Partager sur
LinkedIn Twitter Facebook
Levée de fonds
Shippeo lève
10 millions
d'euros
Shippeo vient de lever 10 millions d'euros auprès de Partech Ventures et Otium Venture. Après Convargo, qui annonçait le 25 octobre dernier une levée de 16 millions d'euros (NL n°2583), c'est donc une autre start-up appartenant à l'univers du transport qui réussit aujourd'hui à mobiliser des capitaux pour assurer son développement tant en France qu'à l'international. Rappelons que Shippeo a développé une plateforme de visibilité pour la Supply Chain permettant aux grandes entreprises de suivre en temps réel leurs flux de transport routier. Selon Lucien Besse, co-fondateur de l'entreprise, cette manne financière va permettre la mise en place de nouvelles interfaces permettant de gains de productivité et de qualité de service. Elle devrait également servir à renforcer la structure, avec le recrutement de 40 nouveaux collaborateurs au cours des prochains mois, et à assurer une expansion internationale qui se traduira, dès le premier trimestre 2018, par une entrée sur le marché allemand. D'une certaine manière cette opération confirme la confiance des investisseurs vis-à-vis de nouveaux entrants sur le marché très prometteur du digital et des technologies appliquées au transport routier de marchandise : « La visibilité en temps réel de la Supply Chain s'impose comme le thème central d'un secteur du transport routier à la recherche d'optimisations grâce à une meilleure intégration des données des différentes parties prenantes », précise pour sa part Pierre Khoury, co-Fondateur et CEO de Shippeo. Cette nouvelle levée intervient 18 mois après un premier tour de table de 2 millions d'euros réalisé auprès d'Otium Venture. Créée voici à peine 3 ans, la jeune société Shippeo assure déjà le suivi de plus de 40.000 livraisons par mois à travers l'Europe pour des clients majeurs tels que Leroy Merlin, Saint-Gobain ou Faurecia... et connecte, via sa plateforme, plus de 600 transporteurs. Et ce qui vient de se passer aujourd'hui montre bien qu'elle n'a pas l'intention d'en rester là ! JPG  
   
  Les co-fondateurs de Shippeo  
 
 
 
Prestataires
logistiques
ID Logistics
rejoint
son client
Carrefour
en Roumanie
Cette fois, ce n'est pas pour accompagner son client historique Carrefour dans son expansion à l'international qu'ID Logistics fait ses premiers pas en Roumanie. Le grand distributeur, qui était déjà présent dans le pays depuis plusieurs années, a choisi de confier au 3PL l'exploitation d'un site existant de 60.000 m2 avec 400 collaborateurs à Chiajna, à 10 km de Bucarest. La reprise du personnel du site est effective depuis le 2 octobre. La plate-forme prépare et expédie des commandes de produits secs (boissons, épicerie, droguerie, parfumerie, hygiène) et non-alimentaires (textile, électroménager) vers plus de 200 magasins en Roumanie (hypermarchés, supermarchés, cash & carry, magasins de proximité). Cela représente 40 millions de colis par an sur plus de 20.000 références. « Nous sommes heureux d'étendre notre partenariat avec ID Logistics à la Roumanie, et d'y mettre en place les bonnes pratiques développées ensemble dans de nombreux autres pays » a déclaré Bogdan Grigorescu, Directeur Logistique de Carrefour Romania. JLR
A lire également à la fin de cette newsletter
l'interview de Yann Belgy, Directeur Général
d'ID Logistics pour la Pologne et la Roumanie
 
   
   
 
Ferroviaire
Les OFP
ont franchi
un seuil
symbolique


Les opérateurs ferroviaires de proximité (OFP) ont désormais passé la barre symbolique des 10% du tonnage transporté en France (et 5,5% des tonnes km), selon les derniers chiffres présentés par l'association Objectif OFP, organisatrice hier à la Mairie de Levallois de la 7e Journée de rencontres et d'échanges sur le fret ferroviaire et les OFP. Ces derniers emploient en France 300 personnes et utilisent 62 locomotives. A date, 8 OFP Entreprises Ferroviaires sont opérationnels au niveau territorial. l s'agit de CFR- Morvan (Groupe Régiorail), RégioRail Sud ex TPCF (Pyrénées Orientales), RDT 13 (Bouches-du-Rhône), Bourgogne Fret Service (Europorte-Cerevia), Régiorail Lorraine, Ferrivia (Chalon-sur-Saône), Régiorail Rhône Alpes (desserte du site d' Evian), et Combrail (desserte de la papeterie CELTA sur la ligne du Livradois). Et deux sont en phase de démarrage, Agenia (Midi-Pyrénées) et Fer Alliance (Bourgogne). Il existe par ailleurs 4 OFP Entreprises Ferroviaires opérationnels au niveau portuaire : OFP Atlantique (GPM La Rochelle et Nantes- Ouest Rail, partenariat Millet - Régiorail), Normandie Rail Services au Havre (SNCF), Regiorail Provence (navette interportuaire à Marseille- Fos) et OFP Sud-Ouest (Bayonne). Sans compter les 4 OFP Prestataires Gestionnaires d'Infrastructure sur le Réseau Ferré National (3 en Bourgogne– 1 en Midi Pyrénées) et les 9 OFP Prestataires Gestionnaires d'Infrastructures portuaires (dont Socorail-Europorte, Colas Rail à Paris et RDT 13 à Marseille-Fos). En conclusion de cette journée de présentations et de tables rondes, Marc Papinutti, le directeur de cabinet de la ministre des transports Elisabeth Borne, a remercié Jacques Chauvineau, le président d'Objectif OFP « pour son action persévérante en faveur de la desserte fine des territoires » en réaffirmant que l'Etat avait conscience de la situation actuelle du fret ferroviaire et qu'il continuait à y croire. JLR
Photo : Marc Papinutti, Dir Cab Transport ©André Thinières
 
 
 
 
Nomination
Boa Concept
recrute
un chargé
d'affaires
Benelux

Depuis le 1er octobre, Michel Urban est en charge du développement de Boa Concept sur les marchés belges, luxembourgeois et néerlandais, ainsi que dans le nord de la France. Chargé d'affaires Benelux et basé en Belgique, il a l'avantage de parler 6 langues, et pourra également intervenir ponctuellement en Espagne, en Italie ou en Allemagne, dans le cadre de la stratégie de développement à l'international du spécialiste du convoyeur modulaire intelligent. Diplômé de l'EPHEC, l'Ecole pratique des Hautes Etudes Commerciales de Bruxelles, Michel Urban a 50 ans et était précédemment chargé du développement commercial en France du fabricant et distributeur belge de composants de convoyeurs Also Group. Auparavant, il avait exercé pendant 14 ans chez TecMate International, en tant que directeur des marchés européens de ce fabricant d'équipements de test et de réglage de batteries et moteurs. Plus anciennement, son parcours l'avait mené chez Altadis, puis Mercedes-Benz Belgique. MR
Photo : Michel Urban, chargé d'affaires Benelux
chez Boa Concept

 
 
Immobilier
Nouvelle prise
à bail pour la
société Ciblex
à Bonneuil-sur-
Marne
La société Ciblex Express, 3ème réseau de transport express en France, membre du groupe EHDH-Eurotranspharma, a pris en location un bâtiment de messagerie de 3.700 m² environ à Bonneuil-sur-Marne, dans la zone d'Activité des Petits Carreaux (94), qui vient de s'ajouter au réseau de plus 120 sites en France du spécialiste du transport et de la livraison express de colis et documents dès la première heure.
Dans cette transaction, Arthur Loyd Logistique conseillait le preneur et la société EOL le bailleur. JPG
 
 
 
 
Interview


« Le timing assez serré était un beau challenge »
Yann Belgy, Directeur Général d'ID Logistics pour la Pologne et la Roumanie
A l'occasion de l'ouverture de sa nouvelle filiale en Roumanie, le 17e pays dans lequel s'implante ID Logistics en l'espace de 17 ans, le DG d'ID Logistics pour la Pologne et maintenant aussi pour la Roumanie nous donne quelques éléments complémentaires sur les raisons de ce nouveau partenariat logistique avec Carrefour et sur sa mise en œuvre.


Supply Chain Magazine : En Roumanie, vous avez été choisi par Carrefour pour la reprise d'un entrepôt existant. S'agissait-il d'un site qu'il exploitait lui-même ?
Yann Belgy :
Non, le site était géré par un autre prestataire logistique. Carrefour, avec qui nous sommes déjà partenaires dans plusieurs pays, nous a contactés en début d'année 2017 pour nous prévenir de son intention de lancer un appel d'offres pour chacune de ses opérations logistiques en Roumanie, toutes prestées, et qui s'appuient sur trois entrepôts, dont le plus important est celui de Chiajna pour les produits secs. La Roumanie est un pays à fort potentiel qui figurait parmi nos objectifs de nouvelles implantations en Europe Centrale, même si nous n'avions pas forcément prévu de nous y développer aussi rapidement. Nous avons répondu à cet appel d'offres, et Carrefour nous a annoncé officiellement à la mi-mai que nous avions été retenus pour l'entrepôt principal de Chiajna.

SC Mag : La bascule était prévue le 2 octobre.
Comment vous êtes-vous organisés dans un laps
de temps aussi court ?

Yann Belgy :
Oui, quatre mois, c'est un beau challenge pour ouvrir la filiale et reprendre un gros site de 60.000 m2 et de 400 personnes, nous n'avions clairement pas le temps de recruter et de former des équipes sur place. La direction générale m'a été confiée pour piloter cette opération : en Pologne, nous opérons le même type d'activité multiflux et multiformats que ceux pour Carrefour en Roumanie et il se trouve aussi que j'ai créé il y a plus de dix ans la filiale roumaine d'un autre 3PL. A partir de la fin mai, nous avons constitué un groupe de travail pluridisciplinaire et multiculturel, essentiellement composé des équipes polonaises mais aussi d'équipes française et russe sur la partie IT. Nous nous sommes également appuyés sur des ressources en local, à la fois provenant du personnel que l'on a repris et de quelques nouvelles recrues. La reprise de l'activité a été effective le 2 octobre, et la transition a été clôturée officiellement le 13 novembre avec notre client Carrefour, après avoir constaté qu'il n'y avait aucun impact négatif sur la livraison des magasins.

SC Mag : Quelles sont les raisons selon vous
qui ont fait pencher la balance en votre faveur
en Roumanie, alors qu'ID Logistics n'était pas
présent dans le pays ?

Yann Belgy :
Dans notre dossier, nous avons réfléchi plusieurs innovations pour rationaliser, faire évoluer les processus existants et améliorer la productivité. Je pense que cet aspect est important pour Carrefour, qui cherchait un partenaire pour les accompagner dans la transformation, dans la mise en œuvre des bonnes pratiques logistiques depuis le rachat il y a environ deux ans de l'enseigne Billa en Roumanie, très bien implantée dans le pays en matière de supermarchés. Un autre point est la partie IT : il s'agit de faire évoluer le WMS de l'entrepôt d'une ancienne version d'Infolog vers la toute dernière version en mode Saas (GCS WMS, ndlr).

SC Mag : Quelles sont désormais les prochaines
étapes pour ID Logistics Romania ?

Yann Belgy :
Nous démarrons maintenant le pic d'activité de fin d'année, très important en Roumanie, avec un quasi doublement des volumes sur les deux derniers mois de l'année. Et puis à partir de janvier, nous allons nous atteler à l'évolution des processus, à la migration IT et à la mise en place d'innovations qui ont déjà fait leurs preuves dans nos entrepôts en Pologne, comme par exemple les magasins à palettes, le filmage automatique, ou des systèmes de gestion visuelle sur les quais d'expédition. En Roumanie, encore plus qu'en Pologne, il est très difficile de trouver de nouveaux collaborateurs en logistique, cela nécessite donc la mise en place d'une politique RH adaptée et d'efforts de productivité qui accroissent l'attractivité des métiers en entrepôt. C'est sans doute aussi l'une des raisons pour lesquelles Carrefour a choisi de travailler avec nous. Et cette première opération de taille importante en Roumanie va constituer une base solide pour la poursuite de la croissance sur ce marché.
Propos recueillis par Jean-Luc Rognon
Photo : Yann Belgy ©ID Logistics
 
 
INFOS INTER NATIONALES  


Espagne
DB Schenker
s'installe
à Madrid

DB Schenker a investi 22 M€ dans le dernier bâtiment qu'il vient d'inaugurer à Madrid, en Espagne. Construit sur un terrain de 60.000 m², il compte trois unités dont un bureau de trois étages de 1.100 m² chacun et deux entrepôts. Le premier est un centre de cross-docking de 10.170 m² (extensible à 12.200 m²) comptant 112 portes à quai hydrauliques, et le second un espace de 1.680 m² (extensible à 2.900 m²) de stockage dédié aux flux aériens et maritimes. Le tout a été conçu de manière à réduire au maximum l'impact environnemental, l'éclairage étant assuré par un équipement LED et la climatisation par un système VRF à récupération de chaleur. 120 panneaux photovoltaïques ont également été installés en toiture, ils assureront la majorité des besoins énergétiques de la structure. 150 emplois devraient rapidement être créés, le prestataire allemand comptant actuellement quelque 1.000 collaborateurs en Espagne répartis dans 71 sites dont 29 agences. PM
 
   
 
 
 

Islande
Iceland Post
gère la
transition vers
l'e-commerce
avec
Descartes
Iceland Post (la poste islandaise) a adopté la solution de planification des tournées de Descartes pour soutenir son virage stratégique et sa nouvelle orientation commerciale, celle d'une société davantage focalisée sur la livraison de colis en raison la forte croissance du e-commerce. « Un tel bouleversement de notre activité entraine divers défis informatiques et logistiques, y compris le besoin d'adapter les plannings de livraison à un nombre croissant d'enlèvements de colis en dernière minute » déclare Einar Geir Jónsson, Directeur du Développement Commercial chez Iceland Post, « La solution Descartes nous offre les capacités avancées dont nous avons besoin pour transformer des procédures logistiques et, ce faisant, améliorer la réactivité de nos opérations de livraison et atteindre de nouveaux standards de service client. La solution a déjà été partiellement déployée avec succès ». Son objectif est de permettre à Iceland Post d'ajuster les plannings de livraisons à la volée et de répondre aux besoins des clients, tel qu'un changement d'adresse, y compris le jour-même de la livraison. Elle sera d'autre part utilisée pour saisir les preuves de livraison électroniques, envoyer aux clients des mises à jour, modéliser les tournées et obtenir une vision complète en temps réel, basée sur les données GPS, sur les déplacements des chauffeurs et les statuts de livraison. PM  
   
 

USA
Le luxe se met
à l'heure
du SCM
Le Council of Fashion Designers of America (CFDA) a décidé d'inciter les acteurs de la mode et du luxe à entrer dans l'ère du Supply Chain Management. Selon Steven Kolb, son président, deux tendances affectent actuellement leur secteur : le changement de comportement des consommateurs entrainant une accélération des cycles de production et leur désir d'acheter des produits plus « durables ». Une étude menée en partenariat avec DHL montre que les SC du luxe et de la mode sont cloisonnées, avec pour conséquence un manque d'efficacité. « Beaucoup de designers perdent du temps sur des problèmes dont l'origine remonte à une mauvaise gestion de la Supply Chain » remarque S. Kolb. Le CFDA souhaite ainsi encourager les acteurs à faire preuve de davantage de transparence, à réduire leurs cycles de productions notamment en se rapprochant de partenaires locaux, et à renforcer leurs relations client-fournisseur. « Le luxe est plus ou moins fermé à de telles pratiques (...), notre idée est de les encourager à faire de petits pas en avant pour entrevoir ce à quoi cela pourrait ressembler » reprend S. Kolb. En collaboration avec Lexus et DHL, le CFDA a donc concocté la Fashion Initiative, un programme de sessions de conseil proposant à chaque acteur de concevoir un business plan personnalisé autour de ses priorités. Les jeunes entreprises, telles qu'Everlane et American Giant se sont montrées les plus réceptives, aussi le CFDA espère-t-il les prendre en exemples pour inciter les marques plus établies à se lancer. Certains acteurs de poids, notamment Kering et LVMH, font partie des bons élèves. PM
Source : Digiday.com
 
 

ABONNEMENT GRATUIT : CLIQUEZ ICI
Le lien quotidien qui vous relie à la communauté Supply Chain
Si l'on vous a transféré cette lettre, n'hésitez pas à vous abonner.
Si vous êtes déjà abonné, n'hésitez pas à abonner (ou à faire abonner)
vos collaborateurs et amis.

 
 
Jean-Philippe Guillaume
Directeur des rédactions
Faites profiter la communauté logistique de vos « scoops »

écrivez à la rédaction : jph.guillaume@scmag.fr
Cette Newsletter touche quotidiennement 50.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique
à l'ensemble de la communauté logistique.
 
Contacts, POUR FAIRE PARAÎTRE DE LA PUBLICITÉ
dans « Supply Chain Magazine » (sur le Web ou dans le mensuel papier)
 

Nathalie Bier
Directrice de clientèle
Tél. 01 43 76 64 53
nathalie.bier@scmag.fr

Audrey Zugmeyer
Directrice de la publicité
Tél : 01 41 79 56 21
audrey.zugmeyer@scmag.fr
 
 
Pour modifier vos coordonnées, adressez un e-mail à : abonnement@scmag.fr  
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 

16 novembre 2017


NOVEMBRE 2017


Jeudi 23
Petit déjeuner
B2G
« Se transformer
ou disparaitre –
Comment utiliser
la Supply Chain
comme vecteur
de la
transformation ? »

Partenaires :
SCB et
SCMagazine
De 8h30 à 12h30
Hôtel
Prince de Galles
Paris 8e

JANVIER 2018

Mercredi 17

FORUM
DES ROIS DE LA
SUPPLY CHAIN
« 25 dossiers
en compétition ! »

Organisé par
SCMagazine
De 8h30 à 17h30
Salons de l'Aveyron
Paris Bercy 12e

PARTENAIRES

Mercredi 17
SOIRÉE
DES ROIS DE LA
SUPPLY CHAIN
Organisée par
SCMagazine
De 19h à 1h
Sur invitation
Musée des
Arts Forains
Paris Bercy 12e

PARTENAIRES