Partager sur
LinkedIn Twitter Facebook
 

Et si l'on
revenait aux
fondamentaux ?
Percutés de plein fouet par la transformation digitale, emportées dans le tourbillon des nouvelles technologies, soumises à la nécessité de répondre aux enjeux de l'omnicanalité et placées dans l'obligation d'adapter leurs organisations au nouveau contexte concurrentiel, les entreprises en viennent parfois à en oublier les fondamentaux de la Supply Chain. Et c'est d'une certaine manière presque naturel : lorsque l'on se focalise sur des projets éminemment stratégiques et que l'on mobilise d'énormes sommes d'argent dans le big data, l'automatisation et les systèmes d'informations, on a tendance à perdre de vue, non seulement les principes qui conditionnent l'optimisation des flux de bout en bout d'une Supply Chain, mais également la réalité des chiffres en les interprétant de manière erronée ou partielle : « les dirigeants se trompent souvent sur le sens de leur propre indicateurs. Du coup ils ont une vision des opérations qui est différente de la réalité », nous confiait la semaine dernière Hervé Hillion du cabinet Say Partners (voir NL n°2659). Et de préconiser, pour pallier les distorsions du fameux effet bullwhip, un retour au plus près de la source d'information. Cette réflexion, qui finalement ne vise qu'à appliquer un des grands principes du métier, fait écho aux différents rappels des organisations professionnels (Aslog, Fapics...) qui dans leurs publications ou leurs conférences soulignent plus que jamais la nécessité d'appliquer les règles fondatrices. Certes, de temps en temps, le Lean revient à la mode, régulièrement des entreprises découvrent (ou redécouvrent) les vertus du S&OP. Les autres reviendront sur la méthode ABC ou sur les principes qui conditionnent une bonne prévision et un niveau de stock optimum. Pour autant, tout ce que l'on croyait acquis et assimilé ne l'est jamais définitivement. C'est pourquoi il n'est pas inutile de dire et de répéter : le Supply Chain Management repose sur des piliers sans lesquels l'édifice ne peut tenir. Dès lors, il n'est pas vain de relire parfois les ouvrages de référence et de se rafraîchir les neurones au sein des clubs ou des associations professionnelles. Nous avons la chance aujourd'hui de vivre d'importantes mutations et de pouvoir bénéficier de l'apport de puissants outils. Alors regardons émerveillés les promesses d'un ciel lumineux qui brille de mille étoiles, mais gardons l'équilibre, les pieds posés bien à plat sur le solide plancher de nos bonnes vielles palettes. JPG  
 
 
 
Traçabilité
Ethikchain vise
la transparence
de la chaîne
logistique
alimentaire

Créée en septembre 2017, la tout jeune start-up française Ethikchain profite du Salon International de l'Agriculture (SIA 2018), qui a ouvert ses portes à Paris ce week-end, pour dévoiler une version beta d'une application web et mobile visant à garantir une traçabilité sécurisée et une transparence totale dans la chaîne d'approvisionnement des produits agro-alimentaires. Elle s'appuie sur la technologie blockchain de registre partagé pour enregistrer le parcours du produit à chaque étape de la distribution, en scannant le bon de livraison ou le bon de commande depuis l'application. « Nous permettons à tous les produits physiques de posséder une identité numérique qui prouve leur authenticité et leur origine tout au long de leur parcours, de la fourche à la fourchette » explique Nicolas Guarino, le Fondateur d'Ethikchain. L'application prévoit également le paiement instantané du producteur après réception de la marchandise par le distributeur en utilisant des « smart contracts », ces procédures programmées « au-dessus » de la blockchain, qui établissent, entre plusieurs parties des règles qui ne peuvent plus être modifi ées a posteriori et qui entraînent l'exécution automatique d'une ligne de code si certains évènements sont vérifiés. La commercialisation d'Ethikchain est prévue pour le mois de mai 2018. La start-up cible le marché des producteurs en circuit-court, des producteurs de viande bio, des distributeurs bovins et des distributeurs viticoles français vers l'Asie. Elle vise le million d'utilisateurs pour un CA de 500.000€ d'ici la fin 2019. JLR  
 
Lutte contre
les TMS
Un
ergosquelette
qui tient debout
chez
FM Logistic

« Chairless chair », la chaise sans chaise, est une solution développée par la start-up suisse Noonee qui fait actuellement l'objet de tests chez FM Logistic, sur sa plate-forme de Château‐Thierry (02), pour certains postes de travail en station debout de son atelier de conditionnement à façon. D'un poids total de 3 kg, il s'agit d'un exosquelette, rebaptisé « ergosquelette », composé d'un harnais à installer sur le haut du corps et de 2 supports pour les membres inférieurs. L'objectif est de réduire les sur‐sollicitations au niveau de la région lombaire et des jambes, sans entraver les courts déplacements dans l'entrepôt. C'est la première fois que ce dispositif, conçu à l'origine pour les chaînes d'assemblage automobile, est utilisé en logistique. Apparemment, les premiers tests sont positifs mais les essais scientifiques et techniques se poursuivent avec deux équipes d'utilisateurs testeurs pour mieux évaluer la valeur ajoutée du dispositif en termes de mieux‐être, de compatibilité avec les exigences des postes de travail, d'autonomie (mise en place de l'équipement sans aide extérieure), de stockage et de maintenance. Cependant, dans le reste de l'entrepôt, la solution de Noonee n'est pas adaptée aux longs déplacements de l'activité préparation de commandes. C'est pour cela que FM logistic travaille parallèlement avec l'UTC Compiègne pour imaginer son propre dispositif d'aide à la manutention, s'appuyant sur un cahier des charges précis des mouvements réels des préparateurs. Ce travail préparatoire a été réalisé en juillet, lors d'une expérience de « motion capture » de douze préparateurs de commande volontaires, à l'aide de 18 caméras synchronisées installées dans l'entrepôt. JLR  
 
 
 
Avant-Première
SITL
Renault Trucks
met l'accent
sur le GNV
C'est son offre de véhicules au gaz naturel que Renault Trucks compte présenter à l'occasion de la SITL, qui se tient du 20 au 23 mars à Paris Nord Villepinte. Leur avantage par rapport au diesel : quasiment aucun rejet de particules, pas d'émissions de fumée et encore moins d'odeur. Le constructeur exposera notamment une version 19 tonnes de son D Wide CNG, sur le stand de l'Association Française du Gaz Naturel pour Véhicules. Ce porteur existe en plusieurs versions, à deux ou trois essieux mais toujours 2 roues motrices (4x2 ou 6x2), pour un tonnage pouvant atteindre les 26 tonnes. En version CNG (Compressed Natural Gas) l'équivalent du GNV francophone (Gaz Naturel pour Véhicules), toute cette gamme fonctionne aussi bien au gaz naturel qu'au biométhane carburant (ou biogaz), ce dernier étant une énergie renouvelable produite à partir de matières organiques. A la clé : une réduction des émissions CO2 pouvant atteindre 70% par rapport au diesel. La maniabilité est évidemment plus importante en version 4x2, et rend ce D Wide particulièrement adapté aux métiers de la distribution en milieu urbain, d'autant qu'il peut circuler dans les zones dont l'accès est limité aux véhicules propres.
Avoir au sein du Hall 6, sur le stand E136
de l'Association Française du Gaz Naturel
pour Véhicules (AFGNV)
 
   
 
Plate-forme
Transport
L'Oréal sécurise
ses pics
d'expédition via
Chronotruck
Afin de garantir un taux de livraison de 100% à ses distributeurs même lors des pics d'activité, L'Oréal France Grand Public utilise les services de la plate-forme Chronotruck. Cette collaboration a débuté avant l'été 2017 au sein de cette division en charge des produits distribués par les circuits de la grande distribution (notamment sous marque L'Oréal Paris, Garnier ou Maybelline). Les volumes concernés et la logique de flux tendus lui imposent d'avoir une logistique performante, qui repose d'abord sur ses accords avec des transporteurs nationaux et régionaux. Mais en période de suractivité, certaines expéditions complémentaires sont désormais confiées à Chronotruck, pour la réactivité que permet sa solution qui géolocalise les transporteurs disponibles à l'instant t à proximité des lieux d'expédition. La demande leur est immédiatement proposée via des notifications en mode "push". « Cette façon de procéder maximise les chances de trouver un chauffeur dans les plus brefs délais, et est bien moins fastidieuse et chronophage que les méthodes traditionnelles employées par les entreprises, qui consistent notamment à appeler un à un les différents transporteurs référencés », fait valoir le « commissionnaire numérique » dans un communiqué. Sans compter que la négociation est réduite, le prix étant déjà fixé via la plate-forme à un prix d'autant plus compétitif que le transporteur n'a pas à affréter un véhicule dédié. Encore faut-il qu'un transporteur utilisateur de Chronotruck se manifeste, même si une mission confiée par L'Oréal début janvier et citée en exemple a trouvé preneur en 4 minutes, pour une livraison le lendemain matin à 7h45. MR
 
 
 
 
Gestion de
la conformité
GT Nexus se
rapproche
d'Integration
Point
En signant un partenariat avec Integration Point, GT Nexus (Infor) ajoute à ses capacités de gestion des flux celle de la gestion des données de conformité apportée par ce fournisseur de solutions de gestion des échanges commerciaux au niveau mondial (Global Trade Management - GTM). Les deux entreprises affirment ainsi proposer la solution de GTM la plus complète du marché, intégrant notamment la logistique, le financement et le contenu des activités commerciales, la conformité, le dépôt des formulaires ou encore l'optimisation des obligations douanières. D'après Kurt Cavano, Président d'Infor GT Nexus Commerce Network : « La conformité des opérations commerciales revêt un caractère encore plus stratégique dès lors que vous les connectez aux processus de votre chaîne logistique. Les entreprises subissent souvent des retards au niveau du chargement en raison de systèmes et de processus inefficaces ; elles sont ainsi parfois contraintes de payer un surcoût au niveau de leurs droits et obligations car elles ne disposent pas de programmes ou de systèmes d'optimisation capables de réduire les frais qui en découlent ». Ensemble, Infor et Integration Point connectent des utilisateurs présents dans 206 pays à travers le monde. PM  
 
INFOS INTERNATIONALES  

Royaume-Uni
Une future
plate-forme
multi-
température
CMA CGM
sur le London
Gateway
Le Groupe CMA CGM investit dans la construction d'une plateforme logistique réfrigérée sur la zone DP World London Gateway Logistics Park, le long de la Tamise, à une quarantaine de km du centre de la capitale britannique. La construction de bâtiment multi-température de 10.000 m2, qui fera l'objet d'un bail à long terme auprès de DP World (contrat Build-to-Suit), va commencer dans le courant de cette année pour une mise en service opérationnel prévue au début de l'été 2019. Avec ce nouvel outil, CMA CGM entend élargir la gamme de services qu'il offrira à ses clients, outre le stockage des produits frais et surgelés : contrôle qualité, emballage, tri, étiquetage, mise en sac ou palettisation, mais aussi services de dédouanement, et livraison du dernier kilomètre. CMA CGM est le deuxième transporteur maritime au monde de conteneurs reefer. Ces deux derniers mois, le groupe a concentré sur la London Gateway les arrivées de ses navires venant de l'hémisphère sud avec cargaison sous température dirigée à destination du Royaume-Uni. Sept services CMA CGM y accostent, en provenance des Caraïbes, d'Australie, de Nouvelle-Zélande, d'Inde et d'Amérique du Sud. JLR
Photo ©CMA CGM
 
   
 

Nicaragua
Un canal jeté
aux oubliettes
Annoncé en grande pompe en juin 2013 par le président Ortega, le projet du Canal de Nicaragua (voir NL n°1651) est semble-t-il mort en enterré. Pour une raison simple : Wang Jin, propriétaire du conglomérat HKND qui avait décroché le contrat de construction ainsi qu'une concession de 50 ans renouvelable, a perdu la majorité de sa fortune (10 Md$) en 2015, soit un an après le début des travaux selon Bloomberg. Pire, il a même disparu de la circulation depuis : « C'est un fantôme, on ne l'a plus revu », a indiqué à l'AFP l'avocate spécialisée en environnement Monica Lopez. On apprend par ailleurs que les études de faisabilité financière, réalisées selon HKND par le cabinet McKinsey, n'ont jamais été publiées, ce qui fait sourire au regard du budget affiché : 40 Md€. Pour l'heure, la construction des autoroutes d'accès au canal, sur la côte Pacifique sud, est suspendue, de même que les travaux d'excavation démarrés en 2016. Pour ne rien arranger, la Chine ne montre plus le moindre intérêt pour ce projet.
Le gouvernement lui-même semble s'être résigné et parle, selon l'agence de presse nicaraguayenne La Prensa, de construire un port en eau profonde à Bluefields, dans le sud-est du pays. Cette nouvelle devrait réjouir les nombreuses associations qui s'étaient opposées à ce projet pour des raisons écologiques. PM
 
 

ABONNEMENT GRATUIT : CLIQUEZ ICI
Le lien quotidien qui vous relie à la communauté Supply Chain
Si l'on vous a transféré cette lettre, n'hésitez pas à vous abonner.
Si vous êtes déjà abonné, n'hésitez pas à abonner (ou à faire abonner)
vos collaborateurs et amis.

 
 
Faites profiter la communauté logistique de vos « scoops »
écrivez à la rédaction

Cette Newsletter touche quotidiennement 50.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble
de la communauté logistique.
 

Jean-Philippe Guillaume
Tél. 06 07 69 48 80
jph.guillaume@scmag.fr

Jean-Luc Rognon
Rédacteur en Chef de SCMagazine
Tél : 01 43 68 43 11
jean-luc.rognon@scmag.fr
 
 
Pour faire paraître de la publicité dans la NL, Supply Chain Magazine
ou sur le web, contactez-nous

 

Nathalie Bier

Directrice de clientèle
tel : 01 43 76 64 53
nathalie.bier@scmag.fr

Philippe Tesson

Directeur de Publicité
tel : 01 80 91 56 30
philippe.tesson@scmag.fr

Karine Dino

Chef de Publicité
tel : 01 48 93 26 87
karine.dino@scmag.fr
 
 
Pour modifier vos coordonnées, adressez un e-mail à : abonnement@scmag.fr  
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 
26 février 2018

MARS 2018

Mardi 20 au
vendredi 23
SITL
Europe 2018/ Intralogistics
Europe

Parc des
expositions
Paris Nord
Villepinte
Hall 6

Mercredi 21
Journée TXTRetail
Thinking Retail
Symposium
« L'événement
Européen dédié
à la planification
Retail, au PLM
et la gestion de
la Supply Chain »

De 9h à 17h
Salons Hoche
Paris

Mardi 27
Journée DSCP
Dynasys
« Transformation
digitale : votre
Supply Chain
est-elle
tendance ? »

Partenaire :
SCMagazine
De 8h30 à 17h15
Palais Brongniart
Paris




AVRIL 2018


Jeudi 5

Soirée de Gala
de l'Agora du
Supply Chain
Management

Pavillon
d'Armenonville
Paris 16e


Lundi 23 au
vendredi 27

CeMAT 2018
Hanovre
Allemagne