Partager sur
LinkedIn Twitter Facebook
Prestataires
logistiques
C-Log franchit
une étape à
l'international


C-Log vient d'annoncer l'acquisition de la société belge
EW-Logistics (Estron-Watson Logistics), basée à Anvers. Il s'agit d'une première pour la filiale du groupe Beaumanoir spécialisée dans la Supply Chain Retail et e-commerce, qui n'avait encore jamais réalisé d'opération de croissance externe à l'étranger. « Sachant qu'une grande partie des flux import de nos clients transite par le port d'Anvers, ce rachat nous permet d'envisager concrètement des perspectives d'amélioration de ces flux. Il s'agit d'une véritable opportunité pour accélérer le rayonnement Supply Chain international de C-Log par le positionnement actuel de EW-Logistics et par les compétences de l'équipe en place », a déclaré Benoît Garçon, le Directeur Général de C-Log. Avec un effectif très réduit (trois personnes) et beaucoup de recours à la sous-traitance, la société belge s'appuie depuis plus de 25 ans sur une forte expertise en matière de transport et douane sur les flux internationaux (maritime, aérien et routier), avec plus de 160 clients représentant un volume de transit annuel de 3.000 EVP (containers équivalent 20 pieds). C-Log, qui gère notamment les flux d'importation du groupe Beaumanoir (estimés à environ 2.000 EVP/an), pourrait ainsi proposer une plus grande variété de prestations (transport amont, aval et conseil) aux autres marques textile pour lesquelles il gère la logistique. C'est aussi une opportunité pour C-Log, qui exploite par ailleurs un site à Shanghai et a obtenu cette année la certification OEA, d'étendre son périmètre commercial au-delà de l'Hexagone. « Par sa position géographique, la Belgique est évidemment le point de départ idéal de notre développement logistique à l'international. Dans notre secteur d'activité, les marques qui souhaitent s'implanter en Europe choisissent souvent la Belgique et sa proximité avec les ports. Nous pourrons désormais proposer à des marques étrangères, notamment chinoises, des solutions transport et distribution sur le continent européen » a déclaré Bertrand Chabrier, Directeur du Développement. JLR
Photo : Bertrand Chabrier, Directeur du Développement
de C-Log
 
 
 
 
TMS
Vers une
démocratisation
grâce au cloud




« Le TMS, désormais c'est facile et ça peut rapporter gros », tel était en substance le message que voulaient faire passer Oracle, Bp2r et IBM lors d'un petit déjeuner sur la solution OTM Cloud d'Oracle, organisé avec Supply Chain Magazine hier matin. Jean-Pierre Merx, Directeur Commercial Europe du Sud PLM et SCM d'Oracle, a commencé par rappeler les enjeux de la SC d'aujourd'hui : plus complexe, elle doit s'adapter en permanence à de nouvelles règles du jeu, donner plus de visibilité aux clients, être capable de communiquer, de partager l'information en temps réel et de s'autoévaluer. A ce titre, les logiciels de gestion et d'optimisation du transport (TMS) sont un des éléments de performance de la SC. Mais comment vendre un projet de TMS à sa direction générale ? Yvan Keller, Directeur du Pôle Solutions de BP2R, cabinet de conseil spécialisé en transport, invite les Directeurs SC, des Opérations et de Transport à commencer par une phase « d'évangélisation en interne » afin de sensibiliser les autres fonctions (DG, DAF) sur les apports d'un TMS, logiciel encore peu connu en dehors des spécialistes et peu déployé chez les chargeurs selon Bp2r (1/10 en France, contre 4/10 selon Aberdeen aux Etats-Unis). « Ce sont des projets où l'on est souvent seul en pointe », souligne-t-il. D'où la nécessité d'entraîner un maximum de sponsors sur le bienfondé de la mise en œuvre d'un tel outil. Attention de bien évaluer ses besoins, de chiffrer les ROI et de préparer le déploiement. « Il faut compter tout compris 1 à 2% du budget annuel transport pour déployer un TMS et le ROI, qui peut être de 4 mois, est de toute façon inférieur à 2 ans », assure-t-il. (voir suite) CP
Photo 1 : Jean-Pierre Merx, Directeur Commercial Europe
du Sud PLM et SCM d'Oracle
Photo 2 :
Yvan Keller, Directeur du Pôle Solutions
de BP2R
 
 
TMS
(suite)
OTM Cloud
installé
en quelques
semaines



Cyrille Ancelot, Consultant Oracle Transportation Management Cloud a ensuite fait une démonstration d'OTM Cloud, en insistant sur la flexibilité de l'outil, tant sur le plan du look que fonctionnel, bien que la version cloud impose de rester dans le standard pour des raisons de montée de version (incluses dans l'abonnement). « Nous avons 500 clients qui utilisent OTM Cloud. Il répond donc à de multiples besoins », illustre-t-il. OTM Cloud crée les plans de transport à partir du portefeuille de commandes, optimise les chargements en 3D en tenant compte de contraintes de gerbabilité, suit l'exécution des ordres de transport (éventuellement en récupérant les coordonnées GPS de tiers comme Shippeo, par exemple). Ses plus ? Sa capacité à intégrer de nouvelles technologies comme un chatbot, qui permet de dialoguer avec OTM Cloud depuis un smartphone, par exemple, pour rechercher un tarif sur un transport particulier. « Demain, il n'y aura plus qu'un seul outil, le TMS, pour communiquer en interne et en externe », prévoit Yvan Keller. OTM intègre aussi des informations de capteurs IOT (suivi de température, hygrométrie...) et fournit des tableaux de bord. « Ces technologies peuvent sembler futuristes mais nous voulions vous montrer que notre TMS est une offre modulaire proposée par un partenaire qui peut vous emmener loin », a complété Jean-Pierre Merx. Arnaud Filloux, Associate Partner, Oracle Practice Leader chez IBM, intégrateur d'OTM Cloud a ensuite développé les 7 clefs du succès d'un projet TMS. « OTM cloud a été installé en 20 semaines sur 1 site », a-t-il indiqué. Et Thierry Auger, Département des ventes SC d'Oracle, de conclure : « Avec le cloud, tout le monde a intérêt à ce que le projet réussisse pour être payé ! ». Bon moteur en effet ! La matinée s'est terminée par des échanges avec la salle où des projets TMS étaient en réflexion ou en cours. CP
Photo 1 : Cyrille Ancelot, Consultant OTM Cloud
Photo 2 : Arnaud Filloux, Associate Partner, Oracle Practice Leader chez IBM
 
   
  Démonstration d'un chatbot qui permet de communiquer directement avec OTM Cloud, ce qui est aussi possible oralement.  
 
 
 
Solidarité
Une plate-forme
collaborative
contre
le gaspillage
alimentaire
La lutte contre le gaspillage alimentaire (voir notre édito du lundi dans la NL n°2576) peut aussi s'appuyer sur des solutions collaboratives du dernier kilomètre. C'est l'idée de la start-up parisienne Linkee, qui a lancé officiellement lundi dernier son application éponyme pour smartphone sur l'Apple Store. Cette application mobile, qui fonctionne depuis un an, permet à tout individu voulant faire un geste de solidarité de récupérer les invendus alimentaires auprès d'un des magasins ou restaurants partenaires de la plate-forme Linkee (qui sont aussi donateurs, en bénéficiant d'un crédit d'impôts) et d'aller le livrer bénévolement dans Paris, en moins de 30 minutes à une association d'aide aux plus démunis. Selon les Echos, la start-up revendique aujourd'hui environ 1.000 « linkeurs », dont les deux tiers de bénévoles (les autres sont coursiers professionnels et salariés de l'entreprise). JLR
 
   
 
Planification
Le S&OP,
pour les grands
et les petits

Le processus de planification à moyen/long terme S&OP (Sales & Operations Planning), très répandu dans les grandes entreprises, ne leur est évidemment pas réservé. Aloer en est persuadée : les PME/PMI peuvent aussi tirer un avantage concurrentiel certain du S&OP, surtout lorsqu'elles cherchent à mettent en avant leur adaptabilité et leur flexibilité vis-à-vis des besoins clients. Pour les aider, la société lyonnaise d'intégration et de conseil en SCM vient de publier un livre blanc sur le sujet, très didactique et avec un niveau de détail assez fin (détermination de la maille de temps, choix des données d'entrées et des indicateurs, etc). Le tout saupoudré d'une pointe d'humour de son auteur, Jean-Benoît Sarrazin, expert SCM chez Aloer. JLR
Photo : Jean-Benoît Sarrazin, expert SCM chez Aloer
Pour télécharger
le livre blanc
 
 
 
 
Logistique
urbaine
Une remorque
à vélo pour
le dernier km
En ville, tout est question de place. Pour faire face à cette problématique, Maxime Pourty, ancien technicien à la SNCF, a créé une remorque qui se fixe à l'arrière d'un vélo classique, pour en faire un ensemble moins large qu'un triporteur. Parmi les particularités vantées par l'inventeur, qui a déposé un brevet européen pour ses deux prototypes*, les deux roues qui servent à stabiliser l'ensemble durant le trajet peuvent être glissées à l'intérieur de la remorque afin que sa largeur ne dépasse pas les 72 cm, idéaux pour passer facilement les portes. L'attelage pliable assure encore un gain de place. Quatre roues en dessous du châssis permettent, de plus, de déplacer la remorque comme un chariot, quand elle n'est pas accrochée au vélo. La contenance est de 1 m3, et seuls les colis légers sont recommandés. « Si on ne parle que des colis du e-commerce, cette remorque suffit », se défend Maxime Pourty. Le freinage de la remorque se fait par inertie : pas de liaison électrique, seulement un câble qui se tend lorsque la remorque se rapproche du vélo lors d'un ralentissement. L'inventeur est aujourd'hui à la recherche de partenaires, pour franchir les prochaines étapes de son développement. É.L.
*Le 2e prototype permet de plus la vente ambulante, avec des panneaux latéraux qui s'ouvrent pour laisser voir l'intérieur de la remorque.
 
   
 
Etude
Les «milleniaux»
se sentent bien
dans la
Supply Chain

Le Supply Chain Management serait une profession recherchée par les « milléniaux » (soit en gros les jeunes nés entre les années 80 et le début des années 2000) car elle offre de bonnes perspectives de carrière. C'est que qui ressort d'une étude menée aux Etats-Unis par l'Apics, l'American Productivity & Quality Center (APQC) et Supply Chain Management Review (SCMR). Les milléniaux, qualifiés par cette étude de « concentrés, engagés, impliqués et enthousiastes », seraient particulièrement attirés par les fonctions de conception de schémas logistiques et de planification. « Nous observons que les milléniaux ayant débuté leur carrière en SCM sont plus fidèles, sont très satisfaits de leur emploi et voient davantage d'opportunités de carrière et d'avancement dans leur domaine » ajoute Abe Ehkenazi, CEO d'Apics. 88% d'entre eux croient en effet en leurs perspectives d'évolution professionnelles dans le milieu de la Supply Chain.
Autre enseignement de cette étude américaine : 39% des jeunes en supply chain sont des femmes, contre 24% seulement pour les postes plus seniors. PM
Photo : Abe Eshkenazi
 
 
Immobilier
logistique
P3 signe le
pacte mondial
des
Nations Unies
Le promoteur de plateformes logistiques P3 a annoncé son adhésion au pacte mondial des Nations Unies, une initiative qui regroupe plus de 12 000 signataires répartis dans 170 pays et qui encourage les entreprises à aligner leurs stratégies et leurs activités sur dix principes universels relatifs aux droits de l'homme, le travail, l'environnement et la lutte contre la corruption. En tant qu'adhérent au pacte, P3 s'engage à fournir un rapport annuel qui détaillera son engagement en matière de développement durable et rendra compte de ses performances environnementales enregistrées durant l'année, de leur progression au cours de la dernière année et de la façon dont elle entend améliorer ses performances dans le futur. Pour l'y aider, la société, qui appartient au fonds souverain singapourien (GIC), développe actuellement une plateforme informatique qui lui permettra d'exprimer tous les coûts de conception, de fabrication et d'exploitation en euros et en émissions de GES. JLR
 
   
  De gauche à droite : Ian Worboys, PDG de P3, George Aase, Directeur financier de P3, et Terry Chung, Directeur construction et développement de P3.  
 
INFOS INTERNATIONALES  

Chine
ID Logistics
China
a recruté un
nouveau DG
Pour remplacer Jean-Marc Guérin, « appelé à de nouvelles responsabilités », ID Logistics a annoncé la nomination de Rick Lyu au poste de Directeur général de sa filiale ID Logistics China, basée à Shanghaï. Agé de 49 ans, Rick Lyu était directeur général adjoint du 3PL chinois Kerry EAS Logistics depuis 2013, et responsable de la succursale de Shanghai, en charge des opérations de logistique contractuelle, transport, entreposage et gestion des opérations douanières. Il a commencé sa carrière en 1993, en tant que directeur général adjoint de la filiale chinoise du logisticien italien Saima Avandero SPA, avant de reprendre ses études en Europe à l'Université Fontys (Pays-Bas) pour obtenir un master en logistique internationale. A son retour en Chine en 2001, il devient Senior General Manager du le groupe DTW FEDEX, Directeur du développement commercial de la filiale chinoise d'ABX Logistics en 2002. En 2004, il entre chez TNT China (devenue CEVA Logistics en 2006), en tant que directeur planification et ingénierie. JLR
Photo : Rick Lyu, ID Logistics
 
 

Etats-Unis
APICS décore
Johnson Controls
et Mallinckrodt
Pharmaceuticals
A l'occasion de la conférence APICS 2017 qui s'est tenue du 15 au 17 octobre à San Antonio (Texas), l'Apics a décoré d'un Prix d'Excellence les sociétés Johnson Controls et Mallinckrodt Pharmaceuticals. Ce dernier a reçu le prix de la « Transformation » pour la mise en place d'un projet de refonte organisationnelle suivant les préceptes Apics Scor (Supply Chain Operations Reference) et aboutissant à l'amélioration globale de la performance de sa SC. Avec une équipe de 17 professionnels de la SC, dont 12 certifiés Apics, Mallinckrodt est en effet parvenu à réduire la variance de ses prévisions ainsi qu'à améliorer son agilité et sa capacité à suivre les plans SC établis. Johnson Controls a pour sa part reçu le Prix de la « Formation », pour l'application continue de concepts formateurs, de compétences et de bonnes pratiques telles que définies par l'association. Celle-ci l'a également félicité pour la mise en place d'une plate-forme de SC Excellence au sein de son système d'information de contrôle des opérations. Cette plate-forme visait à standardise les pratiques à travers les différentes B.U. de l'entreprise avec au final des résultats tangibles en termes d'agilité et de rapidité. PM  
 

Etats-Unis
Amazon pousse
les 3PL à
se spécialiser
Sous la pression d'Amazon, qui tire la qualité et la rapidité de service vers le haut, les distributeurs américains se tournent de plus en plus vers les 3PL pour gérer leurs opérations e-commerce. C'est ce qu'affirment, après avoir rencontré de nombreux 3PL, Brian Gibson et Robert Lieb, professeurs aux universités de Norhtwestern et d'Auburn, interrogés par nos confrères de Supply Chain 24/7. « Beaucoup de distributeurs, notamment les plus petits, n'ont pas les moyens de mettre en place leur propre activité e-commerce avec un positionnement des stocks permettant une livraison en J+1 voire en jour J » explique Robert Lieb. Pour répondre aux besoins de leurs clients, et contrairement à ce qu'on a pu observer jusqu'à présent, les 3PL américains ont décidé d'automatiser une partie de leurs processus afin de gagner en efficacité. Mais devant les coûts de l'automatisation, la tendance est à la spécialisation. « Lorsqu'un 3PL se spécialise autour d'un type de service, il adapte la taille de son outil productif et ses tarifs afin de garantir sa rentabilité tout en répondant aux attentes tarifaires des distributeurs » précise Brian Gibson. « Désormais, les 3PL se différencient en se focalisant sur des secteurs comme la santé ou le textile, mais également sur des services comme le kitting » conclut-il. PM
Source : Supply Chain 24/7
 
 

ABONNEMENT GRATUIT : CLIQUEZ ICI
Le lien quotidien qui vous relie à la communauté Supply Chain
Si l'on vous a transféré cette lettre, n'hésitez pas à vous abonner.
Si vous êtes déjà abonné, n'hésitez pas à abonner (ou à faire abonner)
vos collaborateurs et amis.

 
 
Jean-Philippe Guillaume
Directeur des rédactions
Faites profiter la communauté logistique de vos « scoops »

écrivez à la rédaction : jph.guillaume@scmag.fr
Cette Newsletter touche quotidiennement 50.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique
à l'ensemble de la communauté logistique.
 
Contacts, POUR FAIRE PARAÎTRE DE LA PUBLICITÉ
dans « Supply Chain Magazine » (sur le Web ou dans le mensuel papier)
 

Nathalie Bier
Directrice de clientèle
Tél. 01 43 76 64 53
nathalie.bier@scmag.fr

Audrey Zugmeyer
Directrice de la publicité
Tél : 01 41 79 56 21
audrey.zugmeyer@scmag.fr
 
 
Pour modifier vos coordonnées, adressez un e-mail à : abonnement@scmag.fr  
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 
18 octobre 2017

OCTOBRE 2017

Mercredi 18
et jeudi 19

26e Top
Transport
Europe
« Les rendez-vous
d'affaires
des chargeurs
européens »

Palais du Pharo
Marseille

Jeudi 19 et
Vendredi 20

Formation
EURODECISION
« Méthodes
et pratiques de
la prévision
des ventes »

De 9h à 17h
Paris-La Défense


Jeudi 19
TXT Retail
Thinking Retail
Forum
De 9h à 13h
« Planifier pour
la Renaissance
de la
Distribution »

avec l'intervention
de GiFi
De 14h à 16h30
« Conférence
PLM et SC
Collaboration »

avec l'intervention
d'un acteur du luxe
Maison de
l’Amérique Latine
Paris 7e



NOVEMBRE 2017

Mardi 7 et
Mercredi 8
Salon
Supply Chain
Event
« Vers une
Supply Chain
Digitale et
collaborative »

Paris
Porte de Versailles
Pav. 4


Mardi 14

Conférence ZETES
Supply Chain
Execution
« Respect des
engagements
clients
et réduction
des coûts :
comment
concilier ces deux
objectifs ? »

Sponsors : Zebra,
Panasonic
Business,
Honeywell
Partenaire :
SCmagazine
De 15h à 19h
Cocktail dinatoire
jusqu'à 23h
FNTP, Paris 8e


Jeudi 23
Petit déjeuner
B2G
« Se transformer
ou disparaitre –
Comment utiliser
la Supply Chain
comme vecteur
de la
transformation ? »

Partenaires :
SCB et
SCMagazine
De 8h30 à 12h30
Hôtel
Prince de Galles
Paris 8e