Si le message s'affiche mal, visualisez la page en ligne
N°3094
Covid-19
La SITL 2020, encore décalée au 23-26 juin, va retrouver
le Hall 6

Par un nouveau communiqué officiel, Reed Expositions France a annoncé ce matin un deuxième report des dates « définitives » de la SITL 2020. La 37ème édition de la semaine du transport et de la logistique est désormais reprogrammée pour la période du 23 au 26 juin, soit une semaine après les dates du premier report (voir NL 3090), pris suite aux mesures gouvernementales face à l’épidémie de Covid-19. Le lieu est toujours le Parc des Expositions Paris Nord Villepinte, mais la nouveauté est que le salon retrouve ainsi le Hall 6 initial, et non les Hall 3 et 4 prévus dans le premier report de dates. Même si cela n’est pas mentionné dans le communiqué, le fait de conserver le Hall 6 va sans doute permettre à tous les exposants de pouvoir conserver les numéros de stands prévus initialement (quand la SITL 2020 devait se tenir du 17 au 20 mars) et sur lesquels ils avaient commencé à communiquer auprès de leurs clients et prospects. «Cette nouvelle date avec le maintien du pavillon 6 est une excellente nouvelle et sera bénéfique pour nos exposants et visiteurs. C’est un espace très adapté à nos démonstrations et à cette filière ayant de nombreuses solutions à présenter pendant les 4 jours » a indiqué Thomas Desplanques, le directeur de Divisions en charge de la SITL chez Reed Expositions France. A noter que cet évènement se tiendra conjointement avec l’édition 2020 de Global Industrie (dans les Halls 1 à 5), que son organisateur GL Events a également décalé à nouveau pour pouvoir retrouver le Parc des Expositions Paris Nord Villepinte (la première date décalée, du 9 au 12 juin, était reprogrammée au Bourget). JLR

 
   
 

Après un premier report, l’édition 2020 de la SITL est à nouveau repoussée d’une semaine Parc des Expositions Paris Nord Villepinte, du 23 au 26 juin, pour finalement retrouver son Hall 6 initialement prévu.

Crédit photo SITL
 
 
 
Covid-19
La relocalisation des activités stratégiques à l’ordre du jour à Bercy

Hier, aux côtés de sa secrétaire d’Etat Agnès Pannier-Runacher et de la ministre du Travail Muriel Pénicaud, Bruno Le Maire a tenu sa troisième conférence avec les différents acteurs économiques nationaux sur la mobilisation et les mesures d’aide aux entreprises touchées par les conséquences du coronavirus Covid-19. Les enjeux de relocalisation ont à nouveau été abordés le ministre de l’Economie et des Finances, et de manière encore plus précise. Lors de la conférence de presse organisée à l’issue de la réunion, il a tout d’abord commencé par évoquer « l’impact sévère » du coronavirus sur l‘économie, estimé actuellement à plusieurs dixièmes de points de PIB, en rappelant qu’une nouvelle prévision de la croissance française serait annoncée le 15 avril. A noter tout de même que lors des questions-réponses, il a reconnu que la nouvelle estimation de la croissance française en 2020 pourrait être en dessous de 1% (alors qu’elle était estimée à 1,3% avant le début de l’épidémie). Pour soutenir les entreprises et l’économie, le ministre a détaillé une « réponse en trois temps ». Le premier temps, ce sont les aides aux entreprises les plus touchées (étalements de charges sociales et fiscales, éventuels dégrèvements, etc). Le deuxième temps se situe au niveau européen, par une réponse coordonnée et rapide que Bruno Le Maire appelle de ses vœux, dans le cadre d’un « plan de relance politique et économique ». Le troisième temps est celui de la nécessaire relocalisation de certaines activités stratégiques. « Il y aura un avant et un après sur cette épidémie de coronavirus sur l’organisation de l’économie mondiale. Nous voyons bien dans un certain nombre de secteurs la nécessité de réfléchir à une réorganisation des chaînes de valeurs, à une relocalisation d’un certain nombre d’activités stratégiques, en particulier dans le domaine de la santé, et à bâtir une mondialisation où les chaînes de valeur soient mieux protégées, plus indépendantes et évitent également des déplacements inutiles alors même que certaines productions pourraient être faites à proximité » a-t-il lancé. Même si pour l’instant aucune pénurie de médicaments n’est à déplorer en France, le ministre a réitéré sa préoccupation concernant l’industrie pharmaceutique. « On ne peut pas accepter que 80% des principes actifs de nos médicaments soient produits en dehors de l’UE et 40% en Chine. Il faut relocaliser ces activités stratégiques » a-t-il déclaré, en précisant que d’autres filières stratégiques étaient concernées « comme l’aéronautique, l’industrie automobile ou d’autres ». « Nous sommes en train de faire le recensement de notre dépendance en points stratégiques pour un certain nombre de filières et nous en tireront les conséquences, mais ce n’est que le troisième temps de notre réponse » a-t-il conclu. JLR

 
   
 

Bruno Le Maire, ministre de l’Economie et des Finances, aux côtés de Muriel Pénicaud, ministre du Travail, et d’Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Economie et des Finances, lors de la conférence de presse d’hier matin à l’issue de la réunion avec les différents acteurs économiques nationaux sur le coronavirus Covid-19.

Crédit photo Min. de l'Economie et des Finances
 
 
 
TMS
DDS Logistics choisit Acsep comme partenaire intégrateur

C’est une grande première pour l’éditeur DDS Logistics. Jusqu’alors, soit il assurait seul l’intégration des projets TMS (Transport Management System) pour ses clients, soit il travaillait ponctuellement avec des intégrateurs, mais de manière relativement opportuniste, comme ça a été le cas par exemple avec Capgemini pour le Ministère de la Défense. L’éditeur français vient d’annoncer aujourd’hui la signature d’un accord de partenariat avec la société Acsep, pour assurer la distribution, l’intégration et le support de ses solutions de gestion du transport. « L’idée clairement pour nous est de répondre à une attente du marché face à l’accélération du nombre de projets TMS et de faciliter l’intégration entre les mondes de l’entrepôt et du transport, à l’heure où l’omnicanal bouscule les fonctionnements et les manières de faire » nous a confié Jérôme Bour, le président de DDS Logistics, qui ne cache pas que sa société pourra ainsi consacrer davantage d’énergie à son cœur de métier d’éditeur. De son côté, Acsep possède une grande expérience d’intégration multisystèmes, avec des partenaires comme Hardis (Reflex WMS), Talend (intégration de données) ou encore Pick to Light Systems (solutions de préparation de commandes). Par le passé, la société a déjà eu l’occasion de travailler sur plusieurs projets de mise en place de TMS, en l’occurrence celui d’Andsoft, notamment chez XPO Logistics et Mousset Logistique, sans pour autant avoir jamais formalisé un accord de partenariat avec cet éditeur basé en Andorre. «Nous avions un trou dans la raquette dans notre offre par rapport à une réponse autour du TMS. Et qui de mieux que DDS Logistics, le spécialiste des TMS, pour y répondre ? Sans compter que nous partageons les mêmes valeurs et la même notion de services, ce qui est primordial pour nos deux entreprises» a déclaré Thierry Puharré, le président d’Acsep. La société commence à constituer en interne une équipe à part entière pour travailler sur ce type de projets TMS (gestion de projet, intégration et support applicatif), constituée pour le moment de deux personnes qui ont suivi une formation chez DDS Logistics (trois d’ici la fin de l’année). Les deux partenaires travaillent déjà ensemble sur deux grands projets européens de mise en place de la solution DDS Shipper, chez des clients dans le monde de l’industrie et du luxe. A noter qu’un autre volet de cet accord porte sur la constitution d’ici le mois de juin d’une offre intégrée WMS/TMS rapide à mettre en œuvre et destinée aux ETI, rassemblant le WMS édité par Acsep, Izypro, et la plateforme collaborative transport pour les chargeurs, leurs destinataires et leurs transporteurs, Join2ship, développée à l’initiative de DDS Logistics. JLR

 
   
 

Jérôme Bour, le président de DDS Logistics et Thierry Puharré, le président d’Acsep, lors de l’officialisation de leur accord de partenariat.

Crédit photo DR
 
 
 
Aéronautique
ATR poursuit avec DHL SC pour ses pièces détachées

L’avionneur spécialiste du transport régional ATR a signé un nouveau contrat pluriannuel avec DHL Supply Chain pour la gestion des pièces détachées destinées à la maintenance de ses plus de 1 300 appareils utilisés de par le monde. Environ 200 compagnies aériennes utilisent en effet des aéronefs produits par ce groupe aéronautique créé fin 1981 sous forme de GIE à 50/50 par Airbus et l’italien Leonardo Spa (ex-Finmeccanica). Cet accord prolonge une relation entamée en 2006, qui s’appuie sur trois plateformes du prestataire pour assurer une réactivité maximale à l’échelle globale aux utilisateurs d’aéronefs ATR, essentielle pour cette logistique MRO : en l’occurrence un entrepôt central situé à Bonneuil-en-France (près du Bourget), et deux hubs régionaux à Miami et Singapour. DHL SC assure l’entreposage et la gestion des stocks de pièces, leur contrôle qualité, des prestations de kitting, ainsi que leur distribution à l’échelle internationale. Chaque année, le 3PL gère ainsi quelque 290 000 mouvements. La prestation inclut également la gestion des problématiques douanières import/export, en collaboration avec sa société-sœur DHL Global Forwarding. Dans le cadre de ce nouveau contrat pluriannuel, DHL SC a proposé une modernisation des opérations pour accompagner l’évolution des besoins de son client, qui compte sur une croissance de ces activités MRO sur les prochaines années. De « nouvelles techniques de stockage » devraient permettre de mieux tirer parti des espaces de stockage, et le recours à la RFID de fluidifier les processus de réception des pièces et la gestion des stocks. Et pour optimiser le dimensionnement des emballages d’expédition, le prestataire compte s’appuyer sur une technologie de réalité augmentée. « Nous sommes heureux qu’ATR nous renouvelle sa confiance, sur un secteur où le savoir-faire logistique doit aller de pair avec un savoir-faire technique de haut niveau », commente Jan Willem Winkelhuijzen, Pdg de DHL Supply Chain France. MR

 
   
 

Sans le cadre de la prestation assurée par DHL SC pour l’avionneur ATR, son site francilien de Bonneuil tient lieu d’entrepôt central.

Crédit photo DHL Supply Chain
 
 
Prestataire logistique
Idea étoffe son portefeuille de compétences avec Alcatel Submarine Networks

Le logisticien industriel et portuaire Idea a annoncé une nouvelle référence client, le fabricant de câbles sous-marins de télécommunication Alcatel Submarine Networks, qui l’a sélectionné il y a près de deux ans à l’issue d’un appel d’offres pour effectuer diverses prestations logistiques depuis un site de production basé à Calais (62). Dans le cadre de ce contrat, entré en opérations en novembre 2018, Idea assure la manutention des câbles, leur contrôle qualité et la préparation/transfert d’équipements sur les navires de pose (câbliers). Le logisticien a ainsi étoffé son portefeuille de compétences. Il a dû ainsi intégrer un nouveau type de manutention consistant à positionner des câbles dans des cuves, ce qui a donné lieu au recrutement de 30 personnes en CDI dont des opérateurs logistiques spécialisés dans ces opérations d’enroulement de câbles en cuves (ils sont qualifiés de ‘loveurs’). Idea a en outre investi dans des outils numériques pour dématérialiser certaines tâches et ainsi offrir à son client une consolidation instantanée des données ainsi qu’une traçabilité complète des opérations. AD

 
   
 

Idea effectue de la manutention de câbles, du contrôle qualité et de la préparation/transfert d’équipements pour Alcatel Submarine Networks, une filiale du groupe Nokia.

Crédit photo Idea
 
 
INFOS INTERNATIONALES  

Royaume-Uni
XPO Logistics prend la route avec Mercedes-Benz

Le 3PL XPO Logistics a été choisi par Mercedes-Benz pour assurer la livraison des 750 000 références de pièces détachées du constructeur automobile auprès de ses partenaires concessionnaires, grossistes et détaillants au Royaume-Uni. Le logisticien effectuera plus de 40 trajets par jour à partir du centre logistique européen de Mercedes-Benz situé à Milton Keynes (au nord de Londres) et des dépôts de livraison de nuit de XPO Logistics implantés à Motherwell (en Ecosse), Leigh (près de Manchester), Wakefield (au sud de Leeds), Gloucester (au sud de Birmingham) et Taunton (entre Bristol et Plymouth). Dans le cadre de cet accord de partenariat de long terme dont la durée n’a pas été communiquée, le 3PL s’est engagé à investir dans 42 nouveaux camions dédiés à la desserte des concessions du constructeur, la majorité de cette flotte devant être composée du modèles poids lourds Actros de Mercedes-Benz Trucks. AD

 
   
  De gauche à droite : Jeff Hall, directeur général pôle automotive chez XPO Logistics UK ; Juan Manuel Santiago Mendez, Pdg de Mercedes-Benz Parts Logistics UK ; Richard Peake, directeur opérationel entrepôts chez Mercedez-Benz UK ; Simon Patton, directeur des opérations transport Royaume-Uni et Irlande chez XPO Logistics.

Crédit photo : DR
 
 

États-Unis
Walmart s'occupe de la logistique e-commerce de ses fournisseurs

Le géant américain Walmart propose à ses fournisseurs une nouvelle option, Walmart Fulfillment Services. Si ceux-ci le désirent et acceptent de payer, Walmart gérera pour eux l'ensemble de la logistique, le stockage, la mise en paquets et la livraison chez les clients. Le groupe d'hypermarchés réplique ainsi ce qu'Amazon réalise déjà. Pour Walmart, il s'agit d'être plus concurrentiel. Le groupe a testé cette offre alternative à l'automne dernier avec son entrepôt de Sheperdsville dans l'Etat du Kentucky. Le programme pilote a permis de livrer des vêtements, des chaussures, de l'électronique, des articles sportifs, des biens pour la maison et des équipements auto. Le tout en J+2. La direction de Walmart espère ainsi maximiser l'utilisation de son propre réseau d'entrepôts et de camions. Et en aidant des petites et moyennes entreprises à livrer leurs produits, Walmart compte bien enrichir sa sélection sur le site walmart.com. Seul hic, le créneau est déjà bien occupé par les indépendants tels que Shipbob, Red Stag, Shipmonk, Flowspace, etc. CCT

 
 

ABONNEMENT GRATUIT : CLIQUEZ ICI
Le lien quotidien qui vous relie à la communauté Supply Chain
Si l'on vous a transféré cette lettre, n'hésitez pas à vous abonner.
Si vous êtes déjà abonné, n'hésitez pas à abonner (ou à faire abonner)
vos collaborateurs et amis.

 
Faites profiter la communauté logistique de vos « scoops »
écrivez à la rédaction

Cette Newsletter touche quotidiennement 50.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble de la communauté logistique.

Jean-Luc Rognon
Rédacteur en Chef
Tél : 01 43 68 43 11
jean-luc.rognon@scmag.fr

Maxime Rabiller
Rédacteur spécialisé
Tel. : 01 48 93 18 65
maxime.rabiller@scmag.fr

Armindo Dias

Chef de rubrique
Tel. : 01 43 76 27 74 armindo.dias@scmag.fr
Pour faire paraître de la publicité dans la NL, Supply Chain Magazine
ou sur le web, contactez-nous

Sandrine Papin

Directrice commerciale
tel : 06 11 72 34 33
s.papin@info6tm.com

Philippe Tesson

Directeur de Publicité
tel : 06 81 35 79 03
philippe.tesson@scmag.fr
Pour modifier vos coordonnées, merci de mettre à jour le formulaire en cliquant ici
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
10 mars 2020


Découvrez le dernier numéro et abonnez-vous !



Revivez la céremonie des rois 2020 ! Cliquez sur l’image ci-dessous et installer le lien de la vidéo.


 


Pour ne plus recevoir la newsletter, suivez ce lien