Partager sur
LinkedIn Twitter Facebook
Prestataires
logistiques
Staci et
Eurodislog
unissent
leurs forces
Ils étaient voisins et ils faisaient le même métier. Au printemps dernier, ils ont décidé de se marier. L'histoire ne raconte pas s'il s'agit d'un mariage d'amour ou de raison. Toujours est-il que Staci (172 M€) et Eurodislog (35M€) sont désormais unis pour le meilleur, car leur volonté commune est bien de combiner leurs spécificités respectives pour accélérer la croissance en particulier à l'international : « À l'origine, nous étions spécialisés dans les produits publi-promotionnels, explique Thomas Mortier, PDG de Staci. Aujourd'hui nous continuons à occuper une place de tout premier plan dans la logistique de la PLV. Mais ce qui nous distingue avant tout c'est notre compétence dans la logistique de détail. Notre organisation nous permet de nous adapter à tout type de flux et de répondre aux défis de l'e-commerce et de l'omnicanalité ». Côté Eurodislog, Nicolas Morisse, note la même évolution mais sur des marchés différents : « Nous étions plutôt positionnés sur l'alimentaire et la boisson, Staci sur le tertiaire, la pharmacie, la pétrochimie, l'automobile ou encore la téléphonie. Cette complémentarité constitue une vraie opportunité pour nos clients qui vont ainsi pouvoir bénéficier de nouveaux services et de nouvelles implantations ». « En effet, reprend Thomas Mortier, lorsqu'un grand acteur de la pharmacie nous demande d'assurer sa distribution européenne, il faut bien trouver une solution. Nous avions déjà élargi notre périmètre géographique avec l'intégration de MDA au sein du groupe. Cette nouvelle opération de croissance externe nous donne incontestablement une nouvelle dimension pour atteindre nos ambitions internationales ». En termes d'organisation, il ne devrait pas y avoir de grand changement : « Il n'y a pas de raison de casser ce qui fonctionne », précise Thomas Mortier. Seule les 2 plateformes Web seront redéveloppées pour n'en faire plus qu'une. Dans les entrepôts, l'outil Augusta développé en interne et en 7 langues par Staci est déployé à l'international, tandis que Speed, le WMS de BK Système sera maintenu sur les sites Eurodislog. Au-delà des déclarations d'intention des deux dirigeants, les faits traduisent une véritable accélération de l'entreprise au cours de ces dernières semaines : pas moins de 6 nouveaux entrepôts, pour une surface globale de 50.000 m², auront été ouverts entre le 1er aout et fin septembre. D'abord en France (Hem, Bondoufle et Saint-Ouen l'Aumône), mais aussi à Milan (20.000 m²) et à Düsseldorf. Staci, qui s'est développé avec discrétion et méthode, entend désormais afficher au grand jour son intention d'être l'acteur de référence dans le domaine de l'omnicanal et des produits multi-références. JPG  
   
  Thomas Mortier, PDG de Staci et Nicolas Morisse,
DG d'Eurodislog ©JP.Guillaume
 
 
 
 
13e édition
des Rois de la
Supply Chain
Demandez
votre
formulaire de
participation !

Supply Chain Magazine organise la 13e édition des Rois de la Supply Chain. Toutes les entreprises ayant réalisé un projet innovant dans le domaine de la Supply Chain (approvisionnement, pilotage des flux, planification, logistique, transport...) peuvent se porter candidates. Nous avons déjà reçu plus d'une vingtaine de demandes de dossiers de participation. Rappelons que la date limite de remise des dossiers remplis et validés est fixée au mercredi 31 octobre 2018. La présentation des 8 dossiers « nominés » aura lieu le 17 janvier 2019, dans les Salons de l'Aveyron (Paris Bercy). Le public votera dans 3 catégories : Grand Prix, Coup de cœur et Innovation. La remise des trophées se déroulera le soir même du 17 janvier, au cours d'une grande cérémonie conviviale et festive, dans un lieu magique et prestigieux. Vous trouverez plus d'infos au sujet des Rois de la Supply Chain 2018 dans la NL n°2762. Pour présenter un projet aux Rois de la Supply Chain 2019, demandez le dossier de participation et le règlement à Maxime Rabiller : maxime.rabiller@scmag.fr / 01 48 93 18 65
Participation entièrement gratuite
et sans obligation
 
 
 
 
Agroalimentaire
Petit Navire
s'embarque
avec
FM Logistic
en Vendée
C'est ce mois-ci que FM Logistic passe à la vitesse supérieure en démarrant les activités de co-packing pour le compte de Petit Navire (groupe Thai Union) sur son site de L'Herbergement (85), entre Nantes et La Roche-sur-Yon. Entre 50 et 70 nouveaux collaborateurs sont en cours de recrutement. D'une surface de 20.000 m², cette nouvelle plate-forme de plateforme vendéenne de FM Logistic (voir NL n°2395) gère depuis un an le stockage et le transport pour son client Europe Snacks. Le dossier Petit Navire a démarré opérationnellement depuis le mois de mars, d'abord pour des prestations de stockage/expédition, avec 25 collaborateurs et environ 20 camions par jour à destination de trois des plus importantes enseignes de la grande distribution. Les approvisionnements de l'industriel proviennent principalement du port de Montoir de Bretagne, situé à quelque 70 km de l'entrepôt, mais aussi du Portugal et de l'usine historique Petit Navire de Douarnenez, dans le Finistère. La vocation multiclients du site de L'Herbergement pourrait se traduire dans les années à venir par une possible mutualisation logistique entre Petit Navire et Europe Snacks, mais aussi par l'arrivée d'un troisième voire d'un quatrième client agroalimentaire, avec la possible extension du site sur un total de 40.000 m². JLR
Photo : ©FM Logistic
 
   
 
 
 
Paris Retail
Week
Stuart illustre
sa vision de
la logistique
urbaine



L'édition de Paris Retail Week qui se clôt aujourd'hui Porte de Versailles a largement été consacrée à l'omnicanal et ses multiples enjeux. Dans ce cadre, le spécialiste de la logistique urbaine Stuart a passé en revue les services innovants développés pour -et avec- ses clients. En préambule, son DG France Antoine Carteyron a évoqué la future évolution des moyens logistiques en milieu urbain à l'heure de la livraison express. « La mise en œuvre de l'omnicanal pour livrer en J+0 ou J+1 et générer des ventes additionnelles devrait reposer sur une articulation entre des hubs de livraison urbains au départ desquels s'opèreront des tournées, des magasins assurant à la fois des flux e-commerce ship-from-store ou en click & collect, et sans doute des boutiques événementielles permettant aux marques de proposer une expérience client enrichie à une clientèle premium ». Avec ce que cela suppose d'enjeux en termes d'inventaire et de vision unifiée des stocks, et de formules de livraison. En la matière, Stuart a illustré différents scénarios déjà mis en œuvre, principalement sur Paris. Le 1er repose sur l'expédition au départ des magasins via les coursiers actifs sur sa plateforme, comme Stuart le fait pour Nike. Mais le réseau en propre de la marque étant limité, c'est en s'appuyant sur l'entrepôt du distributeur spécialisé Unisport qu'une formule de livraison dans l'heure de maillots de foot a honoré un millier de commandes pendant la coupe du monde. Avec Cdiscount, la formule de livraison express au départ de ses entrepôts s'est récemment enrichie d'une formule couplant le volet coursiers et le réseau Pickup de DPD (Groupe LaPoste, comme Stuart) : préacheminé en point relais, le colis est ensuite livré au client en 30 minutes, à sa demande. Autre scénario reposant sur les synergies groupe : le service retours développé avec Zalando avec prise en charge au domicile par Stuart, sur créneau choisi, avant réacheminement au e-commerçant. Dernière formule évoquée par Antoine Carteyron : les flux store-to-store qui permettent à The Kooples de mutualiser les stocks de ses magasins pour pallier l'indisponibilité de certains modèles, coloris ou tailles. MR
Photo : Antoine Carteyron, directeur général France
de Stuart
 
 
 
 
Paris Retail
Week
Deliver.ee
s'inter-
nationalise
et se déploie
chez Truffaut
La start-up Deliver.ee, qui propose aux enseignes de faciliter leurs projets « ship-from-store » grâce à une plateforme SaaS d'automatisation et de pilotage de livraisons, a annoncé le déploiement de sa solution actuellement chez des distributeurs de produits textile, de cosmétiques et de produits alimentaires qui comptent jusqu'à 5.000 magasins en Europe. Ils sont notamment implantés en Allemagne, au Royaume-Uni, en Espagne et en Italie. « Nous allons donc devoir continuer à étoffer le nombre de nos partenaires transport qui sont aujourd'hui au nombre de 250 » a déclaré Michael Levy, le PDG de Deliver.ee, sur le salon Paris Retail Week. Parmi ces entités, figurent entre autres les sociétés Cogepart, Novea, Top Chrono, Glovo et My Box Man. Et la start-up continue de se déployer chez Truffaut. Une quarantaine de magasins de l'enseigne de jardinage utilisent désormais sa plateforme, contre une trentaine en avril (voir NL n°2703). A noter aussi que l'enseigne Etam a testé récemment sa solution et enregistré une baisse de 38% de ses taux de retour en livraison express. AD  
 
Logistique
urbaine
La MGP
s'attaque à
l'harmonisation
de la
réglementation
Conséquence de la loi de décentralisation NOTRe, les régions se mobilisent et signent des pactes définissant les axes majeurs de développement en matière de logistique. Après PACA et ARA (Auvergne-Rhône-Alpes), c'est au tour de la Métropole du Grand Paris (MGP) de communiquer sur le sujet, après s'être saisie du dossier en août 2017. « La Métropole du Grand Paris constitue une échelle de gouvernance permettant de répondre aux défis logistiques qui se renforceront d'ici à 2020 : la mise en chantier du Grand Paris Express, des appels à projets comme Inventons la Métropole du Grand Paris, l'accueil des grands évènements (Jeux Olympiques et Paralympiques 2024, Coupe du Monde de Rugby 2023), la croissance du e-commerce et la revitalisation des centres-villes, dont la logistique est une composante » considère Patrick Ollier, Président de la MGP. Cette dernière a réuni le 10 septembre tous les acteurs concernés pour signer officiellement un « Pacte pour une logistique métropolitaine ». À l'heure actuelle, ils sont 47 à s'être engagés dans cette démarche : 16 communes, 4 établissements publics territoriaux, 6 services et opérateurs de l'État et 21 fédérations professionnelles, syndicats mixtes, entreprises, associations (dont Afilog et Union TLF). Les travaux des derniers mois ont conduit à s'accorder sur douze mesures prioritaires pour contribuer à l'amélioration de la logistique des marchandises dans l'aire métropolitaine, sous le pilotage et l'animation de Patrick Braouezec, Vice-Président délégué à la logistique métropolitaine, de Jean-Bernard Bros, Adjoint au Maire de Paris, de Claude Samson, Président d'Afilog, et de Jean-Michel Genestier, Maire du Raincy (et qui était aussi il y a encore quelques mois DGA de SNCF Logistics). Ces mesures sont regroupées en 4 axes de travail : optimiser les flux et les livraisons ; favoriser la transition des flottes vers des véhicules à faibles émissions et silencieux ; valoriser l'intégration des fonctions logistiques dans l'urbanisme et les projets d'aménagement ; impliquer le consommateur comme facilitateur de la chaîne logistique. Et parmi les trois premiers comités opérationnels sont déjà lancés figure notamment celui sur l'harmonisation des règlements de voirie et de livraison de marchandises (animé par Jean-Michel Genestier). JLR
Pour accéder à l'intégralité
du Pacte pour une logistique métropolitaine
 
   
 
Fret aérien
Panalpina
France
renforce ses
capacités à
Paris-Charles
de Gaulle
Afin d'aider ses clients à faire face à une « peak season » qui va débuter et se poursuivre jusqu'au nouvel an chinois, le transitaire Panalpina France a décidé d'augmenter ses capacités aériennes de 25% à l'aéroport Paris-Charles de Gaulle. Pour ce faire, il va s'appuyer sur les deux hubs européens du groupe situés à Francfort et au Luxembourg : ils sont connectés quotidiennement aux hubs de Paris-Charles de Gaulle et de Lyon via des navettes exploitées dans le cadre du réseau de transport intégré du groupe. « Les capacités des compagnies cargo ne sont pas extensibles à l'infini sur Paris, et la peak season, qui ne concerne plus seulement les flux Asie-Europe et Asie-Amériques, mais aussi tous les flux au départ d'Europe vers l'Amérique du Nord, l'Asie et l'Amérique Latine, se traduit par des hausses de volumes chez les clients qui peuvent aller jusqu'à 40% », explique Rachid Ramdane, directeur aérien de Panalpina France. Les tarifs aériens appliqués au départ du Luxembourg et de Francfort seront les mêmes qu'au départ de Paris-Charles de Gaulle. AD  
   
 
Maritime
Du bon et
du moins bon
pour CMA CGM
au 2
nd trimestre
A l'image de ses concurrents nordiques, les résultats trimestriels de CMA CGM sont en retrait par rapport à la même période en 2017. La marge opérationnelle passe en effet de 8,9% à 1,2%, pour un résultat opérationnel de 67 M$ (contre 472 M$ en 2017) et un résultat net divisé quasiment par 10 : 22,7 M$ contre 213 M$. Pour améliorer sa performance opérationnelle et financière, le groupe entend poursuivre les initiatives de réduction de coûts annoncées lors de la publication des résultats du 1er trimestre, notamment via l'optimisation de la gestion de la flotte de conteneurs et l'amélioration de l'efficacité énergétique. Contrairement à ses concurrents, l'armateur marseillais peut toutefois se vanter d'avoir obtenu un résultat positif et progressé dans plusieurs domaines : son CA grimpe de 7,4% (5,7 Md$), sa flotte de navires passe à 509 unités (+47), et ses volumes transportés culminent à 5,19 M EVP (+9,6%). Malgré un 1er semestre difficile, le Pdg du groupe Rodolphe Saadé reste optimiste pour la suite : « Nous sommes confiants sur le second semestre. Nous anticipons l'amélioration de notre marge opérationnelle grâce à la remontée des taux de fret et à la bonne tenue des volumes » conclut-il. PM  
 
INFOS INTERNATIONALES  

Etats-Unis
Levi Strauss
& Co
rapproche le
marketing et la
Supply Chain

Le célèbre fabricant de jean's Levi Strauss & Co a décidé de bouleverser sa structure managériale afin de réunir dans son organigramme les fonctions Supply Chain et Marketing. Ainsi, Liz O'Neill, jusqu'à présent Chief Supply Chain Officer, devient EVP de la nouvelle branche « Product, Innovation & Supply Chain ». Celle-ci englobera notamment les fonctions de merchandising, design, développement produit et planification, regroupant ainsi les processus de front office et back office traditionnellement séparés. Levi's va même un peu plus loin avec la création d'une branche Direct-to-Consumer, dirigée par Marc Rosen. Précédemment EVP Global e-commerce (voir NL n° 1824), il aura la responsabilité de conjuguer commerce physique et électronique afin de proposer au consommateur une expérience... sans couture bien sûr. Enfin, troisième volet de cette nouvelle organisation, Levi's a créé un département Strategy & Analytics. La marque est convaincue qu'elle est assise sur une mine d'or (ses données) qui ne demande qu'à être exploitée à grand renfort de logiciels d'analyse et de matière grise. Le recrutement de son futur responsable est actuellement en cours. PM
Photo : Liz O'Neill, EVP de la branche « Product, Innovation & Supply Chain » de Levi's
 
 

Etats-Unis
Amazon
commande
20.000
Sprinters
L'appel à entreprenariat lancé par Amazon en juillet dernier (voir NL n°2747) dans le cadre du développement de son réseau de livraison du dernier km a rencontré un franc succès. Quelque 10.000 candidatures ont été reçues cet été, certaines provenant de PME déjà partenaires. Du coup, Amazon a passé auprès de Daimler une commande portant sur 20.000 Sprinters en lieu et place des 4.500 anticipés et annoncés lors du lancement du projet. Ces fourgonnettes ne seront pas la propriété d'Amazon mais de sociétés de leasing qui géreront l'aspect opérationnel du partenariat. Si le nombre de dossiers retenus n'a pas été révélé, Amazon affirme qu'une centaine d'entre eux seront formés et opérationnels avant la fin de l'année. La commande a été officialisée la semaine dernière à North Charleston (Caroline du Sud) à l'occasion de l'ouverture d'un nouveau site de production de Mercedes. PM
Source : Seattle Times
 
   
 

ABONNEMENT GRATUIT : CLIQUEZ ICI
Le lien quotidien qui vous relie à la communauté Supply Chain
Si l'on vous a transféré cette lettre, n'hésitez pas à vous abonner.
Si vous êtes déjà abonné, n'hésitez pas à abonner (ou à faire abonner)
vos collaborateurs et amis.

 
 
Faites profiter la communauté logistique de vos « scoops »
écrivez à la rédaction

Cette Newsletter touche quotidiennement 50.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble
de la communauté logistique.
 

Jean-Luc Rognon
Rédacteur en Chef
Tél : 01 43 68 43 11
jean-luc.rognon@scmag.fr

Maxime Rabiller
Rédacteur spécialisé
Tel. : 01 48 93 18 65
maxime.rabiller@scmag.fr

Armindo Dias
Chef de rubrique
Tel. : 01 43 76 27 74 armindo.dias@scmag.fr
 
 
Pour faire paraître de la publicité dans la NL, Supply Chain Magazine
ou sur le web, contactez-nous

 

Sandrine Papin

Directrice commerciale
tel : 06 11 72 34 33
s.papin@info6tm.com

Philippe Tesson

Directeur de Publicité
tel : 01 80 91 56 30
philippe.tesson@scmag.fr
 
 
Pour modifier vos coordonnées, adressez un e-mail à : abonnement@scmag.fr  
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 
12 septembre 2018

SEPTEMBRE 2018

Lundi 10 au
mercredi 12
Paris Retail Week
« Le rendez-vous
dédié à
la communauté
du commerce
global. »

De 9h30 à 17h
Paris Expo
Porte de Versailles
Pavillon 1

SEPTEMBRE 2018

Vendredi 14
Grand prix
de KARTING de
la Supply Chain
« Participez à
cette course en commandant
dès à présent
votre kart »

Partenaire :
SUPPLY Chain
Magazine
De 9h30 à 16h30
Circuit de Lyon
Saint-Laurent
de Mure

SEPTEMBRE 2018

Jeudi 20
Webinar Series
de DYNASYS
« Peut-on
se passer
de prévisions ? »

De 11h30 à 11h45


Jeudi 27
Webinar Series
de DYNASYS
« Prévisions :
Les bonnes
pratiques pour
ne pas
réinventer
la roue ! »

De 11h30 à 11h45


Vendredi 28
Matinale
CITWELL ET
SANOFI PASTEUR
« Supply Chain
internationale :
comment
concrétiser le
changement ? »

De 8h30 à 12h
Hôtel
Radisson Blu
Lyon



OCTOBRE 2018


Jeudi 4
Webinar Series
de DYNASYS
« Les nouvelles
technologies
au service de
la prévision »

De 11h30 à 11h45



Jeudi 11 et
vendredi 12
Formation
EURODECISION
« Méthodes
et pratiques
de la prévision
des ventes »

De 9h à 17h
Paris
La Défense



Vendredi 5

Première édition
des Rencontres IA
et Supply Chain
Conférence
MEWS Partners
« Les enjeux et
les impacts
de l'intelligence
artificielle dans
les métiers de la
Supply Chain »

Partenaire :
SCMagazine
De 14h à 17h
Université
Paris-Dauphine
Paris 16e



Jeudi 9
Webinar Series
de DYNASYS
« Romain
Schneider-
Maunoury,
Business
Consultant
DynaSys répond
à vos questions
posées sur la
prévision de la demande »

De 11h30 à 12h00



DÉCEMBRE 2018

Mercredi 11 et
jeudi 12
SUPPLY CHAIN
EVENT
Salon/Expo
+ Congrès
+ RDV Business...
« Vers une
Supply Chain
digitale et
collaborative »

Partenaire :
Supply Chain
Magazine
Paris Porte
de Versailles
Pavillon 5.1