Si le message s'affiche mal, visualisez la page en ligne
N°3068
 
Un crunch peut en cacher un autre

Deux évènements de la fin de semaine dernière méritent selon moi l’appellation britannique de « crunch ». Je pense en effet que la concrétisation politique et juridique du Brexit, vendredi à 23 h GMT, est l’un de ces moments critiques où la prise de décision peut être lourde de conséquences, au même titre que le traditionnel « crunch » de l’Ovalie qui a opposé dimanche les équipes de France et d’Angleterre. La grande différence avec la brillante et inattendue victoire du XV tricolore, c’est que le crunch du Brexit va s’étaler sur une échelle de temps beaucoup plus longue qu’un match de rugby et que personne ne peut encore en déterminer l’issue, après la période de transition de 11 mois (jusqu’au 31 décembre 2020) pendant laquelle les règles du marché unique et de l’union douanière continueront à s’appliquer. Tout reste à négocier en matière d’accord économique de libre-échange avec l’UE, et la France devra être particulièrement attentive aux évolutions des règles commerciales avec son voisin d’outre-Manche, dans l’automobile, la pharma, l’agriculture, l’agroalimentaire, les alcools, la chimie, etc, si elle veut tenir son rang de septième fournisseur du Royaume-Uni (avec qui elle a un excédent commercial de 12 Mds €). Parallèlement, le Royaume-Uni aura la capacité d’assouplir certaines règles commerciales avec d’autres partenaires que l’UE, avec en tête de liste les Etats-Unis, la Chine, l’Inde ou les pays d’Afrique. Certains experts brandissent déjà le risque d’un « Singapour-sur-Tamise », d’autres n’y croient guère compte tenu du poids de l’UE dans les exportations britanniques (47%). Bref, on reste encore dans l’expectative. Une chose est sûre : en ces temps incertains, l’amélioration de la compétitivité logistique de la France doit être plus que jamais d’actualité pour avoir une chance d’attirer sur le continent certains centres de distribution à vocation européenne encore basés outre-Manche.
Jean-Luc Rognon

 
 
 
Intralogistique
Jungheinrich anticipe un tassement du marché sur 2020

Lors de sa conférence de presse annuelle qui s’est tenue la semaine dernière à Hambourg le spécialiste des solutions intralogistiques Jungheinrich a indiqué qu’il s’attendait à enregistrer sur 2020 un CA compris entre 3,6 et 3,8 Md€. Sur 2019, exercice dont les comptes annuels seront publiés à la mi-mars, il anticipe un CA de 3,85 à 4,05 Md€, avec de 3,8 à 4,05 Md€ de prises de commandes. « L’économie mondiale est beaucoup moins favorable que l’an passé », a expliqué Christian Erlach, membre du board de Jungheinrich en charge des ventes et du marketing. Le secteur a en outre déjà comptabilisé un repli des ventes d’équipements de manutention sur 2019. Selon les dernières données de l’institut World Industrial Truck Statistics, 1,507 million d’engins ont en effet été commercialisés sur la période, contre 1,540 million d’unités sur 2018. La volumétrie 2019 a concerné des équipements de magasinage à 47 %, des chariots thermiques à contrepoids à 36 % et des chariots électriques à contrepoids à 17 %. Côté marchés, les ventes concernent principalement la Chine (31 %), l’Europe (27 %) et l’Amérique du Nord (17 %). « La part des chariots électriques a progressé et l’impact de la Chine sur le marché a continué de croître avec une demande pour les seuls chariots électriques en hausse de 33 % », a poursuivi Christian Erlach. Jungheinrich s’attend ainsi à une explosion de ses ventes de chariots électriques avec batteries lithium-ion d’ici à 2025 : leur part dans ses volumes doit passer de 20 à 25 % aujourd’hui à 80 % en 2025. Rien d’étonnant donc si le spécialiste des solutions intralogistiques continue d’étoffer son portefeuille d’offres de produits et services liés aux batteries lithium-ion, en plus de développer son catalogue d’AGV (voir ci-après). AD

 
   
 

Christian Erlach, membre du board de Jungheinrich en charge des ventes et du marketing.

Crédit photo AD
 
 
 
Intralogistique (suite)
Développement de l’offre lithium-ion et AGV chez Jungheinrich

Chariots frontaux à batteries lithium-ion et AGV sont plus que jamais appelés à se développer chez Jungheinrich. Lors de sa conférence de presse annuelle, le fournisseur de solutions intralogistiques a en effet dévoilé son nouveau chariot frontal à batteries lithium-ion EFG P30i, ainsi que plusieurs de ses derniers chariots autoguidés (AGV). Doté de deux moteurs électriques et d’une batterie lithium-ion, le chariot EFG P30i est exploitable en indoor comme en outdoor, revendique un TCO inférieur de 25 % à celui de son équivalent diesel (DFG S30s) et sera commercialisé à la fin 2021. « Il est doté des derniers standards d’efficacité énergétique, d’ergonomie et de protection de l’environnement et marque le début de la fin des modèles de chariots frontaux à moteurs diesel », a indiqué Christian Erlach. Pour les recharger, ses utilisateurs pourront par ailleurs recourir aux dernières offres proposées en la matière chez Jungheinrich : des stations de stockage d’énergie pour l’extérieur et l’intérieur, fixes ou modulaires. Lancée sur le premier trimestre, sa station modulaire indoor a déjà fait l’objet d’un déploiement l’an dernier sur un site de Ceva Logistics aux Pays-Bas. « Se présentant sous la forme de racks, elle ne nécessite aucun travail d’infrastructure », a souligné Michael Von Forstner, responsable du programme lithium-ion chez Jungheinrich. Côté AGV, Jungheinrich a présenté son dernier modèle de gerbeur autonome ERC 213a et a mis en exergue quelques-unes de ses créations issues de partenariats, notamment avec le fabricant de machines-outils DMG Mori. Lancé l’an dernier, l’ERC 213a a déjà été adopté en 11 exemplaires par le groupe Sauer GmbH pour son nouveau site de production/stockage de Föritztal, au sud de Leipzig. Avec DMG Mori, c’est un AGV sur-mesure dénommé PH-AGV et destiné au déplacement de machines de fraisage qui a été conçu sur la base de l’AGV 215a de Jungheinrich. Dernièrement, le constructeur a en outre scellé un partenariat avec le fabricant de machines d’usinage Trumpf, l’objectif étant de favoriser le développement de smart factories avec des systèmes de stockage et de préparation de commandes innovants ainsi que des AGV. Il a déjà donné lieu à une mise en pratique dans le nouveau centre technologique de Trumpf à Chicago, aux Etats-Unis. AD

 
   
 

De gauche à droite, le chariot frontal lithium-ion EFG P30i, la nouvelle station de stockage d’énergie et l’AGV ERC 213a de Jungheinrich.

Crédit photo AD + Jungheinrich
 
 
Matériels électriques
DERD muscle sa logistique avec Magistor

Cela va bientôt faire 5 ans que l’avignonnais DERD - Docks Electriques Rhône Durance s’appuie sur une plate-forme centrale pour gérer sa logistique de distribution vers l’ensemble de ses agences (400 colis par jour à destination de 14 agences réparties dans le Sud-Est de la France). A cette époque, le distributeur grossiste spécialisés dans les matériels électriques fait le choix du WMS Magistor de l’éditeur Savoye, à l’issue d’un appel d’offres. Connecté à l’ERP, l’outil informatique est utilisé pour la gestion des réceptions et du rangement des produits (7 900 références), le cross docking, les réservations client, le pilotage de la flotte interne ainsi que des transporteurs externes, ainsi que pour les opérations de préparation de commande (au détail ou par palettes) et de coupe de câbles. « Magistor nous a permis d’enregistrer un gain de temps de 30 % sur les réceptions, tout en conservant notre organisation de travail, à savoir deux départs par jour, l’un à midi et le second à 18 h et en atteignant un taux de service de 97 % », déclare Olivier Etienne, le responsable logistique de DERD. L’expertise de Savoye pourrait être de nouveau mise à contribution car l’’entreprise a des projets d’extension de son réseau d’agences et de développement d’un site e-commerce. JLR

 
   
 

L’utilisation du WMS Magistor sur son entrepôt central d’Avignon a permis au distributeur grossiste DERD de gagner 30% de productivité sur les réceptions et d’atteindre un taux de service de 97%.

Crédit photo DR
 
 
Transport
Offre préférentielle de location de remorques TIP pour les partenaires de Fretlink

Dans le panel d’offres exclusives dont fait bénéficier la plate-forme digitale Fretlink à ses partenaires premium transporteurs figure désormais le service de location courte-durée de semi-remorques de TIP, qui s’appuie sur un parc de 8 000 unités. La remise tarifaire peut aller jusqu’à 25% sur les courtes et moyennes durées, le coût d’entretien mécanique, frigorifique et pneumatique étant compris dans celui de la location. Par ailleurs, en cas de réparation ou de maintenance, le transporteur peut en outre bénéficier d’une réduction de 15% sur toutes les opérations effectuées dans les ateliers TIP. Fretlink rajoute à cela une solution d’assistance-dépannage sur route, TIP Roadside Assistance, avec des interlocuteurs joignables 24h/24 et 7j/7. JLR

 
   
 

Fretlink fait bénéficier à ses partenaires transporteurs premium d’une location à tarif préférentiel de semi-remorques TIP Trailer Services.

Crédit photo TIP Trailer Services
 
 
INFOS INTERNATIONALES  

Pays-Bas
Kloosterboer construit à Flessingue un terminal automatisé à conteneurs réfrigérés

Sur son site du port de Flessingue (en néerlandais Vlissingen), dans la province de Zélande (entre Anvers et Rotterdam), le 3PL néerlandais spécialisé en température dirigée Kloosterboer se fait construire un terminal à conteneurs ultra moderne comprenant 1 020 prises pour conteneurs réfrigérés (Reefer). Opérationnelle à la mi-2020, l’installation sera équipée de quatre grues portiques sur pneus (RTG, Rubber Tired Gantry) entièrement automatisées, ce qui permettra de diminuer considérablement le nombre d’engins de manutention sur le terminal. Les portes d’accès seront également automatisées pour ce termonal dimensionné pour une capacité de traitement de 250 000 EVP par an. Le site offre la possibilité d’une extension à 1 600 prises pour le stockage, ce qui porterait sa capacité de traitement à 400 000 EVP annuels. JLR

 
   
  Crédit photo DR  
 

ABONNEMENT GRATUIT : CLIQUEZ ICI
Le lien quotidien qui vous relie à la communauté Supply Chain
Si l'on vous a transféré cette lettre, n'hésitez pas à vous abonner.
Si vous êtes déjà abonné, n'hésitez pas à abonner (ou à faire abonner)
vos collaborateurs et amis.

 
Faites profiter la communauté logistique de vos « scoops »
écrivez à la rédaction

Cette Newsletter touche quotidiennement 50.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble de la communauté logistique.

Jean-Luc Rognon
Rédacteur en Chef
Tél : 01 43 68 43 11
jean-luc.rognon@scmag.fr

Maxime Rabiller
Rédacteur spécialisé
Tel. : 01 48 93 18 65
maxime.rabiller@scmag.fr

Armindo Dias

Chef de rubrique
Tel. : 01 43 76 27 74 armindo.dias@scmag.fr
Pour faire paraître de la publicité dans la NL, Supply Chain Magazine
ou sur le web, contactez-nous

Sandrine Papin

Directrice commerciale
tel : 06 11 72 34 33
s.papin@info6tm.com

Philippe Tesson

Directeur de Publicité
tel : 06 81 35 79 03
philippe.tesson@scmag.fr
Pour modifier vos coordonnées, merci de mettre à jour le formulaire en cliquant ici
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
3 février 2020


Revivez la céremonie des rois 2020 ! Cliquez sur l’image ci-dessous et installer le lien de la vidéo.


 


Pour ne plus recevoir la newsletter, suivez ce lien