Si le message s'affiche mal, visualisez la page en ligne
2898
Partager sur
LinkedIn Twitter Facebook
Mobilier
Les process intralogistiques de Tikamoon «sécurisés»
en 3 mois par Acsep
« Nous avons réduit les délais de préparation, gagné en fiabilité et en productivité, et nous avons sécurisé notre logistique » se félicite Thibault Deslorieux, directeur des Opérations et de l'International de Tikamoon, en faisant le bilan de la mise en œuvre du WMS IzyPro. Confrontée à une très forte croissance de 25% de ses ventes, l’enseigne lilloise d’e-commerce du groupe Adeo, spécialisée dans le mobilier en bois massif, réalise fin 2017 qu’il lui faut restructurer sa logistique afin de réduire les cycles de préparation de commandes. Elle lance un appel d’offres à l’issue duquel est choisie la solution IzyPro, le WMS de la société Acsep. Avec une contrainte forte : le projet doit être impérativement bouclé avant le lancement des soldes d’été. En trois mois à peine, d’avril à juin 2018, Acsep va donc accompagner Tikamoon dans la réorganisation son dépôt (basé sur le Port de Santes, près de Lille), la cartographie des emplacements (plus de 1 000 références de meubles et d’articles de décoration), la standardisation des process et bien sur la mise en place de l’outil IzyPro en mode Saas (adaptations fonctionnelles, formation des équipes, réalisation de tableaux de bords dédiés). La bascule et la mise en production sont réalisées dans le bon timing, le 11 juin 2018. Mais l’histoire ne s’arrête pas là : pour accompagner sa croissance, Tikamoon a commencé ce mois-ci le transfert de ses activités logistiques vers un nouvel entrepôt voisin deux fois plus grand (27 000 m²), qui devrait entrer en opérations en juin prochain. « Nous avons fait le choix de faire un déménagement à iso process afin de ne pas perturber l’activité. Nous conservons donc la même organisation et architecture informatique, pour confirmer ou infirmer nos choix précédents. Néanmoins, nous avons de nombreuses possibilités devant nous. Nous prévoyons d’optimiser encore nos process et de faire de nouvelles adaptations liées aux particularités de notre métier, avec l’aide d’Acsep » a indiqué Thibault Deslorieux. JLR
 
   
 

Crédit photo DR / Tikamoon
 
 
 
Spécial SITL
XPO Logistics va généraliser l’usage de l’e-CMR sur sa flotte en propre
Satisfait par les résultats de son pilote portant sur l’intégration de lettres de voiture électronique (e-CMR) à sa solution de télématique embarquée réalisé avec son client Coca-Cola en France, le prestataire XPO Logistics a pris la décision de déployer la solution sur l’ensemble de sa flotte propre dès le troisième trimestre 2019, a-t-on appris mardi à la SITL. Tous ses véhicules détenus en propre sont déjà équipés de systèmes Trimble de télématique embarquée et le pilote, mené avec la solution d’e-CMR de l’éditeur TransFollow, a porté ses fruits. « Nous avons pu constater que la réalisation d’un process administratif complet d’une opération de transport avec une e-CMR ne prenait qu’une journée, contre onze avec une lettre de voiture CMR », a souligné Stéphanie Chanal, responsable produits onboard Transport Europe de XPO Logistics. Les lettres de voiture électronique sont créées automatiquement via les données TMS de XPO Logistics, les validations d’opérations de chargement/livraison sont validées par les conducteurs depuis leurs tablettes qui autorisent aussi l’ajout de photos et de documents annexes, les destinataires peuvent émettre des réserves et confirmer la livraison via une signature sur écran, et les informations sont immédiatement transmises aux parties prenantes puis accessibles et archivées sur une plateforme. XPO Logistics a donc aussi pris la décision d’intégrer la e-CMR à son application mobile pour transporteurs sous-traitants, Drive XPO. AD
 
   
 

De gauche à droite : Alexis Perrinet-Marquet, directeur de TransFollow, Stéphanie Chanal, responsable produits onboard Transport Europe de XPO Logistics, Frédéric Lion, senior manager supply chain Coca-Cola, Fabien Dusserre, directeur de Trimble France, et Thierry Grumiaux, délégué commission de transport international douane et logistique de la FNTR.

Crédit photo A. Dias
 
 
 
Spécial SITL
Iziwork fait le point sur son programme Super Worker
Afin de réduire au maximum le turn-over des intérimaires sur les sites logistiques de ses clients, la plateforme d’intérim digitale Iziwork a lancé en février un programme de fidélité baptisé Super Worker, a-t-on appris sur la SITL. Il consiste à récompenser avec des points les intérimaires qui effectuent des missions via son intermédiaire à partir de différents critères (ponctualité sur sites d’intervention, évaluation des clients, fidélité à la plateforme…). Les plus fiables et fidèles peuvent envisager de toucher jusqu’à 400 € supplémentaires tous les 6 mois. « Depuis que nous l’avons mis en place, le turn-over chez nos clients a chuté d’au moins 30 % », souligne Mehdi Tahri, cofondateur d’Iziwork. En recourant à la plateforme pour solliciter les services d’un cariste, d’un manutentionnaire ou d’un préparateur de commandes, ces clients bénéficient en outre d’un coût total du travail par intérimaire sensiblement inférieur à celui d’une agence d’intérim traditionnelle. «Il peut être inférieur jusqu’à 30 %, cela s’explique en partie par le fait que nos coûts totaux de structure sont de 10 % seulement», poursuit le responsable. Fort de ces atouts, la start-up ambitionne cette année de placer 20 000 intérimaires ainsi que de faire passer ses effectifs de 80 à 160. Créée en avril 2018, elle compte 40 000 intérimaires inscrits sur sa plateforme et déjà plus de 100 clients (XPO Logistics, FM Logistic, Fnac Darty, Cdiscount, Viapost, Chronopost…). AD
 
   
 

Mehdi Tahri, cofondateur d’Iziwork

Crédit photo A. Dias
 
 
 
Etude
Les retailers européens en mal de visibilité sur leur supply chain
Une récente enquête réalisée pour le compte de l’intégrateur Zetes par Sapio Research auprès de 451 retailers au Royaume-Uni, en France, en Allemagne et en Espagne révèle que la visibilité insuffisante est un sujet qui préoccupe 94 % des répondants et qui affecte les performances de leur supply chain. Ce problème entraîne notamment des niveaux de stock excessifs, un gaspillage en augmentation, des pertes de ventes liées à la non-disponibilité des produits et l’incapacité à identifier les retours en tant que stock disponible. Ils sont 87% à reconnaître qu’une meilleure visibilité donnerait un avantage concurrentiel à leur entreprise (satisfaction et fidélité des clients). Pour un tiers des répondants, le volume très important de données et l'absence d'accès aux informations en temps réel sont les deux principaux obstacles à l'amélioration de la visibilité. Mais pour où commencer pour y remédier ? Zetes défend une approche associant vision et pragmatisme. «Il faut voir grand, commencer modestement et évoluer à mesure que les gains deviennent évidents. A condition de maîtriser les processus de la supply chain et de synchroniser les flux de données physiques et numériques entre les systèmes hétérogènes, il est possible d'obtenir un ROI rapide, avec une complexité et un investissement technologique réduits» assure Amir Harel, directeur général des solutions de visibilité chez Zetes. JLR

Pour télécharger le rapport complet, cliquez ici


 
 
 
Ressources humaines
Turnpoint lance une offre d’assessment
Dans un contexte de « guerre des talents » et de fidélisation des équipes, le cabinet de recrutement Turnpoint propose une nouvelle offre centrée sur ce que les anglo-saxons appellent l’assessment, autrement dit l’évaluation des compétences comportementales individuelles et collectives des organisations. L’objectif est d’identifier au sein de l’entreprise cliente les potentiels et les compétences nécessaires à son développement ou à celui d’un nouveau département, dans des contextes de mobilité interne ou de transformation des organisations. Rappelons que Turnpoint, >co-dirigé par deux frères, Cyrille et François Raynal, est exclusivement spécialisée dans les métiers du Transport, de la Logistique, du Shipping et de la Supply Chain. Pour cette nouvelle offre, elle s’appuie sur un consultant senior qui a près de 30 ans d’expérience dans le domaine de l’assessment, Michel Guillanneuf, diplômé d’un DESS en Psychologie industrielle et organisationnelle. « Michel préparera l’ingénierie et les protocoles d'évaluation par Assessment Center adaptés à chaque situation, à l’aide de questionnaires, de mises en situations « In basket », d’études de cas, etc… » nous a confié Cyrille Raynal. JLR
 
   
 

Le consultant senior Michel Guillanneuf sera la cheville ouvrière de la nouvelle offre assessment proposée par le cabinet Turnpoint.

Crédit photo DR
 
 
 
Multimodal
La chatière de Port 2000 tient son plan de financement
L’amélioration de l’accès fluvial direct à Port 2000 (Le Havre) figure dans la liste, publiée mardi par la Commission européenne, des projets retenus dans le cadre de l’appel à propositions Transport 2018 du Mécanisme pour l’Interconnexion en Europe (MIE). Le projet peut donc compter sur un financement européen à hauteur de 25 M€, ce qui représente 20% du montant total, de 125 M€. Ce qui signifie que le plan de financement du projet est désormais bouclé : la Région Normandie est la principale contributrice (66%, soit 82,65 M€), suivie de l’Europe (20%), du Grand Port Maritime du Havre (11%) et de l’Etat (3%). Rappelons que ce projet, plus communément appelé la « chatière », consiste à réaliser des ouvertures dans la digue sud du port historique et dans la digue nord de Port 2000 et à un créer plan d'eau abrité pour la navigation des bateaux fluviaux. L’objectif est de créer les conditions optimales pour le développement du trafic fluvial conteneurisé entre les terminaux maritimes de Port 2000 et les terminaux intérieurs de la région Ile-de-France. Mais pour autant, il faudra encore attendre quelques années. La phase d’études préalables à l’enquête publique est actuellement en cours. La prochaine étape d’ici 2020 sera le dépôt de dossier de demande d'autorisation d’exploiter. Les premiers travaux commenceraient alors en 2021, pour une mise en service envisagée… pour la fin 2023. JLR
 
 
Nomination
Logicor étoffe son équipe logistique urbaine
Début 2018, le propriétaire et gestionnaire d'entrepôts Logicor avait mis en place une business unit dédiée à la logistique urbaine au sein de son équipe française. Sa mission : « apporter aux acteurs du e-commerce, aux prestataires logistiques et aux entreprises de toutes tailles, une offre opérationnelle, réactive et flexible, de bâtiments de distribution (cross-docking, messagerie…) et de bâtiments logistiques à entreposage partiel ». Dirigée par Dimitri Mezinis, directeur Logistique urbaine et Messagerie chez Logicor France, cette équipe comptait déjà deux gestionnaires d'actifs, récemment rejoints par Mathieu Saulay en tant qu'asset manager junior. Titulaire d'un master de l'École Supérieur des Professions Immobilières (ESPI) de Paris, Mathieu Saulay a débuté en 2012 sur le volet tertiaire chez Cushman & Wakefield, puis en évaluation immobilière chez BNP Paribas Real Estate, avant de rejoindre CBRE en 2015 comme courtier en immobilier pour l’industrie légère et la logistique. Chez Logicor, il lui reviendra de gérer un portefeuille de bâtiments multi-clients situés sur le parc de Garonor, à Aulnay-sous-Bois (93), le plus emblématique de Logicor en matière de logistique urbaine. Ce segment du marché représente un quart des 2,4 M de m² de son patrimoine en France, et se répartit en 65 bâtiments sur une quinzaine de zones, principalement en Ile-de-France. Parmi ses clients figurent Amazon, La Poste, Mondial Relay, Colis Privé ou Relais Colis. « Nous sommes en capacité d’apporter à nos clients une réponse immobilière adaptée, tant sur des perspectives à long terme que pour des besoins à plus court terme, nécessitant flexibilité et rapidité » note Dimitri Mezinis. MR
 
   
 

Mathieu Saulay, Asset Manager Junior au sein de la BU Logistique urbaine de Logicor France.

Crédit photo DR
 
 


 
 
INFOS INTERNATIONALES  

Allemagne
Puma va se doter d’un site de pointe automatisé par TGW

730 000 emplacements de stockage ! C’est la capacité annoncée du magasin automatique qui sera installé au sein du centre de distribution que Puma se fait construire à Geiselwind, en Bavière. L'équipementier sportif a posé mi-février la première pierre de ce futur entrepôt central européen dont la mise en exploitation est prévue pour le printemps 2021. Pour automatiser ce site de pointe, Puma a retenu TGW Logistics Group. Cette commande se chiffre en dizaines de millions d'euros et compte parmi les plus importantes jamais signées par le spécialiste autrichien de l'automatisation intralogistique. Au cœur de ce système conçu sur-mesure figurera sa solution de préparation de commandes FlashPick, dont la flexibilité permet de traiter efficacement aussi bien des flux B2B que B2C, avec des temps de traitement très rapides. L'impressionnant magasin automatique comportera 24 allées desservies par 500 navettes Stingray, et les différentes zones fonctionnelles du site seront reliées par plus de 21 km de convoyeurs éco-énergétiques KingDrive. Au-delà de la mise en service, Puma a signé avec TGW un contrat de services de 10 ans, et plus de 30 techniciens sur site assureront un bon fonctionnement 24H/24. « Nous travaillerons de concert avec l’exploitant BLG pour garantir une disponibilité maximale de l'installation et des performances optimales », souligne Christoph Wolkerstorfer, directeur commercial du groupe TGW Logistics. MR
 
   
  © TGW Logistics Group  
 

Etats-Unis
Un drone à usage commercial reçoit l’aval des autorités

L’administration de l’Aviation fédérale américaine (FAA) vient d’autoriser l’usage d’un drone commercial à Raleigh, capitale de la Caroline du Nord et ville de 465.000 habitants. Opéré par UPS, cet engin volant conçu par la société Matternet transportera des échantillons médicaux, sanguins par exemple, entre différents sites de l’hôpital WakeMed et son laboratoire d’analyse situé en centre-ville sur son campus médical. Capable de transporter 2,3 kg sur une distance de près de 20 km, ce drone sera suivi par un pilote à distance et empruntera un parcours prédéterminé comprenant un lieu d’atterrissage précis. Evitant le trafic urbain, il devrait s’avérer être un moyen de transport rapide et économique offrant davantage de réactivité et pouvant même, dans certains cas, sauver des vies. L’obtention de l’autorisation de vol est le résultat d’un test concluant mené depuis août dernier. Le projet pilote devrait se poursuivre jusqu’en 2021 afin de déterminer d’autres applications viables, sures et susceptibles d’améliorer le quotidien de la population. PM
 
   
  Crédit Matternet  
 

ABONNEMENT GRATUIT : CLIQUEZ ICI
Le lien quotidien qui vous relie à la communauté Supply Chain
Si l'on vous a transféré cette lettre, n'hésitez pas à vous abonner.
Si vous êtes déjà abonné, n'hésitez pas à abonner (ou à faire abonner)
vos collaborateurs et amis.

 
 
Faites profiter la communauté logistique de vos « scoops »
écrivez à la rédaction

Cette Newsletter touche quotidiennement 50.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble
de la communauté logistique.
 

Jean-Luc Rognon
Rédacteur en Chef
Tél : 01 43 68 43 11
jean-luc.rognon@scmag.fr

Maxime Rabiller
Rédacteur spécialisé
Tel. : 01 48 93 18 65
maxime.rabiller@scmag.fr

Armindo Dias

Chef de rubrique
Tel. : 01 43 76 27 74 armindo.dias@scmag.fr
 
 
Pour faire paraître de la publicité dans la NL, Supply Chain Magazine
ou sur le web, contactez-nous

 

Sandrine Papin

Directrice commerciale
tel : 06 11 72 34 33
s.papin@info6tm.com

Philippe Tesson

Directeur de Publicité
tel : 06 81 35 79 03
philippe.tesson@scmag.fr
 
 
Pour modifier vos coordonnées, adressez un e-mail à : abonnement@info6tm.com  
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 
29 mars 2019





 

avril 2019

Mercredi 3
GALA DU
SUPPLY CHAIN MANAGEMENT


mai 2019

Mardi 21
Ouverture des candidatures certificat
industrie 4.0 Dauphine Executive Education
Inscrivez-vous !

Jeudi 23
& Vendredi 24
Formation EURODECISION
« Méthodes & pratiques de la prévision des ventes »
De 9 h à 17 h

 


Pour ne plus recevoir la newsletter, suivez ce lien