Si le message s'affiche mal, visualisez la page en ligne
N°3101
Résilience
Les conseils de Kyu Associés pour sortir de la phase de sidération

« Les entreprises sont encore dans une phase de sidération face à cette crise systémique qui touche à la fois l’offre et la demande, dans tous les pays, tous les secteurs économiques. L’urgence cette semaine est d’apprendre à fonctionner dans un mode partiellement dégradé mais il faut aussi basculer sur les questions de la relance de l’activité dans un marché concurrentiel » souligne Laurent Giordani, associé fondateur de Kyu Associés. Ce cabinet de conseil spécialisé dans le management et les risques de la supply chain a publié le 9 mars une étude sur les impacts et actions de résilience face au Covid-19 dans six grands secteurs clés (Luxe, Automobile, Grande distribution, Industrie aéronautique, Industrie pharmaceutique, Électronique et Logistique de distribution). Suite aux évolutions de cette dernière semaine, le document vient d’être remis à jour. L’un des enseignements à retenir est que cette crise met en lumière bon nombre de faiblesses en termes de visibilité de la supply chain, de schéma industriel, de système de management opérationnel de la continuité d’activité qui doit être mieux coordonné de l’amont vers l’aval. « Améliorer sa visibilité sur sa supply chain est la meilleure chose à faire actuellement. Même si tout le monde est confiné et que certains activités sont à l’arrêt, ce n’est pas le moment de se replier sur soi-même, il faut au contraire développer ses connexions temps réel avec ses partenaires clés, avec une approche mieux coordonnée, sécuriser ses capacités logistiques et de production » indique Xavier Roussel, manager chez Kyu Associés. Le constat du cabinet, qui a réalisé en fin d’année dernière le premier baromètre des risques supply chain, c’est que même chez les entreprises qui avaient déjà établi un plan de continuité d’activité en interne (moins de 40% des cas), très peu l’ont aligné et coordonné avec ceux de leurs sous-traitants et clients. « Nous sommes en train d’inventer la synchronisation mais dans très peu de cas elle a été anticipée » note Laurent Giordani. Il cite en exemple le cas de Nissan, le plus impacté opérationnellement lors de la catastrophe de Fukushima en 2011, et qui avait pourtant su fortement limiter les dégâts au niveau de ses résultats annuels, en gagnant même des parts de marché. « Pourquoi ? Parce qu’il avait aligné son plan de continuité d’activité avec ceux de ses sous-traitants. La visibilité permet de s’organiser d’ores-et-déjà sur la meilleure manière de repartir, de se mettre en capacité de redémarrer rapidement». Mais attention, prévient-il, même dans les industries les mieux préparées comme l’automobile et l’aéronautique, les donneurs d’ordre devront tout faire pour éviter que leurs sous-traitants les plus fragiles ne disparaissent malgré les mesures d’aide gouvernementales. Nous reviendrons demain dans cette newsletter sur les conséquences supply chain de cette crise du Covid-19 dans d’autres secteurs abordés dans cette étude, tels que le luxe ou la grande distribution. JLR

Pour télécharger l’étude de Kyu Associés sur les impacts et actions de résilience face au Covid-19, cliquez ici

 
   
  Crédit photo Kyu Associés  
 
 
Gel hydro-alcoolique
L’Oréal sur plusieurs fronts de son écosystème

Le gel hydro-alcoolique apparait plus que jamais essentiel pour assurer des conditions de travail conformes aux impératifs de sécurité sanitaire aux salariés mobilisés pour assurer le bon fonctionnement de services-clés. D’ailleurs depuis mardi, des tensions se font jour dans nombre d’entreprises, d’entrepôts, de sites de production ou de services de livraison, autour de la mise à disposition de gel (et des masques) avec la perspective de voir se généraliser l’exercice d’un droit de retrait. Dès le week-end dernier, le groupe LVMH avait annoncé la reconfiguration d’une partie de son appareil de production de cosmétiques et parfums pour assurer la production de gel hydro-alcoolique (voir NL 3098). Le groupe L’Oréal a fait de même hier en annonçant un « plan européen de solidarité pour soutenir la lutte contre le coronavirus de l’ensemble des acteurs », qui entend répondre aussi bien aux besoins des hôpitaux, Ehpad ou pharmacies, que de ceux d’autres maillons dont l’importance est mise en lumière ces derniers jours, à commencer par la distribution alimentaire. Le groupe indique avoir commencé à mobiliser dès la semaine dernières certaines de ses usines pour fabriquer du gel en question, afin de répondre à l’accroissement des besoins. Sa marque La Roche-Posay va particulièrement travailler au service du monde médical, pour produire du gel hydro-alcoolique mais aussi pour fournir gracieusement des flacons aux pharmacies en mesure d’en fabriquer directement en officine. Avec des canaux habituels plus orientés vers la distribution classique, sa marque Garnier entend de son côté distribuer gracieusement plusieurs millions d’unités de gel à ses clients de la grande distribution alimentaire en Europe, pour répondre aux besoins de leurs employés. Et d’autres initiatives sont annoncées à l’échelle de l’écosystème des partenaires de L’Oréal, comme le gel… de créances du côté des coiffeurs et petites parfumeries, ou le raccourcissement des délais de paiement vis-à-vis de ses fournisseurs. Sans compter le rôle de la fondation du groupe, qui annonce un don d’1 M€ à ses associations partenaires engagées dans la lutte dans la précarité, et la fourniture de gel et de kits d’hygiène (gel douche et shampoing) à destination des travailleurs sociaux et des bénévoles de ses associations, et bien sûr des bénéficiaires de leurs actions. MR

 
 
 
Gel hydro-alcoolique (suite)
Les acteurs des spiritueux ou du sucre se mobilisent

La production de gel hydro-alcoolique mobilise d’autres maillons moins attendus sur ce sujet pharma-cosmétique. Le groupe Pernod Ricard a par exemple annoncé le don d’un stock de 70 000 litres d’alcool pur au laboratoire Cooper, dans le cadre d’un partenariat qui va permettre à ce dernier d’accroître ses livraisons d’alcool aux pharmacies désormais autorisées à produire leur propre gel hydro-alcoolique. L’initiative devrait permettre de produire pas moins d’1,8 millions de flacons de 50 ml. Et d’autres initiatives du groupe de spiritueux sont annoncées ailleurs qu’en France, dans cette même logique de don d’alcool en Suède du côté de sa marque de vodka Absolut, ou via la mobilisation outre-Atlantique de plusieurs distilleries de bourbon et autre whiskey pour produire directement du gel en question (le principe a essaimé en Espagne et en Irlande, et bientôt au Royaume-Uni). Encore plus en amont dans la chaine de valeur, deux groupes sucriers français se mobilisent dans cette même optique. Le groupe Tereos a ainsi annoncé hier qu’il engageait 5 de ses usines hexagonales dans la production de gel hydro-alcoolique, vu qu’« elles disposent du savoir-faire nécessaire à la fabrication d’alcool pharmaceutique et de capacités importantes, Tereos étant le premier producteur d’alcool en France », mentionne le communiqué. La première, située dans l’Aisne, a déjà lancé la production et les autres situées dans les Hauts-de-France, le Grand Est ou le Centre, s’apprêtent à faire de même pour assurer une fourniture gracieuse aux agences régionales de santé et aux hôpitaux de ces régions particulièrement mises à l’épreuve. Chez un autre poids-lourd du secteur, le groupe Cristal Union, c’est la production de carburant bioéthanol sur son site d’Arcis-sur-Aube qui est mise entre parenthèses, afin de réorienter scs capacités dans la production d’alcool labellisé Biocidal et PharmEthyl. MR

 
 
 
Intralogistique
ProGlove passe en mode écran et Cloud

Le fabricant/distributeur de gants connectés ProGlove enrichit son offre avec le nouveau modèle de gant scanner Mark Display ainsi qu’une solution d’analyse de process industriels dénommée ProGlove Cloud. Doté d’un écran de la taille d’une boîte d’allumettes et à même de communiquer avec les systèmes d’information des entreprises via la technologie Bluetooth Low Energy, le Mark Display permet à ses utilisateurs de disposer à tout moment, là où ils se trouvent, d’informations nécessaires à l’exécution de leurs tâches, comme par exemple la localisation d’un produit stocké en entrepôt. Guidés par un retour d’information acoustique et haptique les libérant des supports papier, appareils portatifs et postes de travail statiques, les opérateurs pourraient ainsi gagner, selon ProGlov, jusqu’à 6 secondes par scan et de réduire leur taux d’erreur jusqu’à 33 %. Et comme tous les autres produits de la gamme Mark, le Mark Display peut être connecté à ProGlove Cloud, une solution d’analyse de process industriels mettant en contexte des données opérationnelles en temps réel, afin notamment d’identifier des goulets d’étranglement et de réaffecter des opérateurs en cas de pics d’activité imprévus. Avec son application Connect Data Wedge d’intégration de données issues de terminaux Android, le Mark Display et ProGlove Cloud doivent faire partie des nouveautés que ProGlove a prévu de présenter sur son stand J79 lors de la prochaine SITL (du 23 au 26 juin dans le hall 6 Paris Nord Villepinte). AD

 
   
 

Le Mark Display est disponible dès à présent en version démonstration.

Crédit photo ProGlove
 
 
 
Immobilier logistique
KS Group et Arefim GE à la manœuvre sur l’ÉcoParc Rhénan

En février, la foncière spécialisée en immobilier logistique Arefim GE avait lancé la construction d’un entrepôt de plus de 14 000 m² au sein de l’ÉcoParc Rhénan de Reichstett, aménagé dans le cadre de la reconversion d’une friche industrielle au nord de Strasbourg. Ce développement représente un investissement de l’ordre de 10 M€, sachant qu’un « acteur majeur de l’économie alsacienne » s’est engagé sur un bail de 6 ans. Il s’agirait en l’occurrence du distributeur de matériaux de construction et d’équipements pour l’habitat Siehr, pour une entrée dans les murs d’ici fin 2021. Cet entrepôt signé du cabinet Archi-Tectura est classé ICPE et disposera de 12 900 m² pour le stockage en intérieur et d’une aire extérieure de 700 m², sans compter un espace de bureaux et ses locaux techniques. Et sa toiture accueillera des panneaux photovoltaïques. Sa réalisation a été confiée à KS Construction, qui constitue le cœur de métier historique de l’alsacien KS Group, qui chapeaute également Arefim GE (Grand Est). Cette structure de promotion immobilière a en effet été créée en 2018 dans le cadre d’un rapprochement entre KS et Arefim (mais c’est sous l’étiquette Arefim, tout court, que se poursuivent les développements d’entrepôts déjà lancés dans l’orléanais, voir 2787). On notera qu’au sein de ce même ÉcoParc Rhénan, KS Construction a livré fin 2019 un site logistique au groupe coréen HJC, qui compte parmi les leaders mondiaux du casque deux-roues. Sur les 3 600 m² d’entreposage de son nouveau centre logistique européen, celui-ci a pu étoffer sa capacité de stockage à quelque 240 000 casques, pour des expéditions dans toute l’Europe. MR

 
   
 

L’entrepôt de 14 000 m² développé par Arefim GE au sein de l’ÉcoParc Rhénan de Reichstett (67) devrait accueillir le distributeur Siehr d’ici la fin 2021.

Crédit photo Archi-Tectura
 
 
INFOS INTERNATIONALES  

Royaume-Uni
Branle-bas de combat chez les distributeurs
et les
e-commerçants


Alors qu’outre-Manche, le gouvernement avait jusqu'il y a peu adopté la politique de l’autruche, les consommateurs anglais sont frappés des mêmes réactions de panique observées dans le monde entier avec des conséquences majeures sur le
e-commerce et la distribution. La BBC a annoncé hier la suspension du service de livraison en ligne de produits alimentaires d’Ocado en raison d’une explosion de la demande à laquelle l’e-commerçant ne peut pas faire face. Les supermarchés britanniques quant à eux limitent la vente de certains produits pour éviter les ruptures de stocks. A titre d’illustration, Tesco, Sainsbury's et Asda autorisent les clients à acheter maximum trois fois le même produit alimentaire. Les restrictions d’achat chez Asda et Sainsbury's s’appliquent également aux produits d’hygiène. Chez Tesco, elles concernent tous les produits. Par ailleurs, Sainsbury's a annoncé qu’il donnait la priorité aux personnes âgées et vulnérables pour les livraisons en ligne. Le distributeur Aldi a instauré une limite de quatre articles pour l’ensemble de ses produits et l’enseigne Morrisons prévoit d’étendre son service de livraison en ligne. La chaîne britannique Boots (spécialisée dans les produits de santé et de beauté) limite aussi la vente de produits tels que les mouchoirs et le désinfectant pour les mains. « Aucune supply chain ne peut résister à augmentation par dix de la demande, aussi soudaine et inattendue », a déclaré à la BBC Sebastian James, le Pdg de Boots, en soulignant que le problème ne vient pas de l’offre mais de la demande. Amazon a demandé à ses vendeurs de produits jugés « non essentiels » de cesser d’envoyer leurs articles dans ses entrepôts britanniques et américains pour laisser un maximum de place aux articles pour bébés et aux produits d’épicerie. JF

 
 

ABONNEMENT GRATUIT : CLIQUEZ ICI
Le lien quotidien qui vous relie à la communauté Supply Chain
Si l'on vous a transféré cette lettre, n'hésitez pas à vous abonner.
Si vous êtes déjà abonné, n'hésitez pas à abonner (ou à faire abonner)
vos collaborateurs et amis.

 
Faites profiter la communauté logistique de vos « scoops »
écrivez à la rédaction

Cette Newsletter touche quotidiennement 50.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble de la communauté logistique.

Jean-Luc Rognon
Rédacteur en Chef
Tél : 01 43 68 43 11
jean-luc.rognon@scmag.fr

Maxime Rabiller
Rédacteur spécialisé
Tel. : 01 48 93 18 65
maxime.rabiller@scmag.fr

Armindo Dias

Chef de rubrique
Tel. : 01 43 76 27 74 armindo.dias@scmag.fr
Pour faire paraître de la publicité dans la NL, Supply Chain Magazine
ou sur le web, contactez-nous

Sandrine Papin

Directrice commerciale
tel : 06 11 72 34 33
s.papin@info6tm.com

Philippe Tesson

Directeur de Publicité
tel : 06 81 35 79 03
philippe.tesson@scmag.fr
Pour modifier vos coordonnées, merci de mettre à jour le formulaire en cliquant ici
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
19 mars 2020


juin 2020

Mardi 23
au vendredi 26
SITL 2020
Parc des Expositions Paris Nord Villepinte
Hall 6

Découvrez le dernier numéro et abonnez-vous !



juillet 2020

Jeudi 02
Agora du SCM
9ème Gala Directeurs Supply Chain
17h30-23h45
Pavillon d'Armenonville (Paris)

 


Pour ne plus recevoir la newsletter, suivez ce lien