Si le message s'affiche mal, visualisez la page en ligne
N°3095
Systèmes de tri
Böwe Systec dévoile ses ambitions en intralogistique

Fabricant/distributeur de systèmes de mise sous plis et de tri de colis, Böwe Systec entend monter en puissance et diversifier son portefeuille clients en intralogistique, fort des solutions qu’il peut intégrer à la suite du rachat ces dernières années des sociétés spécialisées Optimus Sorters, Red Ledge et SGA Conveyor Systems AB. En France, l’entreprise historiquement spécialisée dans les systèmes de mise sous plis s’est véritablement attaqué au marché de l’intralogistique il y a trois ans, lorsqu’elle a commencé à déployer le système de tris de colis de sa gamme Optisorter au sein des trois hubs Colis Privé (situés sur Lille, Lyon et Orléans). Depuis, Böwe Systec France a déployé une machine de tri au sein de la société Côte d’Azur Routage à Carros, dans les Alpes-Maritimes. Elle a également signé avec un « opérateur d’importance de la livraison de colis à domicile » pour doter l’une de ses futures plateformes d’une trieuse Optisorter dotée de 320 sorties entièrement automatisées. « Nous travaillons sur trois autres projets avec cet acteur », nous a confié Loïc Busnel, directeur général de Böwe Systec France. La filiale française est actuellement en discussion sur le territoire avec des prestataires logistiques, e-commerçants et retailers, non seulement pour leur proposer son portefeuille d’offres mais aussi une intégration avec les solutions des sociétés Optimus Sorters, Red Ledge et SGA Conveyor Systems AB. Optimus Sorters est une entreprise néerlandaise spécialisée dans les convoyeurs, Red Ledge une SSII britannique proposant des solutions d’Auto ID et des logiciels WMS et WCS, et SGA Conveyor Systems AB est un fabricant/intégrateur de convoyeurs basé à Göteborg, en Suède. « Comme les vingt autres filiales du groupe sur leur territoire respectif, nous pouvons intégrer leurs offres », souligne Loïc Busnel. Grâce à un partenariat scellé avec la start-up portugaise Mov.ai, Böwe Systec peut en outre commercialiser un AGV, dénommé Tugbot. Celui-ci peut remorquer jusqu’à 250 kg de charge et est actuellement en test chez Stef. Böwe Systec souhaite devenir l’un des quatre grands acteurs mondiaux des systèmes de tri de colis. La part de l’intralogistique dans son activité, actuellement de 20%, devrait atteindre les 45 % sur 2020. A noter aussi que la maison mère de l’entreprise, le groupe Possehl,serait en négociations pour acquérir une société spécialiste des trieurs à pochettes. AD

 
   
 

Loïc Busnel, directeur général de Böwe Systec France.

Crédit photo Böwe Systec France
 
 
 
Messagerie colis
DHL Aviation met en chantier son futur hub de Roissy

Fin février, le contractant général GSE a lancé les travaux de réalisation du futur hub mécanisé de 23 000 m² que DHL Aviation France se fait construire en bordure des pistes de l’aéroport de Roissy-CDG. Pour monter ce projet, la branche aérienne de DHL Express a travaillé en tandem avec JBD Expertise, dans sa logique d’accompagnement baptisée « schéma utilisateur » (voir NL 3067). Ce spécialiste de l’immobilier logistique a ainsi mené le volet contractuel concernant ce foncier d’ADP, piloté l’obtention des autorisations ad hoc et la mise au point technique de ce bâtiment complexe à plusieurs titres : « Il a fallu tenir compte de plusieurs contraintes structurantes portant sur la circulation des hommes et des colis au sein de ce site en partie sous douane. Surtout qu’une bonne part du bâtiment appartient à la zone aéroportuaire, ce qui implique de pouvoir identifier et contrôler tout ce qui y entre ou en sort. Et l’autre volet de complexité tenait à la forte mécanisation des opérations, avec de nombreux enjeux de construction à la clé », nous indique Jean-Baptiste Rérolle, le fondateur et dirigeant de JBD Expertise. Pour DHL Aviation, il s’agira de sa 3ème plateforme de ce type en Europe, l’enjeu étant de s’appuyer sur un outil bien plus performant que son site actuel au sein de l’aéroport parisien, pour trier et traiter en cross-docking ses flux aériens de colis en transit international, et ceux concernant ses opérations France. On notera par exemple que cette messagerie aéroportuaire comportera d’un côté des portes à quais classiques, pour des camions, et d’autres adaptées aux véhicules spécifiques utilisés sur les pistes. Côté architecture, c’est l’Atelier M3 qui signe ce projet sophistiqué, tandis que l’automatisation a été confiée à un grand fabricant/intégrateur international. Il lancera la mise en œuvre de l’installation avant même la fin des travaux, qui devraient durer un an, pour une mise en opération du hub courant 2021. MR

 
   
 

Les travaux du futur hub mécanisé de DHL Aviation à Roissy viennent tout juste de commencer, avec un objectif de mise en opération courant 2021.

Crédit photo Atelier M3
 
 
 
Intralogistique
Normandie Entrepôts Logistique renforce sa traçabilité en s’appuyant sur Bext

Logisticien spécialiste des flux import/export bénéficiant du statut d’opérateur économique OEA-Full, Normandie Entrepôts Logistique a déployé fin 2019 le WMS Bext de l’éditeur Infflux sur sa plateforme logistique du Havre (10 000 m²). A noter que pour fluidifier sa chaîne d’information douanière, la solution de gestion d’entrepôt a été couplée au guichet des autorités douanières via le CCS AP+ de l’éditeur Soget. « Outre le fait de s’inscrire dans les exigences de notre certification OEA, la solution répond à notre volonté d’accélérer le traitement de nos flux physiques et d’informations, de fiabiliser nos process opérationnels de réception/expédition et de garantir des vues des inventaires et une comptabilité matière pouvant être mises à la disposition de nos clients et autorités douanières sur simple demande et à tout moment », explique Gwendal Meledo, dirigeant de Normandie Entrepôts Logistique. Le logisticien a parallèlement procédé à une refonte de la couverture Wifi de son site en adoptant une solution avec interface de gestion d’administration cloud estampillée Cisco Meraki, ainsi qu’en équipant ses équipes de lecteurs d’identification et imprimantes de chez Zebra Technologies. Par ailleurs, ses caristes ont été dotés de smartphones pour pouvoir prendre et envoyer des photos par email lors des opérations de dépotages/déchargements ainsi que « convoquer » les chauffeurs pour procéder à ces opérations via une application SaaS de gestion de files d’attentes. Outre une traçabilité amont et aval ainsi qu’une remontée des informations douanières, Bext permet ainsi à l’entreprise d’optimiser l’ensemble de ses process logistiques liés à son activité d’export (arrivée des marchandises par camion, centralisation & groupage en containers et sorties) et d’import (arrivée des containers, déchargements, gestion des emplacements, préparations des palettes et départs camion). « Dans les prochains mois, nous souhaitons aller plus loin dans l’instantanéité et la disponibilité des informations en offrant la possibilité à nos grands donneurs d’ordre d’intégrer automatiquement des événements provenant de notre système », indique Gwendal Meledo. Une étape supplémentaire que l’entreprise compte franchir en s’appuyant sur Bext. AD

 
   
 

Le WMS Bext a été déployé au sein de la plateforme logistique du Havre de Normandie Entrepôts Logistique (10 000 m²).

Crédit photo DR
 
 
 
Chaîne du froid
Fusion annoncée de JRI et de Naocom

A la suite de la récente acquisition par le groupe Metrology & Monitoring Solutions - JRI – CIET de la société héraultaise Naocom, spécialiste des solutions de suivi temps réel des conditions de transport et de stockage des produits thermosensibles, cette dernière va prochainement fusionner avec JRI. Les deux sociétés étaient déjà commercialement des partenaires de longue date, et plus récemment la plate-forme cloud de Naocom a intégré la solution de traçabilité et de mesure de température SPY Mobility de JRI. Devenue actionnaire du Groupe MMS-JRI-Naocom- CIET aux côtés de l’équipe de management, Laure Reversat, la co-fondatrice de Naocom, pilotera le développement des solutions de mobilité de la future entité fusionnée JRI-Naocom. Les solutions existantes des deux entreprises seront maintenues pour les clients en France, mais à terme, les 2 plateformes logicielles JRI-MySirius et Naocom-NaoTemp ont vocation à converger vers une plateforme unique, centralisée, permettant de répondre « aux défis toujours plus nombreux de la surveillance globale de la chaîne du froid et de la Blockchain ». JLR

 
 
Dernier kilomètre
Cinquante véhicules propres de plus chez Star Service

Dans le cadre du renouvellement progressif de sa flotte, le spécialiste de la logistique du dernier kilomètre Star Service s’est doté de 50 nouveaux véhicules propres, dont 45 en GNV et 5 en électrique. Cela porte à 250 le nombre de véhicules propres de sa flotte (électriques, hybrides, GNV et Cargocycles), sur un total de 3 800 (soit 6,5%). Parmi ces nouveaux engins gérés par Soluvan (filiale de Star Service), il y a 45 camions au GNV de marque Iveco (dont 42 de 3,5 t de capacité, mono et bi-température, deux porteurs de 7,2 t mono-température, et 1 porteur de 19 t bi-température) qui seront mis en exploitation prochainement en Ile-de-France, principalement pour l’activité de livraison de produits alimentaires Star Service Gourmet. Les 5 autres véhicules sont à propulsion électrique et seront dédiés à l’activité de livraison e-commerce Star Service Retail. JLR

 
   
 

Star Service compte aujourd’hui 250 véhicules propres dans sa flotte.

Crédit photo Star Service
 
 
INFOS INTERNATIONALES  

Japon
Livraisons à domicile sans contact pour limiter les risques

Les sociétés de livraison mettent en œuvre à travers tout le Japon des mesures visant à limiter les risques de transmission du Covid-19 lors des livraisons de colis chez les clients. Rappelons que les consommateurs japonais sont particulièrement friands du mode de livraison à domicile. Le transporteur Sagawa Express a annoncé lundi qu’un de ses livreurs, travaillant dans la région de Nagoya, a été testé positif au virus. L’expressiste a également précisé mettre tout en œuvre pour identifier les clients susceptibles d’avoir été en « contact étroit » avec lui afin de prendre les mesures appropriées. Yamato Transport (numéro un japonais du transport et de la livraison de colis) a quant à lui annoncé la semaine dernière l’instauration temporaire (jusqu'à fin mars) d’un système de dépose des colis offrant la possibilité au client de ne pas être en contact physique avec le livreur. Le client peut demander au livreur via son interphone de déposer le colis devant sa porte. Il ne lui est alors pas demandé de signer un reçu. JF

 
 

Allemagne
Imperial Logistics ouvre un entrepôt multiclient près de Dortmund

Le prestataire logistique Imperial Logistics, filiale du groupe sud-africain Imperial, a annoncé la mise en service d’un entrepôt multi-clients de 22 000 m² à Werne, au nord-est de Dortmund. D’une capacité de 21 000 emplacements palettes, équipé de 24 portes à quai et doté de 11 000 bacs de stockage de pièces, celui-ci compte déjà un client industriel d’Imperial Logistics (non communiqué). Le logisticien assure pour ce dernier des prestations de réception, de stockage, de gestion de stocks et de transferts produits par navettes entre sites de production. « Cette nouvelle infrastructure matérialise une expansion de notre stratégie de concept d’entrepôt multi-clients, souligne Christian Lohmann, vice-président chez Imperial Logistics International. Partager des entrepôts et ressources permet aux clients de faire face plus sereinement à des variations saisonnières d’activité et pour notre part d’opérer avec un mode de paiement à l’usage synonyme de réduction de coûts. Nous pouvons en outre faire faire des économies à nos clients via la consolidation des achats de packaging. » AD

 
 

ABONNEMENT GRATUIT : CLIQUEZ ICI
Le lien quotidien qui vous relie à la communauté Supply Chain
Si l'on vous a transféré cette lettre, n'hésitez pas à vous abonner.
Si vous êtes déjà abonné, n'hésitez pas à abonner (ou à faire abonner)
vos collaborateurs et amis.

 
Faites profiter la communauté logistique de vos « scoops »
écrivez à la rédaction

Cette Newsletter touche quotidiennement 50.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble de la communauté logistique.

Jean-Luc Rognon
Rédacteur en Chef
Tél : 01 43 68 43 11
jean-luc.rognon@scmag.fr

Maxime Rabiller
Rédacteur spécialisé
Tel. : 01 48 93 18 65
maxime.rabiller@scmag.fr

Armindo Dias

Chef de rubrique
Tel. : 01 43 76 27 74 armindo.dias@scmag.fr
Pour faire paraître de la publicité dans la NL, Supply Chain Magazine
ou sur le web, contactez-nous

Sandrine Papin

Directrice commerciale
tel : 06 11 72 34 33
s.papin@info6tm.com

Philippe Tesson

Directeur de Publicité
tel : 06 81 35 79 03
philippe.tesson@scmag.fr
Pour modifier vos coordonnées, merci de mettre à jour le formulaire en cliquant ici
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
11 mars 2020


Découvrez le dernier numéro et abonnez-vous !



Revivez la céremonie des rois 2020 ! Cliquez sur l’image ci-dessous et installer le lien de la vidéo.


 


Pour ne plus recevoir la newsletter, suivez ce lien