Si le message s'affiche mal, visualisez la page en ligne
N°3126
Immobilier logistique
L’appétence des investisseurs reste d’actualité, relève Entrepôts XXL France

Malgré les nombreuses interrogations en suspens dans le secteur de l’immobilier logistique, le tableau ne semble plus si noir que dans les premières semaines du confinement, nous assurent Antoine Tostain et Christophe Gros, les deux codirigeants d’Entrepôts XXL France (EXF, filiale de conseil immobilier et supply chain créée en 2016 au sein de Tostain & Laffineur Real Estate). Certes côté chantiers, ceux qui devaient démarrer ne l’ont pas fait, et ceux en cours ont été interrompus (compte tenu des contraintes sanitaires pour gérer l’intervention des différents corps de métiers, ou faute de matériaux pour poursuivre la construction). Se posera donc la question du respect des engagements contractuels sur les dates de livraison, sachant que la crise sanitaire ne relève pas du cas de force majeure, à ce stade. Pour les projets encore en cours de développement, il y aura aussi un impact sur certains calendriers, compte tenu de la mise entre parenthèses des services de l’Etat en charge de toutes les questions d’autorisation, d’instruction de permis de construire ou d’enquête publique. « Quant aux enjeux portant sur le paiement des loyers, soulevés par certains locataires, c’est le dialogue qui prévaut. Leur annulation n’est envisagée que contre une extension de la durée du bail, et les discussions portent plutôt sur des aménagements du calendrier de paiement », relève Antoine Tostain. Lui n’a par ailleurs pas constaté un afflux significatif de demandes de baux précaires pour gérer des saturations de capacité (il note toutefois le cas d’une entreprise textile qui a sollicité 18 000 m² supplémentaires au sein du parc de son prestataire logistique pour héberger la nouvelle collection qui n’avait pu être dirigée vers les magasins). Si le regard des deux dirigeants d’EXF est aujourd’hui plus positif que début avril, cela tient aux échanges qu’ils ont pu avoir ces derniers jours avec des investisseurs et grands propriétaires de parc : « Il y aura sans doute des exigences de garanties financières revues à la hausse, par exemple pour accompagner les projets de développement en propre ou en clé-en-main de certains utilisateurs. Mais du côté des investisseurs stricto sensu, l’immobilier logistique fait plutôt figure de valeur refuge, avec le résidentiel, à la différence de l’immobilier commercial ou tertiaire qui seront potentiellement plus impactés », note Antoine Tostain. L’intérêt des investisseurs devrait notamment se manifester, selon lui, par des prises de position sur des fonciers plus proches des cœurs d’agglomération. Une tendance qui amènera peut-être aussi à élargir son champs d’activité, après s’être développé ces dernières années en accompagnant l’implantation de grands acteurs comme comme Allopneus, Cultura, Castorama, Rhenus sur des entrepôts de 30, 50, et jusqu’à plus de 80 000 m² sur tout le territoire ? MR

 
   
 

Antoine Tostain, cofondateur et dirigeant d'Entrepôts XXL France.

Crédit photo EXF
 
 
 
Prestataire T&L
Dachser France assume sa « responsabilité sociétale »

Le confinement n’a interrompu le service sur aucun des 15 entrepôts et des 54 agences de la filiale française du prestataire logistique Dachser. Pourtant, l’activité du groupe en matière de transport routier et de stockage (Road Logistics) a été fortement impactée à l’échelle européenne, avec un tonnage pris en charge en recul de 47 % entre la mi-mars et la mi-avril. « Nous sommes une entreprise familiale solide, et nous avons décidé de continuer à servir nos clients car ils nous ont aidé à grandir. C’est notre responsabilité sociétale que de continuer à approvisionner le pays en biens de première nécessité en mobilisant les capacités de groupage qui constituent notre cœur de métier », explique Vincent Hahn, directeur commercial et logistique de Dachser pour la France et le Maghreb. Pour s’adapter à la donne conjoncturelle, la société s’est notamment appuyée sur un plan de continuité datant de l’épidémie H1N1, il y a 10 ans. La filiale française est restée sur le pont malgré la forte baisse de l’activité pour ses agences transport, jusqu’à -70%, tandis que certains de ses entrepôts ne fonctionnent qu’à 25 % de leur capacité nominale d’avant-crise (ses sites français totalisent quelque 240 000 m²). « Nos plans de transport sont revus tous les jours pour s’adapter aux demandes des clients, et nous avons mis en place un réseau d’une quinzaine de sites de stockage d’appoint pour les marchandises que nous ne pouvons pas livrer immédiatement en raison de la fermeture de certains réseaux de distribution », précise-t-il. Depuis le déclenchement de la crise, le groupe a en outre affrété beaucoup plus d’avions dans le cadre de son offre combinant fret aérien et livraison finale de marchandises palettisées (Interlocking). Une quinzaine d’opérations ont été programmées ces dernières semaines, une des dernières en date ayant consisté à transporter 8,5 millions de masques entre la Chine et la France pour le compte de la société vendéenne Prolaser. Cette dernière gère là-bas plusieurs unités de production de masques chirurgicaux et FFP2 et a été chargée d’approvisionner collectivités locales et organismes d’État. Du côté des projets, aucun n’est remis en cause à ce jour. Dachser France ambitionne notamment de décrocher les appels d’offres de plusieurs industriels pour gérer leur logistique et leurs livraisons depuis trois de ses entrepôts (1 de 12 000 m² et 2 de 27 000 m²). AD

 
   
 

Vincent Hahn, directeur commercial et logistique de Dachser pour la France et le Maghreb.

Crédit photo Dachser
 
 
 
Tarifs transport
Négocier et diversifier, conseille Transporeon

Sur fond de déstabilisation des flux logistiques et des modes de transport, les chargeurs doivent négocier les tarifs et diversifier leurs portefeuilles de partenaires. C’est l’idée-force qu’il convient de tirer d’un webinar organisé en début de semaine par l’éditeur de TMS collaboratif Transporeon, en partenariat avec sa branche conseil Tim Consult et son partenaire Sixfold (voir NL 2673 et 2763). Il a mis en exergue le fait que la situation actuelle du fret routier, aérien et maritime pouvait être source d’opportunités. « En transport routier, le marché spot européen affichait la semaine dernière une surcapacité de 60 % par rapport à la même période de 2019 », a souligné Armin Musija, manager strategic initiatives chez Transporeon. Couplé à une demande chargeurs qui a diminué dans le même temps d’environ 25 %, ce niveau élevé de capacités disponibles a entraîné une chute des prix sur le marché au comptant : la baisse des prix par rapport à avril 2019 est de plus de 12 % en Europe, selon Transporeon et Tim Consult. À l’inverse côté fret aérien, Transporeon a constaté que les tarifs entre l’Europe et la Chine s’envolaient, jusqu’à +50%, et que la tendance des dernières semaines était aussi à l’augmentation ente la Chine et l’Europe, en lien avec les flux de matériel médical destiné au Vieux Continent. « Il y a néanmoins d’énormes différences entre les transitaires », a indiqué Christophe Bruns, manager spécialiste de l’aérien chez Tim Consult. En maritime, l’éditeur a constaté que les blank sailings restaient d’actualité et estimé qu’ils devraient aussi bientôt concerner l’axe Amérique du Sud-Europe avec la propagation du coronavirus de l’autre côté de l’Atlantique. AD

 
   
 

Armin Musija, manager strategic initiatives chez Transporeon.

Crédit photo Transporeon
 
 
 
Dernier km
Agediss parie sur la plateforme digitale de Bringg

Spécialiste de la livraison de meubles, Agediss a adopté la plateforme informatique de gestion des premiers et derniers kilomètres de la start-up israélo-américaine Bringg. Sa solution SaaS orientée client a déjà été mise en œuvre par des groupes comme Walmart, McDonald’s ou Coca-Cola, et permet de gérer une livraison de bout en bout, de la commande à la livraison, en passant par le suivi temps réel. Chez Agediss, les chauffeurs-livreurs n’utilisent donc plus deux outils comme auparavant, en l’occurrence un PDA pour la gestion des livraisons et un smartphone pour la relation avec les clients finaux. Ils ne s’appuient plus que sur le smartphone, qui combine plusieurs fonctionnalités grâce à Bringg : notification de début de tournée, suivi de l’avancement via un lien URL, calcul d’un horaire d’arrivée estimé, possibilité d’interaction directe avec les chauffeurs... Intégrée dans l’environnement Agediss, la solution de la start-up récupère automatiquement l’itinéraire de tournée généré via le logiciel Descartes Route Planner, facilitant aussi la gestion interne de l’entreprise car les éléments du suivi de livraison, la signature, les éventuels motifs de non-livraison et photos sont automatiquement remontés. L’implémentation de la solution chez Agediss a débuté avec un pilote en juin 2019 et concerne désormais ses 38 agences et 388 chauffeurs/livreurs. Avec l’évolution à venir de la plateforme, ses clients pourront bientôt remplir et signer leurs bons de livraison directement sur le smartphone des livreurs et recevoir ensuite le justificatif. « La solution offrira aussi de nouvelles fonctionnalités comme l’ajout, directement lors de la livraison, de services optionnels comme le montage et la reprise », note Agediss. Ces services sont pour l’heure uniquement proposés lors de l’achat du produit en ligne. Rappelons que pour assurer son développement et celui de sa solution, Bringg a levé 30 M$ début avril. AD

 
 
 
Préparateurs de commandes
Du nouveau dans la gamme Velia ES de Mitsubishi

Huit : c’est le nombre de modèles composant la gamme de préparateurs de commandes au sol avec conducteur porté/debout Velia ES du constructeur Mitsubishi Forklift Trucks. Cette gamme électrique s’enrichit de deux nouvelles références, avec élévation en ciseaux. Le premier est un modèle standard d’une capacité de 2 tonnes, le second sa variante dotée d’une plateforme à même d’élever les opérateurs à 0,85 m pour leur permettre de réaliser du picking jusqu’à 2,5 m de hauteur. Les deux modèles sont dotés de fourches s’élevant jusqu'à 80 cm pour faciliter la tâche, et peuvent transporter deux palettes Europe ou trois rolls à la fois (voire quatre rolls avec une fourche rallongée en option). Comme tous les modèles de la gamme, ces nouveaux préparateurs de commandes au sol sont équipés d’un système ajustant le comportement du véhicule aux manœuvres effectuées, revendiquent une consommation énergétique inférieure de 14 % par rapport à la concurrence, et peuvent atteindre 13 km/h. Et ils se déclinent en versions dotées de batteries lithium-ion. AD

 
   
 

Comme tous les modèles de la gamme, les deux nouveaux préparateurs de commandes au sol peuvent être dotés en option de batteries lithium-ion.

Crédit photo Mitsubishi Forklift Trucks
 
 
INFOS INTERNATIONALES  

États-Unis
Ceva Logistics chargé des flux amont pour le respirateur produit par GM

Partenaire de longue date de General Motors, Ceva Logistics a été sélectionné par le constructeur automobile pour gérer la supply chain amont de l’activité de fabrication d’assistants respiratoires, lancée sous la pression présidentielle de Donald Trump. Le prestataire est en charge de la gestion des commandes, de l’approvisionnement et du transport de toutes les pièces nécessaires à la fabrication d’un modèle d’assistant respiratoire conçu par la société spécialisée Ventec Life System. Des centaines de pièces en provenance du monde entier sont nécessaires à la fabrication de chaque équipement, l’objectif étant d’en produire au moins 30 000 exemplaires à l’usine General Motors de Kokomo (Indiana). Pour mener à bien sa mission, la filiale logistique du groupe CMA CGM entend s’appuyer sur ses tours de contrôle de Singapour, Houston et Detroit, ainsi que sur son expérience à l’international de logisticien et de freight forwarder. « Nos connaissances des secteurs de l’automobile et de la santé nous ont aussi permis d’être retenu pour relever ce challenge », note Mathieu Friedberg, directeur général de Ceva Logistics. AD

 
   
  Toutes les pièces nécessaires à la fabrication de l’assistant respiratoire sont livrées dans l’usine General Motors de Kokomo (Indiana).

Crédit photo : Ceva Logistics
 
 

ABONNEMENT GRATUIT : CLIQUEZ ICI
Le lien quotidien qui vous relie à la communauté Supply Chain
Si l'on vous a transféré cette lettre, n'hésitez pas à vous abonner.
Si vous êtes déjà abonné, n'hésitez pas à abonner (ou à faire abonner)
vos collaborateurs et amis.

 
Faites profiter la communauté logistique de vos « scoops »
écrivez à la rédaction

Cette Newsletter touche quotidiennement 50.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble de la communauté logistique.

Jean-Luc Rognon
Rédacteur en Chef
Tél : 01 43 68 43 11
jean-luc.rognon@scmag.fr

Maxime Rabiller
Rédacteur spécialisé
Tel. : 01 48 93 18 65
maxime.rabiller@scmag.fr

Armindo Dias

Chef de rubrique
Tel. : 01 43 76 27 74 armindo.dias@scmag.fr
Pour faire paraître de la publicité dans la NL, Supply Chain Magazine
ou sur le web, contactez-nous

Sandrine Papin

Directrice commerciale
tel : 06 11 72 34 33
s.papin@info6tm.com

Philippe Tesson

Directeur de Publicité
tel : 06 81 35 79 03
philippe.tesson@scmag.fr
Pour modifier vos coordonnées, merci de mettre à jour le formulaire en cliquant ici
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
24 avril 2020


Découvrez le dernier numéro et abonnez-vous !



juillet 2020

Jeudi 02
Agora du SCM
9ème Gala Directeurs Supply Chain
17h30-23h45
Pavillon d'Armenonville (Paris)



Feuilletez la version 2020 de l’Annuaire de la Supply Chain


 


Pour ne plus recevoir la newsletter, suivez ce lien