Partager sur
LinkedIn Twitter Facebook
 

Les promesses
d'Amazon
La semaine dernière, Emmanuel Macron a inauguré le nouvel entrepôt d'Amazon, un bâtiment de plus de 100.000 m2, avec la promesse de recruter 500 collaborateurs d'ici 2020. Cette inauguration a été l'occasion pour le géant américain d'annoncer l'ouverture dans un an, à Brétigny-sur-Orge (Essonne), d'une nouvelle plate-forme de 142.000 m² avec là-encore, 1.000 CDI promis sur une période de 3 ans. Ajoutons qu'à l'issue d'une enquête publique rondement menée, l'aménageur Goodman a obtenu les autorisations nécessaires pour bâtir à Senlis un immense centre logistique pour un client dont tout laisse à penser qu'il s'agit, là-encore, d'Amazon. Déposé le 3 juillet dernier, ce projet prévoit (selon l'enquête publique) la construction d'un bâtiment de 47.701m², « pouvant accueillir jusqu'à 1.200 salariés en période d'activité normale et jusqu'à 1.800 personnes en période de forte activité. » Ces annonces à répétition soulèvent des questions sur la nature des emplois générés par le e-commerce. En effet, si l'omnicanal transforme la manière d'acheter, il n'augmente pas de manière significative le volume de la consommation. Cela signifie que les emplois créés d'un côté, peuvent en supprimer d'autres. Un risque évoqué la semaine dernière à Amiens par des libraires en colère, dénonçant l'arrivée d'Amazon comme une forme de concurrence déloyale. Est-ce suffisant pour s'opposer à un mouvement planétaire qui transforme en profondeur la nature du commerce ? Cela parait bien difficile. En revanche il n'est pas interdit de s'interroger sur la durabilité des emplois promis par Amazon. Le propriétaire de la société Kiva (aujourd'hui Amazon Robotics) ne va-t-il pas être tenté un jour ou l'autre de robotiser ses centres de préparation de commandes et du coup réduire la main d'œuvre ? Ce qui est certain, c'est que toutes ces promesses de recrutement massif, lui permettent d'accélérer son processus d'implantation et de dérouler sa stratégie de conquête de parts de marché. Et si rien ne nous autorise pour le moment à remettre en cause sa sincérité, on sait également que les promesses n'engagent que ceux qui les croient. JPG  
 
 
 
Résultats
La cinquantaine
triomphante
pour
FM Logistic


Sur l'exercice 2016/2017 clos le 31 mars dernier, FM Logistic annonce avoir réalisé un CA de près de 1,1 Md€, en croissance de 4,2 %, un résultat d'exploitation de 33 M€, en forte hausse de 29,5 %. Le prestataire, qui fête cette année son 50e anniversaire, a engrangé durant l'exercice 160 M€ de nouveaux contrats, augmenté de 1.500 collaborateurs ses effectifs et son parc de près de 180.000 m² de nouveaux entrepôts. « Ce résultat est d'autant plus positif que notre groupe atteint ce niveau de performance dans une conjoncture complexe : un environnement très concurrentiel où les clients exercent une pression permanente sur les prix, une économie mondiale au ralenti avec certains pays comme la Russie, l'Ukraine et le Brésil toujours en crise, et enfin, une pénurie de main-d'œuvre en Europe centrale qui se traduit par une hausse de nos coûts salariaux de 8 à 13 % dans ces pays » a déclaré Jean-Christophe Machet, Président du groupe FM Logistic. Hormis la France (38% du CA), les pays les plus performants commercialement pour FM Logistic sont ceux d'Europe Centrale (26%) et de l'Est (21%). A noter également que l'activité entreposage et manutention reste, et de loin, le premier métier du prestataire, avec 56% du CA, devant le transport (34% du CA, avec une activité en hausse de 3,5% sur l'exercice) et le conditionnement (10%). JLR
Photo : Jean-Christophe Machet,
Président du groupe FM Logistic

 
 
Formation/
recherche
Une chaire
sur la
transformation
4.0 des PME
L'école d'ingénieurs Grenoble INP – Génie industriel a signé officiellement la semaine dernière avec l'UIMM de l'Ain pour la mise en place, jusqu'à fin 2020, d'une chaire intitulée « Transformation 4.0 des processus manufacturiers : des technologies à la stratégie de la chaîne de valeur ». L'objectif est notamment d'accompagner les PME du département dans leur transition vers l'industrie du futur (via état des lieux des technologies, des stratégies, des difficultés rencontrées et des potentiels et le développement d'un guide stratégique, technologique et humain), d'intégrer cette problématique dans les formations de l'école, et de favoriser les échanges et les synergies entre le monde industriel et le monde académique. Deux ingénieurs à temps complet, un senior et un junior, seront recrutés sur le budget de la chaire, financé par le Fonds pour l'innovation dans l'industrie (F2i) créé à l'initiative de l'UIMM. Grenoble INP – Génie industriel diplôme 140 ingénieurs par an, issus de trois filières : ingénierie de produits, ingénierie de la chaîne logistique, et ingénierie de la performance industrielle durable. JLR  
 
 
 
Nomination
Jean-Luc Declas,
nouveau DG
de Dimotrans

Jean-Luc Declas, 56 ans, rejoint le groupe Dimotrans
(1.250 personnes, 250 M€ de CA en 2016) en tant que directeur général. Auprès de Salvatore Alaimo, président, il aura pour mission de poursuivre le déploiement du plan stratégique Evolo dont l'objectif est d'atteindre 500 M€ de CA à l'horizon 2020. Précédemment Senior Vice-Président Développement de XPO Supply Chain Europe, après avoir occupé des postes de Direction Générale chez Norbert Dentressangle et Giraud Logistics, en France et à l'international, Jean-Luc Declas dispose d'une très solide expérience des métiers de la Supply Chain et du management d'importantes structures multinationales « Avec les acquisitions récentes de H.Ducros et de Maxitrans, nous enregistrons au premier semestre une progression de +47% de notre CA par rapport à 2016 (160 M€ de CA réalisés à fin juin) explique Salvatore Alaimo. Pour continuer dans cette perspective de croissance et conquérir les marchés sur lesquels nos ambitions nous positionneront demain, il m'est apparu indispensable de structurer notre Groupe en faisant évoluer son organisation et sa direction générale. Avec le recrutement de Jean-Luc Declas, j'ai fait le choix d'un profil international avec la rigueur des « grands groupes ». JPG
 
 
Etiquetage
Inotec se lance
dans la lutte
anti-contrefaçon
Le fabricant de solutions de marquage et d'identification code-barres et RFID Inotec va présenter la semaine prochaine sa solution inoLink de lutte contre la contrefaçon au salon Cosmetic 360 (18-19 octobre au Carrousel du Louvre à Paris). Il s'agit de coller sur chaque produit une étiquette à deux couches, avec un code visible en surface et un autre dissimulé dans la couche inférieure. Seule la combinaison unique des deux codes (sauvegardée pour chaque étiquette dans la base de données d'Inotec) permet d'authentifier l'origine du produit parmi des milliards de combinaisons. L'opération de vérification de l'authenticité du produit peut non seulement être réalisée par le fabricant, tout au long de la supply chain, jusqu'au point de vente, mais aussi par le consommateur final, à l'aide de son smartphone, grâce à une application mobile développée spécifiquement. Cela ouvre également des perspectives en termes de relation directe entre la marque et ses clients.
Avec cette nouvelle solution, Inotec vise les secteurs du luxe, les produits cosmétiques, parfumeries ou encore pharmaceutiques, mais également les jouets, les produits alimentaires, les appareils domestiques, ou encore les pièces détachées automobiles. JLR
 
   
 
 
 
Goods to man
Des tours
de stockage
pour
bonbonweb
Après différents projets, bonbonweb, e-commerçant spécialisé dans les sucreries et les gâteaux, a décidé en 2010 de construire son propre entrepôt de 1.500 m2 à Avrainville dans l'Essonne, et de refondre son organisation de logistique. Une Tour de stockage automatisée Jumper 300 (d'Electroclass) associée au WMS G‐Stock est alors mise en place avec deux tours de stockage de 7 mètres de haut, bénéficiant chacune d'une double consultation avec accès par l'avant pour la réception des marchandises, et par l'arrière pour la préparation des commandes et le pilotage du convoyeur. Composée de 27 plateaux pouvant accueillir jusqu'à 300 kg de charge chacun, cet équipement a été mis en place en un temps record (3 mois) au moment de l'emménagement. A l'arrière de la tour, les préparateurs de commandes travaillent indépendamment des entrées. Les commandes des clients sont prises en compte par l'ERP de l'entreprise puis passent par le WMS G‐Stock. Un des atouts d'Electrolcass étant de pouvoir proposer une solution complète incluant matériel et logiciel. D'autre part, les tours sont indexées avec un lecteur de CB permettant un scanographe rapide des marchandises, tant en entrées pour la réception, qu'en sorties pour la préparation des commandes. En outre, l'avantage de ce mode de stockage est de permettre la préparation de commandes en simultanée. Le plateau contenant les produits souhaités descend jusqu'à l'opérateur et est équipé d'un affichage LED indiquant précisément la zone de picking. Tous les produits demandés sont alors scannés avant d'être mis en colis les uns après les autres. Grâce à son volume de stockage, à son système d'automatisation et au gain de place réalisé, la tour Jumper aurait dores et déjà permis à Bonbonweb d'accroître d'une manière significative son rendement et sa productivité, aussi bien dans la transmission de l'information, que dans la capacité de gérer des stocks. JPG  
   
 
Solutions
Sage cible
la gestion
de stock
des TPE
Le spécialiste des solutions de comptabilité, de paie et de gestion commerciale a annoncé un nouveau module de sa suite 100% online Sage One, qui s'adresse aux entrepreneurs et aux TPE. Baptisé Simple Inventory et lancé dans une demi-douzaine de pays, dont la France, celui-ci relève de la gestion de stocks. Il leur permet d'avoir une vision des entrées et sorties sur la base des factures de vente et d'achat, donc d'avoir une meilleure vision des stocks en question et de la trésorerie mobilisée, voire de mieux en planifier leur évolution.
Le tout en mode cloud et en totale intégration avec les processus de vente et de comptabilité. MR
 
   
 
INFOS INTERNATIONALES  

Bulgarie
Asstra assure
un transfert
d'usine
de l'Espagne
vers l'Europe
de l'Est
En 2013, le spécialiste des panneaux en dérivés de bois Kronospan avait racheté pour 20 M€ une usine à Villabrázaro, dans le nord-ouest de l'Espagne. Le groupe, qui compte une quarantaine d'unités de production dans le monde, avait décidé fin 2016 de démanteler le site castillan et de transférer sa ligne de production vers un de ses sites bulgares, à Veliko Tarnovo. Cela impliquait le transport de plus de 100 pièces surdimensionnées, pouvant dépasser les 5 m de haut ou de large. L'opération a été menée entre mai et juillet 2017 par un des prestataires habituels du groupe Kronospan, Asstra Wood and Paper Logistics, via sa filiale polonaise spécialisée Asstra Heavy Lift. Les plus gros équipements ont d'abord été transportés par la route jusqu'au port de Leixões, dans le nord du Portugal, et stockés jusqu'à leur expédition par voie maritime vers le port de Varna, en Bulgarie. Les plus petits éléments ont fait tout le parcours par voie terrestre.Dans un communiqué, Asstra Heavy Lift fait valoir l'importance du timing des opérations, compte tenu des coûts de stockage dans l'enceinte portuaire et de la mobilisation d'une trentaine de ses salariés en Espagne.
Vu les parties impliquées, certains retiendront le côté européen du projet, tandis que d'autres y verront plutôt le souci d'une délocalisation à moindres frais. MR
Photo Aastra Kronospan ©Aastra
 
   
 

USA
Target s'engage
pour le coton
100% durable
Target, qui poursuit déjà de nombreux objectifs en matière de RSE, vient d'ajouter un nouvel élément sur sa liste : utiliser 100% de coton « durable » dans les produits de sa marque à horizon 2022. Le problème : il n'existe pas de standard définissant le coton durable. La solution : Target a visité ces dernières années un grand nombre d'exploitations petites et grandes afin de mieux comprendre les tenants et les aboutissants de la culture du coton et de créer sa propre charte de bonnes pratiques. Le coton de Target devra donc utiliser le moins d'eau possible, en particulier dans les régions où l'eau est peu abondante, optimiser l'utilisation des produits chimiques, respecter et améliorer le sol dont il est issu et enfin assurer des conditions de travail éthiques et en aucun cas du travail forcé.
« Nous espérons utiliser notre taille et notre influence pour aider le secteur du coton à prendre à bras le corps un certain nombre de challenges sociaux et environnementaux » indique Target dans son communiqué.
Pour parvenir à ses fins, le distributeur a élaboré
un plan en trois étapes : travailler avec les fournisseurs
pour améliorer la transparence de la SC du coton,
s'associer avec les programmes tels que Better Cotton Initiative et Organic & Cotton LEADS pour obtenir un coton durable, et impliquer les partenaires pour soutenir l'utilisation des dernières technologies dans la culture du coton. Tout un programme ! PM
 
   
 
Maritime
Google et
Rolls Royce
se lancent
dans la
reconnaissance
d'objet en mer
A l'occasion du Google Cloud Summit qui s'est tenu en Suède le 3 octobre, Rolls Royce a signé avec Google un accord lui donnant accès au moteur de Machine Learning de Google afin de renforcer son système d'intelligence artificielle (IA). L'objectif est de pousser le développement des outils de reconnaissance d'objets indispensables aux futurs navires autonomes sur lesquels RR planche depuis déjà un moment (voir NL n°2376). « Si les systèmes de surveillance intelligents représentent un pas vers un futur « autonome », ils peuvent être utiles au secteur maritime immédiatement, rendant les navires et leurs équipages plus sûrs et plus efficaces. En travaillant avec Google Cloud, nous pourrons améliorer ces systèmes plus vite et sauver des vies » précise Karno Tenovuo, SVP Ship Intelligence chez Rolls Royce. PM  
 

ABONNEMENT GRATUIT : CLIQUEZ ICI
Le lien quotidien qui vous relie à la communauté Supply Chain
Si l'on vous a transféré cette lettre, n'hésitez pas à vous abonner.
Si vous êtes déjà abonné, n'hésitez pas à abonner (ou à faire abonner)
vos collaborateurs et amis.

 
 
Jean-Philippe Guillaume
Directeur des rédactions
Faites profiter la communauté logistique de vos « scoops »

écrivez à la rédaction : jph.guillaume@scmag.fr
Cette Newsletter touche quotidiennement 50.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique
à l'ensemble de la communauté logistique.
 
Contacts, POUR FAIRE PARAÎTRE DE LA PUBLICITÉ
dans « Supply Chain Magazine » (sur le Web ou dans le mensuel papier)
 

Nathalie Bier
Directrice de clientèle
Tél. 01 43 76 64 53
nathalie.bier@scmag.fr

Audrey Zugmeyer
Directrice de la publicité
Tél : 01 41 79 56 21
audrey.zugmeyer@scmag.fr
 
 
Pour modifier vos coordonnées, adressez un e-mail à : abonnement@scmag.fr  
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 
9 octobre 2017

OCTOBRE 2017

Mardi 10
Webinar ACTEOS
et SOTI
« Gestion de
la mobilité dans
la Supply Chain,
Acteos et SOTI
présentent
la solution
MobiControl »

De 14h à 14h45

Mercredi 11
Conférence
BOARD
« Transformer la
Planification
et l'Analyse
dans le Retail
avec BOARD ! »

Témoignage client
de Marc Schillaci, Président d'Oxatis
De 15h à 18h
Centre de
conférences
Paris Victoire
Paris 8e


Jeudi 12
Forum RELEX
« Efficient Supply Chain For Retail »
Partenaires :
MARTEC International
et SCMagazine
DE 14h30 à 18h30
Ambassade
de Finlande
Paris 7e


Mardi 17
Conférence
ORACLE
« La digitalisation
au service
de l'excellence
transport »

Partenaires :
IBM, BP2R,
SCMagazine
De 8h30 à 11h30
Hôtel Intercontinental
Marceau
Paris 8e


Mercredi 18
et jeudi 19

26e Top
Transport
Europe
« Les rendez-vous
d'affaires
des chargeurs
européens »

Palais du Pharo
Marseille


Jeudi 19 et
Vendredi 20

Formation
EURODECISION
« Méthodes
et pratiques de
la prévision
des ventes »

De 9h à 17h
Paris-La Défense


Jeudi 19
TXT Retail
Thinking Retail
Forum
De 9h à 13h
« Planifier pour
la Renaissance
de la
Distribution »

avec l'intervention
de GiFi
De 14h à 16h30
« Conférence
PLM et SC
Collaboration »

avec l'intervention
d'un acteur du luxe
Maison de
l’Amérique Latine
Paris 7e



NOVEMBRE 2017

Mardi 7 et
Mercredi 8
Salon
Supply Chain
Event
« Vers une
Supply Chain
Digitale et
collaborative »

Paris
Porte de Versailles
Pav. 4


Mardi 14

Conférence ZETES
Supply Chain
Execution
« Respect des
engagements
clients
et réduction
des coûts :
comment
concilier ces deux
objectifs ? »

Sponsors : Zebra,
Panasonic
Business,
Honeywell
Partenaire :
SCmagazine
De 15h à 19h
Cocktail dinatoire
jusqu'à 23h
FNTP, Paris 8e


Jeudi 23
Petit déjeuner
B2G
« Se transformer
ou disparaitre –
Comment utiliser
la Supply Chain
comme vecteur
de la
transformation ? »

Partenaires :
SCB et
SCMagazine
De 8h30 à 12h30
Hôtel
Prince de Galles
Paris 8e