Si le message s'affiche mal, visualisez la page en ligne
N°3098
 
Business as UNusual

Avec l’entrée dans le stade 3 de l’épidémie de Covid-19 et la fermeture de tous les commerces qui ne sont pas de première nécessité, la France se retrouve dans une situation totalement inédite, surréaliste, catastrophique à terme sur un plan économique pour bon nombre de secteurs. Pour l’heure, alors que le pic de l’épidémie est encore devant nous, les cellules de crise des entreprises s’emploient à trouver rapidement des solutions pour poursuivre tant bien que mal leurs activités opérationnelles en privilégiant le recours, quand c’est possible, au télétravail et au chômage partiel. Jamais le mot « agilité », souvent employé à tort et à travers, n’aura eu davantage de sens. De même que le mot « approvisionnements », placé désormais au centre des préoccupations des politiques comme du grand public face à la peur parfois incontrôlable de manquer de pâtes, de gel hydro-alcoolique ou de masques de protection. D’ailleurs, saluons au passage l’initiative du groupe LVMH, qui s’est engagé à fournir gracieusement du gel hydro-alcoolique en grande quantité aux hôpitaux en mobilisant trois de ses sites de production de parfums et cosmétiques. Dans ce contexte inédit, le rôle des directeurs des opérations, des directeurs Supply Chain et des responsables Logistique est plus que jamais fondamental pour orchestrer un plan de continuité opérationnelle, surtout dans les usines des produits agroalimentaires et pharmaceutiques, et dans les entrepôts industriels et de la grande distribution où la gestion du personnel devient complexe, suite à la fermeture des écoles. Ce caractère très exceptionnel de la situation rend en outre infiniment plus délicat l’exercice des prévisions de la demande et des approvisionnements basées sur l’historique des ventes… Je profite de cet édito pour rendre un hommage appuyé à tous les travailleurs et travailleuses de la supply chain, au sens large, qui vont devoir continuer à assurer leurs missions avec courage pendant cette grave période de pandémie. Vos témoignages seront les bienvenus dans notre newsletter, n’hésitez pas à contacter la rédaction. Serrons-nous les coudes à défaut de se serrer la main : les initiatives des uns peuvent inspirer les réflexions des autres.
Jean-Luc Rognon

 
 
 
Prestataire logistique
Stef surfe sur une année 2019 « très satisfaisante »

Cela faisait deux ans que Stef poursuivait l’objectif d’atteindre le seuil de 100 M€ de bénéfice net. Comme pour en renforcer l’effet symbolique, il transforme l’essai l’année même de son centenaire. Le logisticien du froid a détaillé vendredi dernier devant les analystes et les journalistes ses résultats annuels 2019, qualifiés de globalement « très satisfaisants » avec un CA de 3,44 Mds € en assez forte croissance pour la deuxième année consécutive, avec +5,7% (contre +9,4% en 2018) et un résultat opérationnel qui progresse de manière spectaculaire, à +18,7%. Selon son Pdg Stanislas Lemor, cette croissance s’explique notamment par les nouvelles capacités immobilières mises en service ces trois dernières années, par les revalorisations tarifaires importantes suite à un phénomène de pénurie de chauffeurs et de camions apparu dès la fin 2017 et par la montée en puissance de l’activité internationale de Stef (+15 M€ à 39,2 M€ en 2019), notamment en Espagne, en Italie et au Portugal. En France, la progression du CA global de Stef de +26 M€ (avec 128 M€ de résultat opérationnel, +25%) conforte le logisticien dans sa stratégie organisationnelle de spécialisation par business units lancée il y a un an, et qui devrait désormais s’étendre aux activités à l’international, notamment en Espagne, en Italie et au Portugal. Aux 7 BU actuelles (Flux frais, Frais Supply Chain, Surgelé, TSA- Tempéré sec alimentaire, Seafood, GMS et RHD-Restauration hors domicile) devrait prochainement s’ajouter une huitième dédiée aux prestations de conditionnement industriel (copacking et comanufacturing), y compris dans le luxe et la cosmétique, faisant suite au rachat en octobre 2019 de Dyad (voir NL 2970). Pour l’année 2020, le groupe Stef reste évidemment prudent compte tenu de la situation sanitaire liée au Covid-19. « La consommation alimentaire est un secteur relativement résilient, l’impact y sera relativement limité comparé à d’autres domaines » a indiqué Stanislas Lemor en précisant qu’aucune baisse de l’activité n’avait été constatée lors des deux premiers mois de l’année. Même si les récentes mesures de confinement et les auto-limitations de déplacements et de sorties au sein de la population auront sans doute des effets négatifs sur l’activité RHD. Pour le pdg de Stef, les trois grands chantiers d’avenir de l’entreprise sont l’innovation dans la conception de l’entrepôt du futur (drônes, internet des objets, réalité augmentée, etc), la poursuite de la transformation digitale vis-à-vis des clients et de ses salariés et sa capacité à continuer à attirer les talents et à conserver un modèle social et managérial attractif. JLR

 
   
 

« La consommation alimentaire est un secteur relativement résilient, l’impact du Covid-19 y sera relativement limité comparé à d’autres domaines » a indiqué vendredi Stanislas Lemor, le pdg de Stef.

Crédit photo Stef
 
 
 
Intralogistique
Körber va réunir sous une seule marque les sociétés de sa division SC

Le groupe technologique allemand Körber est en passe de rationnaliser son portefeuille de marques, à l'instar ce ce qu'a fait en début d'année le groupe Savoye (voir NL 3059). Toutes les grandes sociétés de sa business unit Supply Chain annoncent en effet sur leurs sites internet respectifs qu'elles vont être rebaptisées Körber. Seront ainsi renommées les sociétés Inconso (éditeur WMS/TMS/WCS), Cirrus Logistics (éditeur de logiciels d’aide à la décision SC), Voiteq (solutions vocales), Otimis (cabinet de conseil/intégrateur), HighJump (éditeur WMS/TMS), Langhammer (fournisseur de convoyeurs et solutions de palettisation) et Riantics (fournisseur/intégrateur de solutions intralogistiques automatisées type miniload et robots de palettisation). La date officielle de leur changement de nom n’a pas encore été annoncée, Körber motivant sa décision de rationalisation de son portefeuille de marques par le fait que les clients ont désormais besoin d’un partenaire capable de leur fournir une réponse globale incluant des logiciels et des solutions d’automatisation, de robotisation et de manutention. AD

 
 
 
Étude
L’automatisation des échanges d’infos parmi les priorités des directeurs SC

Selon une étude OpinionWay réalisée pour le compte l’éditeur/intégrateur de solutions B2B Comarch (intitulée « les directeurs Supply Chain et l’EDI »), l’automatisation des échanges d’information en supply chain représente un enjeu important pour 80 % des 125 directeurs SC et responsables logistiques interrogés (issus d’entreprises françaises comptant plus de 500 salariés). Ils sont même 35 % à la considérer comme un objectif prioritaire. « Les entreprises avec un CA supérieur à 100 M€ donnent davantage d’importance à l’enjeu d’automatisation de la supply chain », souligne l’étude. Dans cette tranche en effet, les sondés reconnaissent à 48 % que cela fait partie de leurs priorités, contre 21 % dans celles réalisant moins de 100 M€ de CA. Parmi les formats utilisés pour ces échanges d’infos SC, les échanges email sous format pdf arrivent en tête à 67 %, devant les solutions EDI à 64 % et les portails fournisseurs/clients à 29 % (plusieurs réponses possibles). Les solutions EDI sont recherchées et adoptées surtout pour obtenir une meilleure efficacité/productivité (47 %), une amélioration de la traçabilité (37 %), une diminution des coûts de gestion des commandes/avis d’expédition (34 %) et une plus grande sécurisation des données (34 %). L’étude intègre également une appréciation des sondés sur l’efficacité de leur propres supply chain et sur les difficultés auxquelles ils sont confrontés en la matière. Leur auto-évaluation est globalement positive, les sondés s’attribuant une note moyenne de 6,9 sur 10. Coté difficultés rencontrées, le panel fait remonter plusieurs thématiques dont le manque de prédictibilité de l’activité de leur entreprise (à 37 %), l’absence de main-d’œuvre de qualité (32 %), la quantité excessive de tâches manuelles (26 %), la perte de temps liée à une absence de traçabilité dans le processus (26 %) et la difficulté à compiler de nombreuses sources de données (25 %). Il est à noter que ce panel représentatif ne comportait que 64% de dirigeants utilisant un dispositif d’échanges informatisés en EDI. AD

 
   
 

L’étude commandité par Comarch sur la supply chain et l’EDI a été effectuée auprès de 125 directeurs SC et responsables logistiques d’entreprises françaises de plus de 500 salariés.

Crédit photo OpinionWay/ Comarch
 
 
 
Covid-19
Iziwork se mobilise auprès des entreprises de logistique

Afin de limiter l’impact de la crise sanitaire liée à la pandémie de coronavirus-Covid 19, la plateforme d’intérim digitale Iziwork offre à tous ses partenaires intérimaires des téléconsultations préventives via la start-up de télémédecine Qare. Celles-ci ont notamment vocation à sensibiliser les intérimaires aux gestes à adopter au sein des entreprises pendant la durée de la pandémie, qu’ils soient sur le point d’entamer une nouvelle mission ou bien déjà en poste. « Cette initiative répond aux besoins de nombreuses entreprises, explique Mehdi Tahri, cofondateur d’Iziwork. En outre, nous devons aussi rassurer nos clients par rapport à leurs plans de contingence. » La plateforme, qui a levé 12 M€ fin 2019 (voir NL 2991), totalise à ce jour 400 000 intérimaires inscrits et 1 000 entreprises clientes (XPO Logistics, FM Logistic, Fnac Darty, Carrefour, Viapost…). AD

 
 
INFOS INTERNATIONALES  

Allemagne
Böllhoff flexibilise ses expéditions sur son entrepôt d’Oelsnitz

Fabricant allemand de composants et systèmes d’assemblage pour l’industrie, Böllhoff a commencé à exploiter les solutions TMS et SDS (gestion des expéditions) de l’éditeur Inconso sur son nouveau site logistique d’Oelsnitz, dans la Saxe (voir NL 2762). Opérationnel depuis la fin 2019, cet entrepôt affiche une capacité de stockage de 100 000 articles avec une partie automatisée grande hauteur de 35 m. « La préparation des commandes peut être gérée en fonction de la planification transport et en tenant compte des modifications d’expédition de dernière minute, témoigne Stefan Stübbe, responsable projets, processus et conseil IT chez Böllhoff. Cela est rendu possible par le paramétrage d’une zone tampon pour les colis. Ceux-ci sont désormais acheminés au quai via une zone d’expédition dynamique ». Depuis celle-ci, les processus d’expédition peuvent être modifiés à tout moment, s’adaptant aux modifications des demandes clients grâce à un portail web de remontés d’informations et une transmission de celles-ci en temps réel aux transporteurs. Avec la solution de gestion des expéditions, les colis et même les commandes entières peuvent être modifiés ainsi que des articles retirés alors qu’ils sont déjà sur le convoyeur de chargement. A noter aussi que l’industriel est par ailleurs en train de finaliser l’installation du WMS d’Inconso à Oelsnitz. AD

 
   
  Le site de Böllhoff à Oelsnitz est opérationnel depuis la fin 2019 et a représenté un investissement de 50 M€.

Crédit photo : Böllhoff
 
 

ABONNEMENT GRATUIT : CLIQUEZ ICI
Le lien quotidien qui vous relie à la communauté Supply Chain
Si l'on vous a transféré cette lettre, n'hésitez pas à vous abonner.
Si vous êtes déjà abonné, n'hésitez pas à abonner (ou à faire abonner)
vos collaborateurs et amis.

 
Faites profiter la communauté logistique de vos « scoops »
écrivez à la rédaction

Cette Newsletter touche quotidiennement 50.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble de la communauté logistique.

Jean-Luc Rognon
Rédacteur en Chef
Tél : 01 43 68 43 11
jean-luc.rognon@scmag.fr

Maxime Rabiller
Rédacteur spécialisé
Tel. : 01 48 93 18 65
maxime.rabiller@scmag.fr

Armindo Dias

Chef de rubrique
Tel. : 01 43 76 27 74 armindo.dias@scmag.fr
Pour faire paraître de la publicité dans la NL, Supply Chain Magazine
ou sur le web, contactez-nous

Sandrine Papin

Directrice commerciale
tel : 06 11 72 34 33
s.papin@info6tm.com

Philippe Tesson

Directeur de Publicité
tel : 06 81 35 79 03
philippe.tesson@scmag.fr
Pour modifier vos coordonnées, merci de mettre à jour le formulaire en cliquant ici
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
16 mars 2020


juin 2020

Mardi 23
au vendredi 26
SITL 2020
Parc des Expositions Paris Nord Villepinte
Hall 6


juin 2020

Découvrez le dernier numéro et abonnez-vous !



juillet 2020

Jeudi 02
Agora du SCM
9ème Gala Directeurs Supply Chain
17h30-23h45
Pavillon d'Armenonville (Paris)

 


Pour ne plus recevoir la newsletter, suivez ce lien