Partager sur
LinkedIn Twitter Facebook
Immobilier
logistique
Nouveaux DG
et projets pour
la structure
immobilière de
Dentressangle




En juillet dernier, Christophe Broncard a pris la direction de Dentressangle Immobilier Logistique (DIL), au sein de la holding d'investissement de la famille Dentressangle. Depuis 2012, il officiait chez l'investisseur-développeur Segro comme directeur du développement France, après une dizaine d'années passées au sein de la Foncière des Régions, notamment à la tête du pôle Garonor. Au total, il dispose de plus de 25 années d'expérience dans le développement et la gestion d'actifs immobiliers, et son arrivée chez DIL confirme les ambitions de cet acteur connu jusqu'au printemps dernier sous le nom de Sofade. Créé à l'origine par le groupe Norbert Dentressangle pour ses propres besoins en matière d'immobilier logistique, la société possède et gère un parc de 400.000 m² dont près de 80% sont encore loués à XPO Logistics, qui avait racheté ses activités transport et logistique en 2015. L'essentiel est situé dans l'Hexagone, au long de la dorsale, hormis deux importants sites aux Pays-Bas, et un en Roumanie. « DIL avait déjà entamé son développement en dehors du périmètre des besoins de son client historique, et ma feuille de route est de poursuivre cette dynamique en proposant une offre immobilière pertinente aux acteurs du transport, de la logistique ou de la distribution urbaine », nous indique Christophe Broncard. L'un des projets illustrant cette diversification est d'ailleurs inauguré aujourd'hui à Réau, au sud de Paris : une plateforme de 38.000 m² occupée depuis un an par le groupe Autodistribution. Elle jouxte un autre entrepôt DIL de taille équivalente construit et livré courant 2018 par BEG, et loué au prestataire Transalliance pour le compte de Coca-Cola, ainsi qu'un autre entrepôt largement automatisé loué à XPO depuis 2016 pour le compte de Sarenza (voir NL n°2353). « DIL dispose sur place d'une réserve foncière permettant de développer un site de 32.000 m² pour lesquels les permis sont déjà obtenus, en l'attente d'une signature en BEFA (Bail en Etat Futur d'Achèvement) avec un ou deux utilisateurs », précise Christophe Broncard. C'est le même cas de figure à Poupry, près d'Orléans, où un terrain jouxtant un entrepôt occupé par XPO a été acheté en juillet pour développer un projet de 42.000 m², permis de construire et autorisations ICPE ayant déjà été obtenue. Avec son équipe de 4 personnes, le nouveau DG entend mettre l'accent sur ces développements, y compris en matière de logistique urbaine puisqu'un dossier vient d'être déposé dans le cadre de l'appel à projet lancé par la CNR pour la réalisation d'un hôtel de logistique urbaine en bordure du port de Lyon. MR
Photo : Christophe Broncard, directeur général de Dentressangle Immobilier Logistique depuis juillet dernier
 
 
 
 
Rencontres
Mews Partners
L'IA s'invite
dans la
Supply Chain
Quel est l'impact réel de l'Intelligence Artificielle sur les métiers et les organisations supply chain ? Cette question suscite visiblement de l'intérêt au sein de la communauté SC puisque près de 200 personnes ont assisté vendredi 5 octobre à Paris à une conférence-débat sur ce thème, organisée par le cabinet Mews Partners et Supply Chain Magazine en partenariat avec le Master Supply Chain International de l'Université de Paris-Dauphine. « En juin 2018, nous avons questionné un panel de supply chain managers, et nous nous sommes aperçus que les freins à l'IA étaient de deux natures. Le premier est relatif au manque de compréhension de ce qu'elle peut apporter concrètement et à la question de son ROI, le second tient à une interrogation sur la manière de mettre en œuvre l'IA dans les SI existants » souligne Flavien Lamarque, managing partner du cabinet de conseil. Sa préconisation : une mise en œuvre progressive et itérative de l'IA (analyse des indicateurs / alertes / propositions / actions), avec un accompagnement du changement dans l'organisation. Les cas d'usage sont nombreux, du contrôle de facturation transport, au suivi des appros (avec propositions alternatives), en passant par le dimensionnement des stocks de sécurité, l'amélioration de l'implantation et de la productivité en entrepôt, etc. « L'IA et l'Analytics vont permettre de contourner les architectures SI traditionnelles. Une fonction SC dans l'entreprise peut lancer une phase exploratoire à des coûts raisonnables, sans besoin d'établir une roadmap digitale » explique-t-il. (voir suite) JLR  
   
  De gauche à droite : Julien Laugel et Julie Pronzac, respectivement Chief Data Scientist et Chief eXperience Officer chez MFG Labs, Xavier Brucker et Flavien Lamarque, respectivement Partner Digital Innovation & Artificial Intelligence et Managing Partner chez Mews Partners. ©JP Guillaume  
 
 
 
Rencontres
Mews Partners
(suite)
Comment
anticiper des
lancements
de produits
grâce à l'IA ?

L'un des champs d'action potentiels de l'IA en SC concerne par exemple l'analyse des lancements de produits. Xavier Brucker, désormais en charge des offres digitales & IA chez Mews Partners (voir NL n°2788), résume ainsi la problématique : « Un lancement sur deux est en rupture ou en surstock lors des deux premiers mois et le temps de recalcul des besoins d'appro est trop long ». Pour un distributeur d'aménagement intérieur, Mews Partners a ainsi testé une analyse recourant à de l'intelligence artificielle sur quelques produits. « Nous sommes capable de prédire ce qui va se passer au bout de 10 jours, alors qu'avec une méthode de prévisions classique, c'est un mois et demi de délai » déclare Xavier Brucker, insistant par ailleurs sur l'importance de la mesure de l'efficacité des résultats dans ce genre d'approche. « La machine sera-t-elle vraiment capable de surveiller de manière pertinente les résultats ? s'interroge Régis Bourbonnais, directeur du Master Supply Chain International de Paris-Dauphine. « Je crains que sur la masse de données, elle ait du mal à hiérarchiser une information par rapport à une autre. C'est le phénomène des régressions fallacieuses (spurious) » ajoute-t-il. « Ce n'est pas magique, lui répond Xavier Brucker, l'outil n'intervient pas sur des notions de causalité ». (voir suite) JLR
Photo : Xavier Brucker, Partner Digital Innovation & Artificial Intelligence chez Mews Partners. ©JP Guillaume
 
 
 
 
Rencontres
Mews Partners
(suite)
Les enjeux
de la relation
Homme-
algorithme
L'IA, notamment avec une approche dite « machine learning », est donc un outil de corrélation, et non pas de causalité : il serait donc tout à fait présomptueux de retirer l'homme du process. « Il est temps de repenser la relation entre l'homme et l'algorithme » considère Julien Laugel, chief data scientist chez MFG Labs, une société du réseau de partenaires technologiques de Mews Partners. Et de faire remarquer qu'en ce qui concerne le jeu de Go, le deep learning a ouvert de nouvelles voies en matière de stratégie, alors pourquoi pas en SC ? Mais pour que cette collaboration basée sur l'échange entre l'Homme et l'algorithme soit constructive, la notion de confiance est capitale. « Dans un projet d'algorithme IA d'aide au choix de solutions transport sur lequel nous avons travaillé, nous nous sommes aperçus qu'il était fondamental d'améliorer le retour et l'affichage des résultats à l'utilisateur et de trouver un équilibre des responsabilités et des tâches. Inversement, l'utilisateur va aussi fournir de la donnée à l'algorithme pour lui permettre d'être plus efficace sur la durée » témoigne Julie Pronzac, chief experience officer de MFG Labs. L'un des risques, pour Serge Tisseron, psychiatre, docteur en psychologie et membre de l'Académie des technologies « Pour une technologie au service de l'homme », c'est que l'humain soit victime de son « biais cognitif », d'une « illusion animiste » vis-à-vis de la machine. « A terme, pour prendre des décisions d'importance majeure, la tentation de suivre les algorithmes sera de plus en plus forte, la question étant de savoir si nous allons continuer à reconnaître à l'être humain la capacité de se tromper... » s'interroge-t-il. JLR  
   
  Julien Laugel et Julie Pronzac, Chief Data Scientist et Chief eXperience Officer chez MFG Labs. ©JP Guillaume  
 
 
 
Immobilier
logistique
Prologis vend
un important
portefeuille
d'entrepôts
1,1 Md$ (955 M€), c'est la valeur du portefeuille immobilier que vient de céder l'américain Prologis. Il s'agit de plusieurs terrains ainsi que de 86 entrepôts situés en Europe, aux Etats-Unis et en Asie, dont la surface cumulée dépasse respectivement les 580.000 m² et 1,5 M de m². Ce portefeuille comprend 46 entrepôts européens principalement situés en France (Prologis n'a pas souhaité en communiquer la liste), en Pologne et en Hongrie, pour une surface totale d'environ 920.000 m², ainsi que 40 bâtiments américains (613.000 m² en tout) répartis entre Chicago, Dallas et Seattle. « Cette transaction conclut l'effort de réalignement de notre portefeuille avec notre stratégie d'investissement » indique Michael Curless, chief investment officer de Prologis. « Ce réalignement a démarré en 2011 et, avec son accomplissement en ce 4e trimestre 2018, ce sont quelque 14 Md$ d'actifs gérés et possédés en propre qui ont été revendus ». Cette cession fait par ailleurs suite à la couteuse acquisition (8,4 Md$) de DCT en mai dernier (voir NL n°2709), via laquelle Prologis a mis la main sur 6,6 M de m² de fonciers et bâtiments. PM  
 
Support de
manutention
Auchan Retail
converti
aux palettes
plastiques
Smart-Flow
Dans le cadre de sa démarche de « labellisation sécurité » lancée en 2017, Auchan Retail France avait choisi de remplacer ses palettes bois par des palettes plastiques. Les résultats sont au rendez-vous : dans son entrepôt de Saint-Pierre-des-Corps (37), aucun accident du travail n'a été enregistré depuis le déploiement des palettes plastiques Smart-Flow. Le basculement du bois vers le plastique dans les sites du distributeur en région Ouest avait en fait démarré il y a trois ans et la fin du déploiement est prévue sur 2019.
« Avec les palettes bois, nos opérateurs se blessaient à cause des échardes et des clous, ou bien avaient mal au dos à force de porter des charges lourdes, le poids d'une palette bois variant de 22,5 à 27 kg », explique Marc Lahousse, directeur approvisionnement et logistique pour la Région Ouest chez Auchan. Les palettes plastiques Smart-Flow sont deux fois moins lourdes et permettent aujourd'hui au distributeur d'assurer le stockage, la logistique, la préparation de commandes et le transport de ses marchandises sur sa zone d'opération. Elles sont logotypées Auchan Logistique afin de les identifier et de les récupérer dans le cadre de la reverse logistic, ce qui n'est pas le cas de celles utilisées en magasins pour créer des îlots, colonnes et autres podiums. « Au total, 25 000 palettes plastiques Smart-Flow permettront d'assurer les cycles de rotation des enseignes Auchan dans le Grand Ouest », précise Marc Lahousse. Le distributeur estime que l'investissement est rentabilisé dès la 26e rotation, et il pourrait doter ses 6 autres régions des palettes en question. AD
 
   
 
GMAO
Sedapta-Osys
lance
un module
de gestion de
la maintenance
Créée en octobre 2017 suite au rachat de l'éditeur Osys par le groupe italien Sedapta (voir NL n°2613), la société française Sedapta-Osys commercialise dans l'Hexagone une nouvelle application dédiée à la gestion de la maintenance, dénommée Smart Asset Management. Cette application web disponible sur tout type de support (PC, smartphones, tablettes et PDA) permet à partir d'une même interface de prendre en charge en temps réel la configuration, la planification, et la création de demandes d'intervention sur tous les types de ressources (machines de production et installations), à la fois à un niveau élevé (la machine) et à un niveau détaillé (tous les composants spécifiques de la machine). Smart Asset Management gère à la fois la maintenance préventive, la maintenance conditionnelle et la maintenance corrective, et peut accompagner un processus de digitalisation de l'exécution de la maintenance, interconnecté en temps réel avec la gestion de stocks (commande de pièces de rechange redirigée automatiquement auprès du service achats grâce à un widget de l'application). Par ailleurs, il s'agit d'un module de la suite logicielle 360° S&OP et MOM, ce qui donne la possibilité à l'outil d'être interfacé avec les logiciels d'ordonnancement et de suivi de production édités par le groupe. « Avec une solution telle que la nôtre, les industriels ont l'opportunité de faciliter la gestion de la maintenance de leurs machines et de digitaliser plus globalement leurs processus bien au-delà de la chaîne de production », indique Fabrice Chausserais, co-fondateur et directeur MOM de sedApta-osys. JLR  
   
 
INFOS INTERNATIONALES  

Allemagne
Publikat se dote
des solutions
WMS et SDS
d'Inconso
Société chapeautant les boutiques en ligne Stylefile et BigTree, Publikat a adopté les solutions de gestion d'entrepôt et de gestion des expéditions de l'éditeur Inconso sur son site logistique de Großostheim, en Bavière. Elles sont opérationnelles depuis la fin juillet sur cet entrepôt acquis en 2017 par Publikat, qui commercialise plus de 100.000 références via ces deux boutiques online spécialisées dans les univers du streetwear et du graffiti, et qui assure également le stockage et l'expédition d'articles d'autres e-commerçants tels que WeAre. L'entreprise souhaitait se doter de solutions permettant de répondre à la demande croissante de ses clients tout en gérant plus efficacement son stockage et ses expéditions. AD  
   
 

Italie
Stef met
en service
un site
de 5.000 m²
à Bologne
Le logisticien du froid Stef vient d'inaugurer une nouvelle plateforme sur la commune de Cadriano-Granarolo dell'Emilia, près de Bologne. D'une surface de 5.000 m² et dédiée aux produits alimentaires frais (+2°C/+4°C), elle vient renforcer sa présence dans la botte italienne, son deuxième marché en CA. Stef y opère depuis 2008, avec 34 sites à ce jour, et a procédé au printemps à une opération de croissance externe sur ce marché clé avec le rachat des activités frigorifiques du groupe Marconi (voir NL n°2713). Sa nouvelle plateforme, dont l'extension est d'ores et déjà envisagée, est dotée de panneaux photovoltaïques, équipée d'un éclairage 100% LED et a été construite par Immostef Italie, filiale locale de la foncière du groupe. AD  
   
  De gauche à droite : Stanislas Lemor, président de Stef Italie, Marcello Putzu, directeur de Stef Bologne, Daniela Lo Conte, Maire de Granarolo dell'Emilia, Marco Candiani, directeur général de Stef Italie.  
 

ABONNEMENT GRATUIT : CLIQUEZ ICI
Le lien quotidien qui vous relie à la communauté Supply Chain
Si l'on vous a transféré cette lettre, n'hésitez pas à vous abonner.
Si vous êtes déjà abonné, n'hésitez pas à abonner (ou à faire abonner)
vos collaborateurs et amis.

 
 
Faites profiter la communauté logistique de vos « scoops »
écrivez à la rédaction

Cette Newsletter touche quotidiennement 50.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble
de la communauté logistique.
 

Jean-Luc Rognon
Rédacteur en Chef
Tél : 01 43 68 43 11
jean-luc.rognon@scmag.fr

Maxime Rabiller
Rédacteur spécialisé
Tel. : 01 48 93 18 65
maxime.rabiller@scmag.fr

Armindo Dias
Chef de rubrique
Tel. : 01 43 76 27 74 armindo.dias@scmag.fr
 
 
Pour faire paraître de la publicité dans la NL, Supply Chain Magazine
ou sur le web, contactez-nous

 

Sandrine Papin

Directrice commerciale
tel : 06 11 72 34 33
s.papin@info6tm.com

Philippe Tesson

Directeur de Publicité
tel : 01 80 91 56 30
philippe.tesson@scmag.fr
 
 
Pour modifier vos coordonnées, adressez un e-mail à : abonnement@scmag.fr  
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 
12 octobre 2018

OCTOBRE 2018

Jeudi 11 et
vendredi 12
Formation
EURODECISION
« Méthodes
et pratiques
de la prévision
des ventes »

De 9h à 17h
Paris
La Défense

OCTOBRE 2018

Mardi 16
Journée
SAP France /
Deloitte
« La Supply Chain
Intelligente,
au cœur de votre
transformation
vers
l'omnicanalité »

De 8h00 à 18h00
Tour SAP
Levallois-Perret


Jeudi 18
Matinée
COLIBRI
« Demand &
Supply Planning,
comment avoir
un retour sur
investissement
fort et rapide ? »

Partenaire :
SCMagazine
De 9h30 à 14h30
Mapiece Ainay
Lyon



NOVEMBRE 2018

Vendredi 9
Matinée ORACLE
« Le TMS
au coeur de la
Supply Chain
digitale »

Partenaires :
Deloitte et
SCMagazine
De 8h30 à 11h30
Hôtel de Sers
Paris 8e



DÉCEMBRE 2018

Mardi 11 et
Mercredi 12
SUPPLY CHAIN
EVENT
Salon/Expo
+ Congrès
+ RDV Business...
« Vers une
Supply Chain
digitale et
collaborative »

Partenaire :
Supply Chain
Magazine
Paris Porte
de Versailles
Pavillon 5.1