours du premier trimestre auprès 1.100 décideurs d'entreprises dans des secteurs tels que l'automobile, le high-tech, l'agro-alimentaire, l'industrie du tabac et le secteur pharmaceutique. Selon leurs dires, il apparaît que 43% des entreprises manufacturières seraient déjà entièrement connectées à l'heure actuelle et qu'elles seraient 64% en 2022. D'après Zebra, qui sans nul doute se réjouit de pouvoir les aider dans leur démarche, « ces usines intelligentes utiliseront une combinaison de technologie d'identification RFID, de terminaux mobiles, de systèmes automatisés et autres technologies émergentes pour suivre et surveiller les processus physiques en usine et permettre des prises de décision décentralisées ». Sans surprise, la tendance n'est plus à l'utilisation du papier et du crayon pour suivre les phases de production, même si 62% des entreprises avouent y avoir encore recours. Ce taux devrait chuter à 20 % d'ici à 2022. « Les résultats de l'étude Manufacturing Vision 2017 montrent que l'IIioT (Industral Internet of Things) a passé un cap important, et que les fabricants les plus avisés investissent largement dans les technologies donnant naissance à des sites de production plus intelligents et plus connectés, offrant une large visibilité opérationnelle et une qualité supérieure » s'est félicité Jeff Schmitz, vice-Président senior et directeur commercial de Zebra Technologies. JLR
Photo : Jeffrey Schmit, Zebra
 
 
 
 
Nominations
Arrivée de
Laurent Josse
et de
Fabien Gaide
chez KPMG
Opérations


Dans le cadre de son développement, l'équipe KPMG Opérations se renforce avec les arrivées de Laurent Josse, Directeur, et Fabien Gaide, Senior Manager, tous deux spécialisés en Supply Chain. Fort de 20 ans d'expérience, dont 16 passés dans le conseil (notamment Diagma et Kurt Salmon), Laurent Josse intervient principalement dans les secteurs de la distribution et du e-commerce. Sa double compétence opérations-conseil lui permet de mener des projets de transformation mais aussi d'être à la tête de projets de pilotage et d'optimisation des opérations. Laurent Josse intervient notamment sur des sujets Schéma Directeur Logistique, transport, optimisation d'entrepôt et OMS. Fabien Gaide dispose quant à lui de 16 ans d'expérience en Supply Chain dont 8 ans dans le conseil chez Kurt Salmon. Il conduit des missions d'amélioration de la performance opérationnelle et d'optimisation de processus en industrie, notamment dans le secteur agro-alimentaire. Fabien Gaide intervient sur des sujets organisation Supply Chain, entrepôt, transport, WMS, MES. Tous deux auront pour mission de développer les équipes et l'expertise en Supply Chain du cabinet. JPG
 
   
  Laurent Josse (à gauche) et Fabien Gaide  
 
Acquisition
Bolloré
Logistics
absorbe
Someport
Walon
Bolloré Logistics vient de faire l'acquisition de la société Someport Walon, spécialisée dans le transport international. Dans un communiqué Bolloré explique que les activités de cette société créée en 1954 seront transférées au sein d'une même entité, Bolloré Logistics, Division Projets Industriels France. L'iobjectif serait, toujours selon l'acquéreur « de renforcer les synergies et de mutualiser des compétences, que ce soit dans le pilotage de projets clés en main, l'affrètement, l'ingénierie, le transport de colis exceptionnels et autres services ». Bolloré Logistics y voit également une gamme de services encore plus étendue pour sa clientèle Projets Industriels. JPG  
 
 
 
Eclairage
Feilo Sylvania
fait la part belle
au LED
en entrepôt
Le fournisseur Feilo Sylvania, spécialisé dans solutions globales d'éclairage professionnel et architectural, considère désormais les plates-formes logistiques et les bâtiments industriels comme un marché prioritaire pour son offre de luminaires LED (gamme SylBay LED). Son argument massue : promettre des économies d'énergie de 60% sur l'éclairage (qui peut représenter un quart du total des coûts d'exploitation d'un bâtiment et jusqu'à 60% de la facture d'électricité). En France, l'entreprise a mis en place une organisation dédiée à la prescription, composée d'un Directeur National Prescription et de 6 ingénieurs d'affaires, pour suivre les projets et rencontrer les maîtres d'ouvrage et les maîtres d'oeuvre pour leur vanter les avantages d'une gestion intelligente de l'éclairage avec son système SylSmart. L'équipe France a été récemment renforcée par l'arrivée d'un nouveau Responsable Grands Comptes Logistique, Nicolas Boyer, et d'un Gestionnaire de Projets. Par ailleurs, pour le secteur de la logistique, la société propose également une offre de financement. Même si Feilo Sylvania est détenue à 80% par la société chinoise Shanghai Feilo Acoustics, la production est en grande partie réalisée en Europe (France, Allemagne et Belgique). JLR
Photo ©Feilo Sylvania
 
   
 
INFOS INTERNATIONALES  

USA
Domino's livre
les pizzas
en véhicules
autonomes
Le 29 août à Ann Arbor (Michigan), Domino's et Ford se sont lancés dans une aventure qu'on aurait qualifié de folle il n'y a pas si longtemps : livrer des pizzas à domicile sans livreur. Le véhicule sera en réalité conduit par un ingénieur Ford, lequel sera accompagné de quelques chercheurs dont le rôle sera d'étudier la réaction des clients devant cette livraison déshumanisée. Aucune de ses personnes n'interviendra en effet dans le processus de livraison. Via une version améliorée de l'outil de suivi Domino's Tracker (déjà existant aux USA), le client sera informé de la progression du véhicule et recevra un code pour ouvrir la fenêtre arrière, et accessoirement de la caisse contenant la pizza. Toutes les réactions des quelques clients qui participeront à ce test seront scrutées notamment afin de savoir s'ils acceptent sans souci de sortir de chez eux pour récupérer la pizza et s'ils préfèrent que la voiture, une Ford Fusion Hybrid, se gare dans la rue ou dans l'allée qui mène à leur garage. L'idée d'interagir uniquement avec une machine, en revanche, ne semble pas être remise en question. « En tant que société focalisée sur l'expérience client, Domino's partage notre vision d'un futur ou des véhicules intelligents évoluant dans un environnement intelligent améliorent la vie des gens » se réjouit Sherif Marakby, VP Autonomous and Electric Vehicles de Ford. Si l'amélioration évoquée n'est pas une évidence, le concept a le mérite d'être novateur. PM  
 

USA
Les effets
de la tempête
Harvey sur
le transport
Si l'ouragan Harvey qui a frappé le Texas fin août représente une catastrophe sans précédent, jusqu'à 1,20 m de pluie est tombé par endroit pendant une durée de cinq jours ininterrompus, ces effets sur le transport de marchandise sont plus classiques. Le Port de Houston, ville la plus sévèrement touchée, est tout simplement fermé, obligeant notamment deux navires de Maersk à rester ancrés dans le Golfe du Mexique. Côté rail, Union Pacific a cessé toute activité en direction de Houston et ses environs, les inondations couvrant encore une large zone de l'agglomération de la quatrième plus grande ville américaine. Le fret routier s'en sort un peu mieux avec une réduction du trafic de seulement 80% autour de Houston selon les données de DAT Solutions. Loin d'être un cas unique, UPS a également suspendu tout service autour de Houston et Beaumont, ville de 120.000 habitants qui a subi de plein fouet le premier assaut d'Harvey vendredi 25 août.
Cet arrêt momentané du fret routier sur la partie sud-est du Texas a représenté à l'échelle nationale une perturbation de près de 10% du trafic routier durant la première semaine selon les consultants de FTR et devait tomber à 7% durant la semaine à venir. Il devrait se réduire à 2% à horizon un mois, l'impact local (de l'ouest di Mississippi jusqu'au Texas) demeurant à 25% de perturbation, toujours pour ce qui est du trafic routier. PM
Source : Logistics Management
 
 

ABONNEMENT GRATUIT : CLIQUEZ ICI
Le lien quotidien qui vous relie à la communauté Supply Chain
Si l'on vous a transféré cette lettre, n'hésitez pas à vous abonner.
Si vous êtes déjà abonné, n'hésitez pas à abonner (ou à faire abonner)
vos collaborateurs et amis.

 
 
Jean-Philippe Guillaume
Directeur des rédactions
Faites profiter la communauté logistique de vos « scoops »

écrivez à la rédaction : jph.guillaume@scmag.fr
Cette Newsletter touche quotidiennement 50.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique
à l'ensemble de la communauté logistique.
 
Contacts, POUR FAIRE PARAÎTRE DE LA PUBLICITÉ
dans « Supply Chain Magazine » (sur le Web ou dans le mensuel papier)
 

Nathalie Bier
Directrice de clientèle
Tél. 01 43 76 64 53
nathalie.bier@scmag.fr

Audrey Zugmeyer
Directrice de la publicité
Tél : 01 41 79 56 21
audrey.zugmeyer@scmag.fr
 
 
Pour modifier vos coordonnées, adressez un e-mail à : abonnement@scmag.fr  
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 
1er septembre 2017

SEPTEMBRE 2017

Jeudi 14
Webinar TXTChain
TXT RETAIL
« 4 bonnes
pratiques pour
une Supply Chain
plus agile »

En collaboration avec SCMagazine
De 13h30 à 14h

Mardi 26
Conférence
DYNASYS
« Du S&OP vers
l'IBP :
Accélérez
la transformation
digitale de votre
Supply Chain! »

Intervenants :
Dynasys
Wavestone
  et Retour
d'expérience :
Sanofi Pasteur
Partenaire :
SCMagazine
De 8h30 à 12h15
Mercure Lyon Centre Château Perrache


OCTOBRE 2017


Jeudi 5
Séminaire
E2OPEN
« L'Oréal :
Intégrer ses
fournisseurs
sur le cloud
dans un contexte
de demande
toujours plus
imprévisible »

Témoignage :
L'OREAL
Partenaire :
SCMagazine
De 8h00 à 10h20
Hôtel W
Paris-Opéra
Paris 9e

Jeudi 12
Forum RELEX
« Efficient Supply Chain For Retail »
Partenaires :
MARTEC International
et SCMagazine
DE 14h30 à 18h30
Ambassade
de Finlande
Paris 7e


Mardi 17
Conférence
ORACLE
« La digitalisation
au service
de l'excellence
transport »

Partenaires :
IBM, BP2R,
SCMagazine
De 8h30 à 11h30
Hôtel Intercontinental
Marceau
Paris 8e


Jeudi 19 et
Vendredi 20

Formation
EURODECISION
« Méthodes
et pratiques de
la prévision
des ventes »

De 9h à 17h
Paris-La Défense


Jeudi 19
TXT Retail
Thinking Retail
Forum
De 9h à 13h
« Planifier pour
la Renaissance
de la
Distribution »

avec l'intervention
de GiFi
De 14h à 16h30
« Conférence
PLM et SC
Collaboration »

avec l'intervention
de Dior
Maison de
l’Amérique Latine
Paris 7e