Si le message s'affiche mal, visualisez la page en ligne
N°3128
Intralogistique
Zoomalia équipé par Boa pour répondre au challenge actuel

Malgré le confinement, Boa Concept a pu finaliser l’installation d’un vaste système intralogistique chez le e-commerçant Zoomalia, qui pourra faire face à l’augmentation de son volume de commandes, boosté par le contexte sanitaire. Créé il y a 10 ans, ce distributeur online spécialisé dans les produits pour animaux de compagnie a certes priorisé le traitement des commandes comportant des produits d’alimentation, mais ses délais de traitement et de livraison se sont rallongés depuis le début du confinement. L’installation conçue par Boa Concept n’avait pu être achevée mi-mars, mais dans les jours qui ont suivi, Zoomalia a sollicité le fabricant et intégrateur stéphanois pour achever rapidement cette installation d’envergure : le projet initial avait été conçu pour être déployé sur 6 000 m², mais son ambition avait été revue à la hausse pour mieux tirer parti de la récente extension à 9 000 m² du site de Zoomalia à Saint-Geours-de-Maremne, dans le sud des Landes. Répartie entre trois cellules et sur trois niveaux, l’installation est dimensionnée pour assurer l’expédition de plus de 10 000 colis/j. En rez-de-chaussée, le lancement repose sur des formeuses de cartons, un des avantages de la solution imaginée étant de pouvoir assurer une majorité des préparations directement dans les cartons d’expédition. Ceux-ci sont acheminés par des convoyeurs Plug-and-Carry de Boa vers les gares de préparation réparties sur les trois niveaux où sont stockées les quelque 30 000 références proposées. Les colis sont ensuite clos par une machine à réduction de hauteur, avec une personnalisation aux couleurs de Zoomalia, puis triés par transporteur. Le système est piloté par la solution Boa Drive, interfacée à la fois avec les SI-maison du e-commerçant et avec son WMS en mode SaaS afin d’orchestrer au mieux la préparation et la mise en stock. L’ordonnancement des vagues de commandes tient notamment compte des tailles et poids très hétérogènes des colis, qui peuvent atteindre 30 kg et 80x40 cm. Sur 2019, Zoomalia a enregistré une croissance de 60% de son activité, notamment tirée par le développement de 10 marques exclusives et son l’extension de son activité à 8 pays européens. L’entreprise approche les 40 M€ de CA et emploie environ 150 collaborateurs. MR

 
   
 

Le système déployé par Boa Concept chez Zoomalia avait été redimensionné pour mieux tirer parti de la récente extension du site de Saint-Geours-de-Maremne (40). Ici la zone d’expédition avec un tri par transporteurs.

Crédit photo Boa Concept
 
 
 
Santé
La capacité de production en France de masques sanitaires quintuplée d’ici octobre

Même si la conférence de presse d’Agnès Pannier-Runacher hier concernait les masques grand public (voir NL 3127), la secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Economie et des Finances a également donné en introduction quelques chiffres sur la montée en cadence de la filière industrielle de production en France de masques sanitaires (FFP2 et chirurgicaux), réservés aux personnels soignants et aux professions réglementées. Les capacités des quatre fabricants historiques implantés en France, à savoir Kolmi-Hopen (groupe canadien Medicom), Paul Boyé Technologies, Valmy, et Macopharma, ont été renforcées pour atteindre une production hebdomadaire de 20 M de masques d’ici fin mai, contre 10 M actuellement (et 3,5 M avant la crise sanitaire). L’objectif est d’arriver à 50 M de masques sanitaires produits en France chaque semaine d’ici octobre. Pour l’atteindre, le gouvernement a également suscité l’arrivée de nouveaux entrants sur cette filière, notamment Brocéliande, Savoy, BB Distrib, Bio Serenityou et Chargeurs, et accompagné la montée en charge des deux fabricants de machine de masques français (un seul a été cité, Cera, avec l’appui de Michelin).Rappelons par ailleurs que depuis le début de la crise sanitaire, 2 Mds de masques ont été commandés par l’Etat auprès d’industriels chinois et qu’au tout début du confinement (21 mars), le stock en France était de 86 M de masques sanitaires dont 81 M de masques chirurgicaux et 5 M de masques FFP2. A cette date, le ministre de la santé français Olivier Véran estimait le besoin en masques sanitaires à 24 M d’unités par semaine (sans distinction entre masques chirurgicaux et FFP2), alors qu’un collectif de médecins et de personnels de blocs opératoires évaluait ce même besoin à 15 M de masques FFP2…par jour. JLR

 
   
  Crédit photo Ministère de l’Economie et des Finances  
 
 
e-commerce
Amazon France prolonge d’une semaine la fermeture de ses entrepôts

Le feuilleton de la suspension temporaire d’activité des centres de distribution en France d’Amazon se poursuit (voir NL 3127). Dans un communiqué diffusé hier soir, l’e-commerçant a annoncé qu’il prolongeait d’une semaine supplémentaire la fermeture de ses entrepôts dans l’Hexagone jusqu’au mardi 5 mai inclus, les collaborateurs percevant d’ici-là leur plein salaire. La direction de l’entreprise, qui « continue à évaluer la meilleure façon d’opérer au regard de la décision de la Cour d’Appel », a par ailleurs réitéré son incompréhension : « Depuis le début de cette crise, nous avons impliqué les comités sociaux et économiques afin de nous accorder sur les mesures de sécurité qui ont été déployées sur tous nos sites, et nous sommes fiers des nombreuses adaptations que nous avons mises en place de façon concertée, pour assurer la sécurité de nos équipes, tout en servant nos clients en France et à travers le monde ». Pour justifier sa décision de ne pas rouvrir ses centres de distribution en France (les clients peuvent toujours commander plusieurs millions de produits sur la marketplace et au travers de son réseau logistique mondial), Amazon évoque le risque financier : « L’astreinte, telle que précisée par la Cour d’Appel, pourrait impliquer que même un taux infime de traitement accidentel de produits non-autorisés, de l’ordre de 0,1%, pourrait entraîner une pénalité de plus d'un milliard d'euros par semaine ». JLR

 
 
Logistique du froid
Stef voit sa croissance figée par le Covid-19

En raison de la crise du coronavirus, le CA du logisticien du froid Stef a baissé de 1,1 % au 1er trimestre (793,4 M€). « Notre groupe aura connu des performances très contrastées sur la période, explique Stanislas Lemor, Pdg de Stef. Si nos activités sont restées bien orientées au cours des deux premiers mois de l’année, avec une progression du chiffre d’affaires de 3 %, elles ont été très fortement impactées au mois de mars (- 9 %) en raison des mesures de confinement décidées dans tous les pays européens. » Les évolutions enregistrées par le prestataire sur toute la période n’ont pas pour autant été identiques selon ses activités et zones géographiques d’intervention. Au 1er trimestre, les recettes de son activité de transport de passagers/fret opérée entre le continent et la Corse via sa filiale La Méridionale ont chuté de 50,5 %, et celle de ses activités transport/logistique France ont progressé de 1,3 % (486,6 M€). Stef a été impacté ici par les effets du confinement auprès des acteurs RHD et Seafood, mais aussi enregistré une activité soutenue auprès de la GMS, via notamment un apport supplémentaire des canaux de distribution e-commerce. « Sur le segment frais, les activités ont connu un bon niveau de tonnages transportés sur les deux premiers mois et le début du mois de mars, et ont en revanche été particulièrement difficiles les 15 derniers jours de mars en raison d’une très forte désorganisation des flux liée à la crise », note aussi le logisticien dans un communiqué. A l’international, où le prestataire a vu son CA trimestriel progresser de 4,2 % (204,6 M€), les évolutions ont été contrastées d’un pays à l’autre, Stef enregistrant une baisse de 1,5 % en Italie et une hausse de 5,5 % en Espagne. « L’Italie a été affectée dès fin février par l’arrêt de la production des industriels agroalimentaires nationaux et des activités Seafood », indique le logisticien. Comme en France, l’Espagne a bénéficié d’une bonne performance auprès de la GMS contrebalançant la baisse d’activité en RHD. « Notre groupe dispose de fondamentaux solides qui devraient lui permettre de faire face à cette crise d’une ampleur inédite, même si les mesures prises pour affronter la pandémie continueront d’avoir un impact important sur les activités au cours du deuxième trimestre », conclut Stanislas Lemor. AD

 
   
 

Stanislas Lemor, Pdg de Stef.

Crédit photo Stef
 
 
Etude
La logistique française à 50% de ses capacités début avril

Tous les sites logistiques dans tous les secteurs d’activité sont impactés par la crise du Covid-19. D’après le baromètre des capacités industrielles et logistiques réalisé par l’Aslog, la capacité moyenne par rapport à la normale des sites logistiques français sur la 4ème semaine de confinement s’est élevée à 50 %, l’association ayant interrogé pour cela 90 de ses membres, représentant plus de 900 sites logistiques et plus de 700 sites industriels. D’un secteur à l’autre, les différences sont toutefois importantes. Début avril, la capacité moyenne par site logistique dans le secteur automobile s’établissait à 12,5 %, contre 58 % en transport / logistique, 60 % en santé / beauté, 63 % dans l’industrie pharmaceutique ainsi que l’agroalimentaire, et 86 % dans les industries du bois / papier / carton / imprimerie. En commerce / négoce / distribution, selon le baromètre, la capacité moyenne par site logistique a plafonné à 36 %. A noter par ailleurs que sur la 4ème semaine de confinement, la capacité moyenne des sites industriels français était de 51,9 % (voir infographie ci-dessous pour la répartition moyenne par secteur). AD

 
   
  Crédit photo Aslog  
 
Nomination
Generix créé le poste de directeur technique

L’éditeur Generix Group spécialiste des solutions SaaS de supply chain collaborative a annoncé la nomination de Thomas Gentils au poste nouvellement créé de directeur technique (Chief Technical Officer, ou CTO). Intégrant à ce titre le comité de direction du groupe, il aura notamment comme mission de définir sa stratégie technologique, piloter ses opérations de R&D et déployer de nouveaux produits et services en SaaS. Diplômé d’HEC Paris et de Polytech Orléans, Thomas Gentils a intégré l’entreprise en septembre 2019 où il était en charge de la direction de l’ingénierie. Il a débuté sa carrière en 1999 comme officier ingénieur à la Gendarmerie nationale puis l’a poursuivie au sein du groupe Schlumberger comme chef de projet en R&D et chez Gemalto (groupe Thalès) comme responsable de la division R&D en charge des développements de paiements de nouvelle génération. Par la suite, il a travaillé comme responsable développement logiciels embarqués au sein de la société de technologie pour opérateurs de télévision numérique Nagravision puis à la maison-mère de celle-ci, Kudelski, comme directeur des développements. AD

 
   
 

Thomas Gentils, directeur technique de Generix Group.

Crédit photo Generix Group
 
 
INFOS INTERNATIONALES  

Etats-Unis
Une usine se confine pour éviter le coronavirus

L'usine Braskem de Philadelphie dans l'Etat du Delaware s'est mise sous cloche pendant 28 jours pour produire des résines semi cristallines utilisées dans la fabrication de masques FFP2 et de blouses chirurgicales. Les 43 salariés volontaires, qui viennent de sortir de leur enfermement, ont réussi leur pari. Aucun d'entre eux n'a été contaminé et ils ont pu fabriquer en un mois 18 millions de kg de polypropylène, une matière plastique non tissée qu'on trouve à l'intérieur des serviettes désinfectantes, blouses et masques d'hôpitaux. La production d'un mois permet de fabriquer 500 millions de masques FFP2. Ces salariés ont dormi, mangé et travaillé dans leur usine. Ils ont installé leurs matelas dans les salles de conférences, utilisé la salle de gym, cuisiné ensemble et travaillé par périodes de 12 heures. Certains avaient amené leur console Xbox, d'autres la télé. Et quand la famille leur manquait trop, une journée spéciale a été organisée à la mi-temps. Les enfants et épouses ont pu leur faire des signes de l'extérieur. CCT

 
 

Etats-Unis
3M fabrique des masques en accéléré

Le groupe américain 3M a réussi à doubler sa production de masques FFP2 en à peine 2 mois. Les Etats Unis souffrent toujours, comme le reste du monde, d'une pénurie de masques. Le pays lui aussi se repose trop sur le made in China. Mais l'exemple de 3M montre qu'une préparation de crise a tout de même du bon. L'usine d'Aberdeen, dans le Dakota du Sud, peaufine son plan d'urgence depuis l'épidémie SARS en 2003. Ebola et la grippe H1N1 n'ont fait que renforcer ce besoin d'une montée en puissance rapide de la production, en cas d'explosion de la demande. Dès le mois de janvier, le site a activé les lignes d'assemblage dormantes, robotisées, qui avaient été installées dans l'usine. Equipes d'urgence et fournisseurs se sont mis au travail. Les heures supplémentaires ont été enclenchées et l'embauche de nouveaux personnels en bonne santé a démarré. Comme l'entreprise fabrique elle-même une partie de ses composants, il n'y a pas eu de problème de ruptures de la supply chain. L'objectif dans les prochains mois: fabriquer 2 milliards de masques par an. CCT

 
 

ABONNEMENT GRATUIT : CLIQUEZ ICI
Le lien quotidien qui vous relie à la communauté Supply Chain
Si l'on vous a transféré cette lettre, n'hésitez pas à vous abonner.
Si vous êtes déjà abonné, n'hésitez pas à abonner (ou à faire abonner)
vos collaborateurs et amis.

 
Faites profiter la communauté logistique de vos « scoops »
écrivez à la rédaction

Cette Newsletter touche quotidiennement 50.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble de la communauté logistique.

Jean-Luc Rognon
Rédacteur en Chef
Tél : 01 43 68 43 11
jean-luc.rognon@scmag.fr

Maxime Rabiller
Rédacteur spécialisé
Tel. : 01 48 93 18 65
maxime.rabiller@scmag.fr

Armindo Dias

Chef de rubrique
Tel. : 01 43 76 27 74 armindo.dias@scmag.fr
Pour faire paraître de la publicité dans la NL, Supply Chain Magazine
ou sur le web, contactez-nous

Sandrine Papin

Directrice commerciale
tel : 06 11 72 34 33
s.papin@info6tm.com

Philippe Tesson

Directeur de Publicité
tel : 06 81 35 79 03
philippe.tesson@scmag.fr
Pour modifier vos coordonnées, merci de mettre à jour le formulaire en cliquant ici
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
28 avril 2020


Découvrez le dernier numéro et abonnez-vous !



juillet 2020

Jeudi 02
Agora du SCM
9ème Gala Directeurs Supply Chain
17h30-23h45
Pavillon d'Armenonville (Paris)



Feuilletez la version 2020 de l’Annuaire de la Supply Chain


 


Pour ne plus recevoir la newsletter, suivez ce lien