Si le message s'affiche mal, visualisez la page en ligne
2973
Partager sur
LinkedIn Twitter Facebook
Points de retrait
Amazon lance son propre réseau, baptisé Counter

C’est hier matin à la Maison de la Presse Paris-Batignolles qu’a été officialisé le lancement d’Amazon Counter, un réseau de points de retrait que le e-commerçant développe en propre pour livrer ses clients (exclusivement, à ce stade). Le magasin parisien a figuré parmi les premiers à proposer la formule, avant l’été, mais elle est désormais déployée dans une centaine de points de Maison de la Presse, ce nouveau service ayant été « co-construit » avec le Groupe NAP, qui compte 1 400 points de vente sous cette enseigne, dont 30% dans des villes de moins de 5 000 habitants (NAP approvisionnant par ailleurs 7 000 des 22 000 vendeurs de presse en France). L’objectif est d’atteindre le millier de points de retrait Amazon Counter dès la fin de cette année, et sa future extension devrait impliquer d’autres partenaires, enseignes ou commerçants. Pour le client, plus besoin de document d’identité : le flash du code-barres associé à sa commande présenté sur son smartphone ou en version papier suffit. Les terminaux des commerçants sont équipés d’une application Amazon dédiée, et cette mainmise sur les outils est un point-clé, selon Ronan Bolé, le directeur des opérations d’Amazon en France. « Nous continuons de travailler avec les autres spécialistes du point de collecte [Relais Colis et Mondial Relais, ndlr.], mais nous opérons ici avec nos propres outils, avec la possibilité de les faire évoluer au fil du futur enrichissement des services. La gestion des retours est par exemple au programme pour 2020. Et d’un point de vue logistique, ces points sont livrés dans le cadre de nos tournées livrant aussi les particuliers depuis nos agences de livraison, donc cela contribue à optimiser l’emploi des moyens », fait-il valoir. L’enjeu est aussi de répondre à la croissance d’Amazon (de l’ordre de 25% en France, et encore plus pour le retrait en point de retrait) en développant de nouvelles capacités, les réseaux ne pouvant suivre ce rythme de développement. Pour éviter la saturation en magasin, Amazon Counter permet de « caper » l’activité de chaque point de vente, de 20-30 colis par jour à parfois plus de 500. Cette initiative s’inscrit par ailleurs dans le programme Amazon Hub, qui chapeaute aussi le déploiement de consignes automatiques (Amazon Locker) avec des partenaires comme la SNCF (voir NL 2737), Casino, Intermarché ou Total. Le cap des 3 000 consignes installées sera ainsi bientôt franchi. Chacune de ces initiatives se déploie à l’international, Amazon Counter ayant déjà été lancé au Royaume-Uni et en Italie, ainsi qu’en juin aux États-Unis. MR


 
   
 

Amazon Counter mise sur la fluidité : il suffit au commerçant de flasher le code-barres présenté par le client, sans besoin de contrôler son identité.

Crédit photo M. Rabiller
 
 
 
Brexit
Un « No deal » moins probable n’empêche pas des mesures de prudence

La journée d’hier a fait diminuer la probabilité d’un Brexit sans accord le 31 octobre. Les députés britanniques ont d’abord voté une loi obligeant Boris Johnson à demander à l’UE un report de trois mois, jusqu'à la fin janvier 2020, si aucun accord n’a été signé d’ici le 19 octobre. Puis, dans la soirée, ils ont refusé de façon très nette de suivre la motion du Prime Minister sur l’organisation d’élections anticipées le 15 octobre. Cela ne signifie pas que le risque d’un Brexit sans accords commerciaux avec l’UE le 31 octobre est définitivement écarté, car la loi doit désormais passer par la Chambre des Lords. Mais il semble que la perspective d’un troisième report du Brexit tient désormais la corde. Pour autant, les entreprises tricolores ont tout intérêt à se préparer au pire des scénarios pour ne pas faire courir de risque inconsidéré à leur activité, et c’est ce que le gouvernement français leur conseille fortement. « Se préparer le plus tôt possible, c’est toujours gagner du temps » a rappelé Agnès Pannier-Runacher à Bercy devant la presse et les fédérations professionnelles. La secrétaire d’Etat auprès du Ministre de l’Economie et des Finances a par ailleurs insisté sur le fait que cette sensibilisation concernait l’ensemble des entreprises, celles qui ont une relation directe avec le Royaume-Uni mais aussi celles qui sont exposées via leur chaîne de sous-traitance. De son côté, le secrétaire d'État à la fonction publique Olivier Dussopt, a rappelé qu’il existait un dispositif dit de « frontière intelligente » (anticipation des formalités en douane et automatisation des échanges d’informations au passage de frontière) en utilisant un code barre de déclaration en douane qui devra être en la possession du conducteur du camion. « Cela ne fonctionnera que si l’anticipation est au rendez-vous, que les donneurs d’ordre, les conducteurs, les transporteurs, et l’ensemble des prestataires sont sensibilisés et que les formalités préalables nécessaires auront été totalement observées ». Pour se préparer à un Brexit dur, voici selon lui les quatre grandes priorités pour les entreprises (notamment celles dont les échanges jusqu’à présent se cantonnaient aux pays de l’UE) : 1/ Obtenir auprès de la Douane (procédure gratuite) un numéro d’identifiant communautaire OERI ; 2/ Déposer une déclaration de transit à l’aide du téléservice de dédouanement national ; 3/ Vérifier que certains de ses flux de produits avec le Royaume-Uni ne tombent pas sous le coup de réglementations spécifiques (santé, phytosanitaire, matériel de guerre par exemple) ; 4/ Anticiper et estimer l’impact financier des futurs droits de douane et taxes dont elles devront s’acquitter. Cette dernière tâche n’est pas si simple car les règles du jeu ne sont toujours pas connues et ne le seront vraisemblablement qu’au tout dernier moment… JLR


 
   
 

Les trois secrétaires d’Etat présents mardi à Bercy devant la presse et les fédérations professionnelles, de gauche à droite : Amélie de Montchalin (Affaires européennes), Agnès Pannier-Runacher (secrétaire d’Etat auprès du Ministre de l’Economie et des Finances) et Olivier Dussopt (Fonction Publique).

Crédit photo JL Rognon
 
 
 
Emballage
Raja retient le TMS d’Acteos pour un déploiement paneuropéen

>Suite à un appel d’offres lancé en septembre 2018, le distributeur d'emballages, fournitures et équipements Raja a retenu en juin dernier le TMS d’Acteos, concepteur, éditeur et intégrateur de logiciels de SCM. Les modules de planification de transport, optimisation de tournées, gestion de coûts et simulation tarifaires du TMS seront déployés à partir du 1er trimestre 2020 chez Raja France, puis concerneront progressivement toutes les filiales du distributeur, au rythme d’une entité tous les 6 mois. Le groupe, qui compte aujourd’hui 21 sociétés dans 18 pays en Europe, pourra en outre suivre et analyser ses performances car le TMS implémenté sera accompagné de la solution Business Intelligence & Analytics d’Acteos. « Nous étudions déjà une nouvelle collaboration sur l’aspect prédictif de la gestion de transport », relèvent par ailleurs Raja et Acteos dans un communiqué. AD


 
   
 

Le TMS d’Acteos sera déployé dès le 1er trimestre 2020 chez Raja France.

Crédit photo Raja
 
 
Intralogistique
Iconso muscle son WCS

La nouvelle version du progiciel de Warehouse Control System (WCS) d’inconso cherche à aller au-delà des fonctions de pilotage, d’intégration et de synchronisation des différents automatismes au sein d’un entrepôt (shuttle, Miniload, transstockeurs, systèmes de robotique et de tri, systèmes Pick-to-Light). L’éditeur allemand y a notamment ajouté des fonctionnalités de modélisation et de visualisation des systèmes intégrés permettant de suivre, en temps réel, le niveau de stocks et d’optimiser les flux en permanence. La dernière version d’inconsoWCS prend aussi en charge les opérations avancées de gestion d’inventaire, de gestion des emplacements, et de Pick/Pack et offre la possibilité de mettre en place des stratégies d'optimisation telles que le contrôle dynamique du transport et des tournées, l’ordonnancement ou le contrôle des stocks, tout en respectant le planning transport. L’outil est proposé soit en tant que module de la suite logicielle inconso Logistics Suite, soit en tant que solution autonome (stand-alone). Il peut également servir à la planification et à la simulation des flux, en prenant en compte la charge de travail, les fermetures et autres restrictions en fonction des indicateurs relatifs aux heures de départ, aux affectations d’itinéraire, aux niveaux de remplissage ou aux affectations de poste de travail. Les KPI, les flux et la charge de travail sur les zones de stockage automatisées et manuelles peuvent être contrôlées en temps réel à partir d’une tableau de bord accessible à partir d’une tablette tactile. JLR


 
   
 
Crédit photo Inconso
 
 
 
Manutention portuaire
Tramar va automatiser ses déchargements de conteneurs avec Copal

Le commissionnaire de transport et logisticien Tramar a commandé un système de déchargement automatisé de conteneurs maritimes C2 au groupe néerlandais Copal Handling Systems. Permettant de décharger sans efforts des conteneurs via une pince spéciale qui y saisit les produits pour les déposer sur une bande transporteuse télescopique, il sera exploité pour décharger et entreposer des sacs de café dans son entrepôt dédié à cette activité situé au Havre (12 000 m²). Il dispose d’une capacité de stockage de 160 000 sacs de café, et traite en moyenne 50 000 tonnes de café par an. Tramar travaille dans le secteur de la manutention caféière depuis au moins 1995, date à laquelle il a racheté l’entreprise de stockage et manutention spécialisée SRC (Société des Receveurs de Café). La solution C2 de Copal a été présentée et récompensée d’un prix de l’innovation Intralogistics sur la dernière SITL (voir NL n°2891 et NL n°2897). AD


 
   
 

Tramar est le premier client français de la société Copal Handling Systems.

Crédit photo Copal Handling Systems
 
 
Auto ID
Une pluie de nouveautés chez Zebra Technologies

Le prochain salon Paris Retail Week qui se tiendra du 24 au 26 septembre à Paris Expo Porte de Versailles va donner lieu à la présentation de nombreuses nouveautés chez le spécialiste des terminaux durcis, scanners et imprimantes codes-barres Zebra Technologies. Sur son stand, en plus de son imprimante mobile ZQ630 (voir NL n°2971), il a notamment prévu d’exposer ses nouveaux kiosques interactifs CC600 et CC6000 et son lecteur portable RFID longue portée MC3390R. Destiné à des applications en entrepôt, ce dernier est capable de capturer des codes-barres 1D/2D de 7,6 cm à 12 m et son antenne longue portée de lire des étiquettes RFID à plus de 18 m. Déclinés en modèles 5’’ et 10’’, les kiosques interactifs permettent pour leur part d’effectuer des achats en ligne comme en magasins et sont dotés de scanner 1D/2D. Sur le stand du fabricant, l’enseigne textile Celio présentera par ailleurs la solution d’inventaire magasins qu’elle a déployée dans 750 de ses points de vente en Europe en associant des terminaux de chez Zebra Technologies à la plateforme logicielle RFID !D Cloud de la société Nedap (voir NL n°2965). Les visiteurs pourront aussi s’y voir présenter des solutions de click & collect ou encore de gestion d’inventaires des sociétés Budget Box, Doodle, Signify, Mishipay et Nedap, toutes partenaires de Zebra Technologies. AD


 
   
 

Le lecteur portable RFID longue portée MC3390R.

Crédit photo Zebra Technologies
 
 
Nomination
Sogaris donne un tour environnemental à son property management

Le groupe Sogaris annonce l’arrivée Olivier Martin au sein de son pôle Foncière, en tant que directeur du property management. À ce titre, il devient l’interlocuteur désigné des locataires du parc existant de la société d’économie mixte spécialisée en immobilier logistique. Celui-ci atteint les 630 000 m² à ce jour, principalement au sein du Grand Paris, de l’espace de proximité de moins de 1 000 m² à des plateformes de plus de 50 000 m², en passant par des hôtels logistiques de taille intermédiaire. Ce parc accueille quelque 200 locataires très divers : aussi bien des opérateurs comme La Poste ou Chronopost sur des sites de messageries que des acteurs plus traditionnels sur les plateformes Sogaris de Rungis, Lyon ou Marseille. Au-delà de la gestion au quotidien des relations avec ces locataires, Olivier Martin a pour mission de relayer sur le terrain la volonté de Sogaris d’être un maillon de la transition écologique en contribuant à réduire l’empreinte environnementale des activités logistiques. En pratique, il pourra s’agir d’initier des projets de déploiement d’éclairage LED, de programme d’optimisation des consommations d’énergie, par exemple. Côté formation, Olivier Martin a justement une double expertise immobilière et environnementale, à la fois titulaire d’un master en droit de l’immobilier et de la construction, et d’un DESS en droit et gestion de l’environnement. Son parcours l’avait d’abord mené chez Vinci Immobilier Gestion en tant que responsable du pôle Mise en copropriété, pendant près de 5 ans, avant de diriger le cabinet indépendant Fortim entre 2014 et 2018. Depuis le printemps 2018, il exerçait en tant que responsable de pôle au sein de Perial Property Management. MR


 
   
 

Olivier Martin, directeur du Property Management au sein du pôle foncière de Sogaris.

Crédit photo Sogaris
 
 
INFOS INTERNATIONALES  

Etats-Unis
Conveyor Handling Company trouve chaussure à son pied chez Interroll

Sollicité par son client 3PL Distribution Management Group (DMG) qui recherchait un équipement de manutention à même de traiter 100 boites de chaussures par minute sur son nouveau site de distribution de Cranberry (New Jersey), le fournisseur/distributeur de solutions de manutention Conveyor Handling Company (CHC) a trouvé la solution auprès d’Interroll. Il s’est tourné vers le trieur crossbelt horizontal du spécialiste suisse de la transitique qui était déjà en passe à l’époque d’intégrer un autre centre de distribution de chaussures au Mexique. Permettant de transférer des produits dans la zone appropriée via une plaque et un mécanisme d’entraînement pneumatique, il permet aujourd’hui au 3PL d’expédier au quotidien entre 15 000 et 30 000 paires de chaussures, le débit du système ayant été augmenté via la création d’une « double pile ». AD


 
   
 
Le trieur crossbelt horizontal d’Interroll installé chez Distribution Management Group peut traiter 100 boîtes de chaussures par minute.

Crédit Photo : Interroll
 
 

Côte d’Ivoire
Bolloré T&L inaugure son nouveau hub logistique d’Abidjan

La nouvelle plateforme logistique tri-température Aerohub de Bolloré Transport & Logistics a été inaugurée hier en présence de Thierry Ehrenbogen, président de Bolloré Logistics. Située à proximité de l’aéroport international d’Abidjan et à moins de 15 km du terminal portuaire de la capitale économique ivoirienne, cette infrastructure de 15 000 m² tri-température (froid négatif, froid positif et température ambiante) est destinée à recevoir, stocker et distribuer des marchandises sur le marché ivoirien ou sous-régional pour des acteurs de la grande distribution, des télécoms, de l’industrie, de la pharmacie ou encore de la restauration. Se voulant un point de connexion entre les flux logistiques internationaux maritimes et aériens et les consommateurs finaux, le projet a nécessité dans sa première phase de mise en œuvre un investissement de 6 M€ sur un total estimé à 12 M€. Le site est notamment équipé d’un bassin de rétention des eaux pluviales, d’un système d’éclairage à LED et de chariots de manutention électriques qui seront à terme rechargés à l’aide de l’énergie solaire. AD


 
   
 
Aerohub a nécessité dans sa première phase de mise en œuvre un investissement de 6 M€

Crédit Photo : Bolloré Transport & Logistics
 
 

ABONNEMENT GRATUIT : CLIQUEZ ICI
Le lien quotidien qui vous relie à la communauté Supply Chain
Si l'on vous a transféré cette lettre, n'hésitez pas à vous abonner.
Si vous êtes déjà abonné, n'hésitez pas à abonner (ou à faire abonner)
vos collaborateurs et amis.

 
 
Faites profiter la communauté logistique de vos « scoops »
écrivez à la rédaction

Cette Newsletter touche quotidiennement 50.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble
de la communauté logistique.
 

Jean-Luc Rognon
Rédacteur en Chef
Tél : 01 43 68 43 11
jean-luc.rognon@scmag.fr

Maxime Rabiller
Rédacteur spécialisé
Tel. : 01 48 93 18 65
maxime.rabiller@scmag.fr

Armindo Dias

Chef de rubrique
Tel. : 01 43 76 27 74 armindo.dias@scmag.fr
 
 
Pour faire paraître de la publicité dans la NL, Supply Chain Magazine
ou sur le web, contactez-nous
 

Sandrine Papin

Directrice commerciale
tel : 06 11 72 34 33
s.papin@info6tm.com

Philippe Tesson

Directeur de Publicité
tel : 06 81 35 79 03
philippe.tesson@scmag.fr
 
 
Pour modifier vos coordonnées, merci de mettre à jour le formulaire en cliquant ici  
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 
5 septembre 2019


octobre 2019

Vendredi 04
Mews Partners
« Seconde édition des Rencontres IA & Supply Chain organisée par Mews Partners en partenariat avec Supply Chain Magazine »
14h00-17h00
Université Paris Dauphine

Mardi 08
SUPPLY CHAIN EXPERTS
« Comment optimiser votre logistique d’entreposage ? »
8h30
Paris (Porte de Charenton)
Avec le témoignage de Christophe BARAT - Directeur Supply Chain de la société RICARD

Jeudi 10
et vendredi 11
EURODECISION
« Formation EURODECISION : Méthodes et pratiques de la prévision des ventes »
9h00-17h00
Paris-La Défense


novembre 2019

Mardi 19
Simco
« SIMCO CONSULTING »
9h00-16h00
Paris
9 rue d'athènes

Mardi 19
au jeudi 21
Transport & Logistics Meetings
« Les innovations clés du secteur »
Palais des Festivals et des Congrès de Cannes

Mardi 19
au jeudi 21
Europack-Euromanut-CFIA
« Europack-Euromanut-CFIA »
EUREXPO LYON
Halls 6 et 7


décembre 2019

Mardi 03
et mercredi 04
Supply Chain Event 2019
« Réussir la transformation digitale »
9h00-18h00
Paris
Porte de Versailles

 


Pour ne plus recevoir la newsletter, suivez ce lien