Partager sur
LinkedIn Twitter Facebook
 

La logistique
pour lutter
contre
le gaspillage
alimentaire
A l'occasion de la 5ème édition de la journée nationale de la lutte contre le gaspillage alimentaire, qui se déroule en ce moment même, professionnels et consommateurs sont invités à réfléchir à ce phénomène et à ses conséquences. Selon l'Ademe, 10 millions de tonnes de produits alimentaires seraient perdus chaque année en France. On peut naturellement s'en indigner en imaginant que ce formidable gâchis pourrait être évité et qu'au lieu de détruire les produits consommables on pourrait en faire profiter les populations qui en en le plus besoin. Mais les bonnes intentions sont parfois plus faciles à exprimer qu'à mettre en œuvre. Qu'il s'agisse d'e-commerce, de réparation de matériels, de récupération de produits en fin de vie ou de denrées alimentaires, la logistique des retours ne s'improvise pas. Elle nécessite des moyens et un vrai savoir-faire. C'est là qu'interviennent des associations comme Phenix, dont la vocation vise précisément à récupérer des aliments voués à la destruction, pour les redistribuer aux associations caritatives et aux plus démunis : « Nous sommes sur des actions très concrètes. Elles consistent parfois à massifier des volumes et de créer des circuits courts (comme avec Franprix) pour livrer en flux tendus. Notre métier c'est faire de l'assemblage logistique avec une forte dimension traçabilité », confiait Jean Moreau, co-Fondeur de Phenix, lors de la matinée « Economie Circulaire » organisée le 4 octobre par l'Aslog (1). Sur un plan purement économique, la distribution a tout intérêt à passer par ce type de professionnels du don : d'abord parce qu'il existe depuis un an des obligations légales pour restreindre le gaspillage alimentaire. Ensuite, parce que le don bénéficie d'un crédit d'impôts (60% de la valeur en stock). Enfin, parce qu'en plus d'une perte sèche pour le distributeur, détruire des bio-déchets représente un coût non négligeable. Aussi, vouloir lutter contre le gaspillage, c'est une très bonne chose. S'en donner les moyens notamment en termes logistiques, c'est encore mieux ! Nicolas Hulot prévoit d'annoncer en mars 2018 de nouvelles mesures dans le cadre de « la feuille de route pour l'économie circulaire ». Les travaux menés de longue date avec François-Michel Lambert (2), l'incitera peut être à inscrire dans ce texte des dispositions en faveur des logisticiens qui contribuent à lutter contre toute forme de gaspillage. JPG
1. Retrouvez le compte-rendu de cette passionnante matinée, dans le numéro de Supply Chain Magazine du mois de novembre.
2. François-Miche Lambert, député de Bouches du Rhône, est à la fois Président de l'Institut de l'Economie Circulaire et président de la Commission Nationale de la Logistique. Il est également passé par le Cret-Log et a participé à des travaux en collaboration avec Nicolas Hulot. Lors de la matinale Aslog du 4 octobre il s'est exprimé sur le sujet en prônant un rapprochement entre logistique et économie circulaire.
 
 
 
 
Nomination
UPS recrute
son DG France
chez Fedex

Christophe Boustouller a intégré UPS avant l'été et devient directeur général pour la France, en charge aussi bien des opérations que de la stratégie et du développement commercial. Il succède à Mike Harrell, nommé président de l'activité Freight Forwarding pour UPS Europe. Agé de 51 ans, Christophe Boustouller dispose de plus de 25 années d'expérience au sein des secteurs express et logistique : après une décennie au sein de DHL, il est passé par plusieurs postes de direction, chez Chep et d'autres acteurs du secteur. Depuis début 2015, il était basé en Italie, d'abord à la tête de la filiale locale de TNT, et jusque récemment comme Senior VP Europe du Sud de Fedex Express. Dans un communiqué, le président d'UPS Europe Nando Cesarone se félicite de son arrivée : « Nous croyons au fort potentiel de développement d'UPS en France, où nous avons récemment investi plus de 110 millions d'euros dans de nouvelles infrastructures. Christophe Boustouller est aujourd'hui la bonne personne pour renforcer la place d'UPS sur le marché français et faire fructifier les investissements récents ». En 2016, UPS a notamment inauguré un nouveau hub à Lyon et un nouveau siège France à Paris. Et une nouvelle plate-forme de tri de colis de 31.000 m² est en construction sur les communes d'Evry et Corbeil-Essonnes, pour une mise en opération prévue début 2018. MR
Photo : Christophe Boustouller, UPS France
 
 
Prestataires
logistiques
Belle dynamique
commerciale
pour
GT Logistics

L'année 2017 devrait se clôturer pour GT Logistics sur un chiffre d'affaires en hausse de 7% à 57 M€ et quelques beaux contrats. Au rang des succès commerciaux de l'année figure notamment un nouveau dossier avec le groupe PSA pour la primo-externalisation d'une activité de conditionnement de pièces à Vesoul, qui devrait employer à terme 150 à 200 personnes. C'est le cinquième site sur lequel va travailler GT Logistics pour le compte du constructeur (chez qui il est référencé depuis 2016), après Sochaux et les trois usines du projet Polaris, Valenciennes, Douvrin et Saint-Amand (voir NL n°2354). Par ailleurs, la société démarre une relation avec le groupe Saint-Gobain, pour la logistique de production de l'usine Isover de Chemillé dans le Maine-et-Loire, avec reprise de personnel du prestataire précédent (Rhenus Logistics, ex Wincanton). Un autre contrat récent a également nécessité la reprise de personnel d'un concurrent (probablement Daher), chez le fabricant en électronique professionnelle (ex Alcatel Lucent) EINEA, basé à Eu (entre Dieppe et Abbeville). Que ce soit en primo-externalisation ou non, la demande en sous-traitance industrielle reste forte, et pas seulement sur des prestations de magasinage et d'approvisionnements en bord de ligne. « Nous voyons l'émergence de nouvelles demandes, qui nécessitent une montée en gamme des compétences et un transfert de certaines expertises du client vers le prestataire » note Bernard Legoueix, Directeur commercial chez GT Logistics. Cette nécessité d'accompagner les demandes de clients industriels avec des prestations dédiées fait d'ailleurs partie des raisons qui ont poussé le prestataire à lancer le projet Cap 2020. (Voir suite) JLR
Photo : Bernard Legoueix, Directeur commercial
chez GT Logistics
 
 
 
 
Prestataires
logistiques
(suite)
Avec Cap 2020,
GT Logistics
cherche à
« libérer
les énergies »
GT Logistics a lancé cette année son projet Cap 2020, articulé autour deux grands thèmes stratégiques que sont l'esprit de conquête commerciale, centré sur les clients, et le management participatif, centré sur les hommes. Il s'agit d'une transformation assez profonde de l'entreprise présidée par Eric Sarrat, dont la première étape est une réorganisation managériale, avec moins d'échelons hiérarchiques : le comité exécutif est remplacé par une instance de pilotage élargie, Cap Team, qui regroupe quatre membres permanents mais aussi des managers de sites et des experts. La nouvelle organisation implique également la création d'un réseau centré sur les managers de sites, qui disposeront de beaucoup plus d'autonomie et de responsabilités qu'avant (dans le recrutement, la gestion financière, l'investissement, le juridique, etc.), et l'apparition de groupes d' « influenceurs », chargés de mobiliser les énergies sur les axes stratégiques. L'un des objectifs affichés est de pouvoir ainsi apporter des réponses aux demandes des clients de manière réactive, innovante et pertinente, en s'appuyant sur l'effet réseau des compétences au sein du groupe (qui compte 32 sites), renforcé par du coaching entre les managers. L'autre enjeu majeur concerne la capacité de la société à attirer de nouveaux talents, à les intégrer et à les former. Depuis fin 2016, l'effectif est déjà passé de 675 salariés à 815 salariés, soit une croissance de 20% et il devrait atteindre 850 personnes fin 2017 (soit +26% en un an), soit un total d'environ 1.000 personnes en comptant les intérimaires. A noter que cette transformation de l'entreprise concerne aussi le volet formation, avec le lancement officiel cette semaine d'une plate-forme e-learning collaborative permettant aux managers comme aux opérationnels, en fonction des besoins, de créer de manière simple et ludique leurs propres modules de formation pouvant bénéficier à l'ensemble du groupe. JLR
 
   
  Eric Sarrat, le Président de GT Logistics,
entouré de quelques-uns des talents de son entreprise.
©William Beaucardet
 
 
Blockchain
La blockchain
pour une
Supply Chain
plus sécurisée
et transparente
Microsoft et Transparency-One s'associent pour proposer un service fondé sur la blockchain afin de renforcer la sécurité et l'intégrité des données de la Supply Chain globale. Les entreprises ont la possibilité d'ajouter une couche supplémentaire de sécurité à leurs données en stockant les informations critiques de la chaîne d'approvisionnement, capturées dans Transparency-One, dans les services Blockchain de Microsoft Azure. Transparency-One permet de connaître, surveiller et analyser tous les fournisseurs, composants des produits et sites, de la source au magasin. La solution cloud de cet éditeur américain cartographie l'ensemble de la chaîne d'approvisionnement, suit la conformité réglementaire et des fournisseurs et fournit des analyses pour gérer les risques de manière proactive. Son partenaire, SGS, spécialiste du contrôle, vérifie les informations saisies dans la plate-forme en les intégrant aux bases de données SGS et en faisant valider les fournisseurs par son équipe dédiée. La blockchain renforce la sécurité des données stockées dans Transparency-One en créant un registre de toutes les transactions, mises à jour et modifications. Ces données sont instantanément consultables par les partenaires Supply Chain sélectionnés. CC  
   
  Capture d'écran du logiciel Transparency-one ©C.Calais  
 
 
 
INFOS INTERNATIONALES  

Italie
Une construction
rapide pour le
nouvel entrepôt
de Lamborghini
Le promoteur P3 a remporté l'appel d'offres portant sur la construction d'un nouvel entrepôt « clé en main » de 30.000 m² pour Automobili Lamborghini (Lamborghini) et Ducati Motor Holding (Ducati) sur le parc P3 Sala Bolognese, près de Bologne. Il s'agit du premier projet clé en main du promoteur dans ce pays. Le nouveau site logistique deviendra le centre européen de stockage et de distribution des pièces de rechange d'origine pour Lamborghini et Ducati. Ces deux marques automobiles de renommée mondiale sont pour P3 de nouveaux clients. Leur siège social se trouve respectivement à Sant'Agata Bolognese et à Bologne, à moins de 15 kilomètres du parc P3. Les travaux ont déjà commencé sur le site, et devront être menés à terme avant la fin de cette année (2017). Le nouveau bâtiment disposera de 700 m² de bureaux et offrira une hauteur sous poutre de 12 mètres, pour une charge au sol admissible de 5 tonnes/m². Il sera sous température contrôlée toute l'année (18°C mini) et sera doté de plusieurs caractéristiques éco-responsables, parmi lesquelles un système d'éclairage à LED, une isolation thermique et des panneaux solaires installés sur le toit pour chauffer l'eau utilisée dans les bureaux et pour les systèmes de chauffage et de climatisation. Une piste cyclable est prévue pour relier la gare ferroviaire au parc. Ce bâtiment sera le deuxième entrepôt P3 à Sala Bolognese. Il occupera un site d'environ 11 hectares, dont une parcelle de 5.000 m² devant permettre une extension. Trois hectares supplémentaires sont également prévus pour la construction de projets clé en main destinés à d'autres clients. JPG
 
   
 

USA
Amazon
doublera
ses effectifs
en fin d'année
« Last but not least » serait-on tenté de dire. Après les annonces d'embauches massives de Target, UPS ou encore Macy's, Amazon lance sa campagne de recrutement pour renforcer ses équipes en vue du rush de fin d'année. 120.000 saisonniers devraient ainsi prêter main forte aux quelques 125.000 employés (à plein temps pour 90% d'entre eux) que compte Amazon dans ses 75 centres de préparation de commandes ainsi que ces centres de tri et de service clientèle. Comme à l'accoutumée, plusieurs milliers d'entre eux se verront offrir un CDI à l'issu de la période des fêtes, ils pourront rejoindre les plus de 200.000 collaborateurs que compte désormais l'e-commerçant aux Etats-Unis. Si l'on se fie aux effectifs publiés en début d'année (voir NL n°2412), Amazon a déjà recruté 20.000 nouveaux collaborateurs aux USA sur les 10 premiers mois de l'année. PM  
   
 

Royaume Uni
KFC, DHL et QSL
veulent
redéfinir la
SC alimentaire
KFC va confier l'exécution de ses opérations britanniques aux allemands DHL et Quick Service Logistics (QSL). Dans ce curieux ménage à trois, DHL prendra en charge l'entreposage et la distribution et QSL la gestion des stocks, les achats et planification des besoins des 850 restaurants KFC aux Royaume Uni, comme il le fait déjà dans d'autres pays européens. Leur ambition : révolutionner la distribution alimentaire et définir de nouveaux standards de qualité. Leurs objectifs sont ambitieux : parvenir à une logistique zéro émission sur la durée du contrat, optimiser la planification des livraisons afin d'accélérer le cycle de commandes et améliorer l'intégrité des aliments afin de service des plats plus frais en restaurant. « Nous repensons l'ensemble de nos processus internes et externes et plaçons la distribution et la logistique au cœur de notre stratégie Supply Chain » annonce Jens Hentschel, Directeur SC de KFC, « Nous voulons offrir à nos restaurants et franchisés un niveau de service, à nos clients une qualité de service et réduire notre impact environnemental dans des proportions sans précédent. C'est un plan ambitieux mais en travaillant de manière rapprochée avec DHL et QSL, nous croyons que nous saurons nous montrer à la hauteur de ambitions ». PM  
   
  Mel Brockhouse, Vice President Grocery & Convenience,
DHL Supply Chain UK & Ireland ;
Jens Hentschel, Directeur Supply Chain, KFC UK & Ireland, et Oliver Jäger, Country Manager, QSL.
 
 

ABONNEMENT GRATUIT : CLIQUEZ ICI
Le lien quotidien qui vous relie à la communauté Supply Chain
Si l'on vous a transféré cette lettre, n'hésitez pas à vous abonner.
Si vous êtes déjà abonné, n'hésitez pas à abonner (ou à faire abonner)
vos collaborateurs et amis.

 
 
Jean-Philippe Guillaume
Directeur des rédactions
Faites profiter la communauté logistique de vos « scoops »

écrivez à la rédaction : jph.guillaume@scmag.fr
Cette Newsletter touche quotidiennement 50.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique
à l'ensemble de la communauté logistique.
 
Contacts, POUR FAIRE PARAÎTRE DE LA PUBLICITÉ
dans « Supply Chain Magazine » (sur le Web ou dans le mensuel papier)
 

Nathalie Bier
Directrice de clientèle
Tél. 01 43 76 64 53
nathalie.bier@scmag.fr

Audrey Zugmeyer
Directrice de la publicité
Tél : 01 41 79 56 21
audrey.zugmeyer@scmag.fr
 
 
Pour modifier vos coordonnées, adressez un e-mail à : abonnement@scmag.fr  
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 
16 octobre 2017

OCTOBRE 2017

Mardi 17

Conférence
ORACLE
« La digitalisation
au service
de l'excellence
transport »

Partenaires :
IBM, BP2R,
SCMagazine
De 8h30 à 11h30
Hôtel Intercontinental
Marceau
Paris 8e

Mercredi 18
et jeudi 19

26e Top
Transport
Europe
« Les rendez-vous
d'affaires
des chargeurs
européens »

Palais du Pharo
Marseille


Jeudi 19 et
Vendredi 20

Formation
EURODECISION
« Méthodes
et pratiques de
la prévision
des ventes »

De 9h à 17h
Paris-La Défense


Jeudi 19
TXT Retail
Thinking Retail
Forum
De 9h à 13h
« Planifier pour
la Renaissance
de la
Distribution »

avec l'intervention
de GiFi
De 14h à 16h30
« Conférence
PLM et SC
Collaboration »

avec l'intervention
d'un acteur du luxe
Maison de
l’Amérique Latine
Paris 7e



NOVEMBRE 2017

Mardi 7 et
Mercredi 8
Salon
Supply Chain
Event
« Vers une
Supply Chain
Digitale et
collaborative »

Paris
Porte de Versailles
Pav. 4


Mardi 14

Conférence ZETES
Supply Chain
Execution
« Respect des
engagements
clients
et réduction
des coûts :
comment
concilier ces deux
objectifs ? »

Sponsors : Zebra,
Panasonic
Business,
Honeywell
Partenaire :
SCmagazine
De 15h à 19h
Cocktail dinatoire
jusqu'à 23h
FNTP, Paris 8e


Jeudi 23
Petit déjeuner
B2G
« Se transformer
ou disparaitre –
Comment utiliser
la Supply Chain
comme vecteur
de la
transformation ? »

Partenaires :
SCB et
SCMagazine
De 8h30 à 12h30
Hôtel
Prince de Galles
Paris 8e