Partager sur
LinkedIn Twitter Facebook
Logistique
urbaine
Le vrai
redémarrage
du CMDU
de Lille
Alors que le trafic global des ports de Lille a progressé de 11,74% l'année dernière pour atteindre 7,8 millions de tonnes, soit la 3e meilleure année de son histoire, le Centre multimodal de distribution urbaine (CMDU) a, lui, raté son démarrage. « Nous avons fait une erreur et nous l'avons payé cash », n'a pas caché Philippe Hourdain, président de la CCI des Hauts-de-France et des Ports de Lille. Lancé en 2015, la gestion du CMDU avait été confiée à une société commune créée par Véolia (pour le recyclage et de la valorisation des déchets en reverse) et Rave (pour le transport et la logistique des stocks déportés de proximité des commerçants). Sauf que la gestion du CMDU nécessitait une personnalisation de l'offre « que n'ont pas pu fournir ces grandes entreprises aux processus très complexes ». Même si Véolia a relancé entre temps le service (voir NL n°2617), le résultat n'a pas été au rendez-vous. Dans le viseur : la promotion de ce service auprès des commerçants de la métropole. Conséquence, le contrat a été dénoncé et c'est finalement la PME Oxipio, spécialiste du stockage de proximité et de livraison en juste à temps via des triporteurs à assistance électrique et des camions fonctionnant au GNC qui a remporté le marché.
« Nous arrivons aujourd'hui jusqu'à 2.000 colis par jour soit 40.000 colis par mois, qui était l'objectif fixé au bout de la 3e année d'exploitation »
, a noté Alain Lefebvre, directeur général des Ports de Lille. Le CMDU envisage d'ailleurs le doublement de sa surface actuelle de 2.500 m2, en réfléchissant à intégrer l'approvisionnement par voie fluviale ou ferroviaire. Dans la seconde zone du CMDU, les 70 conteneurs d'Urbabox de la société StockNord, qui permettent aux artisans de louer des conteneurs pour y déposer leur matériel, affichent complet. GD
Photo ©Ports de Lille
 
   
 
 
 
Fluvial
Les explications
de VNF sur la
baisse du trafic
conteneurs


Alors que le trafic conteneurisé a battu des records l'année passée dans les ports du Havre, de Marseille et de Dunkerque, comment se fait-il que les trafics fluviaux de conteneurs aient baissé en France de -2,4% en 2017, à 560.000 EVP ? Ce ralentissement de trafic se concentre en fait sur les bassins Seine-Oise et Rhône-Saône, avec des baisses respectives de -6,6% (à 235.000 EVP) et de -6,2% (à 87.000 EVP), le bassin Nord connaissant a contrario une hausse de trafic de conteneurs de +6,6% (à 94.000 EVP). Lors de la présentation du bilan du trafic fluvial 2017, VNF (Voies Navigables de France) a avancé quelques pistes, différentes selon les bassins, pour tenter de comprendre. En ce qui concerne le bassin Seine Oise, l'explication porte sur trois phénomènes : le fait que les navires maritimes qui transitent entre le Havre et Rouen ne sont pas comptabilisés dans les chiffres (cela représenterait 10.000 EVP, ce qui comblerait les deux tiers de la baisse constatée), la restriction du nombre de conteneurs empilés sur les bateaux sur à un accident sur le Pont du Hode, et les tarifs de passage et coûts de manutention « considérablement plus élevés » que pour le routier et le ferroviaire dans les ports du Havre, mais aussi de Marseille (mais pas à Dunkerque). Sur le bassin rhodanien, outre cette dernière remarque sur le manque d'attractivité des tarifs de manutention des conteneurs fluviaux, la principale cause avancée par VNF pour la baisse du trafic est liée au partage des mêmes quais à Fos pour le chargement et déchargement des navires (maritimes) et des bateaux (fluviaux). « La très forte concurrence entre maritime et fluvial sur des installations partagées notamment sur le bord à quai fait que la croissance des trafics de conteneurs maritimes induit une baisse de fiabilité des services fluviaux » a déclaré Thierry Guimbaud, le Directeur général de VNF. JLR
Photo : Thierry Guimbaud, Directeur Général
de VNF ©Pierre Dewimille
 
 
Nomination
Nouveau
Directeur
Opérations & SC
chez Alliance
Healthcare

En fin d'année dernière, Guillaume Renard a été nommé Directeur des Opérations & Supply Chain d'Alliance Healthcare France. Une fonction-clé chez ce spécialiste de la répartition pharmaceutique et de la distribution de produits et services de santé, qui appartient au géant mondial Walgreens Boots Alliance. Il prend ainsi la tête d'une équipe de 2.400 personnes et reportera en direct à Filippo D'Ambrogi, PDG d'Alliance Healthcare France. A 41 ans, Guillaume Renard arrive en provenance du groupe Geodis, où il a exercé pendant deux ans en tant que directeur des opérations. Auparavant, cet ingénieur diplômé de l'ENSIAME de Valenciennes a effectué tout son parcours dans des fonctions logistique et supply chain. En 2000, il avait débuté sa carrière chez Jacobs Serete, une branche du groupe américain d'ingénierie Jacobs Engineering, en tant qu'ingénieur Projets logistiques pour PSA. Ensuite, il est notamment passé au service Méthodes et transport des Galeries Lafayette, puis à la direction d'un site belge de Kuehne+Nagel. Il y a dix ans, il était devenu directeur logistique France et Suisse du grossiste informatique Tech Data, avant d'exercer chez DB Schenker entre 2013 et 2016, comme directeur des opérations au sein de l'activité de logistique contractuelle. MR
Photo : Guillaume Renard, Directeur Opérations et Supply Chain, Alliance Healthcare France
 
 
 
 
Avant-première
SITL
Le système
à navette
d'AR Racking en
démonstration

Fournisseur de solutions de stockage pour les charges lourdes et les « besoins spécifiques », AR Racking sera présent sur le salon Intralogistics 2018, dans le cadre de la SITL qui se tient du 20 au 23 mars prochain. La société fait valoir son offre globale, sa gamme de services allant de la conception à la mise en service, et sa capacité à accompagner toutes les phases des projets de ses clients visant l'augmentation de la compétitivité et de la performance de leurs installations. En pratique, AR Racking présentera sur place le fonctionnement de son système à navette, l'AR Shuttle, dédié au stockage compact à haute densité et conçu pour tirer un maximum de profit de l'espace et de la hauteur disponible en entrepôt. Le système permet le chargement et la récupération automatique de palettes en continu en utilisant un système de commande à distance, ce qui réduit considérablement la marge d'erreur et permet une meilleure gestion du stock. AR Racking mentionne aussi le gain en sécurité dans la manipulation des charges et l'optimisation des coûts de maintenance. Rappelons que la société appartient au groupe espagnol Arania et qu'elle exporte plus de 85% de sa production, via son réseau commercial actif dans plus de 40 pays.
A voir au sein d'Intralogistics dans le Hall 6,
sur le stand M105
 
   
 
RFID
Bientôt une
offre packagée
autour
de Fabtracer
La société lyonnaise Tag Product déploie depuis plusieurs années une solution de gestion logistique RFID dénommée Fabtracer, conçue pour répondre aux besoins des industriels et distributeurs en authentification des produits, suivi et traçabilité des flux de marchandises et gestion des stocks. La solution s'appuie sur une application logicielle (collecte, historisation et traitement des données) qui dialogue avec les équipements RFID (imprimantes portiques, mâts, lecteurs, smartphone industriel) et les autres progiciels de l'entreprise. « Nous travaillons actuellement sur une application packagée, qui devrait sortir d'ici quelques mois, qui permettra au client de choisir les différentes fonctionnalités à mettre en place via une interface utilisateur standard » nous a confié Laurent Toux, Directeur commercial chez Tag Product. Il s'agissait jusqu'à présent d'un socle applicatif, faisant appel à différents modules techniques, et qui devait être adapté aux besoins du cahier des charges des clients (parmi lesquels Algeco, Carbone Savoie, Verallia, Dachser et Rossignol). JLR
Photo ©Tag Product
 
   
 
 
 
Maritime
L'embellie
se confirme
pour les
armateurs
Les bénéfices cumulés des acteurs du transport maritime auraient atteint 7 Md$ en 2017, selon les analystes de Drury Supply Chain Advisors. Ces derniers prédisent une année 2018 du même tonneau malgré la croissance continue des capacités au niveau mondial, qui ont atteint 20,98 M d'EVP l'an dernier (+10,8%). Ceci s'explique par la bonne tenue des échanges internationaux, qui devrait se traduire par une croissance de 4,3% en 2018 des volumes pour le secteur maritime. Les tarifs spot suivent également cette tendance haussière, le transport d'un conteneur EVP au départ de l'Asie se négocie actuellement au Shanghai Containerized Freight Index à 912 US $ en direction de l'Europe du Nord et 797 $ (+3,2%) vers la Méditerranée. PM  
   
 
INFOS INTERNATIONALES  

Belgique
Parker Hannifin
renouvelle
sa confiance à
Savoye
A l'automne dernier, Savoye a mis en route le système de convoyeurs au cœur du nouveau centre de distribution de Parker Hannifin à Herstal, en Wallonie. Géant mondial des technologies du mouvement et du contrôle, ce dernier venait de transférer vers un nouveau bâtiment de 10.000 m² le hub belge de sa division Fluid Systems & Connectors Europe, d'où sont expédiés partout dans le monde les produits de quatre sites de production en France et en Espagne. En 2005, Savoye avait déjà équipé d'un convoyeur couplé au WMS LM7 d'A-Sis la précédente plate-forme de Parker, située à 3 km au sein du même parc industriel. « Nous souhaitions conserver le WMS mais nous avons jugé plus sûr et moins onéreux d'acheter un nouveau convoyeur plutôt que de déplacer le précédent », explique Olivier Deuse, responsable du centre de distribution d'Herstal. En mars 2017, il signe avec Savoye pour l'installation de sa nouvelle génération de convoyeurs, Intelis Convey, présentant l'avantage d'une moindre consommation en électricité et d'une modularité permettant d'augmenter aisément sa capacité. L'installation comporte 4 gares de préparation, un système de tri 3 voies ainsi qu'une station de contrôle pondéral. Le tout ayant été livré prêt à être installé et interconnecté, pour une installation dans les meilleurs délais en plug & play. Le système est au cœur d'une zone de picking mécanisé regroupant environ 7.500 références, et il est piloté par le même WMS LM7, qui communique également avec l'ERP et les transporteurs, et son WCS associé. « Ce triptyque convoyeur - WMS - WCS constitue un réel avantage stratégique. 60% de notre portefeuille à expédier tombe dans notre système le jour du départ, les dernières commandes étant prises en charge vers 15h30 pour une clôture à 17h. Savoye et A-SIS proposent une solution intégrée, nous permettant d'atteindre notre objectif majeur : assurer, par une réactivité sans faille, une expérience Client de premier ordre, grâce à un outil robuste, fiable et éprouvé », assure Olivier Deuse. MR  
   
 

Allemagne
Marc O' Polo
prolonge avec
Arvato


Cela fait depuis 2010 que le prestataire logistique Arvato SCM Solutions travaille pour Marc O'Polo. L'enseigne de mode vient juste de signer un prolongement du contrat pour « plusieurs années ». Les prestations, qui sont assurées par le centre de distribution Arvato de Dortmund (32.000 m2), portent notamment sur l'entreposage, la préparation de commandes, l'expédition des produits de la boutique en ligne vers 20 pays (en Europe, mais aussi en Russie et en Chine), ainsi que des services à valeur ajoutée tel que la couture sur les vêtements d'étiquettes spécifiques selon les destinations. Le partenariat entre les deux sociétés s'est régulièrement étoffé au fil du temps. En 2015, Arvato a ainsi accompagné son client dans la mise en place et l'intégration de processus omnicanaux tels que le « click & collect » et le « reserve & collect ». Outre son offre e-commerce, Marc O'Polo s'appuie en effet sur 2.437 magasins, dont 110 en propre, 190 franchisés et 2.137 points de vente partenaires.
Le périmètre de la prestation d'Arvato s'étend également à la gestion des retours, au service client et aux services financiers, ainsi qu'à la gestion des programmes de fidélité pour son client. Depuis septembre 2017, il a également en charge la logistique des outlets (fins de série). JLR
 
 
 

ABONNEMENT GRATUIT : CLIQUEZ ICI
Le lien quotidien qui vous relie à la communauté Supply Chain
Si l'on vous a transféré cette lettre, n'hésitez pas à vous abonner.
Si vous êtes déjà abonné, n'hésitez pas à abonner (ou à faire abonner)
vos collaborateurs et amis.

 
 
Faites profiter la communauté logistique de vos « scoops »
écrivez à la rédaction

Cette Newsletter touche quotidiennement 50.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble
de la communauté logistique.
 

Jean-Philippe Guillaume
Tél. 06 07 69 48 80
jph.guillaume@scmag.fr

Jean-Luc Rognon
Rédacteur en Chef de SCMagazine
Tél : 01 43 68 43 11
jean-luc.rognon@scmag.fr
 
 
Pour faire paraître de la publicité dans la NL, Supply Chain Magazine
ou sur le web, contactez-nous

 

Nathalie Bier

Directrice de clientèle
tel : 01 43 76 64 53
nathalie.bier@scmag.fr

Philippe Tesson

Directeur de Publicité
tel : 01 80 91 56 30
philippe.tesson@scmag.fr

Karine Dino

Chef de Publicité
tel : 01 48 93 26 87
karine.dino@scmag.fr
 
 
Pour modifier vos coordonnées, adressez un e-mail à : abonnement@scmag.fr  
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 
21 février 2018

MARS 2018

Mardi 20 au
vendredi 23
SITL
Europe 2018/ Intralogistics
Europe

Parc des
expositions
Paris Nord
Villepinte
Hall 6

Mardi 27
Journée DSCP
Dynasys
« Transformation
digitale : votre
Supply Chain
est-elle
tendance ? »

Partenaire :
SCMagazine
De 8h30 à 17h15
Palais Brongniart
Paris




AVRIL 2018


Jeudi 5

Soirée de Gala
de l'Agora du
Supply Chain
Management

Pavillon
d'Armenonville
Paris 16e


Lundi 23 au
vendredi 27

CeMAT 2018
Hanovre
Allemagne