Si le message s'affiche mal, visualisez la page en ligne
N°3117
Intralogistique
Savoye à l’heure de la gestion de crise

Comme dans beaucoup d’entreprises, la mise en œuvre du confinement a d’abord amené Savoye à mettre en place le télétravail pour ses équipes qui le pouvaient, dont celles informatiques se consacrant à l’analyse fonctionnelle, au commerce et à l’ingénierie de futurs projets qui, jusqu’à ce jour, restent très sollicités par des clients et prospects pouvant justement se consacrer aux évolutions à venir de leurs opérations. Le reste des activités sur le terrain et chez les clients avaient globalement été mises à l’arrêt. « Une 2ème phase s’est vite mise en route pour assurer le maintien du service aux clients, notamment ceux de secteurs prioritaires comme la distribution alimentaire, la pharma et la santé, le monde postal ou certains spécialistes des pièces détachées. Le tout en s’appuyant sur des techniciens volontaires et en s’assurant qu’ils bénéficient des conditions d’hygiène et de sécurité de circonstances, y compris chez les clients », nous précise Frédéric Zielinski, le dirigeant de Savoye Europe et Moyen-Orient, l’une des trois régions structurées l’an dernier (zone qui mobilise 400 personnes et représente plus de 120 M€ de CA). Pilotant à la fois le volet commercial, la réalisation et l’après-vente, il a constaté la mise entre parenthèses de nombreux clients, interrompant de facto nombre d’installations intralogistiques en cours (sans compter celles mobilisant les ressources d’équipes tierces de montage françaises ou celles faisant appel à de la main d’œuvre étrangère ne pouvant rejoindre l’Hexagone). Mais quelques projets sont restés au programme, par exemple dans le cas de la mise en œuvre d’une machine d’emballage Jivaro et d’équipements de manutention. « D’autres systèmes étaient en phase de test et mobilisaient nos experts, avec parfois des difficultés pour rejoindre le site. Pour deux projets en Belgique, la traversée de la frontière a été possible dans un cas pour le technicien impliqué dans un projet pour un géant mondial des PGC et produits d’hygiène, mais pas pour celui d’un spécialiste en mécanismes de précision pour équipements de loisir. Cette gestion de crise, nouvelle pour tous, appelle plus que jamais une adaptation au cas par cas », poursuit-il. Quitte à devoir répondre à des besoins exceptionnels, comme pour un distributeur de la zone Moyen-Orient faisant face à des pics d’activité de plus de 300% et souhaitant passer nombre de magasins dans une logique drive : il a fallu lui assurer la capacité à multiplier lui-même les instances de son WMS Savoye, en s’assurant du bon dimensionnement des serveurs et en lui assurant un support quasi 24H/24. Et l’entreprise aborde aujourd’hui une 3ème phase, qui vise à préparer le redémarrage malgré les incertitudes sur le calendrier de sortie du confinement ou sur le volontarisme des clients et prospects de relancer au plus vite leurs projets. MR

 
   
 

Frédéric Zielinski dirige les activités de Savoye en Europe et au Moyen-Orient.

Crédit photo Savoye
 
 
 
E-commerce
Boulanger convertit 80 magasins à la livraison sans contact

Après le monde du bricolage (voir NL 3015), celui de l’électroménager adopte le principe de livraisons en mode drive. C’est depuis lundi le cas du groupe Boulanger, dont 80 des 170 points de vente proposent une formule de drive Parking ou Piétons permettant d’assurer un retrait sans contact d’achats passés en ligne (avec une large couverture géographique de l’Hexagone). Pour l’enseigne, l’enjeu est de pouvoir répondre à la demande des clients en complément de ses capacités habituelles en matière de livraison à domicile, toujours opérationnelles, notamment pour livrer en 48H des équipements de première nécessité. Le tout assure à Boulanger un certain volant d’activité malgré la fermeture au public de ses magasins, sachant que le e-commerce pouvait jusque-là approcher les 20% du CA. Pour remobiliser une partie des effectifs magasins, il a fallu leur assurer les conditions sanitaires de travail de circonstances, sachant que dans les jours suivant la mise en œuvre du confinement, plus de 80% des 9 000 salariés étaient passés en télétravail ou avaient été placés en chômage partiel. Le nouveau service s’applique à l’ensemble des produits en vente sur boulanger.com. « En cette période difficile et exceptionnelle, nous pouvons et nous devons répondre aux besoins indispensables de la vie quotidienne des Français en permettant à chacun de maintenir l’équipement de sa maison, de rester connecté avec ses proches, d’avoir le matériel nécessaire au télétravail, de se divertir, de cuisiner. L’ouverture de ces Drives sans contact offre une solution sûre, pratique et très rapide pour s’équiper », indique Daniel Broche, directeur Client de l’enseigne. Dans le même état d’esprit, le groupe Fnac-Darty a commencé à proposer le retrait aux portes de certains magasins, qu’il s’agisse d’électroménager pour son enseigne spécialisée, voire d’autres produits pour son enseigne plus culturelle dont quelques magasins permettent un retrait entre 9H30 et 12H. MR

 
   
 

Au-delà de la livraison à domicile, Boulanger a lancé lundi une formule de livraison en mode drive Parking ou Piétons sur 80 magasins partout en France.

Crédit photo Boulanger
 
 
 
Etude
Big Blue se penche sur les futurs talents de la Supply Chain

Le groupe IBM, via son activité IBM Sterling Supply Chain, vient de lancer au niveau national une étude auprès des étudiants et jeunes diplômés de Supply Chain. L’objectif final est d’aider les employeurs et les écoles à préparer au mieux les futurs collaborateurs amenés à travailler dans la Supply Chain. Si vous êtes étudiant ou jeunes diplômé avec une première expérience significative en Supply chain (de type stage long, alternance, CDD, CDI ou contrat professionnalisant), Big Blue vous a préparé un questionnaire en ligne comptant une trentaine d’items (l’affaire d’environ 8 minutes). IBM précise que les résultats de cette étude seront anonymisés et restitués sous forme d’une synthèse globale partagée avec un panel de directeurs Supply Chain, les établissements scolaires participants qui le souhaitent, et évidemment les personnes ayant répondu à ce questionnaire.

Pour remplir le questionnaire, cliquez ici.

 
 
 
Transport maritime
Les annulations de lignes se multiplient

La semaine dernière, les annulations de transport sur les porte-conteneurs sont passées de 45 à 212, selon l'entreprise consultante danoise Sea Intelligence APS. La crise du coronavirus fait que la demande de transports de marchandises a chuté, et l'offre s’est retrouvée en surcapacité. Pour tenter de maintenir un certain niveau de prix, les compagnies maritimes réduisent donc leurs activités. Sea Intelligence APS envisage plusieurs scenarios cette année. Si la guerre des prix fait rage, le transport maritime pourrait perdre cette année jusqu'à 23 Mds de $. Les grands armateurs seraient dans le rouge pour 6 Mds de $, ce qui représente à peu près ce qu'ils ont gagné l'an dernier. Mais la pire projection de Sea Intelligence s'appuie sur une perte de volume de 10% et un effondrement des prix, comme cela fut le cas en 2009, lors de la crise financière. Le tout entrainerait pour le secteur une perte de 23,4 Mds de $. CCT

 
 
 
E-commerce
Vers un rebond des flux de vente en ligne des produits non essentiels

Vêtements, meubles et appareils électroniques ne font pas partie aujourd’hui des achats privilégiés par les e-consommateurs avec la crise du coronavirus mais ils seront de nouveau plébiscités d’ici à la fin 2020. C’est ce qui ressort d’un sondage réalisé par l’institut Kantar en France, en Allemagne et en Grande-Bretagne (‘Online shopping before and after the coronavirus outbreak’). Effectué pour le compte de la société d’audit spécialisée en e-commerce Detail Online, celui-ci révèle que 80 % des personnes interrogées entendent recommencer à effectuer des achats dits ‘non essentiels’ en ligne d’ici à la fin 2020, les seuls e-consommateurs français citant la catégorie mode/sport à 63 % et les catégories appareils électroniques et produis d’hygiène/beauté à hauteur de respectivement 56 % et 51 %. Les sondés français sont 87 % à dire qu’ils poursuivront leurs achat e-commerce dans les mêmes proportions qu’auparavant au terme de cette crise du Covid-19. « L’étude dévoile que toutes les catégories les plus importantes du e-commerce vont non seulement rebondir à la fin de pandémie mais vont atteindre des niveaux encore plus élevés qu’auparavant, analyse Joakim Gavelin, fondateur de Detail Online. Quand cela aura lieu, il est essentiel que les marques s’organisent pour pouvoir répondre à la demande. Est-ce que mes produits sont visibles lorsque les consommateurs les cherchent en ligne, telle est la question que toute enseigne doit se poser en ce moment. » Pour le responsable, il est donc nécessaire pour les e-commerçants se penchent dès maintenant sur le sujet. « Généralement, jusqu’à 40 % des articles peuvent être mal répertoriés et enregistrés comme étant en rupture de stock chez un détaillant en ligne », souligne Joakim Gavelin. AD

 
   
 

Les e-consommateurs français comptent reprendre leurs achats en mode/sport, appareils électroniques et produis d’hygiène/beauté après la crise du Covid-19.

Crédit photo DR
 
 
INFOS INTERNATIONALES  

Italie
Mondadori prolonge pour 5 ans avec Ceva Logitics

L'éditeur de livres et de magazines Mondadori a renouvelé pour une durée de 5 ans supplémentaires son contrat avec le 3PL Ceva Logistics pour gérer l'ensemble des opérations logistiques « livres » et « retail ». Le partenariat entre les deux sociétés date de mai 2017 (voir NL 2512). Ceva Logistics sera en charge de la préparation et la distribution d’environ 65 millions d’articles par an et la diffusion de 340 000 titres différents à partir de deux plates-formes logistiques, l’un à Stradella (au sud de Milan), l’autre à Vérone. JLR

 
 

ABONNEMENT GRATUIT : CLIQUEZ ICI
Le lien quotidien qui vous relie à la communauté Supply Chain
Si l'on vous a transféré cette lettre, n'hésitez pas à vous abonner.
Si vous êtes déjà abonné, n'hésitez pas à abonner (ou à faire abonner)
vos collaborateurs et amis.

 
Faites profiter la communauté logistique de vos « scoops »
écrivez à la rédaction

Cette Newsletter touche quotidiennement 50.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble de la communauté logistique.

Jean-Luc Rognon
Rédacteur en Chef
Tél : 01 43 68 43 11
jean-luc.rognon@scmag.fr

Maxime Rabiller
Rédacteur spécialisé
Tel. : 01 48 93 18 65
maxime.rabiller@scmag.fr

Armindo Dias

Chef de rubrique
Tel. : 01 43 76 27 74 armindo.dias@scmag.fr
Pour faire paraître de la publicité dans la NL, Supply Chain Magazine
ou sur le web, contactez-nous

Sandrine Papin

Directrice commerciale
tel : 06 11 72 34 33
s.papin@info6tm.com

Philippe Tesson

Directeur de Publicité
tel : 06 81 35 79 03
philippe.tesson@scmag.fr
Pour modifier vos coordonnées, merci de mettre à jour le formulaire en cliquant ici
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
10 avril 2020


juin 2020

Mardi 23
au vendredi 26
SITL 2020
Parc des Expositions Paris Nord Villepinte
Hall 6



Découvrez le dernier numéro et abonnez-vous !



juillet 2020

Jeudi 02
Agora du SCM
9ème Gala Directeurs Supply Chain
17h30-23h45
Pavillon d'Armenonville (Paris)

Feuilletez la version 2020 de l’Annuaire de la Supply Chain


 


Pour ne plus recevoir la newsletter, suivez ce lien