Partager sur
LinkedIn Twitter Facebook

Forum
des Rois de la
Supply Chain
Les deux
derniers jours
pour
s’inscrire !

Si vous ne faites pas partie des 1.250 personnes déjà inscrites au Forum des Rois de la Supply Chain il ne vous reste plus que quelques heures pour le faire. Les inscriptions seront définitivement closes à partir de vendredi 12 janvier à 17h. Rappelons que les participants pourront assister dès 9 heures du matin aux présentations des 8 dossiers finalistes (des réalisations parmi les plus innovantes dans le domaine de la Supply Chain). Ils pourront également voter en fin de journée pour les 3 meilleurs. Tout au long de cette journée exceptionnelle le public aura également la possibilité de rencontrer les 25 partenaires qui accompagnent l'événement (voir colonne de droite). Organisé par Supply Chain Magazine, le Forum des Rois de la Supply Chain aura lieu le 17 janvier de 8h30 à 17h30 aux Salons de l'Aveyron, rue de l'Aubrac, Paris Bercy. Cette manifestation est gratuite et ouvert à tous les professionnels de la Supply Chain.
Inscription en ligne, programme complet
et renseignements pratiques.
 
 
 
 
Rappel
de produits
Lactalis
Des trous dans
la raquette
de la grande
distribution



L'enseigne Leclerc a été la première à reconnaître officiellement mardi un dysfonctionnement, dans quelques-uns de ses magasins, des opérations de retrait des produits infantiles Lactalis (voir NL n°2630). Mais c'est loin d'être un cas isolé dans la grande distribution. Auchan Retail France a indiqué hier par voie de communiqué avoir vendu par erreur 52 boîtes sur 28 magasins, malgré le retrait effectif de 36.000 produits sur l'ensemble de ses 641 points de ventes en France après le 21 décembre. L'enseigne a été alertée le 2 janvier, quand un de ses magasins a reçu une livraison comprenant des références concernées par le rappel du 21 décembre. Après audit, il apparaitrait que l'origine de l'anomalie provient d'une « livraison par le fournisseur de produits non conformes, livraison postérieure aux opérations de retrait exécutées précédemment par les équipes d'Auchan Retail France dans ses magasins ». Chez Système U, selon un communiqué du groupe, c'est 384 boites de lait infantile qui ont échappé à la procédure de rappel et ont été vendues. Comme Leclerc, le groupe a « instantanément procédé à l'appel des clients identifiés » et lancé un audit interne. Carrefour indique aussi avoir vendu 434 produits devant être retirés de la vente (sur 94.959 produits qui ont eux fait l'objet d'un retrait). Le groupe précise en outre qu'il a élargi ensuite son rappel à tous les produits infantiles fabriqués par l'usine Lactalis de Craon en Mayenne. Quant à Intermarché, après ouverture d'une enquête interne, il annonce carrément dans un communiqué qu'il va arrêter « définitivement » de commercialiser les laits infantiles Lactalis de la marque Milumel sur ses 1.800 points de ventes. Interrogé hier par l'AFP, son Président Thierry Cotillard a pointé du doigt une « gestion chaotique » de la crise par Lactalis en affirmant qu'il n'avait jamais vu « une telle confusion de la part d'un fournisseur quant à la gestion d'un retrait rappel » (trois procédures de rappel successives en un mois). Intermarché indique aussi que tout produit faisant l'objet d'un retrait sera désormais bloqué en caisse. Un tel dispositif a déjà été mis en place progressivement depuis début décembre au sein du groupe Casino, qui nous a précisé par ailleurs que dès le mois dernier, tous les clients ayant acheté récemment du lait infantile (incriminé ou non) avaient été alertés (par courrier ou e-mail). JLR  
 
Rappel
de produits
Lactalis
(suite)
Qui sera rendu
responsable
de tous
ces ratés ?
Le gouvernement est bien entendu concerné au premier chef par ces dysfonctionnements dans le rappel de certains lots contaminés à la salmonelle, qui concerne des millions de boîtes de produits infantiles, commercialisés dans des dizaines de milliers de points de vente en France et dans une soixantaine de pays. Le ministre de l'Économie et des Finances Bruno Lemaire tient aujourd'hui un point presse à ce sujet. De son côté, Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement, a déclaré hier matin sur RTL qu'« il faudra déterminer les responsabilités et cela sera fait avec la plus grande rapidité et sévérité si celles-ci sont avérées ». La DGCCRF, l'autorité dépendant du Ministère de l'Economie qui supervise le rappel et le retrait de produits, a aussi fait le point hier dans un communiqué en commençant par préciser que c'était Bruno le Maire qui avait ordonné cette procédure de retrait/rappel, faute d'une démarche volontaire de Lactalis. Et en rappelant que c'est l'industriel qui est responsable de la mise en œuvre d'une opération de retrait/rappel de produits, qu'elle soit menée de manière volontaire ou en application d'une décision du Ministre. « Tout au long de la chaîne de distribution, chaque maillon est responsable, d'une part, de cesser la commercialisation des produits concernés et, d'autre part, d'informer ses clients de la procédure de retrait/rappel. Le distributeur final a une obligation d'information des consommateurs de l'existence d'une procédure de rappel pour les produits qu'il a déjà commercialisés. Tous ces opérateurs ont une obligation de résultats » souligne en outre le communiqué. Et c'est à la DGCCRF d'en contrôler l'effectivité : plus de 2.000 contrôles aléatoires ont été effectués à ce jour, selon le communiqué. La DGCCRF évoque par ailleurs d'éventuelles suites qui pourraient être données si des manquements ont été commis : « le fait de poursuivre la vente de produits concernés par une opération de retrait/rappel est susceptible de constituer une tromperie aggravée, ce qui est un délit pénal ». Lactalis et l'ensemble de la grande distribution seraient-ils de fait soupçonnés d'être responsables (et coupables) de négligence et d'incompétence ? Ne serait-ce pas plutôt, comme nous l'avons développé dans le dossier de SCMag n°4 de décembre, les systèmes de traçabilité actuels, pas assez collectifs, et qui montrent leurs limites ? JLR  
   
  Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement,
dans les studios de RTL ©DR
 
 
 
 
Emploi
Hardis vise
200
recrutements
sans l'année
L'éditeur du WMS Reflex affiche une santé éclatante, avec une offre qui dépasse les problématiques d'exécution logistique et mêle édition logicielle, conseil et services numériques. Hardis Group devrait dépasser de 3 M€ sa prévision de croissance avec un CA 2017 annoncé à 98 M€, en progression de près de 18%. Son effectif a connu une croissance similaire, passant de 850 à 1.000 collaborateurs, et les perspectives permettent au groupe d'annoncer un programme de 200 recrutements d'ici la fin de l'année, qu'il s'agisse de profils experts, de jeunes diplômés ou d'alternants, aussi bien sur versant consultant métier/solution que sur le management de projet ou des postes plus technologiques. On notera que data intelligence, blockchain ou robotique figurent parmi les connaissances recherchées, et que plus de la moitié de ces postes sont à pourvoir en région Auvergne-Rhône-Alpes (65% à Grenoble, 35% à Lyon), près d'un tiers en région parisienne, et les derniers 15% entre Nantes, Bordeaux et Lille. Pour attirer les candidats, Hardis fait valoir une politique de formation qui mobilise 2% de la masse salariale, et son ambition d'obtenir la certification Great Place to Work. MR  
 
Livraisons
Tubauto
optimise
ses tournées
avec
PTV Smartour
Pour son activité de distribution BtoB de portes de garages et de systèmes de motorisations pour l'habitat, Tubauto a fait le choix d'utiliser le logiciel d'optimisation de tournées PTV Smartour de PTV Group, dans sa toute dernière version 2018.1. Basée à Sens, dans l'Yonne, sur un site de production et de logistique de 31.000 m², la filiale française du groupe allemand Hörmann avait besoin d'un outil pour planifier et optimiser ses 40 tournées hebdomadaires sur l'ensemble du territoire national. La version 2018 de PTV Smartour qui sera déployée chez Tubauto intègre notamment une nouvelle application mobile, PTV Driver App, qui permet la remontée d'informations par le chauffeur lors de ses tournées, ainsi que de nouvelles fonctionnalités de suivi d'exécution comme la notification de l'heure d'arrivée dans le créneau des heures d'ouverture du client, ou la formation d'ordres collectifs. JLR  
   
 
Planification
Citwell
promeut la
transformation
DDAE auprès
des grands
comptes
Les 18 et 19 décembre dernier, Citwell a organisé à Paris et en région lyonnaise deux ateliers de formation en comité restreint sur les meilleures pratiques de la transformation Demand Driven Adaptive Enterprise (DDAE), l'approche globale de la méthodologie Demand Driven MRP. Une cinquantaine de participants étaient présents sur ces deux journées, la plupart issus de grands groupes industriels ayant des projets « Demand Driven » en cours ou à l'étude (dont Air Liquide, bioMérieux, Givenchy, Guerlain, Groupe SEB, LVMH, NTN-SNR, Sanofi, ou encore Sanofi Pasteur). « Le Demand Driven est une approche innovante pour transformer sa Supply Chain vers un modèle orienté flux, piloté par la demande réelle et les gains financiers horaires. Elle séduit de plus en plus d'industriels par sa puissance de réponse aux difficultés des planificateurs, mais aussi et surtout de réponse aux dirigeants sur la mécanique de génération de revenu » a déclaré Anaïs Leblanc, Senior Manager Citwell. C'est Carol Ptak elle-même, la co-fondatrice du Demand Driven Institute et du DDMRP, qui animait les débats et répondait aux questions. « Pour réussir cette transformation Demand Driven (ndlr : qui comprend trois composants clés, DD Operating Model, DD S&OP et Adaptive S&OP), il faut avant tout protéger et promouvoir le flux, afin de le placer au cœur de la chaîne logistique, et pour cela former les parties prenantes, à commencer par les managers » a-t-elle souligné. C'était bien l'objectif de cette démarche de Citwell, soutenu par Fapics, l'Association française de Supply Chain Management. JLR
 
   
 
INFOS INTERNATIONALES  

Etats-Unis
Toyota
s'associe
à Pizza
Hut, Amazon
et Uber pour
développer
l'e-Palette
En début de semaine, lors du Consumer Electronics Show de Las Vegas, Toyota a lancé l'Alliance e-Palette, pour développer un véhicule électrique autonome et personnalisable et des prestations « Mobility as a Service » associées. Les membres fondateurs sont Pizza Hut, Mazda, Uber, Amazon et Didi, l'Uber chinois. Le concept car e-Palette permet aux entreprises partenaires d'installer leurs systèmes de conduite autonome et de l'équiper en fonction du besoin, notamment la livraison de colis, ou le showroom mobile. L'e-Palette est multifonctions : dans une même journée, il sera utilisé selon la demande et les horaires comme navette voyageurs, véhicule de livraison de repas, espace de coworking. L'objectif de cette alliance est de créer un vaste écosystème matériel et logiciel (leasing, assurance, gestion de flotte, big data...). Une vidéo futuriste d'une application logistique d'e-Palette présente un service de livraison entièrement automatisé : de grands véhicules autonomes arrivent dans un centre de distribution, où les colis sont redispatchés dans de plus petits véhicules autonomes pour le dernier kilomètre. Ces derniers intègrent des robots autonomes de livraison qui détectent le destinataire du colis par reconnaissance faciale. Toyota compte tester le véhicule e-Palette dans plusieurs pays, notamment aux États-Unis, dès 2020. Les membres de l'alliance collaboreront notamment à la planification de la production de véhicules et aux concepts d'application. Pizza Hut a déclaré pouvoir se servir à l'avenir d'e-Palette pour des livraisons autonomes, ou l'utiliser comme camion à pizza. CC  
   
   
 

Etats-Unis
Prologis a livré
33 clé en mains
en 2017
L'américain Prologis, qui annoncera ses résultats financiers annuels le 23 janvier prochain, aura connu une année 2017 faste. Le développeur et investisseur américain a en effet livré 33 clé en mains l'an dernier dont 13 durant le second semestre, totalisant ainsi 1,184 M m² et 436.600 m² de surface respectivement. Les bâtiments livrés au S2 se situaient en Californie (Ultra Beauty, Burlington Coast Factory), au Texas (PSAV), en Floride (SDV), aux Pays-Bas (trois clients dont XPO et Coolblue Holding), au Mexique (Cooper Tire, VF Outdoor), en Grande Bretagne (Gardman), en Espagne (ID Logistics), en Italie (DB Schenker) et en Slovaquie (Textile House). Prologis a d'autre part lancé 38 clé en mains sur l'année (représentant 1,1 Md$, 47% de ses investissements) dont 21 durant la 2ème moitié de l'année. Représentant une surface combinée de 626.000 m², ces derniers serviront des clients provenant de divers secteurs (retail, automobile, industrie manufacturière, logistique et média) et implantés en France, Italie, Espagne, Pologne, République Tchèque, Pays-Bas, Mexique, Etats-Unis et au Japon. PM  
   
  Prologis Park Zama 1 et Zama 2  
 

Pays-Bas
Kramp
s'automatise
avec Knapp
Leader européen de la pièce détachée agricole, Kramp fait évoluer plusieurs de ses installations logistiques. Au printemps dernier, ce groupe basé aux Pays-Bas avait mené un appel d'offres pour sélectionner un système à navettes destiné à certains de ses entrepôts, finalement remporté par Knapp. Finalisé courant décembre, l'accord porte sur l'équipement de deux centres de distribution, aux Pays-Bas et en Allemagne, de la solution OSR Shuttle Evo du fournisseur autrichien de systèmes automatisés intralogistiques. Pour Kramp, l'enjeu est de gagner en efficacité dans la gestion de plus de 500.000 références, tout en maitrisant ses coûts, pour des livraisons en J+1 à ses clients des secteurs de l'agriculture, de la motoculture, de la sylviculture ou du terrassement, ainsi qu'aux équipementiers recourant à ses services.
« L'OSR Shuttle Evo se caractérise par sa structure compacte avec un système de convoyage réduit. Le système est extensible et évolutif à souhait. Kramp a ainsi la possibilité d'agrandir le système en fonction de sa croissance future, un doublement étant même possible. », fait-on valoir chez Knapp, qui avait déjà déployé une solution d'automatisation sur un autre site de ce client, au Danemark. MR
 
 

ABONNEMENT GRATUIT : CLIQUEZ ICI
Le lien quotidien qui vous relie à la communauté Supply Chain
Si l'on vous a transféré cette lettre, n'hésitez pas à vous abonner.
Si vous êtes déjà abonné, n'hésitez pas à abonner (ou à faire abonner)
vos collaborateurs et amis.

 
 
Jean-Philippe Guillaume
Directeur des rédactions
Faites profiter la communauté logistique de vos « scoops »

écrivez à la rédaction : jph.guillaume@scmag.fr
Cette Newsletter touche quotidiennement 50.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique
à l'ensemble de la communauté logistique.
 
Contacts, POUR FAIRE PARAÎTRE DE LA PUBLICITÉ
dans « Supply Chain Magazine » (sur le Web ou dans le mensuel papier)
 

Nathalie Bier
Directrice de clientèle
Tél. 01 43 76 64 53
nathalie.bier@scmag.fr

Audrey Zugmeyer
Directrice de la publicité
Tél : 01 41 79 56 21
audrey.zugmeyer@scmag.fr
 
 
Pour modifier vos coordonnées, adressez un e-mail à : abonnement@scmag.fr  
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 
11 janvier 2018

JANVIER 2018

Mercredi 17
FORUM
DES ROIS DE LA
SUPPLY CHAIN
« 25 dossiers
en compétition ! »

Organisé par
SCMagazine
De 8h30 à 17h30
Salons de l'Aveyron
Paris Bercy 12e


PARTENAIRES
AU FORUM
DES ROIS DE LA
SUPPLY CHAIN

Mercredi 17
SOIRÉE
DES ROIS DE LA
SUPPLY CHAIN
Organisée par
SCMagazine
De 19h à 1h
Sur invitation
Musée des
Arts Forains
Paris Bercy 12e

PARTENAIRES