Partager sur
LinkedIn Twitter Facebook
 
Quel avenir
nous réserve
l'IA ?
L'intelligence artificielle est-elle sans limite ? Et peut-elle s'imposer face au cerveau humain ? Les robots vont-ils prendre le pouvoir ? Combien de millions d'emplois seront-ils détruits ? Serons-nous dirigés par des super-ordinateurs ? Doit-on redouter une version cyber-technologique de la théorie du Grand Remplacement ? « Toutes ces questions ne sont que pur fantasme ! » balaye d'un revers de main Fabien Bardinet, président de l'entreprise Balyo, qui était mercredi dernier l'un des orateurs des « Rencontres Annuelles de Prologis », organisées sur le thème « robotique et l'Intelligence artificielle ». Pour ce spécialiste de la robotique, depuis le 19e siècle, la machine apporte du bien-être et soulage l'Homme des tâches les plus ingrates et les plus pénibles. Le nombre moyen d'heures de travail accompli par les salariés a diminué de façon considérable, et cela va sans doute continuer dans le futur. Car non seulement la robotique permet d'éradiquer la fatigue occasionnée par un travail harassant ou subi, mais en plus elle créé de la valeur. Dès lors, ce n'est pas la place des robots dans la société qui pose question, mais plutôt le partage de la richesse qu'ils génèrent. Si les robots ne votent pas, s'ils ne contestent pas, s'ils ne font pas grève... il n'en reste pas moins qu'ils devraient être au cœur d'une vraie réflexion sociétale et profondément idéologique. « Les enjeux sont considérables, et pourtant, très mal pris en compte par le monde politique », souligne pour sa part Alexandre Cadain, dirigeant d'Anima. Pour cet expert de l'IA, Conseiller à l'ONU, si la robotique est une composante de notre futur elle ne doit pas faire peur. A condition que l'on anticipe tous les impacts sur la société de demain et que l'on prenne en main cet avenir qui - qu'on le veuille ou non - sera ultra-robotisé. Les plus optimistes y verront un nouvel âge d'or. Les plus pessimistes un cauchemar absolu. Il existe de fortes chances pour que notre futur soit entre les deux. JPG
 
 
 
 
Inauguration
La Socara
regroupée sur
100.000 m²
en Isère…
La semaine dernière a été inauguré à l'est de Lyon le vaste complexe que s'est fait construire la Socara (Société Coopérative d'Approvisionnement Rhône-Alpes), l'une des 16 centrales d'achat du mouvement E.Leclerc. En pratique, cela fait un an que celle-ci a quitté son site historique de Saint-Fallavier pour Villette-d'Anthon (38), où elle a regroupé sur 52 hectares l'ensemble de ses activités tertiaires et logistiques, avec la possibilité de rapatrier en interne la partie de ces dernières confiée à des prestataires. Pour la Socara, 3e entreprise d'Isère avec ses 1,2 Md€ de CA, l'enjeu était de répondre à la multiplication de ses points de vente, 42 hypers/supers et 47 drives répartis sur 12 départements, et de gagner en efficacité et en flexibilité face à l'augmentation des volumes à livrer. Outre son nouveau siège social, le site comprend notamment un bâtiment en température dirigée de 21.000 m² (15.000 destinés aux produits frais, fruits et légumes, auxquels s'ajoutent 2 cellules de 3.000 m² en surgelé), un autre de 30.000 m² pour les produits saisonniers et les besoins logistiques ponctuels liés aux promotions, ainsi qu'un vaste entrepôt automatisé par Witron pour les produits grande consommation (voir la suite). Lancé début 2015 et achevé à l'automne dernier, le chantier aura mobilisé pas moins de 180 entreprises locales et régionales sous la maitrise d'œuvre du cabinet lyonnais HTC associé au cabinet d'architecture Soho. Le site emploie 450 salariés. MR  
   
 
Inauguration
(suite)
… et dotée
d'un entrepôt
automatisé
par Witron
La Socara a choisi de mécaniser l'activité PGC, et a retenu la formule d'automatisation complète des flux proposée par l'allemand Witron, comme trois autres centrales d'achat E.Leclerc avant elle. Le système assure le stockage/déstockage des marchandises et la préparation des commandes à destination des magasins et des drives. Il affiche une capacité de 65.000 palettes, pour 16.000 références de produits en provenance de 2.500 fournisseurs, et il assure l'expédition de 150.000 colis chaque jour.
« Comme sur les projets précédents, le principe est celui d'une véritable industrialisation de l'ensemble des process, sans injections ou tris manuels, même si chaque centrale d'achats a ses demandes particulières pour servir au mieux son réseau,
nous précise Jean-Marc Heilig, directeur France de Witron. La Socara aura été la première à bénéficier de la version 4.0 de notre système OMP, avec de sensibles améliorations mécaniques et technologiques à la clé, notamment en termes d'intelligence IT ou d'algorithmes pour encore plus de performance ». Le retour des magasins est très positif, selon lui, notamment sur la palettisation qui positionne les colis dans l'ordre de la mise en rayon, avec des modifications possibles jusqu'à 24h avant. De son côté, la Socara fait valoir le chargement optimisé des camions, qui doit permettre de réduire le trafic d'environ 15%. « Et les fournisseurs apprécient l'allègement des contraintes d'étiquetage, car les process reposent notamment sur l'identification des tablettes sur lesquelles sont chargées les marchandises, croisée avec des informations de pesée », ajoute Jean-Marc Heilig, en assurant que d'autres projets sont en cours d'installation ou d'étude au sein du réseau E.Leclerc. MR
Photo : ©Brice Robert
 
   
 
 
 
TMS
Une version
light de
DDS Shipper
DDS Logistics, lance une version « allégée » de son outil DDS Shipper. Ce produit packagé, baptisé Shipper Light, est principalement centré sur le contrôle de facturation. Facile à mettre en place, son rôle est de vérifier de façon automatique les factures de transport : Intégration des grilles tarifaires des transporteurs via un « template Excel », gestion simplifiée du calcul des tarifs, émission et validation des pré-factures, traitement et vérification automatiques des montants, envoi des avoirs… Via le portail web collaboratif, le transporteur valide lui-même et au fur et à mesure, des éléments de pré-factures. Ainsi lorsque la facture papier est émise, toutes les composantes de cette dernière sont déjà validées en amont, réduisant les cas de litiges. Par nature cette solution évite également les erreurs humaines. Selon l'éditeur, elle permettrait une économie de 2 à 5% sur le budget achat transport. Shipper Light est d'ores et déjà disponible sous forme d'offre mensuelle en mode SaaS. JPG  
   
 
Nomination
Marc Doaré
nommé
Directeur
Technique
France de P3

L'investisseur, développeur, propriétaire et
gestionnaire d'actifs P3 Logistic Park renforce son équipe France avec l'arrivée de Marc Doaré au poste de directeur technique, placé sous la responsabilité directe de Andrew Stacey, le DG du groupe P3. Architecte de formation, Marc Doaré a débuté sa carrière en 1995 en travaillant pour le comité français d'organisation pour la coupe du monde de foot du stade de Bordeaux. Il est ensuite devenu ingénieur travaux chez Betif en 1999, puis chef de projet chez Coplan Ingénierie à partir de 2004, avant de rejoindre Artelia ingénierie Management en 2006 en tant que directeur de projets. Depuis 2013, il était directeur immobilier chez TGT Immobilier. Chez P3, il aura pour mission d'assurer toute la partie technique des projets déjà existants, en cours et futurs, et d'accompagner les asset managers en leur apportant son expertise, dans le cadre d'une mise aux normes par exemple. En France, P3 gère un portefeuille de plus de 460.000 m² sur 15 sites. JLR
 
 
 
 
E-commerce
BienManger.com
choisit
les solutions
WMS et TMS
de KLS Group
Afin d'accompagner l'évolution de son activité cross canal, l'épicerie fine du net BienManger.com va s'équiper des solutions WMS et TMS de l'éditeur KLS Group. Il s'agit pour l'entreprise d'automatiser ses process, d'améliorer la traçabilité de ses flux logistiques et de réduire ses délais de préparation de commandes. Le e-commerçant a régulièrement déménagé depuis sa création pour faire face à sa croissance d'activité et il envisage aujourd'hui d'exploiter de nouveaux canaux de vente, BienManger.com assurant le stockage et l'expédition de 99% des produits proposés en ligne (6.500 produits issus de plus de 900 artisans). « La mise en place d'un outil WMS et TMS devient stratégique pour gérer les flux croissants de produits et de commandes mais aussi pour se développer sur différents canaux en France et à l'étranger et éventuellement sur plusieurs sites », note Laurent Caplat, gérant de BienManger.com. AD  
 
INFOS INTERNATIONALES  

Myanmar
Quand
logistique rime
avec activité
On peut dire que les camions réfrigérés fournis par Premium Sojitz Logistics (une joint-venture créée en 2015 entre la société nippone, Japanese trading house Sojitz, et le distributeur birman, Premium Distribution) ont véritablement transformé le quotidien des producteurs de fraises du Myanmar. Alors que les fraises étaient auparavant transportées depuis Pyin Oo Lwin (dans le centre du Myanmar), où se concentre l'essentiel des cultures de fraises, jusqu'aux marchés de gros de Yangon (la capitale économique et la plus grande ville du pays) sur les toits des bus long-courriers au milieu des bagages, elles font désormais le trajet à bord de camions frigorifiques dans lesquels la température n'excède pas les 8 C°. Les dommages et les pertes liés à la chaleur et aux moyens précédemment utilisés, pour le moins peu orthodoxes, ont été drastiquement réduits. Premium Sojitz Logistics assure désormais 60% des expéditions de fraises depuis Pyin Oo Lwin et envisage de commencer en janvier prochain à les exporter par avion vers la Thaïlande. JF  
 
Automatisation
MiR lance
son plus gros
modèle :
le MiR500
A l'occasion du salon Automatica 2018 qui s'est déroulé la semaine dernière à Munich, le fabricant danois d'AGV MiR a dévoilé son nouveau modèle : le MiR500. Complétant une gamme comprenant les MiR100 et Mir200, ce modèle est le plus grand, le plus puissant, le plus rapide et le plus solide des robots mobiles de la gamme MiR. Il affiche en effet une charge utile de 500 kg, une vitesse de 2m/sec (7,8 km/h) et une surface de chargement de 1.300 X 900 mm. Côté sécurité, le MiR500 est équipé de la dernière technologie de balayage laser, lui conférant une vision à 360°, et de caméras 3D détectant les obstacles et les aspérités dans le sol pour les contourner. Selon le constructeur, il suffit pour le déployer de télécharger des fichiers CAD de l'entrepôt et les copier dans le robot, ou d'utiliser ses scanners pour créer une cartographie des lieux. Quant à son pilotage, il peut s'effectuer soit depuis un smartphone, tablette ou ordinateur, à l'aide de l'Interface MiR Robot, soit directement depuis un ERP pour une solution entièrement automatisée. Notez également que le MiR500 peut être équipé de fourches, convoyeurs, bras robotisé ou autres options afin de répondre à un large panel d'applications. PM  
   
 

ABONNEMENT GRATUIT : CLIQUEZ ICI
Le lien quotidien qui vous relie à la communauté Supply Chain
Si l'on vous a transféré cette lettre, n'hésitez pas à vous abonner.
Si vous êtes déjà abonné, n'hésitez pas à abonner (ou à faire abonner)
vos collaborateurs et amis.

 
 
Faites profiter la communauté logistique de vos « scoops »
écrivez à la rédaction

Cette Newsletter touche quotidiennement 50.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble
de la communauté logistique.
 

Jean-Philippe Guillaume
co-Fondateur
Tél. 06 07 69 48 80
jph.guillaume@scmag.fr

Jean-Luc Rognon
Rédacteur en Chef de SCMagazine
Tél : 01 43 68 43 11
jean-luc.rognon@scmag.fr
 
 
Pour faire paraître de la publicité dans la NL, Supply Chain Magazine
ou sur le web, contactez-nous

 

Sandrine Papin

Directrice commerciale
tel : 06 11 72 34 33
s.papin@info6tm.com

Philippe Tesson

Directeur de Publicité
tel : 01 80 91 56 30
philippe.tesson@scmag.fr

Karine Dino

Chef de Publicité
tel : 01 48 93 26 87
karine.dino@scmag.fr
 
 
Pour modifier vos coordonnées, adressez un e-mail à : abonnement@scmag.fr  
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 
25 juin 2018

JUIN 2018

Mardi 26
Webinar
DYNASYS
« Comment
aligner
vos plans
opérationnels
et financiers
avec
un processus
IBP ? »

De 11h30 à 11h45

Mardi 26
Conférence
DIAGMA
« Comment
segmenter
son offre produit/service
& adapter
les modèles SC
pour renforcer
son avantage
compétitif ? »

Avec le
témoignage du
groupe BDR
Thermea
(De Dietrich ;
Chappée...)
Partenaire :
SCMagazine
De 8h30 à 11h
Hôtel Bel Ami
Paris 6e


JUILLET 2018


Jeudi 5
Webinar DYNASYS
« Patrick Dolé,
Principal Business
Consultant
DynaSys
répond à
vos questions
sur le S&OP
et l'IBP ! »

De 11h30 à 12h


Jeudi 5
FORUM D'ÉTÉ
« La traçabilité
de bout en bout
de la
Supply Chain »

De 9h à 17h
Organisé par :
SCMagazine et
ESCP Europe
Paris 11e

PARTENAIRES