Partager sur
LinkedIn Twitter Facebook
 
Parier
sur le digital
pour conserver
le leadership


La semaine dernière, Carrefour dévoilait son plan de transformation visant d'une part à réduire ses coûts d'exploitation, et d'autre part à renforcer ses positions dans différents domaines comme l'e-commerce et les produits bio (voir NL n°2640). Pour atteindre ces objectifs, l'enseigne investit dans le digital et accélère la mise en œuvre de l'automatisation sur ses plates-formes logistiques. Lors de cette annonce, certains commentateurs ont surtout retenu le volet social (la suppression de 2.400 postes) et la recherche d'économies laissant entendre que le géant de la distribution pouvait connaître une période difficile. Il n'en n'est rien. Même si certains magasins faiblissent et que les pure players du e-commerce grignotent chaque année des parts de marché, force est de constater que Carrefour reste solide. Ce qui se passe aujourd'hui relève davantage d'une réorganisation en prévision des grandes batailles à venir, que d'une crise aigüe pour laquelle il faudrait trouver des remèdes. Les habitudes alimentaires évoluent, les modes de consommation se transforment, les comportements d'achat changent. Dans cet environnement mouvant et encore incertain, les distributeurs sont en quête d'un nouveau Graal : l'agilité. Etre capables de réagir très vite à la demande, anticiper les aléas, raccourcir les délais d'approvisionnement et de livraison, alléger les coûts d'exploitation... Carrefour l'a parfaitement compris. Il sait également qu'il va devoir faire face à de puissants acteurs mondiaux et que le combat se déroulera sur le terrain de l'adversaire. Peu importe. Il utilisera les mêmes armes. Exploitera l'avantage d'un maillage territorial très abouti pour déployer massivement l'omnicanalité. Et il s'appuiera sur le réseau de La Poste (avec Stuart) pour livrer partout, mieux et plus vite. Carrefour fait également le pari du digital : dans cet affrontement, qui ne vise pas moins que le leadership du commerce B2C de la prochaine décennie, c'est de toute évidence l'un des enjeux majeurs qui conditionnera la réussite de l'ensemble du projet. Avec la Supply Chain, bien sûr ! JPG
 
 
 
 
Ports
Marseille-Fos
a bien tenu
le choc
de 2017
C'était attendu, l'arrêt fin 2016 de l'activité de raffinage de pétrole brut de l'usine Total de la Mède a fortement impacté le trafic de vracs liquides du Port de Marseille-Fos, en recul de 5% en 2017, à 46,5 Mt. Mais la stratégie de diversification engagée depuis longtemps semble avoir porté ses fruits puisque que l'ensemble des autres filières du fret sont en hausse, ce qui donne au final un trafic total sensiblement au même niveau que celui des deux années précédentes : 80,6 Mt de trafic traité sur les deux bassins, contre 81 Mt en 2016 et 81,7 Mt en 2015. Hors vracs liquides, le volume d'activité est en hausse de +8%. A noter la très belle progression de +10% du trafic conteneurs (en augmentation pour la sixième année consécutive), deux fois plus importante que la moyenne des ports européens, avec 1,4 M EVP (équivalents vingt pieds) de conteneurs traités (dont moins de 5% en transbordement). Le trafic véhicules neufs est également en forte croissance, à +18% (+30.000 unités en 2017). Le nombre de conteneurs expédiés ou acheminés par voie ferroviaire au port a battu un record en 2017 : 140.000 EVP (+14%) alors que dans le même temps, côté fluvial, on observe un léger repli (-5%), à 79.000 EVP. (voir suite) JLR  
   
 
Ports (suite)
Des
investissements
en 2018 dans
la logistique
à Marseille
Christine Cabau Woehrel, la Présidente du Directoire du Port de Marseille Fos, ne le cache pas : l'un des objectifs affichés du port pour 2025 est d'atteindre un trafic conteneurs de 3 M EVP (contre 1,4 MEVP aujourd'hui). Pour cela, un certain nombre de travaux devront être prochainement réalisés pour faciliter la logistique des conteneurs et leur expédition par transport massifié, par fer ou par le fleuve. La phase 1 de la modernisation des infrastructures du terminal ferroviaire de Mourepiane, sur le bassin Est (enveloppe de 13 M€), a été lancée. Cela facilitera le traitement des conteneurs en accueillant des trains complets, sans nécessiter de manœuvres supplémentaires. Sur le bassin Ouest, un projet de facilitation de l'accès des trains en arrière des terminaux à conteneurs sera également présenté dans deux mois au Conseil de surveillance du port (enveloppe : environ 20 M€). Sans oublier le démarrage cette année des travaux de comblement de la fameuse « rotule » de Fos 2XL, qui fera gagner 280 m de quais à 16 m de tirant d'eau (30 M€ d'investissements). Sur le segment de la logistique pure, l'année 2017 a été exceptionnelle, avec le développement et/ou la commercialisation de 55 hectares sur le Port, dont les projets WLife (entrepôt de 60.000 m2), Virtuo (70.000 m2), Mediaco Vrac (70.000 m2 d'entrepôts supplémentaires) et Idec Life (130.000 m2 commercialisés sur le site de la Feuillane). L'année 2018 s'annonce du même tonneau : XPO Logistics va ouvrir dans quelques semaines un entrepôt de 45.000 m2 pour son client Electro Dépôt (groupe Mulliez), 50 ha vont être commercialisés au nord du site de la Feuillane (l'appel à projet a été lancé fin 2017), un appel à manifestation d'intérêt a été lancé sur un terrain de 11 ha au nord de la darse 3, pour les véhicules neufs, et un projet est à l'étude pour développer une nouvelle zone de service portuaire (ZSP2 ), de 28 hectares, autour des terminaux à conteneurs, afin de satisfaire à la demande d'extension de dépôts pour les conteneurs vides. JLR
 
   
 
 
 
Ports
Dunkerque
passe le cap
symbolique
des 50 Mt
de trafic
Le trafic 2017 du port de Dunkerque, troisième place portuaire française, est en progression de +3% par rapport à l'année précédente, à 50,4 Mt. Sur ce total, les marchandises diverses accusent un retrait de -9% à 20,55 Mt, en raison notamment d'une baisse du trafic transmanche et des importations de bananes (la production aux Antilles ayant été fortement affectée par les ouragans) et ce malgré un nouveau record du trafic conteneurs, avec une croissance de +10% à 374.000 EVP. Les vracs solides se portent bien : 24,55 MT, soit une augmentation de 11%, à mettre notamment à l'actif de fonctionnement à plein régime de l'usine dunkerquoise d'ArcelorMittal, après des arrêts partiels pour maintenance en 2015 et 2016. Quant aux vracs liquides, après des années difficiles depuis la fermeture des raffineries SRD et Total, ils bénéficient désormais de la mise en service du terminal méthanier, avec un trafic qui renaît : 1, 3 Mt, soit une hausse de de 230% par rapport à 2016 ! L'année écoulée a vu le lancement des travaux d'extension du quai de Flandre au Port Ouest (plus de 60 M€ d'investissements), qui permettront de développer encore davantage la filière « conteneurs », avec plus de 1.800 m de quais en eaux profondes. La mise en service de cette extension est prévue dès cette année. JLR  
   
 
Logistique
urbaine
La plate-forme
collaborative
Urbantz
récompensée
pour son
innovation
La start-up belge Urbantz est l'un des trois lauréats de l'édition 2018 du concours « Rise - Innovative Starters », organisé depuis 7 ans par l'Institut bruxellois pour la Recherche & l'Innovation. Ce prix n'est pas qu'honorifique, puisqu'il s'accompagne d'une subvention de 500.000 € destiné à soutenir financièrement le plan stratégique d'innovation de la société. Fondée en 2015, Urbantz a développé une plate-forme collaborative de gestion des processus du premier et du dernier kilomètre, qui permet de réceptionner les commandes, de créer les meilleures tournées de livraison (moins de CO2, moins de km), de les préparer, de les suivre en temps réel à partir d'une appli smartphone, et de communiquer avec les clients finaux. « Avec le soutien et la reconnaissance d'Innoviris, nous allons pouvoir continuer à innover en intégrant les dernières avancées de l'intelligence artificielle. Et répondre ainsi aux nouveaux enjeux technologiques de la supply chain » a déclaré Michael Darchambeau, l'un de ses fondateurs. JLR  
   
  Michael Darchambeau (au centre), le fondateur d'Urbantz, entouré d'une partie de son équipe.  
 
Economie
circulaire
100%
de bouteilles
recyclées pour
Evian en 2025
Evian, filiale de Danone Waters, s'est engagé à produire des bouteilles d'eau 100% recyclées et recyclables d'ici 2025. Actuellement, seulement 25% du plastique utilisé dans la production des bouteilles est recyclé, le processus utilisé par Evian ne permettant que trois recyclages avant que ne se détériore la qualité du matériau. Pour y remédier, Evian s'associera à Loop Industries dont la technologie permet de conserver la qualité du plastique à l'infini (du moins en théorie). « Nous souhaitons adopter un modèle circulaire où 100% de nos bouteilles en plastique redeviendront des bouteilles. Cela permettra au plastique d'évoluer de l'état de déchet à celui d'une ressource valorisée » a indiqué Patricia Oliva, Directrice Marque Monde d'Evian à l'agence Reuters. Cette initiative, qui représente un investissement « significatif », fait suite aux travaux de rénovation de son site d'embouteillage d'Evian-les-Bains, des travaux achevés en septembre dernier après 6 ans de transformation et qui ont coûté 280 M€. PM  
   
   
 
Nomination
Vincent Dulak
en charge
des opérations
Région Sud de
DHL SC France
La nomination est effective depuis le 2 janvier : Vincent Dulak a rejoint DHL Supply Chain France en qualité de Directeur des Opérations Région Sud. Il reporte directement à Laurent Massin-Le Goff, le Pdg de DHL Supply Chain France et fait partie du comité de direction. Vincent Dulak était Directeur régional des opérations de la zone Rhône-Alpes chez ID Logistics, groupe dans lequel il a commencé sa carrière en 2006, à différents postes opérationnels, dont directeur de site. Il est titulaire d'un Master 2 en management logistique en milieu international (MALO) de l'Université Aix Marseille. JLR  
 
ACTUS INTERNATIONALES  


Japon/
Etats-Unis
Rakuten
et Walmart
s'associent
Décidemment les alliances omni-canal vont bon train dans l'univers du Retail. La dernière en date est celle du distributeur américain Walmart avec le e-commerçant japonais Rakuten (société mère de PriceMinister). Un service d'épicerie en ligne dénommé Rakuten Seiyu Netsuper verra le jour au Japon au second semestre de 2018. Il sera géré conjointement par Rakuten et Seiyu GK (une chaîne de supermarchés japonaise appartenant à Walmart). La logistique s'appuiera à la fois sur les magasins Seiyu répartis dans le pays ainsi que sur un nouvel entrepôt entièrement dédié à cette activité qui devrait ouvrir prochainement. Par ailleurs, le partenariat porte aussi sur les liseuses numériques Kobo (une entreprise canadienne rachetée en 2012 par Rakuten) dont Walmart devient le distributeur officiel aux Etats-Unis. L'enseigne américaine commercialisera également le large catalogue de livres audio et numériques proposés par Kobo. Cette initiative suffira-t-elle à ébranler Amazon et ses célèbres liseuses Kindle ? JF  
 

Espagne
L'amélioration
continue gérée
par une appli
web
Le cabinet de consulting espagnol Global Lean vient de lancer A3 Kaizen, une application web dédiée à « la planification et au suivi de l'amélioration continue ». Cet outil doit faciliter la mise en oeuvre des préceptes du Lean, l'idée consistant à relier l'ensemble des groupes de travail et à concentrer l'intégralité des informations en un espace virtuel unique afin de gérer et de suivre à tout moment et depuis n'importe où dans l'entreprise, ses procédures, ses projets ou « événements Kaizen » et l'avancement des objectifs d'amélioration. « L'application est disponible en espagnol et en anglais et sa commercialisation n'est pas uniquement réservée au marché espagnol » précise Ricardo Catelli, Directeur Général de Global Lean. PM  
 

ABONNEMENT GRATUIT : CLIQUEZ ICI
Le lien quotidien qui vous relie à la communauté Supply Chain
Si l'on vous a transféré cette lettre, n'hésitez pas à vous abonner.
Si vous êtes déjà abonné, n'hésitez pas à abonner (ou à faire abonner)
vos collaborateurs et amis.

 
 
Jean-Philippe Guillaume
Directeur des rédactions
Faites profiter la communauté logistique de vos « scoops »

écrivez à la rédaction : jph.guillaume@scmag.fr
ou : jean-luc.rognon@scmag.fr
Cette Newsletter touche quotidiennement 50.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique
à l'ensemble de la communauté logistique.
 
Contacts, POUR FAIRE PARAÎTRE DE LA PUBLICITÉ
dans « Supply Chain Magazine » (sur le Web ou dans le mensuel papier)
 

Nathalie Bier
Directrice de clientèle
Tél. 01 43 76 64 53
nathalie.bier@scmag.fr

Audrey Zugmeyer
Directrice de la publicité
Tél : 01 41 79 56 21
audrey.zugmeyer@scmag.fr
 
 
Pour modifier vos coordonnées, adressez un e-mail à : abonnement@scmag.fr  
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 
29 janvier 2018

FÉVRIER 2018

Jeudi 1er
Webinar
FORIZONS
« Améliorez
la performance
économique et
opérationnelle
de vos flux
logistiques
par la
digitalisation »

De 14h à 15h

MARS 2018

Mardi 20 au
vendredi 23
SITL
Europe 2018/ Intralogistics
Europe

Parc des
expositions
Paris Nord
Villepinte
Hall 6 AVRIL 2018


Jeudi 5

Soirée de Gala
de l'Agora du
Supply Chain
Management

Pavillon
d'Armenonville
Paris 16e


Lundi 23 au
vendredi 27

CeMAT 2018
Hanovre
Allemagne