Si le message s'affiche mal, visualisez la page en ligne
N°3087
E-commerce bio
Greenweez s’implante à Rungis pour livrer en J+0 sur Paris

Début février, le supermarché en ligne bio Greenweez a lancé les opérations sur 2 500 m² pris à bail chez Sogaris, à Rungis. Pour ce pionnier du e-commerce bio créé en 2008, acquis par Carrefour en 2016, l’enjeu de cette initiative baptisée « Greenweez Le Marché » est de proposer à ses clients franciliens une offre étoffée en fruits et légumes en circuit court, avec une livraison à domicile plus rapide. « Notre modèle opérationnel a longtemps été très centralisé, avec un stock et des expéditions toute France relevant du prestataire logistique ADS sur son site d’Évreux », nous indique Romain Roy, le fondateur et DG de Greenweez, dont l’offre totalise quelque 20 000 références de produits bio et/ou écologiques (épicerie et boissons, alimentation bébé, produits de beauté, d’hygiène et d’entretien, ainsi que des articles et équipements pour la maison ou l’extérieur). L’accent mis sur les fruits et légumes, il y a deux ans, avait ajouté une problématique en température dirigée, en s’appuyant sur les moyens du grossiste spécialisé bio Pronatura et son prestataire Delanchy, à Chilly-Mazarin. Soit pour le client potentiellement deux livraisons différentes pour une même commande. « Cette question d’expérience client, ainsi que notre volonté de proposer des produits locaux en circuit court qui n’aurait guère eu de sens dans cette organisation, nous ont amené à ouvrir ce nouveau site du sud parisien, avec 6 000 références dont des fruits et légumes de la Coop Bio d’Ile-de-France, qui rassemble des producteurs de la région », poursuit-il. À la différence du site d’Évreux, celui-ci est exploité par des collaborateurs-maison. Et en confiant les livraisons à Delifresh, une filiale de Chronopost basée à Rungis et équipée de moyens multi-températures, Greenweez peut proposer des délais record, comme la livraison en soirée des commandes passées avant midi. Pour l’instant, ce service Le Marché s’adresse aux clients parisiens et des départements franciliens 92 et 94, avant une future extension à toute l’Ile-de-France. MR

 
   
  Crédit photo Greenweez  
 
 
Immobilier logistique
Prologis frôle les 90 M de m² dans le monde

À l’échelle globale, le géant de l’immobilier logistique Prologis a bouclé 2019 avec un patrimoine de quelque 89,6 M de m², répartis 4 649 bâtiments dans 19 pays. En valeur, son patrimoine sous gestion a bondi de 86,7 à 118 milliards d’US $, principalement en prenant part aux grandes manœuvres sur le marché américain avec les rachats successifs d’Industrial Property Trust et Liberty Property Trust. Annoncées à l’automne et finalisées en ce début d’année, les deux opérations ont respectivement ajouté à son patrimoine plus de 236 entrepôts et 3,5 M de m² (l’équivalent de sa présence en France) pour IPT, et un portefeuille de 10 M de m², 370 000 m² en développement et 707 hectares de foncier représentant un potentiel de 1,85 M de m² à bâtir, coté LPT (voir NL 3014). En tenant compte de ces opérations majeures, de ses 759 M$ d’acquisitions unitaires, des 2,85 Md$ consacrés aux nouveaux développements (dont la moitié en blanc), et en faisant le solde avec des cessions non-détaillées, le parc de Prologis s’est étoffé d’un millier d’entrepôts sur l’année. « Des résultats plutôt exceptionnels », commentait cette semaine devant la presse Cécile Tricault, la dirigeante France de Prologis, et désormais responsable Europe du Sud (elle prend le relais de François Rispe, mobilisé sur d’autres sujets dans le groupe depuis mi-2019, dans un rôle de coordination sur les marchés espagnol et italien). Avec ses 18 M de m² (soit 1/5ème du total), le patrimoine européen du groupe n’a guère été impacté par ces grandes opérations. « Sur cet ensemble, la France représente 3 M de m² répartis entre 120 bâtiments, et l’année 2019 a surtout permis de tirer parti de la stratégie globale Vision 2019 mise en place il y a trois ans, a-t-elle indiqué. En pratique, nous avons cédé des entrepôts sur les zones hors dorsale où nous ne pouvions compter atteindre la taille critique de 100 000 à 150 000 m² que suppose notre modèle orienté sur des parcs logistiques, avec une volonté d’approfondir notre positionnement haut de gamme, et un travail de fond en matière de services et d’innovation qui nous a permis de revaloriser nombre de loyers » (voir suite). MR

 
   
 

Cécile Tricault, directrice France et désormais coordinatrice Europe du Sud de Prologis

Crédit photo Prologis
 
 
Immobilier logistique (suite)
Un XXL, du blanc et le défi de la logistique urbaine en France pour Prologis

Dans l’Hexagone, Prologis a livré trois projets en 2019 (soit 66 375 m²) et en a démarré ou signés 5 supplémentaires (pour un total de 129 125 m²). Le projet le plus emblématique est justement à venir : l’entrepôt clé en main de 100 000 m² qui sera réalisé pour héberger le non-alimentaire de Samada/Monoprix au sein du parc de Moissy 2 Les Chevrons, livrable en deux tranches au 2ème semestre 2021 (voir NL 3041). « Au-delà de sa taille, ce projet se distinguera par son objectif de neutralité carbone, avec un travail de fond sur l’empreinte de sa construction, qui sera lancée l’été prochain, sur son isolation, son éclairage. Il accueillera aussi un système disruptif de stockage d’énergie via des batteries rechargées par une installation photovoltaïque, déjà testé par Prologis outre-Manche », indique Cécile Tricault. Côté livraisons de l’année, deux opérations l’ont été à Douvrin : 5 cellules et 30 000 m² pour Geodis, avec une cellule supplémentaire en cours, et deux autres lancées en blanc pour l’automne 2020, d’une part, et un bâtiment de 26 300 m² pour La Poste, qui accueillera un process automatisé d’envergure. A Marly-la-Ville, Prologis a en outre livré 30 000 m² au groupe textile SMCP, tandis qu’en fin d’année, XPO Logistics a réceptionné une messagerie de 8 000 m² à Vémars. Comme à Douvrin, du blanc est annoncé sur le parc du Hode au Havre, avec 30 000 m² réalisés pour boucler ce programme engagé il y a près de 20 ans (et qui atteindra ainsi les 300 000 m²). C’est d’ailleurs au Havre que Prologis a pris position à la rentrée sur un foncier du PLPN3 qui lui permettra de développer 125 000 m² d’ici 2-3 ans (voir NL 2986). Mais c’est aussi le sujet de la logistique urbaine qui mobilise Prologis, avec 2 personnes dédiées. Côté acquisition, une seule opportunité a été finalisée : l’achat d’un site à Nanterre, occupé par un gestionnaire de flotte de véhicules d’entreprise. « Et sur le volet développement de ce nouveau profil de capacités logistiques plus près des centres-villes, il s’avère difficile de concrétiser les projets, car tout un travail d’explication reste à faire auprès des collectivités locales, pour qu’elles comprennent qu’il s’agit moins de multiplier les flux au sein de leurs agglomérations que de les rationaliser », note-t-elle. MR

 
   
 

En décembre, Prologis a signé avec Samada/Monoprix pour la construction à Moissy-Cramayel d’un entrepôt non-alimentaire de 100 000 m², dessiné par A26.

Crédit photo A26
 
 
Innovation
Lancement d’un nouvel appel à projets i-Nov

Le gouvernement vient de lancer la 5ème édition du concours d’innovation i-Nov, destiné à soutenir des projets de recherche/développement/innovation issus de start-up ou de PME dont les coûts sont compris entre 600 000 € et 5 M €. Ce programme de co-financement de projets, soutenu par le Programme d’investissements d’avenir, est susceptible d’intéresser des entreprises du transport et de la logistique. En effet, l’une des neufs thématiques dans lesquelles doivent s’inscrire les projets est intitulée « transport et mobilité durable » et porte sur des projets de nouvelles générations de systèmes routiers, ferroviaires, fluviaux ou maritimes automatisés (ainsi que de logistique). Cette thématique est pilotée par l’Ademe. Les projets doivent être portés par une seule entité, qui doit compter moins de 250 salariés avec un CA inférieur à 50 M€. Le concours est ouvert jusqu’au 12 mai. AD

 
 
Avant-Première SITL
Swisslog met l’accent sur l’ ItemPiQ

Sur la prochaine SITL (17-20 mars, Paris-Nord Villepinte Hall 6), l’intégrateur Swisslog (filiale de Kuka) a prévu de présenter son système robotisé ItemPiQ, doté d’une pince unique proposant quatre méthodes de préhension différentes, pour le prélèvement d’articles de différentes formes et tailles, jusqu’à 1,5 kg. Le système s’appuie sur un dispositif de vision intelligente et sur un logiciel auto-apprenant afin d’améliorer les stratégies de prélèvement des produits non connus. Selon Swisslog, la productivité de l’ItemPiQ peut atteindre les 1 000 articles par heure, vec des applications possibles dans l’e-commerce, la vente au détail ou le secteur pharmaceutique. Le robot peut être apparié, pour la partie préparation de commandes, à une solution de stockage automatisé telle que celle d’Autostore, dont Swisslog est l’un des quatre intégrateurs en France. Il peut être interfacé à n’importe quel WMS via l’interface SynQ WMS. JLR

A voir sur le stand R97

 
   
  Copyright Swisslog  
 
Fret aérien
Trois projets innovants vont être testés sur le hub cargo de Paris CDG

Cette année, la troisième édition du concours d'innovation "Play Your Airport" organisé par ADP avait pour thématique centrale le fret aérien. Désignés par un jury d’experts du groupe ADP, de la Douane, d’Air France Cargo, de Bolloré Logistics, de Crystal Group, de DB Schenker, de Qatar Cargo et de WFS, les trois projets innovants primés début février (sur un total de 40 candidatures) seront testés sur le hub cargo de l’aéroport Paris CDG. En cas d’expérimentations concluantes, ils pourront ultérieurement faire l’objet d’un déploiement sur les plateformes parisiennes opérées par Groupe ADP (Paris-Charles de Gaulle, Paris-Orly et Paris-Le Bourget). Dans la catégorie salariés des activités Cargo à Paris-Charles de Gaulle et collaborateurs du Groupe ADP, c’est le projet Community, qui l’a emporté. Il s’agit d’un système de mutualisation de coursiers au moyen de navettes connectées et partagées entre plusieurs acteurs. Le projet étudiants lauréat est Cargo Continuous Improvement, un programme d'amélioration continue de l'environnement de travail des salariés du cargo basé sur les principes du Lean Manufacturing, en s’appuyant sur divers outils collaboratifs. Quant au prix dans la catégorie start-up, il revient à Orok pour un projet d’acheminement des marchandises en zone côté piste à l’aide de véhicules électriques autonomes. La jeune pousse basé à Bourgoin-Jallieu (Isère) bénéficiera du financement et de l’accompagnement d’une expérimentation à hauteur de 22 000 €. « Nous souhaitons donner une nouvelle impulsion collective à la communauté cargo de Paris-Charles de Gaulle, premier aéroport européen en terme de tonnage. Les solutions novatrices présentées lors de ce challenge Play Your Airport participent de la compétitivité et de l'attractivité de l'industrie cargo, particulièrement créatrice de valeur et essentielle à l'attractivité du hub de Paris-Charles de Gaulle » a déclaré à cette occasion Édouard Mathieu, directeur du Développement de l'aéroport Paris-Charles de Gaulle. Rappelons que cette plate-forme aéroportuaire est l’un des plus grand hub de fret en Europe : 300 hectares, 3 millions de m² de bâtiments, et 40 000 emplois directs et indirects. Sa capacité de traitement est actuellement estimée à 3,6 M de tonnes de fret par an. JLR

 
   
 

ADP, 06/02/2020((Icono : Finale challenge Play Les finalistes (neuf équipes) du concours d'innovation " Play Your Airport " organisé par ADP lors de la cérémonie des lauréats le 6 février dernier.

Crédit photo Groupe ADP
 
 
INFOS INTERNATIONALES  

Etats-Unis
Outrider lève des fonds pour rendre autonomes les tracteurs de parc

Fondée à Golden dans le Colorado en 2017, la start-up Outrider a levé récemment la coquette somme de 53 M d’US $ pour développer une offre permettant de rendre autonomes des tracteurs de parc électriques utilisés dans les hubs logistiques pour déplacer des conteneurs et des remorques vers des portes à quai à des fins de chargement ou déchargement. La solution, qui s’appuie notamment sur un logiciel en mode Saas et des infrastructures légères déployées sur le site pour l’aide à la navigation des engins. L’un des premiers pilotes a été réalisé sur un site de Georgia Pacific, le spécialiste des produits jetables à base de papier. A noter que cette start-up a changé de nom, elle s’appelait précédemment Azevtec (Autonomous, Zero-Emission Vehicle Technologies). Elle compte actuellement 75 collaborateurs, dont 50 ingénieurs. JLR

 
   
  Copyright Outrider  
 

ABONNEMENT GRATUIT : CLIQUEZ ICI
Le lien quotidien qui vous relie à la communauté Supply Chain
Si l'on vous a transféré cette lettre, n'hésitez pas à vous abonner.
Si vous êtes déjà abonné, n'hésitez pas à abonner (ou à faire abonner)
vos collaborateurs et amis.

 
Faites profiter la communauté logistique de vos « scoops »
écrivez à la rédaction

Cette Newsletter touche quotidiennement 50.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble de la communauté logistique.

Jean-Luc Rognon
Rédacteur en Chef
Tél : 01 43 68 43 11
jean-luc.rognon@scmag.fr

Maxime Rabiller
Rédacteur spécialisé
Tel. : 01 48 93 18 65
maxime.rabiller@scmag.fr

Armindo Dias

Chef de rubrique
Tel. : 01 43 76 27 74 armindo.dias@scmag.fr
Pour faire paraître de la publicité dans la NL, Supply Chain Magazine
ou sur le web, contactez-nous

Sandrine Papin

Directrice commerciale
tel : 06 11 72 34 33
s.papin@info6tm.com

Philippe Tesson

Directeur de Publicité
tel : 06 81 35 79 03
philippe.tesson@scmag.fr
Pour modifier vos coordonnées, merci de mettre à jour le formulaire en cliquant ici
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
28 février 2020


Découvrez le dernier numéro et abonnez-vous !



Revivez la céremonie des rois 2020 ! Cliquez sur l’image ci-dessous et installer le lien de la vidéo.


 


Pour ne plus recevoir la newsletter, suivez ce lien