Partager sur
LinkedIn Twitter Facebook
 
Comment
naviguer dans
la galaxie
des solutions
TMS ?


Il n'est pas étonnant que les outils de gestion du transport fassent de plus en plus d'adeptes chez les transporteurs comme chez les chargeurs. En effet, l'une des grandes promesses de ces solutions TMS est de contribuer à accélérer les flux tout en optimisant les process et les coûts. Dans le numéro 11 de Supply Chain Magazine, paru la semaine dernière, nous avons décidé de faire un point complet sur cette offre très vaste de solutions TMS. Le dossier « Pour vos appels d'offres », réalisé par Maxime Rabiller, recense dans un panorama du marché pas moins d'une cinquantaine d'éditeurs, avec leurs spécificités en termes de fonctionnalités, de références clients, de mode de facturation. Quant au phénomène des plates-formes collaboratives transport, qui a fait l'objet de notre dernière table ronde Supply Chain TV, nous lui avons aussi consacré plusieurs pages de compte rendu dans cette édition de rentrée. Et si vous n'avez pas pu assister au Forum d'été de juillet, vous pourrez également avoir un aperçu dans ce numéro des réflexions en cours pour améliorer la traçabilité de bout en bout de la supply chain. La traçabilité, il en est également question, entre autres sujets, dans notre enquête du mois sur la supply chain des fruits et légumes, avec en outre un mini focus sur la place de marché e-commerce B-to-B que vient de lancer la Semmaris sur le MIN de Rungis. Sans oublier l'interview du responsable Supply Chain de Kaporal, pionnier à la fois pour le transport ferroviaire de ses produits depuis l'Asie (en amont) et sur le ship-from-store (en aval), ou encore le retour d'expérience des laboratoires Pierre Fabre sur la mise en œuvre du DDMRP. La liste des sujets passionnants abordés dans ce numéro 11 est encore longue, alors n'hésitez pas à en consulter le sommaire ! JLR
Pour accéder à l'édito et au sommaire
de SCMag n°11 de septembre

Pour s'abonner
à Supply Chain Magazine
 
 
 
 
Immobilier
logistique
Virtuo et AEW
développent
un centre
logistique
de 18.000 m
2
à 8 km de Paris



C'était sur le terrain d'un bâtiment industriel désaffecté, une ancienne usine de batteries Acument, que le Port de Paris a investi 4,5 M€ en travaux de dépollution et de préparation du terrain. D'ici mars 2019, ce sera un centre de distribution multimodal de dernière génération de 18.000 m² et 10 m de hauteur libre, situé à 8 km de Paris, dans le Port de Bonneuil-sur-Marne. Les travaux de ce projet lancé par le promoteur Virtuo il y a près de deux ans ont démarré en avril et la construction du bâtiment, sous la maîtrise d'œuvre de la société lyonnaise HTC, a débuté depuis le mois de mai. La cérémonie de plantation du premier arbre a eu lieu vendredi, avec l'investisseur et gestionnaire de biens AEW (fonds Logistis) le propriétaire de la plate-forme. « C'est notre premier partenariat avec AEW, nous remercions d'ailleurs le cabinet Cushman & Wakefield qui est à l'origine de cette rencontre et nous espérons que c'est le début d'une grande aventure » a déclaré Grégory Blouin, président de Virtuo. Sur le Port de Bonneuil, il s'agit déjà du troisième bâtiment sur lequel le promoteur Virtuo est intervenu, après celui de Geodis (en 2012) et de la Poste, tous deux embranchés fer. « Outre les grands parcs logistiques, nous ciblons également les emplacements proches des villes et depuis lesquels nos clients sont à même d'optimiser la distribution urbaine tout en bénéficiant de la multi-modalité pour les flux entrants » a pour sa part souligné Rémy Vertupier, le gérant du Fonds Logistis pour AEW, qui s'apprête par ailleurs à signer cette semaine des contrats qui rajouteront à son portefeuille deux bâtiments existants dans le Port de Bonneuil, pour une surface totale de 20.000 m². JLR (voir suite)
Photo de haut en bas :
Grégory Blouin,
le président de Virtuo et
Rémy Vertupier, le gérant du Fonds Logistis
pour AEW ©JL Rognon
 
 
 
 
Immobilier
logistique
(suite)
Distri Bike
a déjà loué
la moitié
de la future
plate-forme
de Bonneuil-
sur-Marne
Ce futur bâtiment de 18.000 m2, doté de 22 quais poids lourds avec niveleurs hydrauliques et de 10 quais petits porteurs, bénéficie d'une position centrale permettant d'atteindre tous les axes logistiques de la 1ère couronne parisienne, avec une proximité immédiate du port (pour l'acheminement amont depuis le havre ou la distribution urbaine par la Seine) et des terminaux de transports combiné de Bonneuil et de Valenton. Le bâtiment est déjà loué à 50% par la société Distri Bike. Déjà présente dans deux bâtiments sur le Port de Bonneuil, la filiale du groupe Perrenot spécialisée dans le transport de motos et de quads en France compte y démanger pour s'agrandir. Elle utilisera le bâtiment pour réaliser le montage final des motos (réglage du guidon, opérations de mise à la route) avant de faire la distribution chez les concessionnaires de Paris et d'Ile de France. A noter que Distri Bike utilise déjà le potentiel de multimodalité proposé par le Port de Bonneuil : les motos, importées d'Asie par bateau, sont d'abord stockées à Saint Martin de Crau, près de Marseille, avant d'être transportées en train par caisses mobiles jusqu'à Valenton, d'où elles sont ensuite post-acheminées par camion GNV jusqu'à Bonneuil. Sur le futur bâtiment de Bonneuil, il reste à commercialiser une surface de 8.200 m². Plusieurs pistes sont à l'étude, dont un distributeur intéressé par la possibilité d'utiliser la voie fluviale pour le transport amont. Le loyer utilisateur, en valeur locative, est estimé à environ 85 € le m² (contre un loyer standard de 50 à 55 €/m² en Ile de France). JLR  
   
  Le bâtiment de 18.000 m² en cours de construction
à Bonneuil-sur-Marne. ©JL Rognon
 
 
 
 
Livraison
urbaine
Renault
anticipe avec
son concept
EZ-Pro
C'est un « robot-véhicule » qu'a présenté Renault la semaine dernière lors du salon IAA de Hanovre, dédié aux véhicules commerciaux. Baptisé EZ-Pro, le concept-car du constructeur français illustre sa vision du futur en matière de livraison du dernier km au cœur des agglomérations. L'enjeu est à la fois de répondre aux besoins liés au développement du e-commerce et aux attentes de livraison express des consommateurs, et aux contraintes liées à l'engorgement des centres-villes et à la réduction de leur pollution. Le tout sans oublier la nécessité pour les professionnels d'optimiser leurs coûts de livraison. Le fruit de ce « travail exploratoire » : un concept de véhicule électrique autonome reposant sur l'association d'un « pod leader » dans lequel un concierge supervise et planifie les livraisons assurées via une flotte de « robots-pods » sans chauffeur qui l'accompagnent (voir illustrations ci-dessous). Ces derniers peuvent suivent le leader en convoi, mais aussi suivre chacun leur propre itinéraire sur le dernier km pour acheminer la marchandise là où le destinataire l'attend. Géré par un même opérateur logistique, un convoi de ce type pourra transporter différents types de marchandises, chaque pod ayant son propre commanditaire, sa clientèle et son lieu de livraison, imagine le constructeur, qui a planché sur le sujet avec des partenaires comme DPD Group, mais aussi le spécialiste des livraisons de café Lomi, le chocolatier Patrick Roger ou la maison de champagne Piper-Heidsieck ! Côté DPD, pour rester sur le versant transport logistique, on assure avoir planché sur des scénarios d'usage susceptibles de transformer l'équation du transport urbain et de la livraison du dernier km. Dans son propre communiqué, l'opérateur de livraison se voit charger les modules dans ses entrepôts de la périphérie des villes, à charge pour chaque module de gagner sa propre destination de façon autonome sur le dernier km. En tant qu'opérateur du réseau de relais Pick-up, il projette également une utilisation des modules EZ-Pro en tant que consignes mobiles notifiant leur arrivée au point de livraison convenu avec chaque client. Le concours d'imagination est ouvert ! MR  
   
  Photos ©Julien Oppenheim  
   
 
 
 
Emploi
Le PIPA
en soutien
des recruteurs
en logistique
Le Parc Industriel de la Plaine de l'Ain (PIPA) repart à l'initiative pour aider ses entreprises à pourvoir leurs besoins de recrutement. Notamment dans les fonctions logistiques qui représentent près de la moitié des 6.630 emplois que totalisent les 180 sociétés présentes sur ce site de 1.000 hectares situé à Saint-Vulbas, au Nord-Est de l'agglomération lyonnaise. Il faut dire que 22 nouvelles sociétés se sont installées en 2017, et qu'aux besoins de recrutement à court terme s'ajouteront dans les prochaines années des centaines de créations d'emplois liées au développement de 107 hectares supplémentaires, annoncé mi-septembre. Pour répondre aux besoins urgents de ses adhérents logisticiens, le Club des Entreprises du PIPA lance cet automne sa 5e session mutualisée de formation. Le nouveau format associe 3 entreprises et 3 OPCA (Organisme Paritaire Collecteur Agréé), pour former 18 profils logistiques polyvalents qui bénéficieront du label « compagnons de la logistique ». Etrenné en 2016 (voir NL n°2512), cette formule a été plébiscitée par les entreprises, avec 75 candidats formés. Des réunions d'information pour recruter ces alternants en contrat de professionnalisation sont programmées les 27 et 28 septembre, le volet formation devant débuter en novembre. Par ailleurs, la première édition du Forum de l'emploi logistique du PIPA se tiendra le 11 octobre, pour permettre à de potentiels candidats de rencontrer sans intermédiaire 15 entreprises en recherche de collaborateurs. En plus d'explications sur les métiers du secteur, des visites d'entrepôts seront organisées, sachant que les besoins à pourvoir sont très variés en termes de profil, de poste, de contrat ou de niveau de responsabilité. MR
 
 
Etude
Les
responsables
SC plébiscitent
l'analyse
pédictive,
l'IoT et l'IA
Une étude de l'organisme Incisiv menée pour le compte de l'éditeur JDA Software et le cabinet de conseil KMPG révèle que les responsables supply chain considèrent les solutions d'analyse prédictives, l'IoT et l'IA comme les technologies les plus à même d'impacter tous les maillons de leur supply chain, 60 cadres supply chain de l'industrie et de la distribution ayant été sondés pour cette étude mondiale (« Digital supply chain in retail & manufacturing »). « L'analyse prédictive est considérée comme très disruptive au niveau des prévisions, de la localisation des moyens de transport et de l'optimisation des stocks », note l'étude. Des différences existent toutefois entre distributeurs et industriels : dans l'industrie, un responsable supply chain sur deux a ainsi indiqué qu'il comptait tester des véhicules autonomes et la blockchain dans les 24 mois. Côté distribution, les responsables supply chain de la distribution considèrent que le cloud avait leur préférence pour la planification et le S&OP (70%), la gestion des transports (63%), les prévisions/réapprovisionnements (60%) et la gestion des entrepôts ainsi que pour la traçabilité (57%). A noter aussi que la visibilité des produits en temps réel dans la supply chain motive les investissements des industriels et des distributeurs à hauteur de 50% et 57%. AD  
   
  Analyse prédictive, IoT et IA sont considérées comme des solutions plus disruptives que les drones, les imprimantes 3D ou encore la RFID.  
 
Etude
La Chine tire
la croissance
des expéditions
mondiales
de colis
Selon l'indice « Parcel Shipping Index » de l'entreprise américaine de solutions d'affranchissement Pitney Bowes, le nombre de colis expédiés l'an dernier dans les 13 pays objets de son étude a bondi de 17%. Il est passé de 63,6 milliards d'unités en 2016 à 74,4 milliards d'unités en 2017, représentant sur cette dernière période un marché de 279 milliards de dollars (+11%). Mais ces données auraient été toutes autres sans la Chine. L'Empire du Milieu a affiché une hausse de volumétrie de 28%, correspondant à 40 milliards d'unités, loin devant les États-Unis (11,9 milliards, +8%) et le Japon (9,6 milliards, +2%). Hors Chine, le taux de croissance mondial passe ainsi de 17% à 6%. Pour ce qui est de la France, elle a enregistré l'an dernier une croissance de sa volumétrie annuelle de 5%, avec 1,2 milliard de colis expédiés. Il s'agit de la plus forte hausse constatée ces 5 dernières années, 5 acteurs s'y partageant 70% du marché des expéditions selon Pitney Bowes (La Poste, Geodis, TNT, UPS et FedEx). A noter aussi que d'après l'entreprise américaine, les 100 milliards de colis expédiés seront atteints dans les 13 pays étudiés d'ici à 2020. AD
 
   
  L'indice « Parcel Shipping Index » couvre l'Allemagne l'Australie, le Brésil, le Canada, la Chine, les États-Unis, la France, l'Inde, l'Italie, le Japon, la Norvège, le Royaume-Uni et la Suède.  
 
INFOS INTERNATIONALES  

Japon
Améliorer les
conditions de
travail pour
fidéliser la
main d'œuvre
La pénurie de chauffeurs routiers au Japon oblige les logisticiens à faire preuve de créativité… Le transporteur Fukuyama Transporting décide de mettre un terme aux livraisons le dimanche (principalement des vêtements et de la nourriture) pour ses clients professionnels. L'objectif est de libérer du temps pour ses chauffeurs et de rendre les conditions de travail plus attractives. A compter de janvier, ce service disparaitra sauf pour des expéditions jugées urgentes. Fukuyama Transporting prévoit en contrepartie d'élargir ses services les autres jours de la semaine, en particulier la livraison le jour même dans tout le pays. Shigehiro Komaru, President & CEO, en appelle à la raison et prie ses clients « de comprendre que cette décision vise à sécuriser le personnel ». Rappelons que cette pénurie de main d'œuvre a déjà poussé de grands transporteurs, comme Yamato Transport et SG Holdings unit Sagawa Express, à augmenter les prix des livraisons à domicile (voir NL n°2744 et NL n°2677). JF  
 



Somalie /
Erythrée
Bolloré T&L
renforce ses
partenariats
La branche Transport & Logistics du groupe Bolloré a récemment conclu de nouveaux accords avec deux partenaires africains, Banadir Gate en Somalie et Ewan Technology Solutions en Erythrée. L'enjeu est d'élargir son offre de services, d'augmenter la qualité de ses prestations et de développer de nouvelles opportunités commerciales. Partenaires de longue date, Bolloré T&L et Banadir Gate ont déjà mené différents projets pour le compte de grandes institutions internationales, et assurent ensemble le transport de denrées et produits pharmaceutiques pour plusieurs ONG présentes dans le pays. Le contrat d'agent exclusif signé en juin dernier vise à renforcer leur collaboration. Quant au contrat similaire signé en mai avec Ewan Technology Solutions, il ouvre de nouvelles pistes de projets communs, après une première collaboration pour le transport de matériel médical depuis les États-Unis. PM  
 

ABONNEMENT GRATUIT : CLIQUEZ ICI
Le lien quotidien qui vous relie à la communauté Supply Chain
Si l'on vous a transféré cette lettre, n'hésitez pas à vous abonner.
Si vous êtes déjà abonné, n'hésitez pas à abonner (ou à faire abonner)
vos collaborateurs et amis.

 
 
Faites profiter la communauté logistique de vos « scoops »
écrivez à la rédaction

Cette Newsletter touche quotidiennement 50.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble
de la communauté logistique.
 

Jean-Luc Rognon
Rédacteur en Chef
Tél : 01 43 68 43 11
jean-luc.rognon@scmag.fr

Maxime Rabiller
Rédacteur spécialisé
Tel. : 01 48 93 18 65
maxime.rabiller@scmag.fr

Armindo Dias
Chef de rubrique
Tel. : 01 43 76 27 74 armindo.dias@scmag.fr
 
 
Pour faire paraître de la publicité dans la NL, Supply Chain Magazine
ou sur le web, contactez-nous

 

Sandrine Papin

Directrice commerciale
tel : 06 11 72 34 33
s.papin@info6tm.com

Philippe Tesson

Directeur de Publicité
tel : 01 80 91 56 30
philippe.tesson@scmag.fr
 
 
Pour modifier vos coordonnées, adressez un e-mail à : abonnement@scmag.fr  
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 
24 septembre 2018

SEPTEMBRE 2018

Jeudi 27
Webinar Series
de DYNASYS
« Prévisions :
Les bonnes
pratiques pour
ne pas
réinventer
la roue ! »

De 11h30 à 11h45


SEPTEMBRE 2018


Vendredi 28
Matinale
CITWELL ET
SANOFI PASTEUR
« Supply Chain
internationale :
comment
concrétiser le
changement ? »

De 8h30 à 12h
Hôtel
Radisson Blu
Lyon

OCTOBRE 2018

Mardi 2
Petit-Déjeuner
Supply Chain
de SAP Ariba
« La collaboration
avec les
sous-traitants
à l'ère de la
transformation
digitale »

à 8h15 -10h00
Salon Ladurée
Paris 8e



Jeudi 4
Webinar Series
de DYNASYS
« Les nouvelles
technologies
au service de
la prévision »

De 11h30 à 11h45



Vendredi 5
Première édition
des Rencontres IA
et Supply Chain
de MES Partners
«Les enjeux et
les impacts de
l'intelligence
artificielle dans
les métiers de
la Supply Chain »

Partenaire :
SCMagazine
De 14h à 17h
Université
Paris-Dauphine
Paris 16e


Jeudi 9
Webinar Series
de DYNASYS
« Romain
Schneider-
Maunoury,
Business
Consultant
DynaSys répond
à vos questions
posées sur la
prévision de la demande »

De 11h30 à 12h



Jeudi 11

Matinale BOARD
« Transformez
la Planification
et l'Analyse dans
le Retail »

Témoignage
et retour
d'expérience
de Nature
& Découvertes
avec
David Lachaud
De 9h à 11h
Hôtel The Westin
Vendôme
Paris 1er



Jeudi 11 et
vendredi 12
Formation
EURODECISION
« Méthodes
et pratiques
de la prévision
des ventes »

De 9h à 17h
Paris
La Défense



DÉCEMBRE 2018

Mardi 11 et
Mercredi 12
SUPPLY CHAIN
EVENT
Salon/Expo
+ Congrès
+ RDV Business...
« Vers une
Supply Chain
digitale et
collaborative »

Partenaire :
Supply Chain
Magazine
Paris Porte
de Versailles
Pavillon 5.1