Partager sur
LinkedIn Twitter Facebook
Distribution
spécialisée
Le premier
train block
Decathlon en
cache beaucoup
d'autres
Decathlon a fait venir de Wuhan, en Chine, pays où l'enseigne est largement implantée (production et magasins), un train de 41 conteneurs Maersk Line remplis d'environ 630.000 articles, dont une majorité de textile et de chaussures. Ce convoi est arrivé le 16 novembre à son entrepôt de Dourges, non loin de son siège lillois. Affrété par HXO, et coordonné par Damco (groupe Maersk), ce train block a mis 20 jours pour réaliser ce voyage de 10.815 km, contre 41 jours en bateau, mode de transport qui reste plus économique (via Anvers/Rotterdam) et représente à ce jour, 90% de l'approvisionnement du distributeur. Déchargés, les conteneurs sont envoyés par camions vers les entrepôts régionaux en France, Espagne, Italie, Belgique, Roumanie, Hongrie, Allemagne, Royaume-Uni et Pologne, puis dispatchés dans les différents magasins européens. Dans les points de vente, les produits sont disponibles 3 à 4 jours plus tôt. La cadence devrait passer d'un convoi par mois en 2018, à un par semaine en 2019. A terme, l'enseigne, souhaite faire quasiment disparaître l'avion, et donc réduire la part du maritime. Elle va également continuer de faire appel à des trains partagés avec d'autres entreprises depuis Wuhan, jusqu'à Duisbourg, en Allemagne, en 26 jours. Dans ce cas, les produits seront acheminés jusqu'à sa plate-forme d'éclatement d'Anvers que Décathlon envisage de remplacer au profit d'une autre dans le Nord de la France en 2019. V.L.  
   
 
 
 
INVITATION
Déjà plus
150 inscrits
au colloque
« Supply Chain
du Futur »
le 30 novembre
à Nantes
A quoi ressemblera la Supply Chain du futur ? C'est la question que posera le Pasca (Pôle Achat et Supply Chain Atlantique) le 30 novembre au Technocampus de Nantes aux professionnels et aux enseignants qui partageront leur vision des années à venir. Cette matinée démarrera à 9h30 avec une conférence « Vers la Supply Chain du futur » par Tahar Melliti - Directeur de l'Alliance pour l'industrie du futur. A 10h30 : « Nouvelles technologies et usages », une intervention de Claire Gauzente, Professeur à l'IEMN-IAE de l'Université de Nantes et directrice adjointe du Laboratoire Economie et Management de Nantes Atlantique. Tout de suite après, une table ronde avec le Cosling, Start Up IA, TGO, Tronico et Virtualys, puis vers 11h30 : « Agilité et Résilience », une présentation d'Olivier Lavastre, Professeur des Universités IAE Lyon, suivie d'une table tonde avec la participation d'Airbus, Daher, Say Partners et STX. Après le cocktail déjeunatoire et le village des démonstrateurs de solutions innovantes, d'autres débats avec la participation de Pascal Ughetto - Directeur du LATTS - Univ. Paris-Est Marne la Vallée et de la société Gobio, l'Hôpital de Nantes, IDEA et Speach ME. Olivier Péton, Professeur IMT Atlantique parlera de la mutualisation à l'heure du numérique. Enfin une table ronde avec Convargo, GS1, Locowest et Productys, permettra d'évoquer les grands enjeux de demain. Conclusion par Philippe Marre, directeur adjoint Airbus St-Nazaire. Cocktail networking. Journée animée par Jean-Philippe Guillaume, Supply Chain Magazine.
Attention : plus de 150 personnes sont déjà inscrites et il ne reste plus que quelques places. Si vous souhaitez participer à cette journée, il est donc vivement recommandé de vous inscrire tout de suite.
Programme complet
et inscription en ligne.
 
 
Prestataires
logistiques
Dartess
mécanise
sa chaîne de
préparation de
commandes



Spécialisée dans la logistique des vins et spiritueux, le prestataire Dartess est en cours de réorganisation de sa chaîne de préparation de commandes depuis la mi-octobre. L'outil, 100% mécanisé permet non seulement d'augmenter la capacité de production de 20%, mais aussi d'optimiser le traitement des déchets (emballages cartons), d'améliorer l'efficacité de travail des opérateurs et d'expédier les commandes seulement 3 heures après l'achat en ligne.
La chaîne mécanisée permettra de traiter 8.000 commandes par jour (à fin 2018).
Une vingtaine de postes de préparation de commandes (prélèvement des bouteilles sur stock et conditionnement
des commandes clients) sont connectés à un convoyeur de 75 mètres linéaire qui achemine automatiquement et rapidement les commandes jusqu'aux quais d'expédition.
Et la mécanisation n'empêche pas Dartess d'embaucher :
huit nouveaux recrutements CDD et CDI (et plus de 100 intérimaires) sont prévus au mois de décembre. JLR
 
   
   
 
 
 
Innovation
GT Logistics
veut sa propre
start-up
Le logisticien bordelais entend lancer une start-up dédiée aux problématiques SI. L'idée est de « participer au développement du numérique et des innovations digitales, non seulement en lien avec les besoins identifiés pour les clients en cours, mais aussi pour imaginer des applications futures au service de l'ensemble du secteur », indique un communiqué de l'entreprise. Big data et Business Intelligence au service de l'optimisation Supply Chain figurent dans la feuille de route de cette structure destinée à devenir le « fer de lance de la stratégie de conquête du groupe », selon Eric Sarrat, le président de GT Logistics. A ce stade, le logisticien lance en fait un appel à candidature destiné à recruter un entrepreneur prêt à « relever le défi » et disposant si possible d'un début de financement : l'idée est que la future start-up décroche le statut de Jeune Entreprise Innovante (JEI), ce qui suppose que l'investissement de GT reste minoritaire. Celui-ci fournira en revanche matériel et bureau, ainsi que les premiers projets d'études et d'applications. Le logisticien indique déjà travailler sur des projets de nouveaux métiers alliant le portage physique et financier des stocks, pour lesquels le traitement de l'information jouera un rôle essentiel. Notons que la start-up ne devra pas rester uniquement tournée vers l'interne, à charge pour elle de générer de l'ordre de 20% de son CA à l'extérieur, note Eric Sarrat. MR
Pour envoyer sa candidature :
charlotte@gt-logistics.fr

 
 
Récompense
Biomérieux
trois fois
plébiscité aux
LogiPharma
Awards
Grégory Debuchy, vice-président Supply Chain de Biomérieux, est revenu de Stuttgart les bras chargés de trois trophées décernés à LogiPharma Supply Chain Awards. L'événement européen qui a eu lieu le 9 novembre, célèbre chaque année les meilleures transformations Supply Chains de l'industrie pharmaceutique. Le spécialiste mondial de la microbiologie et du diagnostic in-vitro a ainsi remporté le prix de la planification SC de bout en bout, celui de l'équipe SC de l'année et surtout le grand prix de cette édition 2017 de LogiPharma. Rappelons que le projet de transformation Screen (Supply Chain Re-Engineering) de Biomérieux, réalisé avec l'aide de son partenaire Citwell, figurait parmi les huit finalistes de l'édition 2017 des Rois de la Supply Chain. Les autres lauréats des LogiPharma Supply Chain Awards 2017 sont Pfizer (meilleure application digitale et prix de la visibilité SC de bout en bout), S.L.E (meilleure stratégie de réseau de distribution et meilleure collaboration avec les sous-traitants), AstraZeneca (pour le contrôle global de la température), Amicus Therapeutics (stratégie SC la plus innovante). Quant au Prix du Leader SC de l'année, il a été décerné à Markus Koehler, Senior Director, Pharma Network Operations de Merck. JLR  
   
  De gauche à droite : Frédéric Picano, directeur des programmes Supply Chain de bioMérieux, Pierre Charbonnier, VP Corporate Manufacturing & Supply Chain de bioMérieux, Omera Khan, professeure en Supply Chain Management, Gregory Debuchy, VP Supply Chain Groupe de bioMérieux, Eric Thomas, directeur Supply & Demand de bioMérieux et Guillaume Allemand, associé dirigeant du cabinet Citwell.  
 
 
 
Transport
routier
En Europe,
les tarifs
ont augmenté
de 7%
en un an
Selon le dernier indicateur trimestriel Capgemini Consulting/Transporeon concernant le TRM européen, l'indice de prix a augmenté de 7% au troisième trimestre 2017 (à 101.8), comparé au niveau d'indice de la même période de l'année précédente. De son côté, l'indice de capacité a augmenté de 2,6 % par rapport au trimestre précédent, mais comparé au troisième trimestre 2016, c'est une chute de 20,5% ! « Comme c'est le cas habituellement, nous avons remarqué une baisse post-estivale de la capacité en septembre. Mais cette année, la baisse de septembre a été particulièrement importante, menant aux prix les plus élevés de l'année. Normalement, cela devrait se normaliser à partir d'octobre, mais il sera intéressant de voir si cela se réalise réellement » a déclaré Erik van Dort, Supply Chain Director chez Capgemini Consulting. de son côté, Oliver Kahrs, Director Strategic Initiatives de Transporeon, a indiqué que l'indice de capacité du mois de septembre était le plus bas jamais enregistré depuis janvier 2008. « Il est difficile de prédire si la situation va s'améliorer au quatrième trimestre. Le niveau reste fondamentalement trop bas. Le manque de capacité est le sujet phare du marché actuellement » a-t-il ajouté. JLR  
 
Nos lecteurs
ont la parole
Comment
les retailers
peuvent
rivaliser
avec Amazon
pour le
Black Friday ?
Le Black Friday, temps fort commercial lors duquel les retailers voient leur chiffre d'affaires exploser, commence à s'imposer dans le calendrier des Français. Preuve en est, selon un sondage Toluna pour LSA, en 2016, 15 millions de Français ont profité de cette journée spéciale. Le nombre de requêtes Google pour Black Friday a d'ailleurs plus que doublé l'an passé par rapport à 2015. L'évènement gagne donc en notoriété dans l'Hexagone et Amazon en est le grand gagnant. En 2016, Amazon France a vendu, pour la seule journée du vendredi, 1,4 million de produits, ce qui représente 970 commandes par minute. Le site a ainsi connu le jour le plus intense de toute l'histoire d'Amazon.fr. Alors, comment les retailers peuvent-ils rivaliser avec le géant de l'e-commerce ? Et comment optimiser leur Supply Chain peut leur permettre de gagner en performance ? Arnaud Cassonnet, consultant Senior chez Vekia apporte ses éléments de réponse.
Lire l'intégralité
de l'article.
 
 
 
 
WMS
Une réponse
pour les besoins
spécifiques
de Philéa
Solutions
Philéa Solutions, filiale du groupe EDGS dédiée à la logistique, a mis en place Speed WMS de l'éditeur BK Systemes. Cette société s'est spécialisée dans les activités logistiques à forte valeur ajoutée pour de grands groupes nationaux et internationaux. Elle développe une activité de logistique et de transport « sur mesure » pour chacun de ses clients. Aujourd'hui, cette filiale dispose de 8 entrepôts, représentant 70.000 m2 d'espace, répartis un peu partout en France, pour les secteurs de l'agroalimentaire, de l'aéronautique et des enseignes de e-commerce. « La particularité de Speed WMS est sa très grande simplicité d'utilisation et de déploiement », déclare Sabrina Samson, directrice Générale de Philéa Solutions. « Nous avons rencontré, pour l'un de nos clients, un cas très spécifique auquel le WMS ne pouvait répondre. Nous nous sommes rapprochés des équipes de BK Systèmes pour leur demander s'il était possible de faire évoluer le logiciel. 15 jours après, BK Systèmes est revenu vers nous avec une nouvelle version, suffisamment updatée pour nous permettre de répondre à la problématique de notre client ». L'éditeur précise qu'il accompagnera Philéa Solutions dans ses projets de mécanisation prévus entre fin 2017 et début 2018. JPG  
 
Etude
Les outils
d'analyse
aident à lutter
contre
la fraude


35% des 3.200 sociétés interrogées par Deloitte (Etats-Unis) utilisent désormais leurs outils d'analyse de données pour lutter contre la fraude, les abus et le gâchis dans leur Supply Chain, soit une progression de 10 points en quatre ans. « Il est rassurant de voir de plus en plus d'entreprises recourir aux outils d'analyse pour se prémunir et détecter, les risques financiers dans la Supply Chain » commente Mark Pearson, Deloitte Risk & Financial Advisory forensic principal, en charge de l'étude. Cette vigilance ne décourage pas pour autant les fraudeurs, 30,8% des sociétés interrogées ont déjà dû faire face à une forme de fraude ou une autre au cours de ces quatre dernières années. Les plus touchés par ce phénomène sont les acteurs de l'industrie manufacturière, 39,1% estiment que le risque n'a jamais été aussi important qu'en 2017. Ils sont 34,7% à le penser dans le secteur de l'énergie et 26,3% dans la santé, tous ces chiffres étant malgré tout en légère baisse cette année par rapport à l'année passée. PM
Photo : Mark Pearson
 
 
INFOS INTERNATIONALES  

Asie
Un couloir de
transport depuis
l'Afghanistan
jusqu'aux
portes
de l'Europe
Après cinq années de négociation entre l'Afghanistan, la Turquie et trois ex-républiques soviétiques, l'Azerbaïdjan, la Géorgie et le Turkménistan, un accord sur la mise en place d'un couloir routier et ferroviaire a été signé hier par des responsables des cinq pays participant au projet lors d'une cérémonie à Achkhabad (capitale du Turkménistan). Ce corridor, baptisé Lapis Lazuli (clin d'œil à la pierre bleue semi précieuse présente essentiellement en Afghanistan), relie l'Afghanistan (la station afghane d'Aqina, proche de la frontière avec le Turkménistan) à la Turquie (Istanbul). Selon l'AFP, cet accord vise à harmoniser les procédures de douane et lever les barrières logistiques affectant le commerce entre ces cinq pays. Le fret passera également par la mer Caspienne après avoir traversé le Turkménistan et avant de rejoindre la route existante et les infrastructures ferroviaires en Azerbaïdjan. Une ligne ferroviaire reliant le Turkménistan et l'Afghanistan, opérationnelle depuis un an et intégrée au couloir Lapis Lazuli, devrait relancer les échanges commerciaux afghano-turkmènes. L'agence de presse russe Tass rapporte que le budget de ce projet est estimé à 2 Md$. Jusqu'à présent, la détérioration des conditions de sécurité en Afghanistan avait provoqué le ralentissement d'un grand nombre de projets. Cet accord tombe à pic pour la Chine qui ne cache pas son souhait d'inclure l'Afghanistan dans son projet de « nouvelle route de la soie ». JF  
 

Chine
Record pour le
fret ferroviaire
entre la Chine
et l'Europe
Le nombre de trains de fret circulant entre la Chine et l'Europe a atteint un niveau sans précédent, nous apprend la China Railway Corporation (CRC). Plus de 3.000 trains de fret ont circulé sur les 57 lignes reliant les villes chinoises (35 au total) et européennes (34 dans 12 pays). C'est plus que les chiffres cumulés entre 2011 (année de la première mise en service) et 2016. Ces lignes ferroviaires constituent une composante majeure des nouvelles routes de la soie. Seul point noir au tableau : le déséquilibre des volumes de fret. Un nombre significatif de trains depuis l'Europe vers la Chine circulent en effet partiellement remplis, voire à vide. Ces trajets retour sont source de préoccupation... JF
Photo : ©Xinhua
 
   
 

Chine
Yichang
Hambourg :
Transporter
deux fois plus
vite et quatre
fois moins cher
Une nouvelle ligne de train de fret a été inaugurée hier entre Yichang, dans la province du Hubei (centre de la Chine), et Hambourg (Allemagne).
A bord, un chargement hétéroclite constitué d'oranges, de compresses médicales et de films d'emballage. Zhou Chigang, de la National Railway Administration, indique que la durée du voyage sera d'environ 17 jours, soit la moitié par rapport au maritime, pour seulement un quart du coût du transport aérien. JF
 
 

Grèce
Gefco a
des ambitions
pour sa filiale
héllenique
« Gefco vise à renforcer sa compétitivité et sa présence sur le marché grec et prévoit de quasiment doubler son chiffre d'affaires en 2017. Nous avons également l'intention de faire bénéficier les entreprises locales de l'expérience logistique dont nous disposons depuis des décennies, pour contribuer ainsi à la croissance et au développement du pays », a déclaré récemment Fabien Gauchet, Directeur Général de Gefco Grèce. Le prestataire est présent dans le pays depuis 2015, notamment via la création d'un hub régional, puis, en 2016, l'ouverture d'une ligne de groupage hebdomadaire France-Grèce. Les points d'accès régionaux que sont les ports du Pirée et de Thessalonique sont évidemment un atout, mais Gefco Grèce a également commencé à déployer des solutions routières internationales pour plusieurs clients et compte développer d'autres solutions, comme le transport à température contrôlée pour les secteurs alimentaire et pharmaceutique, bien représentés en Grèce. JLR  
   
 

Etats-Unis
Tesla présente
son futur
camion
électrique
Tesla a levé le voile le 16 novembre sur « the beast », son nouveau camion électrique aux formes hautement aérodynamiques, dont la production est programmée pour 2019. Son autonomie est de 800 km grâce notamment à son système de régénération des batteries au freinage. Selon son CEO Elon Musk, l'engin pourra se charger à 80% en 30 minutes, à peine le temps d'avaler un sandwich ou de décharger la remorque. Avec ses quatre moteurs électriques connectés aux roues arrière, il promet une accélération de 0 à 96 km/h en 20 s avec une charge de 36t et sera capable de gravir une côte à 5% à 105 km/h, contre 72 km/h environ pour un tracteur traditionnel. La liste des éléments de sécurité active comprend par ailleurs le pilotage automatique ainsi que la détection d'obstacles et de changement de file. Son prix n'a pas été dévoilé mais son coût de revient est annoncé à 20% en deçà de celui d'un véhicule diesel, maintenance et assurance comprises. Walmart en aurait déjà précommandé 15 et le lithuanien Girteka Logistics annonce qu'il sera son premier client européen. PM  
   
 

ABONNEMENT GRATUIT : CLIQUEZ ICI
Le lien quotidien qui vous relie à la communauté Supply Chain
Si l'on vous a transféré cette lettre, n'hésitez pas à vous abonner.
Si vous êtes déjà abonné, n'hésitez pas à abonner (ou à faire abonner)
vos collaborateurs et amis.

 
 
Jean-Philippe Guillaume
Directeur des rédactions
Faites profiter la communauté logistique de vos « scoops »

écrivez à la rédaction : jph.guillaume@scmag.fr
Cette Newsletter touche quotidiennement 50.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique
à l'ensemble de la communauté logistique.
 
Contacts, POUR FAIRE PARAÎTRE DE LA PUBLICITÉ
dans « Supply Chain Magazine » (sur le Web ou dans le mensuel papier)
 

Nathalie Bier
Directrice de clientèle
Tél. 01 43 76 64 53
nathalie.bier@scmag.fr

Audrey Zugmeyer
Directrice de la publicité
Tél : 01 41 79 56 21
audrey.zugmeyer@scmag.fr
 
 
Pour modifier vos coordonnées, adressez un e-mail à : abonnement@scmag.fr  
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 

21 novembre 2017


NOVEMBRE 2017


Jeudi 23
Petit déjeuner
B2G
« Se transformer
ou disparaitre –
Comment utiliser
la Supply Chain
comme vecteur
de la
transformation ? »

Partenaires :
SCB et
SCMagazine
De 8h30 à 12h30
Hôtel
Prince de Galles
Paris 8e

JANVIER 2018

Mercredi 17

FORUM
DES ROIS DE LA
SUPPLY CHAIN
« 25 dossiers
en compétition ! »

Organisé par
SCMagazine
De 8h30 à 17h30
Salons de l'Aveyron
Paris Bercy 12e

PARTENAIRES

Mercredi 17
SOIRÉE
DES ROIS DE LA
SUPPLY CHAIN
Organisée par
SCMagazine
De 19h à 1h
Sur invitation
Musée des
Arts Forains
Paris Bercy 12e

PARTENAIRES