Si le message s'affiche mal, visualisez la page en ligne
N°3090
Effet Covid
La SITL 2020 décalée en juin, du 16 au 19, toujours à Villepinte

L’information était attendue depuis lundi par tous les exposants. Elle est tombée ce matin à 10 h, via un communiqué officiel de Reed Expositions France qui annonce qu’en raison de la décision du gouvernement relative aux manifestations en France pour lutter contre l’expansion de l’épidémie de Covid-19, la SITL est reportée à la période du 16 au 19 Juin 2020, à Paris Nord Villepinte. L’évènement, qui devait se dérouler initialement du 17 au 20 mars dans le hall 6 du parc des expositions de Villepinte, est désormais programmé dans les Pavillons 3 & 4. Pour l’heure, l’organisateur n’est pas encore en mesure de pouvoir dire si les numéros de stands attribués initialement aux exposants seront conservés tels quels. « Je suis confiant dans la qualité opérationnelle qui sera proposée aux exposants et visiteurs sur cette prochaine édition. Toute l’équipe est déjà mobilisée pour gérer au mieux ce report. D’autre part, notre feuille de route et les principales innovations finalisées à quelques jours de la date initiale seront maintenues et je suis convaincu que nous ferons tous ensemble une très belle édition fort de la dynamique bien enclenchée depuis de nombreux mois » a indiqué Thomas Desplanques, directeur de la division transport et logistique chez Reed Expositions France. JLR

 
   
 

Initialement prévue du 17 au 20 mars, la SITL est reportée du 16 au 19 Juin 2020, dans les Halls 3 et 4 du parc des expositions de Paris Nord Villepinte (et non plus dans le Hall 6).

Crédit photo SITL
 
 
 

Dernière minute
Covid -19

● A date, par crainte du coronavirus, plusieurs grands noms de la logistique, dont Crown, Dematic, Interroll, Jungheinrich, Linde, Still, SSI Schäfer, Vanderlande et Yale ont annulé leur participation au salon Logimat 2020 qui doit se dérouler du 10 au 12 mars à Stuttgart.
● Bruno Le Maire, le ministre de l'Economie et des Finances, a indiqué hier lors d’une deuxième réunion avec les acteurs économiques nationaux que les secteurs les plus touchés par l’impact indirect du coronavirus étaient le tourisme, la restauration, l’hôtellerie, l’événementiel, les traiteurs et restaurateurs, le transport aérien, les vins et spiritueux, le secteur du luxe et celui des services à la personne. « Il y a donc un sujet de demande, il peut y avoir aussi un sujet d'offres dans les semaines à venir avec des difficultés d'approvisionnement sur certaines chaînes de production et vous savez que ça m'a conduit à rappeler la nécessité d'une relocalisation de certaines activités économiques et de certaines activités industrielles » a-t-il par ailleurs déclaré. Il a également annoncé une réunion spécifique avec la grande distribution pour s’assurer que les circuits d'approvisionnement en biens essentiels de la grande distribution étaient bien garantis.
● GL Events, a annoncé hier que l’édition 2020 du salon Global Industrie, initialement prévue du 31 mars au 3 avril Parc des Expositions Paris - Le Bourget (2 500 exposants, 45 000 visiteurs attendues), est reportée du 9 au 12 Juin.
● Le salon Pharmacosmetech, du 31 mars au 2 avril 2020 au Parc des expositions de Chartres, est maintenu. Selon son organisateur Evenpro (maintenant intégré au groupe GL Events), « cette manifestation ne rentre pas dans les directives de restriction ou de report demandées par l’état et par la préfecture ». Cette deuxième édition attend plus de 300 exposants, des fabricants et des distributeurs de matériels, équipements ou services destinés à l’industrie pharmaceutique, à l’industrie cosmétique, à la parfumerie et à la chimie fine. JLR

 
 
 
Intralogistique
Geodis tire parti du concept Boa à Douvrin

Au printemps 2019, Geodis avait ouvert un nouveau site nordiste au sein du parc Prologis de Douvrin, et mis en œuvre sur place une installation Boa Concept (voir NL 2962). Outre plus de 300 m de ses convoyeurs Plug-and-Carry, cette ligne de préparation de commandes intégrait notamment des équipements Signature Logistic (meubles Pick-to-Light) et B+ (machine d’emballages), sans compter divers systèmes de contrôle, de tri transporteurs ou d’étiquetage. Comme prévu dès l’origine, l’ensemble a été récemment déménagé dans une autre cellule du site, et réinstallé en étoffant la configuration pour encore mieux répondre aux enjeux e-commerce d’un distributeur majeur de cosmétiques et parfums. « L’opération a été réalisée en moins d’une semaine grâce à la modularité et la flexibilité qui font l’atout de Boa Concept depuis sa création », note Patrice Henrion, directeur général du spécialiste stéphanois de l’automatisation intralogistique depuis fin 2019 (voir NL 3077). L’installation tenait déjà compte de certaines spécificités de la préparation, notamment liées à l’ajout manuel d’échantillons dans les colis, et sa nouvelle version a creusé de nouvelles pistes de pilotage et de productivité. Si le principe de trois gares de préparation reste inchangé, une boucle de convoyeurs fonctionnant en carrousel a été ajoutée pour stocker temporairement en « buffer » certains colis. Ce volet piloté par l’outil de supervision Boa Drive permet de gérer des priorités dans la finalisation des commandes pour tenir compte d’impératifs d’expédition, ou en cas de dernier article à ajouter avant la clôture du colis. Les meubles Pick-to-light ont également été réajustés pour améliorer l’ergonomie des postes de travail des opérateurs. La technologie Boa Concept a permis à Geodis de remettre immédiatement en production ce système, qui peut assurer plusieurs milliers de commandes/jour. MR

 
   
 

Le déménagement de l’installation Boa Concept sur le site de Geodis à Douvrin a été bouclé en moins d’une semaine.

Crédit photo Geodis / Boa Concept
 
 
 
Nomination
Samy Kchok à la
tête des ventes
France de Shippeo

Lors de l’annonce de sa levée de fonds de 20 M€ il y a moins d’un mois (voir NL 3074), Shippeo affichait son ambition de recruter quelque 150 personnes en deux ans, pour soutenir son développement en France et à l’international. Et c’est une recrue très expérimentée qu’annonce aujourd’hui le spécialiste de la visibilité transport, avec l’arrivée de Samy Kchok en tant que directeur des ventes France. Ce dernier dispose en effet d’une vingtaine d’années d’expérience dans la grande distribution, au fil desquelles il s’est spécialisé sur les enjeux transport dans un secteur très exigeant en matière d’orchestration des flux. « Il a cette double qualité de connaître en profondeur notre offre et de comprendre les attentes des dirigeants en matière de Supply Chain. Son arrivée est sans aucun doute un atout de taille pour asseoir notre position de leader en Europe », note Lucien Besse, co-fondateur et DG de Shippeo, auquel Samy Kchok est rattaché en direct. Basé à Paris, il pilotera les équipes vente et avant-vente, et sera partie prenante du plan de recrutement à l’œuvre. Diplômé de l’École Supérieure des Transports de Paris et titulaire d’un DESS Transport et Logistique de l'université Paris-Sorbonne, Samy Kchok avait débuté son parcours en 1999 au sein du Mouvement E.Leclerc, d’abord au sein du département Administration des ventes de la Scarmark, dédiée aux produits en MDD, puis au sein de la branche logistique Logilec. Fin 2002, il avait rejoint le groupe Carrefour comme acheteur transport, avant de faire son chemin comme responsable SC et Approvisionnement, directeur Transport Amont puis Projets Transport, jusqu’à prendre la direction de son programme de transformation Appro 360° en 2017. L’année suivante, il avait rejoint le Groupe Casino en tant que directeur de l’Organisation Logistique et Transport de la branche logistique et transport Samada de l’enseigne Monoprix. MR

 
   
 

Samy Kchok, directeur des ventes France de Shippeo

Crédit photo DR
 
 
 
Automatisation
Un module de
Reflex pour
superviser tous
les WCS

Hardis Group vient d’annoncer la sortie de WCS Master, un nouveau module de son logiciel de gestion d’entrepôt Reflex WMS. Cet outil universel est conçu pour piloter en temps réel tous les WCS (Warehouse Control System) du marché, qu’ils proviennent des intégrateurs ou équipementiers fournisseurs de transstockeurs, trieurs, convoyeurs, prélèvement en pick to light, robots de préparation de commande, AGV, etc. Pour permettre une mise en œuvre rapide sans gros efforts d’intégration informatique, son fonctionnement est basé sur une architecture orientée événements : les WCS s’abonnent à une sélection d’événements publiés par le WMS (tâches à réaliser) qui les renseignent sur les tâches à effectuer. Une fois les actions réalisées, la confirmation s’effectue via des API (interfaces de programmation). Des tableaux de bord offrent une vue unifiée, en temps réel, de l’ensemble de l’activité des différents systèmes mécanisés (charge, débit, retard...), pour aider à la décision sur d’éventuelles actions correctives, selon les ressources (matérielles et humaines) disponibles et les aléas remontés. L’éditeur précise que le fait de coupler WCS Master aux modules Order Flow Balancing et Labour Management System ouvre la voie à un pilotage global et un ordonnancement en temps réel de tous les flux dans l’entrepôt. JLR

 
 
Avant-Première
SITL
MGI modernise
les échanges
d’informations
portuaires avec Ci5

expert en Cargo Community System (CCS), MGI propose aux acteurs privés et publics de l’industrie maritime d’optimiser leurs échanges d’informations via sa nouvelle solution dénommée Ci5, présentée sur la SITL (16 au 19 Juin 2020, Paris Nord Villepinte, Hall 3 & 4). Celle-ci, qui succède à son ancien système AP+, est bâtie sur des technologies open source et intègre des innovations issues du big data, de la blockchain, du smart container, de l’IoT et de l’IA. Autorisant une traçabilité door-to-door des marchandises via un ‘guichet’ unique à même d’agréger des informations et d’automatiser des process issus de quinze métiers de l’industrie maritime (armateurs, transitaires, commissionnaires, chargeurs, etc.), elle a déjà été adoptée par une quinzaine de communautés portuaires/aéroportuaires et se décline depuis fin 2019 sur une application mobile téléchargeable sur App Store et Google Play ( voir NL 2989). A noter aussi que l’éditeur a participé l’an dernier au projet d’expé¬rimentation de la technologie blockchain pour le transport de fret à l’échelle de l’axe Méditerra¬née-Rhône-Saône (MeRS). Il a consisté a testé la dématérialisation de processus export complets de conteneurs entre Lyon et le Grand Port Maritime de Marseille, incluant la consignation de toutes les étapes de transport et documents y afférant. Financé par la Banque des Territoires (groupe Caisse des dépôts), VNF (Voies Navigables de France), CNR (Compagnie Nationale du Rhône) et le GPMM (Grand Port Maritime de Marseille), le pilote a impliqué MGI mais aussi la plateforme collaborative BuyCo et les sociétés KemOne, Alteo et Transcausse, le tout ayant reposé sur la technologie blockchain KeeeX Stories. MGI devait être présent initialement sur le stand F43. AD

 
   
  Le CCS Ci5 autorise une traçabilité door-to-door des marchandises et a été décliné depuis peu sur une application mobile téléchargeable sur App Store et Google Play.

Crédit photo : MGI
 
 
Robotisation
Une solution de palettisation/
dépalettisation signée Omron au CFIA

Sur le prochain salon de l’industrie agroalimentaire CFIA (désormais prévu les 26, 27 et 28 mai 2020 au Parc Expo Rennes Aéroport), le spécialiste japonais de l’automatisation industrielle Omron devrait présenter un robot collaboratif susceptible d’intéresser le segment de l’intralogistique. Il s’agit de son modèle TM12, qui est exploitable dans le cadre d’opérations d’assemblage, collage, soudage, mais aussi de manutention et de palettisation/dépalettisation. Aisément programmable et affichant une charge utile maximale de 12 kg, celui-ci est doté d’un système de vision intelligent intégré pour la reconnaissance de formes, le positionnement d’objets et l’identification de codes-barres. Lors du salon, ses capacités seront mises en avant en configuration logistique via un système complet de palettisation/dépalettisation réalisé en partenariat avec le constructeur de machines pour l’industrie agroalimentaire Transvis. AD

 
   
 

Le robot collaboratif TM12 est exploitable dans le cadre de multiples opérations (assemblage, collage, soudage, packaging, palettisation/dépalettisation…).

Crédit photo Omron
 
 
INFOS INTERNATIONALES  

Tunisie
Le groupe Cho trace son huile avec la blockchain d’IBM

Producteur tunisien d’huile d’olive, le groupe Cho a annoncé qu’il allait mettre en oeuvre une traçabilité de bout en bout de sa marque d’huile d’olive extra vierge Terra Delyssa via la plateforme IBM Food Trust, le réseau blockchain d’IBM reposant sur la technologie Hyperledger. Destinée à rassurer les consommateurs, cette traçabilité se matérialisera via un QRcode sur chaque étiquette donnant accès à des informations comme la provenance des olives et les lieux de filtration des huiles ainsi que des mises en bouteille grâce à une application dédiée (Terra Delyssa Track). Côté distributeurs et détaillants, une application distincte leur permettra d’accéder à des informations sur chaque étape de traitement et de contrôle de la production. « L’utilisation de la technologie blockchain permet de créer un registre précis et vérifiable de l’endroit où chaque bouteille d’huile d’olive a été produite et des méthodes utilisées, rappelle IBM. Ces informations peuvent ensuite être partagées en temps quasi réel avec les distributeurs, les détaillants et les autres membres autorisés de la chaîne d’approvisionnement de l’entreprise. » Les données sur les lots Terra Delyssa ont commencé à être enregistrées sur la base de données d’IBM en novembre dernier et la traçabilité des bouteilles depuis les rayons des détaillants sera possible dès ce mois de mars dans plusieurs pays dont les Etats-Unis, le Canada, la France, et l’Allemagne. AD

 
 

ABONNEMENT GRATUIT : CLIQUEZ ICI
Le lien quotidien qui vous relie à la communauté Supply Chain
Si l'on vous a transféré cette lettre, n'hésitez pas à vous abonner.
Si vous êtes déjà abonné, n'hésitez pas à abonner (ou à faire abonner)
vos collaborateurs et amis.

 
Faites profiter la communauté logistique de vos « scoops »
écrivez à la rédaction

Cette Newsletter touche quotidiennement 50.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble de la communauté logistique.

Jean-Luc Rognon
Rédacteur en Chef
Tél : 01 43 68 43 11
jean-luc.rognon@scmag.fr

Maxime Rabiller
Rédacteur spécialisé
Tel. : 01 48 93 18 65
maxime.rabiller@scmag.fr

Armindo Dias

Chef de rubrique
Tel. : 01 43 76 27 74 armindo.dias@scmag.fr
Pour faire paraître de la publicité dans la NL, Supply Chain Magazine
ou sur le web, contactez-nous

Sandrine Papin

Directrice commerciale
tel : 06 11 72 34 33
s.papin@info6tm.com

Philippe Tesson

Directeur de Publicité
tel : 06 81 35 79 03
philippe.tesson@scmag.fr
Pour modifier vos coordonnées, merci de mettre à jour le formulaire en cliquant ici
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
4 mars 2020


Découvrez le dernier numéro et abonnez-vous !



Revivez la céremonie des rois 2020 ! Cliquez sur l’image ci-dessous et installer le lien de la vidéo.


 


Pour ne plus recevoir la newsletter, suivez ce lien