Si le message s'affiche mal, visualisez la page en ligne
N°3102
Distribution spécialisée
Descours & Cabaud répond aux réquisitions d’EPI et adapte ses opérations

Il y a une semaine, les pouvoirs publics avaient réquisitionné par décret l’ensemble des masques de protection détenus par les personnes morales, fabricants et distributeurs. Chez Descours & Cabaud, qui distribue EPI et fournitures aux secteurs de l’industrie et du BTP, l’ensemble des stocks avaient été gelés en entrepôt comme en agence. Et c’est en coordination avec les préfectures que sont désormais programmées les mises à disposition. Mardi, c’est en quelques heures qu’a ainsi été préparée l’expédition de 285 000 masques destinés aux personnels de santé sur l’entrepôt du groupe à Pont d’Ain (01), exploité par les équipes d’ID Logistics. D’autres opérations similaires ont depuis été réalisées, par exemple au Mans, et sous peu en région avignonnaise. Alors que la concomitance des mots d’ordre « Restez chez vous » et « Allez travailler » soulève nombre de questions, notamment chez ses salariés, Descours & Cabaud indiquait mercredi dans un communiqué que le groupe « se doit d’assurer la continuité de ses engagements envers ses clients qui poursuivent leur activité au service de l’intérêt général, et plus particulièrement auprès des secteurs critiques dans la lutte contre l’épidémie : hôpitaux, établissements de santé, réseaux d’eau potable, transports, centrales électriques… ». De fait, l’ensemble de ses sites sont opérationnels, y compris son réseau de plus de 350 agences sous enseigne Prolians et Dexis. « Nous avons bien sûr adapté l’organisation du travail et les processus pour éviter les interactions, en veillant aux conditions d’hygiène et de sécurité propre à ce contexte épidémique. Par exemple nos magasins n’opèrent plus en libre-service mais honorent les commandes soit en livraison directe ou via des comptoirs type « drive » pour le retrait sur place », nous précise Benjamin Boles, le directeur logistique du groupe. Le volume d’activité connaît une très forte baisse mais toute la gamme de produits stockés est disponible. Quant aux réapprovisionnements, la priorité se concentre sur les EPI, d’autant que pour les autres références, il ne s’agit pas d’accumuler des stocks sans visibilité sur la date d’un retour à la normale. « Au-delà de la mobilisation de nos équipes et de celles de nos prestataires, qui implique un dialogue permanent, une des difficultés opérationnelles porte sur le volet transport au départ de nos sites. Selon les transporteurs ou les régions, certains de nos partenaires peuvent par exemple prioriser les flux alimentaires. Nombre de plans de back-up ont été mis en œuvre », ajoute-t-il. MR

 
   
  Mardi, le site Prolians de Pont d’Ain, opéré par les équipes d’ID Logistics, a préparé en quelques heures l’expédition de quelque 285 000 masques destinés aux personnels de santé.

© DR
 
 
 
Livraison express
Geodis assure la distribution de masques vers les 21 000 pharmacies

En moins de 72 h, Geodis a approvisionné en masques de protection l’ensemble des 21 000 pharmacies de l’Hexagone, elles-mêmes chargés d’en assurer la distribution aux professionnels de santé (notamment en médecine de ville). Compte tenu de la taille de sa flotte et de son maillage exhaustif du territoire, le groupe avait été missionné par l’Agence nationale de santé publique afin de réaliser ces opérations dans le cadre de la situation d’urgence sanitaire. Entre lundi et mercredi, ce sont ainsi plus de 21 000 colis qui ont été acheminés. « Dans le contexte actuel, nous avons sans hésitation affecté nos moyens à la distribution des produits médicaux à destination de l’ensemble des pharmacies de France, cela grâce à l’engagement remarquable de nos équipes d’exploitation et de nos conducteurs », indique dans un communiqué Stéphane Cassagne, directeur général de l’activité Distribution & Express de Geodis. Pour effectuer ces livraisons, le prestataire avait encadré le mode opératoire afin de respecter les règles et les fameuses mesures « barrière », afin d’assurer la protection de ses collaborateurs comme celle des pharmaciens. MR

 
   
  Confinement oblige, c’est dans des rues quasi désertes (ici à Reims) qu’ont circulé les véhicules de livraison de Geodis pour assurer en urgence la distribution de masques aux pharmacies.

Copyright Geodis
 
 
 
Annuaire de la Supply Chain
Pour rester en contact avec tout l’écosystème

Les abonnés à notre mensuel papier ont reçu chez eux la nouvelle édition de l’« Annuaire de la Supply Chain » qui recense les coordonnées mises à jour de plus de 1 000 acteurs du secteur, classés par grandes familles (cabinets de conseil en SCM, prestataires logistique et transport, immobilier logistique, manutention, SI, etc). Un outil particulièrement utile en cette période troublée, sachant que bon nombre d’entreprises en télétravail ont mis en œuvre des dispositifs de transfert d’appels vers des numéros personnels. JLR

Pour accéder à la version pdf de l'Annuaire de la Supply Chain 2020, CLIQUEZ ICI.

 
   
   
 
 
Digitalisation du transport
Shiptify ouvre gratuitement sa plate-forme en version « Quick Start »

Chez les chargeurs et les logisticiens, la plupart des cellules transport et affrètement sont désormais éparpillées, chacun chez soi en télétravail, et les habitudes du travail collaboratif de bureau sont mises à mal. Pour leur faciliter la tâche en cette période de confinement, Shiptify met gratuitement à leur disposition sa plateforme de pilotage transport dans une version simplifiée, Quick Start, qu’il a conçue spécialement. Selon l’éditeur, il suffit de se connecter à ce lien, de renseigner les e-mails de ses équipes, le lieu de l’entrepôt d’expédition, et les e-mails de ses transporteurs, et le compte de l’entreprise est paramétré et activé en 15 minutes. Dès lors, toute l’équipe transport peut faire ses premières demandes de transport auprès de tous ses transporteurs. « L’outil Quick Start permet de « chatter » avec ses autres collègues du service transport et affrètement et donne à chacun une vision de tous les dossiers en cours » précise Romain Codron, cofondateur et CEO de Shiptify. JLR

 
 
 
Ressources humaines
Le Pil’es rappelle l’existence du prêt de salariés entre entreprises

Les activités logistiques dans certains secteurs étant ralenties voire à l’arrêt alors que d’autres sont sur-sollicitées avec cette crise du coronavirus, l’existence d’une solution peu usitée en matière de ressources humaines vient d’être rappelée par le pôle d’Intelligence Logistique (Pil’es). La communauté des professionnels de la logistique en Nord-Isère a fait savoir hier qu’outre l’intérim, les entreprises peuvent aussi depuis près d’une dizaine d’années recourir au prêt de main d’œuvre à but non-lucratif pour une durée déterminée (article de la loi du 28 juillet 2011 et articles L.8241-1 et L.8241-2 du Code du travail). Cette procédure, sur la base du volontariat, nécessite d’impliquer les instances représentatives du personnel et s’appuie sur une convention de prêt de personnel spécifiant toutes les conditions du prêt (fonctions, horaires et lieux travail des salariés, mode de détermination des salaires, charges sociales et frais professionnels qui seront facturés à l’établissement utilisateur par l’établissement prêteur…). « Nous avons élaboré un modèle de convention de prêt de salariés établi en lien avec la Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi », souligne Cécile Michaux, déléguée générale du Pil’es. La communauté logistique vient de mettre ce document à la disposition de ses adhérents et ces derniers sont invités à lui remonter leurs offres et besoins en salariés. A noter aussi, d’une part, que le dispositif de prêt de salariés est cumulable avec le chômage partiel (une entreprise pouvant mettre une partie de ses salariés en chômage partiel et une autre à disposition), et d’autre part, que le modèle de convention de prêt a été élaboré avec d’autres organisations ou associations logistiques (Euralogistic, Bretagne Supply Chain, Logistique Seine-Normandie, We4Log et Pôle Achats Supply Chain Atlantique, ou Pasca). AD

 
 
Prestataire logistique
Stef demande un classement en Opérateur d’Importance Vitale

Considérant que le secteur du transport et de la logistique de produits alimentaires représente un maillon essentiel de l’économie, le logisticien du froid Stef demande au gouvernement de reconnaitre la chaîne logistique alimentaire comme Opérateur d’Importance Vitale. Ce statut, accordé à une organisation ou entreprise dont les activités sont jugées indispensables à la vie de la nation, permet d’être plus fortement associés aux stratégies de sécurité nationale, que celles-ci soient liées à la sécurité proprement dite, aux risques naturels, tech­nologiques ou sanitaires. Le logisticien demande ce classement d’utilité publique du secteur du transport/logistique de produits alimentaires ainsi que toutes les dispositions qui en découlent notamment pour faire face à la pénurie de gels hydroalcooliques, de masques et de gants liée à la crise du coronavirus Covid-19. AD

 
 
E-logistique
Wing prend sous son aile les petits e-commerçants

L’e-logisticien Wing se propose de collecter gratuitement les colis à expédier chez les petits e-commerçants sur Paris, Lyon et Marseille et leur périphérie, confrontés aux fermetures de bureaux de poste provoquées par la crise du coronavirus Covid-19 (selon nos informations, un peu moins de 1 000 sont ouverts à ce jour sur un total de plus de 17 000 en France). En effet, contrairement aux grands e-commerçants qui peuvent injecter directement leurs colis sur les plates-formes de tri de la Poste, les petits passent normalement par les bureaux de poste, avec actuellement dans certains cas des queues interminables étirées sur des centaines de mètres pour respecter l’espacement de 1 mètre entre les personnes. Cette solution alternative nécessite simplement de remplir un formulaire en ligne, les colis étant ensuite injectés dans le réseau de distribution de Wing. « Les e-commerçants sont contactés en moins de deux heures par nos équipes et la distribution s’effectue via notre partenaire transport Colissimo », précise Jean-Baptiste Maillant, cofondateur et président de Wing. Dans le cadre de cette crise du coronavirus, les entreprises du secteur sanitaire peuvent en outre bénéficier de surfaces de stockage gratuites au sein des trois entrepôts exploités sur le territoire par Wing, l’un d’eux étant détenu en propre et les deux autres par le groupe La Poste et Ceva Logistics, la filiale du groupe CMA CGM qui a récemment scellé un partenariat industriel et commercial avec le e-logisticien (voir NL 3011). « Nous disposons actuellement de plus de 3 000 m² de surface disponible », indique Jean-Baptiste Maillant. A noter que La Poste a publié aujourd’hui un communiqué annonçant la fermeture exceptionnelle pour la journée de demain (et uniquement pour ce jour) de ses bureaux de poste et ses services de tri, de distribution du courrier et du colis. AD et JLR

 
   
 

Jean-Baptiste Maillant, cofondateur et président de Wing.

Crédit photo Wing
 
 
INFOS INTERNATIONALES  

Etats-Unis
Les PME clientes d'Amazon sont en danger

Amazon a décidé de créer des catégories prioritaires: équipements médicaux, gels désinfectants, produits de nettoyage, articles pour bébé, aliments pour animaux...et ce jusqu'au 5 avril. Mais ce choix, lié à l'épidémie de coronavirus, met en danger les PME, qui utilisent Amazon pour livrer leurs propres produits, non essentiels. La place de marché du géant du e-Commerce compte 10 000 vendeurs. Et si l'on en croit Marketplace Pulse, 87% d'entre eux utilisent le service FBA, Fulfilled by Amazon. En clair, ils envoient leurs marchandises dans les entrepôts d'Amazon, qui les stockent. Et le géant s'occupe du reste. Aujourd'hui, la direction d'Amazon promet de poursuivre les livraisons d'articles qui sont arrivés dans ses entrepôts avant le 17 mars. Mais ensuite, les PME devront gérer elles-mêmes leurs commandes. Ces entreprises fragiles commencent déjà à parler licenciements. CCT

 
 

Allemagne
Hermes fait du relais colis chez l’habitant

Pour ceux qui sont à la maison toute la journée (rappelons que le confinement comme en France ou en Italie n’est pour l’heure pas instauré outre-Rhin, mais qu’il pourrait l’être à partir de ce week-end), qui n’ont rien contre le fait qu’elle soit encombrée par des colis et qui veulent se faire un peu d’argent de poche, le nouveau service du logisticien Hermes pourrait les intéresser. La société allemande propose de rémunérer 30 centimes la personne qui réceptionne un colis pour son voisin absent et le lui donne ensuite. Faites les comptes : pour un billet de 5€, c’est presque 17 colis à stocker (10 paquets maximum/jour et 10 jours de stockage maximum). Nommé PaketFuxx, Hermes propose cette possibilité, via une application dans l’App store (Apple) ou le Play store (Google) pour l’instant, à ses propres clients, mais aussi à ses concurrents, sociétés de livraison ou distributeurs. Dans les villes de Leipzig, Berlin et Dresde, après un test à Nuremberg. Avant qu'un PaketFuxx soit expédié, Hermes vérifie l’'identité et fait un contrôle de sécurité. Les envois sont tracés (par Hermes, DHL et Amazon) et chaque remise est enregistrée et documentée. L’habitant qui réceptionne le colis n’a rien à payer au livreur - Hermes s’en occupe - et il peut choisir de laisser l’argent à Hermes qui s’engage alors à financer la plantation d’arbres. PaketFuxx est aussi proposé pour les retours de marchandises (uniquement ceux d’Hermes), bien plus fréquents en Allemagne qu’en France, notamment pour l’habillement, les chaussures et les accessoires de mode. VL

 
 

ABONNEMENT GRATUIT : CLIQUEZ ICI
Le lien quotidien qui vous relie à la communauté Supply Chain
Si l'on vous a transféré cette lettre, n'hésitez pas à vous abonner.
Si vous êtes déjà abonné, n'hésitez pas à abonner (ou à faire abonner)
vos collaborateurs et amis.

 
Faites profiter la communauté logistique de vos « scoops »
écrivez à la rédaction

Cette Newsletter touche quotidiennement 50.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble de la communauté logistique.

Jean-Luc Rognon
Rédacteur en Chef
Tél : 01 43 68 43 11
jean-luc.rognon@scmag.fr

Maxime Rabiller
Rédacteur spécialisé
Tel. : 01 48 93 18 65
maxime.rabiller@scmag.fr

Armindo Dias

Chef de rubrique
Tel. : 01 43 76 27 74 armindo.dias@scmag.fr
Pour faire paraître de la publicité dans la NL, Supply Chain Magazine
ou sur le web, contactez-nous

Sandrine Papin

Directrice commerciale
tel : 06 11 72 34 33
s.papin@info6tm.com

Philippe Tesson

Directeur de Publicité
tel : 06 81 35 79 03
philippe.tesson@scmag.fr
Pour modifier vos coordonnées, merci de mettre à jour le formulaire en cliquant ici
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
20 mars 2020


juin 2020

Mardi 23
au vendredi 26
SITL 2020
Parc des Expositions Paris Nord Villepinte
Hall 6

Découvrez le dernier numéro et abonnez-vous !



juillet 2020

Jeudi 02
Agora du SCM
9ème Gala Directeurs Supply Chain
17h30-23h45
Pavillon d'Armenonville (Paris)

Feuilletez la version 2020 de l’Annuaire de la Supply Chain


 


Pour ne plus recevoir la newsletter, suivez ce lien