Si le message s'affiche mal, visualisez la page en ligne
N°3122
 
Tous en chaîne dans l’agroalimentaire

Soyons honnêtes, si je vous avais demandé il y a quelques semaines de me citer une supply chain où les relations sont sereines, transparentes et équitables entre tous les maillons de la chaîne de valeur, je ne suis pas certain que vous m’auriez spontanément répondu l’agroalimentaire. Mais c’était avant… Pour faire face à cette crise sans précédent, les grandes organisations professionnelles françaises représentatives des industriels (ANIA, Coopération agricole), des prestataires (FNTR, OTRE, Union TLF) et des distributeurs à dominante alimentaire (FCD) de cette filière ont réussi il y a quelques jours à se mettre toutes d’accord, pour la première fois, sur une série de recommandations. Elaborées sous l’égide de l’Etat, en l’occurrence de la DGITM (direction générale des infrastructures, des transports et de la mer), elles ont pour objectif de « maintenir la cohésion et la solidarité de la chaîne » lors des inévitables et légitimes révisions de gré à gré des conditions contractuelles et commerciales qui vont débuter entre chargeurs et prestataires transport & logistique, ces derniers étant confrontés à des surcoûts exceptionnels liés à la crise sanitaire. Les recommandations sont au nombre de quatre : répercussion (industriels et distributeurs acceptent de payer des surcoûts, en tenant compte de la situation de chacune des parties au contrat), modération (les prestataire s’engagent à ne présenter que des surcoûts justifiés, sans abus ni recherche de profits exceptionnels dans leurs marges), concertation (les négociations bilatérales vont s’engager au plus tôt, sans délai ni précipitation) et médiation (préférée à toute forme de contentieux si certaines de ces discussions de gré à gré n’aboutissent pas). Cette initiative, même si elle n’a pas véritablement de valeur légale, montre l’état d’esprit constructif et responsable de cette chaîne ô combien vitale pour l’alimentation des 67 millions de Français ! -Luc Rognon

 
 
 
Automatisation
TGW compose avec les impératifs de ses clients

Le confinement n’a pas tout mis sous cloche toutes les activités des spécialistes de l’automatisation intralogistique. « Elles sont évidemment très perturbées chez TGW, mais nos équipes sur l’amont des projets sont particulièrement mobilisées, notamment en ingénierie vu que certaines entreprises mettent à profit cette période qui les libère du quotidien opérationnel pour faire avancer leurs projets d’automatisation », nous indique Patrick Tessier, le directeur des ventes pour l’Europe du Sud de TGW Logistics Group. Quant aux opérations de montage en cours, les situations sont très disparates : certaines ont été interrompues par la fermeture de l’entreprise-cliente, à l’image d’une installation menée en Espagne chez un grand du textile, dont l’activité n’entrait pas dans les critères de nécessité lui permettant de maintenir une partie de ses activités. « Mais l’arrêt pur et simple n’a pas été systématique en France, la difficulté pour les installations en cours se posant plutôt en termes de disponibilité des équipes de montage externes, dans certains cas faute de pouvoir compter sur leur main d’œuvre étrangère, dans d’autres car tout l’effectif prévu ne répond pas à l’appel », poursuit-il. Les mêmes questions d’ouverture des sites-clients et de disponibilité des ressources ad hoc se posent de façon pour les installations en phase de démarrage, avec des compétences pointues à mobiliser. Encore faut-il qu’il y ait aussi le volant de commandes à traiter pour soutenir la montée en charge… Quant aux trois usines de TGW (au siège de Wels en Autriche, aux États-Unis et près Shanghai), leur fonctionnement est assuré, notamment car la diversification des sources d’approvisionnement en matières premières et en pièces (avec deux mois de stock d’acier pour l’Europe) ne grèvent pas foncièrement la fabrication ou l’assemblage des systèmes. Sur le volet commercial, Patrick Tessier mentionne que quatre projets avaient été signés depuis décembre en France et en Belgique francophone, pour des clients du bricolage, du textile ou de l’outillage, et que des dossiers avancent même si la période n’est pas propice à la prise d’engagements fermes vu les investissements que ce type de projets d’automatisation implique et les enjeux de visibilité financière liés au contexte. Trois réponses à des appels d’offres sont à retourner d’ici fin avril, et un projet français d’envergure sera prochainement annoncé pour un client relevant de l’alimentaire (sachant que dans l’Hexagone, TGW ne compte jusque-là pas de référence dans ce secteur ou celui de la grande distribution, alors que c’est le cas en Espagne, en Allemagne ou au Royaume-Uni, notamment). MR


 
   
 

Patrick Tessier, directeur des ventes Europe du Sud chez TW Logistics Group

Crédit photo TGW Logistics Group
 
 
 
Initiative
Les Gadz'Arts mobilisés pour aider les TPE/PME à redémarrer

Les Arts et Métiers (8 campus et 3 instituts) et la Société des Ingénieurs Arts et Métiers (association d’anciens élèves) veulent se rendre utile pour accompagner l’industrie française dans la phase de déconfinement. Dans ce cadre, elles ont notamment conçu un programme d’aide dénommé GARAS (pour Guide d’Accompagnement de Reprise d’Activité Sécurisée) destiné aux TPE/PME confrontées à la mise en œuvre de mesures de protection de leurs collaborateurs lors du redémarrage de l’activité. Ce programme comprend non seulement des bonnes pratiques de protection sanitaire nécessaires à la reprise du travail (aménagement des postes de travail et des horaires, organisation et logistique…) mais surtout la possibilité d’accueillir dans l’entreprise l’un des 1 500 élèves-ingénieurs de première année des Arts et Métiers, qui aidera à la mise en œuvre de ces différentes mesures dans le cadre d’un stage adapté à cette mission (et intégré dans son parcours académique). Parmi les autres actions proposées, citons notamment l’offre d’accompagnement professionnel individualisé proposé par la Société des Ingénieurs Arts et Métiers, via un réseau d’experts (Rexam) dans les domaines de l’industrialisation, de l’organisation ou de la logistique, ainsi que la conception et la production de quelque 6 000 visières par semaine pour les personnels soignants à l’aide d’imprimantes 3D (celles des campus et celles de certains élèves). JLR


 
 
 
Cabinet de conseil
Adameo au service des hôpitaux et établissements de santé

Au quotidien, les hôpitaux et autres établissements de santé s’efforcent de s’approvisionner en urgence en médicaments ou en masques, et de gérer au mieux des flux inhabituels de patients. Afin de les aider à relever ces défis logistiques, le cabinet de conseil supply chain Adameo propose de mettre à leur disposition ses consultants et experts (les établissements intéressés pouvant se manifester via l’adresse supportsante@adameo.com. « Nous avons décidé de contribuer à l’effort général en mettant à leurs service les compétences que nous avons déjà développées dans le secteur de la santé, indique Thomas Moreau, associé chez Adameo. Nous travaillons depuis des années pour des laboratoires pharmaceutiques, des grossistes ou des dépositaires, ce secteur représentant aujourd’hui 10 à 15% de l’activité du cabinet ». En sollicitant Adameo, les hôpitaux et établissements de santé peuvent être soutenus à distance tant au niveau du pilotage que de l’exécution de leurs opérations (planification des besoins, optimisation de la gestion de stocks, suivi des commandes en cours, contrôle des niveaux de stocks ou des factures transport…). Toutes ces prestations sont proposées à prix coûtant jusqu’à la fin avril par le cabinet de conseil, une prolongation étant possible en fonction de l’évolution de la pandémie et de son impact sur les hôpitaux et établissements de santé. AD


 
   
 

Thomas Moreau, associé chez Adameo

Crédit photo Adameo
 
 
Planification
« Anaplan Helps » soutient activement la lutte contre le Covid-19

L’éditeur américain Anaplan s’investit dans la lutte contre la pandémie en mettant gracieusement à disposition des instituts de santé qualifiés et de différents organismes sa plateforme pendant 90 jours, avec 10 Go de mémoire. Au-delà de l’accès à cet outil de planification, l’éditeur a fait appel à sa communauté internationale de Master Anaplaners (environ 200-250 dans le monde, en son sein mais aussi chez ses clients et partenaires) pour contribuer à cette démarche baptisée « Anaplan Helps ». « Les experts ayant répondu à l’appel (53 au total) ont participé à un hackathon mondial et virtuel pendant cinq jours fin mars-début avril avec pour objectif de construire des modèles utiles dans le cadre du Covid-19 », explique Christophe Bodin, Chief Customer Officer chez Anaplan. Pas moins de 17 nouvelles applications ont ainsi vu le jour et sont désormais disponibles sur la plateforme. « Ces applications s’articulent autour de deux grands thèmes. D’une part la planification des ressources : de combien de personnes avons-nous besoin dans notre hôpital, dans nos ambulances, etc. Et d’autre part le management de la Supply Chain pour évaluer par exemple, en fonction du nombre de patients et de soignants dans les hôpitaux, les besoins en masques, en tests ou en écrans en tenant compte des stocks actuels et des délais de réapprovisionnement », détaille-t-il. La mise à disposition de ces modèles permet de démarrer rapidement, sans compter qu’Anaplan propose un accompagnement par une partie de ses équipes par téléphone ou vidéo conférence afin de limiter au maximum les freins au déploiement, en particulier des utilisateurs non familiers de sa plateforme. « 55 de nos collaborateurs se sont portés volontaire pour aider les utilisateurs avec ces modèles pour leur installation et exploitation », précise Christophe Bodin. Des modules de formation sont également accessibles gratuitement en ligne, l’utilisateur étant censé être autonome dans les 24-48 heures après installation de l’application. « On retrouve parmi les utilisateurs quatre grandes catégories d’acteurs : les hôpitaux (à ce jour essentiellement en Californie et à New York), les banques alimentaires (par exemple pour faire de la planification de stocks et de la distribution avec des moyens limités), des gouvernements locaux (pour l’instant certains états américains afin de planifier les ressources humaines de la police et des pompiers par exemple), les sociétés pharmaceutiques (avec des besoins très particuliers en lien avec les chaines de production) », le responsable d’Anaplan. Le détail des 17 applications est consultable sur ce lien. JF


 
   
 

Christophe Bodin, Chief Customer Officer chez Anaplan

Crédit photo Anaplan
 
 
Intralogistique
Changement de nom et de génération chez UVO

Distributeur belge d’équipements de manutention, et particulièrement des solutions de FMH Conveyors sur le Benelux, la France et l’Italie, UVO Technologies vient de se rebaptiser UVO Tec tandis qu’arrive à sa tête Laurent Uvo. Fils et successeur du fondateur Michel Uvo, il exerce au sein de l’entreprise depuis 2012, d’abord comme directeur commercial pour le Benelux, puis directeur commercial et marketing pour le Benelux et l’Italie. Pendant un an, il est prévu que son père l’accompagne dans ses nouvelles fonctions, l’enjeu étant d’assurer le développement de la société sur tous ses marchés, et notamment en France (50 % du CA). Diplômé en ingénierie industrielle de l’École supérieure d’Anvers en 2005, Laurent Uvo a démarré sa carrière comme ingénieur commercial au sein du spécialiste de la métrologie en température et pression Stock Intermes, et l’a ensuite poursuivie directeur de clientèle chez le fabricant d’appareils de mesure Yokogawa, puis comme responsable de compte au sein du groupe Atlantic, fournisseur de solutions de confort thermique. AD


 
   
 

Laurent Uvo et son père Michel, le premier prenant le relais du second à la tête d’UVO Tec.

Crédit photo UVO Tec
 
 
INFOS INTERNATIONALES  

Allemagne
UPS partenaire du fabricant de kits de dépistage Qiagen

L’expressiste UPS collabore avec la société de biologie moléculaire Qiagen pour livrer dans le monde entier ses kits de dépistage du coronavirus depuis son site de production de Hilden, près de Düsseldorf. La demande pour ces produits destinés aux laboratoires et hôpitaux a explosé avec la propagation de l’épidémie et Qiagen a fortement augmenté ses capacités de production pour les fournir via ses usines basées en Allemagne, en Espagne et aux États-Unis. Leur capacité de production est déjà passée de 1,5 à 6,5 millions de tests par mois, et vise le rythme de 10 millions d’ici la fin juin. Depuis l’Allemagne, Qiagen peut rapidement expédier ses kits dans le monde entier via le hub aérien international d’UPS à l’aéroport de Cologne-Bonn. Leur collaboration s’appuie en outre sur l’offre santé UPS Healthcare et son vaste réseau de distribution et de stockage (50 entrepôts totalisant 1,8 million de m²). AD


 
 

ABONNEMENT GRATUIT : CLIQUEZ ICI
Le lien quotidien qui vous relie à la communauté Supply Chain
Si l'on vous a transféré cette lettre, n'hésitez pas à vous abonner.
Si vous êtes déjà abonné, n'hésitez pas à abonner (ou à faire abonner)
vos collaborateurs et amis.

 
Faites profiter la communauté logistique de vos « scoops »
écrivez à la rédaction

Cette Newsletter touche quotidiennement 50.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble de la communauté logistique.

Jean-Luc Rognon
Rédacteur en Chef
Tél : 01 43 68 43 11
jean-luc.rognon@scmag.fr

Maxime Rabiller
Rédacteur spécialisé
Tel. : 01 48 93 18 65
maxime.rabiller@scmag.fr

Armindo Dias

Chef de rubrique
Tel. : 01 43 76 27 74 armindo.dias@scmag.fr
Pour faire paraître de la publicité dans la NL, Supply Chain Magazine
ou sur le web, contactez-nous

Sandrine Papin

Directrice commerciale
tel : 06 11 72 34 33
s.papin@info6tm.com

Philippe Tesson

Directeur de Publicité
tel : 06 81 35 79 03
philippe.tesson@scmag.fr
Pour modifier vos coordonnées, merci de mettre à jour le formulaire en cliquant ici
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
20 avril 2020

Découvrez le dernier numéro et abonnez-vous !




juillet 2020

Jeudi 02
Agora du SCM
9ème Gala Directeurs Supply Chain
17h30-23h45
Pavillon d'Armenonville (Paris)

Feuilletez la version 2020 de l’Annuaire de la Supply Chain



 


Pour ne plus recevoir la newsletter, suivez ce lien