Si le message s'affiche mal, visualisez la page en ligne
N°3125
Aéronautique
Airbus passe à la livraison sans contact… d’avions

Compte tenu des limitations pesant sur la circulation des personnes, particulièrement d’un continent à l’autre, Airbus a digitalisé les procédures de livraison de ses avions. Depuis peu, un nouveau process baptisé « e-Delivery » permet d’assurer la remise des appareils à leurs commanditaires tout en respectant les pratiques de circonstances en matière d’hygiène et de sécurité pour les équipes de chacune des parties. Le premier client à utiliser cette nouvelle formule a été la compagnie turque Pegasus Airlines, pour réceptionner en bonne et due forme trois appareils de la famille A320neo, et d’autres feront de mêmes dans les jours et semaines à venir. En pratique, ce processus virtualisé se découpe en trois phases. La première porte sur le volet technique de la réception (Technical Acceptance Completion), qui se voit déléguée soit à Airbus, soit à un tiers missionné par son client, avec de possibles ajustements à apporter. Cela implique non seulement un examen technique mais aussi un vol-test, et l’approbation des manuels et procédures. La deuxième porte sur le transfert électronique de la propriété (Transfer-of-Title), via une plateforme sécurisée de signature de contrat qui permet notamment d’en négocier en temps réel certains éléments avant l’accord final (une phase qui exigeait jusque-là de mobiliser des représentants d’Airbus et de son client, en face à face sur le centre de livraison de l’avionneur). Et le dernier volet de cette formule e-Delivery n’a plus rien de virtuel, puisqu’il porte sur le vol d’acheminement de l’appareil chez le client, qui peut être opéré par du personnel du client ou d’un partenaire désigné, l’avion ayant été au préalable désinfecté. Au-delà de ses atouts pour répondre au contexte sanitaire actuel, la formule assure un mode de collaboration digitalisé qui pourrait à l’avenir s’ancrer dans les pratiques d’Airbus. En sera-t-il de même pour les livraisons sans contact des courses à domicile ? MR

 
   
 

C’est pour la livraison de trois appareils de la famille A320neo à la compagnie turque Pesasus Airlines qu’Airbus s’est pour la première fois appuyé sur la nouvelle procédure e-Delivery.

Crédit photo Airbus
 
 
 
Prestataire logistique
Fortement impacté, GT Logistics reste combatif

La crise actuelle a été particulièrement violente pour GT Logistics, prestataire logistique spécialiste prestations logistique in situ, chez les clients. D’autant qu’elle a touché de plein fouet l’industrie automobile et aéronautique, deux des secteurs phares du 3PL qui compte notamment parmi ses clients les groupes PSA, Hutchinson, Continental Automotive, Ratier-Figeac, Collins Aerospace et NTN-SNR. « Tous les sites de cette catégorie de clients ont été mis à l’arrêt ou ne fonctionnent jusqu’à présent que très partiellement », souligne Eric Sarrat, président de GT Logistics. Résultat, le chiffre d’affaires de GT Logistics a baissé de 20 % sur les 15 derniers jours de mars. Aujourd’hui, la moitié des 1 100 salariés du logisticien se retrouvent en chômage partiel, mais 73 % des 42 sites sur lesquels il intervient sont restés ouverts. A noter que deux de ces 42 sites sont détenus en propre, incluant un site de conditionnement à façon de produits cosmétiques situé à Nogent-le-Phaye, près de Chartres (voir NL 1752), et un entrepôt d’un peu plus de 14 000 m² exploité pour le compte du fabricant de biscuits Poult implanté à Montauban (voir NL 2976). « Les sites qui fonctionnent à peu près normalement à ce jour sont ceux de clients des secteurs de la chimie, de la papeterie et de l’agroalimentaire », poursuit Eric Sarrat. Le logisticien n’a pour autant fait que subir. Il a en effet accompagné l’un de ses clients du monde de la recherche dans la mise en œuvre d’un atelier de production de respirateurs artificiels à Grenoble et participé à la distribution de 9 000 masques chirurgicaux dans les hôpitaux avec son client CEA à Saclay. « Cette crise nous a ainsi permis de démontrer que recourir à un prestataire donnait aussi accès à une grande souplesse en période de crise », relève Eric Sarrat. Le responsable estime par ailleurs que cette crise est susceptible représenter une opportunité pour l’entreprise, car davantage d’ETI pourraient s’intéresser à l’avenir à l’externalisation logistique, voire se tourner vers le portage de stock, proposé depuis fin 2018 par l’entreprise via une offre dénommée Flexlog (voir NL 2830). « Nous aimerions aussi pouvoir procéder prochainement à une opération de croissance externe, notamment dans le secteur de la robotique », conclut le président de GT Logistics. Rappelons que le logisticien est déjà actionnaire de HumaRobotics, distributeur des robots collaboratifs Doosan Robotics en France. AD

 
   
 

Eric Sarrat, président de GT Logistics

Crédit photo GT Logistics
 
 
 
Enquête
Le tryptique mis en avant par le baromètre Winddle face à la crise

La start-up française Winddle, éditrice d’une solution collaborative en mode Saas de visibilité et de suivi en temps réel des commandes fournisseurs et transport amont, a réalisé récemment une enquête ciblée auprès de 61 directeurs Supply Chain, en en majorité dans le secteur des PGC (82%), mais aussi dans l’industrie (18%). Ce qui est frappant dans ce « baromètre de la Supply Chain en confinement », ce sont les trois réponses les plus citées à la question suivante : « quelles sont vos plus grandes forces pour faire face et gérer ce confinement dans les meilleures conditions ? ». Voici le tryptique gagnant : l’humain, l’agilité et la visibilité. Il y a fort à parier que ce trio se retrouve en haut des priorités des entreprises quand il s’agira à moyen terme de tirer les leçons de cette crise sanitaire, économique et sociale. JLR

 
   
 

Le baromètre Winddle e la Supply Chain en confinement s’appuie sur une enquête ciblée auprès de 61 directeurs Supply Chain, en en majorité dans le secteur des PGC (82%), mais aussi dans l’industrie (18%).

Crédit photo Winddle
 
 
 
Tracking
Thyssenkrupp Materials France adopte Shippeo

Producteur/distributeur d’aciers et métaux non ferreux pour l’industrie, Thyssenkrupp Materials France a décidé courant mars d’assurer un suivi temps réel de ses livraisons via la plateforme collaborative transport Shippeo. Pour ses activités de stockage/distribution, l’industriel s’appuie sur un réseau qui relie trois dépôts centraux à quatre dépôts régionaux et quatre plateformes logistiques en sous-traitance et multi-chargeurs. Les informations temps réel et prédictives fournies par la plateforme doivent lui permettre d’optimiser ses opérations de transport et d’en réduire leurs coûts, la solution devant aussi faciliter la collaboration avec ses prestataires logistiques en limitant les tâches chronophages (échanges d’emails, appels téléphoniques). S’ils le souhaitent, les clients auront accès à la localisation de leurs produits en cours d’acheminement, au détail de leur réception sur site et seront notifiés en avance de leur heure d’arrivée ou éventuel retard. « Avec ses 40 000 tonnes d’aciers spéciaux à livrer sur ses 4 000 sites clients chaque année dans toute la France, Thyssenkrupp Materials France fait face à des enjeux de logistique spécifiques comme le transport et la manutention de charges lourdes et encombrantes, souligne Lucien Besse, co-fondateur et directeur général de Shippeo. Il sera à même désormais de piloter l’ensemble de sa supply chain aval, des prestataires transport aux clients, au profit de ses coûts, délais et taux de service. » Thyssenkrupp Materials France, qui a un catalogue produits de 7 000 références et a en stock plus de 50 000 références, prépare tous les mois 6 000 commandes qui sont livrées à 80 % sous 24 heures. L’entreprise vise un retour sur investissement de la plateforme dès la fin de la première année de déploiement. « La période d’incertitude actuelle liée à la pandémie de Covid-19 exige une grande agilité basée sur la connaissance de nos flux et des capacités de réception de nos clients, relève Olivier Coural, directeur des opérations et de la supply chain de Thyssenkrupp Materials France. La plateforme doit être l’outil de partage entre transporteurs, production et commerce afin de gérer au mieux de telles périodes de crise. » AD

 
   
 

Olivier Coural, directeur des opérations et de la supply chain de Thyssenkrupp Materials France.

Crédit photo DR
 
 
 
Intralogistique
Flexlink lance un palettiseur mobile cobotisé

Voilà une offre qui arrive à point nommé. En cette période où nombre d’industriels et prestataires doivent adapter leur process de production pour tenir compte des conséquences de la crise du coronavirus sur leur activité, le spécialiste des systèmes automatisés de convoyage et de palettisation Flexlink propose la solution RI20. Il s’agit d’une cellule de palettisation modulaire qui peut être déplacée aisément d’une ligne de production à une autre en fonction de ses besoins. Le châssis principal n’a pas à être fixé au sol et peut être déplacé à l’aide d’un chariot élévateur. Semi-ouverte, dotée d’un bras robotisé et particulièrement adaptée à la palettisation de boîtes fermées dans les industries de la grande consommation, pharmacie/parapharmacie et cosmétologie, la solution comprend deux quais de chargement de palettes et peut traiter jusqu’à 12 boîtes fermées par minute d’une charge maximale de 15 kg. Les opérateurs peuvent travailler de manière sécurisée dans la même zone de production que le robot. Son exploitation se veut en outre facilitée par son gestionnaire de plans de palettisation intuitif (Robot Config). « La configuration d’une nouvelle formule prend moins de dix minutes et quelques clics suffisent pour charger une conception existante », souligne Flexlink. L’industriel estime aussi que le RI20 pemet d’économiser jusqu’à 40 % d’espace au sol par rapport aux palettiseurs robotisés lourds, grâce à son encombrement de 3,8 m x 4,1 m (inclus le système d’alimentation). AD

 
   
  Crédit photo DR  
 
INFOS INTERNATIONALES  

Allemagne
Hagebau Logistik passe tout son parc chariots aux couleurs de Jungheinrich

La filiale logistique du négociant allemand de matériaux de construction Hagebau a décidé de basculer l’intégralité de son parc de chariots chez Jungheinrich, en optant pour des modèles électriques. Ceux-ci seront pris en location et déployés en 200 exemplaires sur les cinq sites d’Hagebau Logistik, en remplacement d’un parc d’engins issus de marques différentes et comprenant nombre de modèles fonctionnant au diesel. La taille de son parc sera en outre réduite de 20 % grâce à une analyse d’exploitation effectuée au préalable par Jungheinrich. « La fourniture de chariots supplémentaires est prévue sur les pics d’activité », indique le fournisseur de solutions intralogistiques, en précisant qu’à l’inverse, ceux qui s’avèreront non nécessaires pourront être retirés. « Le système de location évite les surcapacités et garantit une haute disponibilité en réduisant considérablement les coûts d'exploitation », souligne Jungheinrich. AD

 
   
  Hagebau Logistik exploite 5 sites en Allemagne, qui desservent plus de 1 100 magasins spécialisés dans le pays, ainsi qu’en Autriche et au Luxembourg.

Crédit photo : Jungheinrich
 
 

ABONNEMENT GRATUIT : CLIQUEZ ICI
Le lien quotidien qui vous relie à la communauté Supply Chain
Si l'on vous a transféré cette lettre, n'hésitez pas à vous abonner.
Si vous êtes déjà abonné, n'hésitez pas à abonner (ou à faire abonner)
vos collaborateurs et amis.

 
Faites profiter la communauté logistique de vos « scoops »
écrivez à la rédaction

Cette Newsletter touche quotidiennement 50.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble de la communauté logistique.

Jean-Luc Rognon
Rédacteur en Chef
Tél : 01 43 68 43 11
jean-luc.rognon@scmag.fr

Maxime Rabiller
Rédacteur spécialisé
Tel. : 01 48 93 18 65
maxime.rabiller@scmag.fr

Armindo Dias

Chef de rubrique
Tel. : 01 43 76 27 74 armindo.dias@scmag.fr
Pour faire paraître de la publicité dans la NL, Supply Chain Magazine
ou sur le web, contactez-nous

Sandrine Papin

Directrice commerciale
tel : 06 11 72 34 33
s.papin@info6tm.com

Philippe Tesson

Directeur de Publicité
tel : 06 81 35 79 03
philippe.tesson@scmag.fr
Pour modifier vos coordonnées, merci de mettre à jour le formulaire en cliquant ici
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
23 avril 2020


Découvrez le dernier numéro et abonnez-vous !



juillet 2020

Jeudi 02
Agora du SCM
9ème Gala Directeurs Supply Chain
17h30-23h45
Pavillon d'Armenonville (Paris)



Feuilletez la version 2020 de l’Annuaire de la Supply Chain


 


Pour ne plus recevoir la newsletter, suivez ce lien