Si le message s'affiche mal, visualisez la page en ligne
N°3088
 
La logistique urbaine globalement discrète dans les municipales à Paris

Plutôt que de vous stresser inutilement dès l’édito avec le Covid-19 et ses conséquences prévisibles sur les salons à venir, je préfère aborder le sujet des élections municipales, dont la campagne officielle commence aujourd’hui. Dans une grande métropole comme Paris, où l’on estime à 300 000 par jour les opérations de livraison et d’enlèvement de marchandises, boostés par l’essor de l’e-commerce, on aurait pu croire que la logistique urbaine allait figurer parmi les grands enjeux du débat des municipales. D’autant que la perspective de JO en 2024 risque de complexifier encore la situation. Pourtant les propositions des candidats restent le plus souvent superficielles. Le premier à avoir fait ce constat est Jérôme Libeskind, le fondateur du cabinet Logicités, qui s’est livré dans son blog il y a trois semaines à une analyse factuelle des programmes des principaux candidats chefs de file à la Mairie de Paris. Le candidat le plus concerné par le sujet semble être Cédric Villani (liste « Le Nouveau Paris »). Dans son programme, Jérôme Libeskind relève que le mot « logistique » apparaît pas moins de 41 fois ! On y trouve plusieurs idées relativement nouvelles, parmi lesquelles la mise en oeuvre de quartiers apaisés (avec une logistique en périphérie), l’aménagement de micro-hubs sur les quais ou sur la petite ceinture, l’utilisation de micro-conteneurs urbains ou la création d’un label unifié pour différents services logistique, basé sur un cahier des charges environnemental (qui donnerait l’accès aux couloirs de bus par exemple). La liste « Paris en Commun » de la maire sortante Anne Hidalgo évoque rapidement la création de centres de logistique urbaine et l’utilisation des parkings pour offrir aux commerçants des solutions de stockage déporté. Dans le programme de sa liste « Dati pour Paris », Rachida Dati s’engage à travailler avec les professionnels de la logistique et les artisans pour optimiser les livraisons, et annonce son intention de taxer les livraisons « en heure » (en J+0 ?), « qui font que des camionnettes circulent à vide et viennent encombrer l’espace de circulation ». Plus étonnant, celle d’Agnès Buzyn (liste « Paris Ensemble »), ne compte aucune proposition sur la logistique urbaine. La liste « L’Ecologie pour Paris », menée par David Belliard, évoque l’utilisation du transport de fret sur la Seine avec des bateaux zéro émission, promet de faire évoluer le parc des véhicules de livraison et d’aider au développement d’espaces logistiques aux portes de Paris ou sur les ports, réservés aux artisans et commerçants (quid des transporteurs ? ). Quant aux trois autres candidats, à part la proposition de rouvrir en semaine les voies sur berge au trafic routier du forain Marcel Campion (liste « Libérons Paris »), pas de traces de logistique urbaine ni dans le programme de la candidate de la France Insoumise, Danielle Simonnet (liste « Décidons Paris ») ni dans celui de Serge Federbusch (liste « Aimer Paris », soutenue par le Rassemblement National). C’est bien connu, les marchandises ne votent pas, mais il n’en reste pas moins vrai qu’elles arrivent désormais de plus en plus au domicile des particuliers, qui eux sont bel et bien des électeurs !
Jean-Luc Rognon

 
 
 

Dernière minute Covid-19

Annoncée ce week-end par le gouvernement, l’interdiction de rassemblements de plus de 5 000 personnes en France dans des lieux confinés touche au moins trois salons en rapport avec les problématiques de Supply Chain Management. Le MIPIM, le marché international des professionnels de l’immobilier, a d’ores-et-déjà annoncé que l’édition 2020, prévue à Cannes initialement du 10 au 13 mars, sera reportée du 2 au 5 juin. A ce stade, le Salon CFIA de Rennes resterait maintenu par GL Events du 10 au 12 mars au Parc Expo Rennes Aéroport, dans l’attente d’une décision préfectorale. Quant à la SITL, programmée du 17 au 20 mars à Paris-Nord Villepinte, Reed Expositions n’a toujours pas confirmé officiellement par écrit l’annulation du salon à ces dates-là et un report à une date ultérieure, même si plusieurs organisations participantes du salon mentionnent déjà le fait. Nous vous tiendrons informés dans les jours qui viennent. Même dans l’hypothèse d’un probable report du salon, nous continuons à publier dans la newsletter la rubrique avant-première SITL pour faire profiter à nos lecteurs de dernières innovations des exposants.

Par ailleurs, nous avons contacté ce matin la direction de la communication de FM Logistic, qui exploite à Crépy-en-Valois, dans l’une des neufs communes de l’Oise impactée par le coronavirus, une plateforme logistique de 116 000 m². « Tout fonctionne normalement » nous a-t-on affirmé, le logisticien précisant que toutes les directives des autorités sanitaires étaient respectées et que depuis le 26 février, sur ses 30 sites français, la prise de température quotidienne de tous les salariés et des visiteurs avait été généralisée. « Nous travaillons en parallèle avec nos clients sur des plans de contingences », nous a par ailleurs fait savoir un porte-parole de FM Logistic. JLR/AD

 
 
 
Immobilier logistique
Union Investment arrive en France via une acquisition

L’investisseur allemand Union Investment fait son entrée dans le paysage français de l’immobilier logistique en rachetant Logistrial Real Estate et son portefeuille de 13 entrepôts existants et 6 projets en développement, qui totalisent 580 000 m² répartis entre l’Allemagne, l’Autriche, les Pays-Bas et la France. La société avait justement été créée courant 2019 en vue d’une cession par un autre investisseur allemand, Garbe Industrial Real Estate. Le montant de la transaction s’élève à environ 800 M€, sachant que le vendeur continuera à gérer les actifs en question et leur commercialisation, qu’il s’agisse des bâtiments existants (tous loués à 100%) ou de ceux à venir. C’est en France qu’est développé un des projets les plus en vue du portefeuille Logistrial : la construction d’un programme totalisant 120 000 m² de surface utile à Ensisheim, au nord de Mulhouse. L’opération est déjà avancée puisque la moitié du futur ensemble a de longue date été commercialisée auprès du distributeur allemand de pneus et d’accessoires automobiles en ligne Delticom, qui s’installera sur près de 50 000 m² au sol et 17 800 m² supplémentaires en mezzanine, notamment pour assurer le développement de son site 123pneus.fr. Les travaux de cette première tranche avaient déjà été lancés en juin dernier par le contractant général GSE et le promoteur initial du projet, Engler Group. Sa livraison est prévue pour l’automne 2020. « L'acquisition de Logistrial constitue pour nous une étape importante dans l'expansion stratégique de notre portefeuille de bâtiments logistiques et sa diversification sur les principaux marchés européens de cette filière. Nous prévoyons d'autres étapes de ce type, dont un certain nombre d'acquisitions de portefeuilles et d'opérations portant sur des actifs individuels, auprès de promoteurs, gestionnaires de portefeuilles et propriétaires occupants, dans le cadre, par exemple, de solutions de cessions-bail », indique Martin J. Brühl, Chief Investment Officer et membre de l'équipe dirigeante de Union Investment Real Estate GmbH. Cet investisseur qui détenait jusque-là 25 sites logistiques (valorisés environ 1,2 Md€) avait annoncé à l’automne dernier son intention de doubler ce volume et de diversifier son portefeuille très concentré sur l’Allemagne. Dans ce cadre, il avait déjà annoncé l’acquisition d’une plateforme logistique de 53 500 m² proche de Rotterdam. MR

 
   
 

Dans le portefeuille acquis par Union Investment figure notamment le programme de 120 000 m² (en développé) en cours de réalisation à Ensisheim, dans le Haut-Rhin, dont une moitié sera occupée par Delticom.

Crédit photo DR
 
 
 
Distribution spécialisée
Fnac/Darty va s’attaquer à l’intégration de ses plans transport

Le distributeur a continué d’avancer sur l’intégration de la Fnac et de Darty en logistique et Supply Chain, trois ans après le rapprochement. « Nous avons maintenant quasiment terminé le chantier inventaire/stock unique de Fnac et de Darty », a déclaré la semaine dernière son directeur général, Enrique Martinez, lors de la présentation des résultats financiers 2019. « En 2020, nous nous attaquons à l’intégration des plans de transport de ces 2 enseignes, pour notamment réduire le nombre de camions et donc notre empreinte carbone ». Le dirigeant indique que la logistique/SC de Nature & Découvertes, la chaîne aux 96 magasins en France/étranger, rachetée mi-2019, garde pour l’instant son autonomie. En 2019, le groupe a consacré 145 millions d’€ au volet investissement (contre 114 en 2018), “un record”, dont la moitié pour la logistique et à l’informatique, c’est-à-dire le stock unique, les sites ecommerce et applications mobiles, le click & collect en 1 heure pour les produits culturels (1,5 million de commandes en 2019). 19% du chiffre d’affaires (7,3 Mds d’€) passe maintenant par internet (contre 17% en 2017) et sur ce volume, le click & collect en capte la moitié (49%). Comme beaucoup d’autres dirigeants, Enrique Martinez a fait un point sur l’impact du coronavirus sur sa SC. « Notre couverture de stock est large (entre 70 et 80 jours), même si cela dépend des catégories de produits, donc nous pouvons absorber quelques retards dans certaines familles de produits. Nous avons ajouté pour 80 millions d’€ d’achats tactiques auprès de nos fournisseurs, sur quelques catégories. La situation est normale sur Shenzen, les livraisons sont bonnes avec quelques semaines de retard. La situation est plus contrastée sur le Nord de la Chine ». VL

 
   
  Enrique Martinez, le directeur général de Fnac Darty  
 
 
Hackathon
Schneider Electric lance un défi aux étudiants sur l’entrepôt du futur

Après Suez en 2018 et Saint-Gobain en 2019, c’est le groupe Schneider Electric qui a décidé de lancer un défi aux étudiants dans le cadre du Challenge logistique étudiant organisé par le Pôle d’Intelligence Logistique (Pil’es), qui anime la communauté des professionnels de la logistique en Nord-Isère. Pour la 4ème édition de cet hackaton qui se tiendra les 9 et 10 avril prochains, la multinationale leur demande d’imaginer l’évolution de l’entrepôt du futur sur la base de son centre de distribution international Newlog implanté à Saint-Quentin-Fallavier, en Isère (48 000 m², 47 500 emplacements palettes, 15 000 emplacements de picking, 160 engins de manutention, 210 collaborateurs). Pendant 24 heures, des étudiants seront immergés dans l’univers de cette infrastructure et devront tenter de répondre à la problématique suivante : « Comment, dans l’entrepôt Newlog de Schneider Electric, les systèmes connectés déjà en place (chariots autonomes, drones, IA...) et les innovations futures, permettront de répondre aux trois enjeux du développement durable : économique, social et environnemental ? ». Les étudiants collaboreront par petites équipes pour proposer la solution la plus aboutie et chaque équipe devra ensuite ‘pitcher’ son projet devant un jury composé de professionnels ainsi que d’universitaires. La meilleure équipe se verra offrir des chèques cadeaux. Les principales écoles partenaires du challenge, soutenu par le pôle métropolitain des agglomérations de Lyon, Saint-Etienne, Bourgoin-Jallieu et Vienne, incluent l’Isteli, Sup de Log, Grenoble INP Génie Industriel, IUT Lumière Lyon 2, Bachelor EGC et le 101. AD

 
   
 

Des équipes d’étudiants devront voir comment les systèmes connectés déjà en place dans l’entrepôt Newlog ainsi que les innovations futures permettront de répondre aux trois enjeux du développement durable : économique, social et environnemental.

Crédit photo Pil’es
 
 
Avant-première SITL
Deveryware présente les nouvelles fonctionnalités de Notico Deliv’

Donneurs d’ordres, transporteurs et clients finaux sont tous concernés par les dernières améliorations apportées par Deveryware à sa solution logicielle d’optimisation et pilotage de livraison dernier kilomètre Notico Deliv’. A l’occasion de la SITL, Devyware compte en effet présenter les dernières fonctionnalités de sa solution utilisée aujourd’hui en France, en Espagne, au Portugal et en Suisse. Enrichie d’un module d’IA corrigeant les adresses de livraison ainsi que d’un clustering regroupant plus intelligemment les livraisons proches, celle-ci optimise les tournées et réduits les coûts pour les transporteurs. Les donneurs d’ordres bénéficient pour leur part d’un module multi-transporteurs, la solution s’adaptant ainsi aux différents environnements logiciels et types de partenaires transporteurs sollicités (grands comptes, petite entreprise, sous-traitants…). Pour ce qui est des clients finaux, leur expérience utilisateur est améliorée grâce à la mise en place d’un process de rendez-vous digital. « Le client gère plus facilement, via SMS, sa livraison sans avoir à passer par l’étape fastidieuse du centre d’appel, souligne Deveryware. Il apprécie ce mode opératoire plus léger et autonome, et le commanditaire réduit ses coûts grâce à un process automatisé. » AD

A voir sur stand A94

 
   
  Notico Deliv’ comprend désormais un module d’IA corrigeant les adresses de livraison erronées et intègre un process de rendez-vous digital.

Crédit photo : Deveryware
 
 
Transport maritime
Evergreen Line lance sa plate-forme GreenX

La compagnie maritime taïwanaise Evergreen Line a ouvert depuis ce mois-ci une nouvelle plate-forme digitale intégrée dénommée GreenX. Elle est destinée aux chargeurs et aux organisateurs de transport (avec déjà plus de 2 000 inscrits) et donne l’accès à un moteur de recherche de routes maritimes, des cotations instantanées, et à des réservations de capacités spot sur les porte-conteneurs de l’armateur. L’objectif est de proposer des opérations de booking en quelques minutes, 24/24, sans passer par l’étape traditionnelle de négociations, qui a l’inconvénient de devoir être effectuée à l’avance, et avec un engagement en termes de volumes. L’outil s’appuie techniquement sur la plate-forme de BlueX Trade, une plate-forme digitale d’origine taïwanaise de réservation dans le transport de fret maritime. GreenX permet également aux clients d’effectuer des paiements, d’effectuer en ligne leur déclaration de connaissement et de VGM (Verified Gross Mass, Masse Brute Vérifiée) pour leurs conteneurs. D’autres services devraient venir prochainement enrichir la palette de GreenX, comme des offres de financement et d’assurance, du courtage en douane, du transport routier et de l’entreposage. JLR

 
   
 

La plate-forme digitale GreenX donne accès des cotations instantanées et à des réservations de capacités spot sur les porte-conteneurs de la compagnie Evergreen Line.

Crédit photo DR
 
 
INFOS INTERNATIONALES  

Pays-Bas
SUR veut améliorer la précision de ses inventaires en magasin

Distributeur multimarques de chaussures/équipements de sport filiale du groupe JD Sports Fashion, l’enseigne Sports Unlimited Retail (SUR) a décidé de déployer dans ses points de vente la plateforme logicielle RFID !D Cloud de Nedap, couplée à des lecteurs RFID de Zebra Technologies. Le déploiement de la solution débutera au second semestre et concernera à terme 100 magasins au Benelux, SUR chapeautant notamment les enseignes Perry et Aktiesport. Afin de bénéficier d’une visibilité complète sur les stocks, tous les articles commercialisés par le distributeur seront équipés d’étiquettes RFID Avery Dennison pendant la phase de production. « Notre objectif premier est d’améliorer l’exactitude de notre inventaire en magasin et la disponibilité des articles en rayon, ce qui permettra de générer une augmentation des ventes en point de vente ainsi que des commandes en ligne ou expédiées depuis le magasin », explique Wouter Grob, directeur des achats chez SUR. AD

 
   
  Sports Unlimited Retail va déployer la technologie RFID dans 100 magasins au Benelux.

Crédit photo : DR
 
 

ABONNEMENT GRATUIT : CLIQUEZ ICI
Le lien quotidien qui vous relie à la communauté Supply Chain
Si l'on vous a transféré cette lettre, n'hésitez pas à vous abonner.
Si vous êtes déjà abonné, n'hésitez pas à abonner (ou à faire abonner)
vos collaborateurs et amis.

 
Faites profiter la communauté logistique de vos « scoops »
écrivez à la rédaction

Cette Newsletter touche quotidiennement 50.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble de la communauté logistique.

Jean-Luc Rognon
Rédacteur en Chef
Tél : 01 43 68 43 11
jean-luc.rognon@scmag.fr

Maxime Rabiller
Rédacteur spécialisé
Tel. : 01 48 93 18 65
maxime.rabiller@scmag.fr

Armindo Dias

Chef de rubrique
Tel. : 01 43 76 27 74 armindo.dias@scmag.fr
Pour faire paraître de la publicité dans la NL, Supply Chain Magazine
ou sur le web, contactez-nous

Sandrine Papin

Directrice commerciale
tel : 06 11 72 34 33
s.papin@info6tm.com

Philippe Tesson

Directeur de Publicité
tel : 06 81 35 79 03
philippe.tesson@scmag.fr
Pour modifier vos coordonnées, merci de mettre à jour le formulaire en cliquant ici
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
2 mars 2020


Découvrez le dernier numéro et abonnez-vous !



Revivez la céremonie des rois 2020 ! Cliquez sur l’image ci-dessous et installer le lien de la vidéo.


 


Pour ne plus recevoir la newsletter, suivez ce lien