Si le message s'affiche mal, visualisez la page en ligne
N°3140
 
Il manquait un grand C à l’acronyme VUCA

En octobre dernier, dans la NL 2995, j’avais consacré mon édito à la « VUCAité » galopante du monde actuel, en faisant référence au célèbre acronyme VUCA (Volatility, Uncertainty, Complexity, Ambiguity), souvent cité en supply chain. « Du VUCA, on a encore rien vu ! » avait-je écrit, sans évidemment me douter à l’époque du scénario catastrophe que la planète allait connaître quelques mois plus tard. Les exemples que je donnais pour illustrer le phénomène VUCA, que ce soit l’effet boule-de-neige de l’avis d’une blogueuse en vogue sur un nouveau produit cosmétique, ou la décision unilatérale du président Trump de rehausser les tarifs douaniers sur les vins et formages français, paraissent aujourd’hui bien dérisoires face à la crise sanitaire et économique que nous traversons. Il n’empêche que ces notions de volatilité de la demande, d’incertitude, de complexité et d’ambiguïté du monde font plus que jamais partie du quotidien des responsables supply chain dans leur prise de décision. En cette période de déconfinement, il faut ajouter au VUCA le C du Covid-19, avec ses contraintes opérationnelles et organisationnelles de mesures barrières et de distanciation sociale, qui peuvent paralyser provisoirement provisoirement l’activité sur un site de production, de distribution ou sur un open space en cas de détection d’un foyer de coronavirus. Et n’oublions pas les contraintes environnementales avec lesquelles les entreprises se doivent plus que jamais de composer pour éviter un choc planétaire face auquel cette fois il n’existera aucun espoir de vaccin… JLR

 
 
 
Prestataire logistique
Kuehne+Nagel anticiperait une réduction d’un quart de ses effectifs

L’information n’a pas fait l’objet d’un communiqué officiel de la part du groupe suisse Kuehne+Nagel. Elle a été évoquée par son président d'honneur et actionnaire principal, Klaus-Michael Kühne, dans une interview publiée samedi par notre confrère allemand "Die Welt". « Le groupe pourrait se retrouver avec 20 à 25% de salariés de moins qu'avant » a-t-il indiqué en laissant entendre par ailleurs que ces éventuelles réductions d’effectifs toucheraient en particulier les pays qui n’ont pas mis en place de mesures de chômage partiel et concerneraient « en grande partie les emplois industriels dans les entrepôts ». Rappelons que le logisticien, qui emploie 83 000 personnes dans le monde sur 1 400 sites dans 108 pays, a fait état fin avril, lors de l’annonce des résultats sur les trois premiers mois de l’année, d’un CA trimestriel en baisse de 6,2% à 4,9 Mds CHF (soit 4,6 Mds €) et d’un résultat d’exploitation en forte chute, à -24%. « Notre société va affronter des défis majeurs dans les mois à venir, mais elle est bien positionnée du point de vue de la proximité client, de l’agilité et de l’offre digitale » avait déclaré à cette occasion Detlef Trefzger, le CEO du groupe, en insistant sur la solidité financière et le bon niveau de trésorerie de son entreprise. Durant ce trimestre très fortement impacté par la pandémie, son activité maritime a décru de -6,9% en CA et de -29,5% en résultats d’exploitation (EBIT), son activité aérienne a baissé de -6,8% en CA et de -11,3% en EBIT et celle liée au transport routier en Europe et aux Etats-Unis a vu son résultat d’exploitation s’effondrer de 29,2%, avec un CA réduit de 4,2%. Mais c’est en logistique contractuelle, qui était déjà en cours de restructuration, que la chute du résultat d’exploitation a été la plus sévère : -34,6%, sur un CA en baisse de 6,1% (à environ 1,16 Md €). Malgré cela, 90% des centres de distribution de Kuehne+Nagel dans le monde ont poursuivi leurs opérations sans interruption durant cette période. JLR

 
   
  Dans une interview publiée samedi par notre confrère allemand "Die Welt", Klaus-Michael Kühne a indiqué que son groupe pourrait se retrouver après la crise avec 20 à 25% de salariés en moins.  
 
 
Digitalisation
Panasonic prend 20% du capital de Blue Yonder

L’éditeur américain de solutions de supply chain de bout-en-bout Blue Yonder (anciennement JDA Software) accueille dans son capital à hauteur de 20% un nouvel actionnaire minoritaire, le japonais Panasonic, dans le cadre d’une émission d’actions qui valorise l’entreprise à 5,5 Mds US $. Cette entrée au capital renforce un partenariat stratégique déjà conclu entre les deux entreprises, qui a abouti l’année dernière à la création d’une société commune au Japon. Le nouvel accord, qui permet à Panasonic de disposer d’un siège au conseil d’administration de Blue Yonder, devrait accélérer le développement commercial de la plate-forme logicielle Luminate de cette dernière au Japon, mais aussi de travailler sur une offre commune dite de « supply chain autonome », combinant les solutions logicielles de Blue Yonder (prévisions, planification, optimisation et suivi d’exécution), l’internet des objets et l’Edge Computing, une architecture informatique où le traitement des données peut être assuré par les objets connectés eux-mêmes. « Avec cet investissement, nous entrons de plain-pied dans la transformation de notre business model. Nous allons ajouter la vente de logiciel, de consulting et de services à notre activité traditionnelle de vente de matériel. Cela va nous permettre de soutenir des innovations fondamentales dans le domaine de la supply chain, dont la criticité de nombre d’entre a été mise en lumière durant les ruptures de stock de cette crise du Covid-19 » a déclaré Kazuhiro Tsuga, le CEO de Panasonic Corporation. De son côté, Girish Rishi, le CEO of Blue Yonder s’est félicité de cette collaboration visant à concrétiser la vision conjointe des deux sociétés en matière de supply chain digitale. « La plate-forme de Blue Yonder se synchronise avec les offres d’edge computing de Panasonic pour donner des résultats tangibles en termes de business aux retaliers, aux industriels et aux 3PL » a-t-il ajouté. Rappelons que New Mountain Capital et Blackstone demeurent les deux actionnaires majoritaires de Blue Yonder. JLR

 
   
  Girish Rishi, le CEO of Blue Yonder (anciennement JDA Software).  
 
 
Transport fluvial
Rhenus Logistics prend en charge un ‘colis’ de 300 tonnes pour Jeumont Electric

Via la barge pour colis lourds Fortitudo qu’il a conçu et affrété en time charter sur le long terme (voir NL 2847), Rhenus Logistics a organisé le transport d’un rotor de la société industrielle Jeumont Electric. Destinée à la centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire (18), cette pièce totalisant un poids de 300 tonnes avec son coffrage a été chargée le 18 mai sur le quai de chargement/déchargement de la rivière Sambre à Jeumont (59) avec pour destination le port fluvial de Corbeil-Essonnes (91). Cette opération, une première pour Jeumont Electric, a été rendue possible par la mise en service l’an dernier de la barge Fortitudo ainsi que la réhabilitation du quai de Jeumont Electric au bord de la Sambre. Celui-ci a été équipé d’une plate-forme de grutage. La barge pour colis lourds est adaptée à la navigation sur les canaux Freycinet, dispose d’une cale de 25 m de long sur 4,6 m de large et peut transporter jusqu’à 300 tonnes de marchandises à 1,9 m d’enfoncement. « Cela permet d’aller au plus près des industriels disposant d’un quai fluvial à proximité de leur usine et de prendre des itinéraires plus courts et donc plus respectueux de l'environnement », note Christophe Barreau, directeur Air & Ocean France chez Rhenus et superviseur de son département projets industriels qui a organisé le transport pour Jeumont Electric. AD

 
   
  Chargement du rotor sur la barge Fortitudo le 18 mai au quai fluvial sur la Sambre à Jeumont (59).

Crédit photo : Rhenus Logistics
 
 
Nomination
Heppner recrute un DG pour les filiales internationales de sa branche Overland

C’est en provenance de Geodis qu’arrive Ghislain Fernandez, nommé en mars au sein du groupe Heppner en tant que directeur général des filiales internationales pour ses activités Overland, tournées vers le transport routier puisqu’elles englobent les volets de messagerie intra-europénne et d’affrètement. A la tête de ces filiales en Allemagne, en Espagne et aux Pays-Bas, sa mission sera de conforter la stratégie mise en œuvre depuis plusieurs années par Heppner pour renforcer sa présence sur les flux internationaux au départ ou à destination de la France. « L’enjeu est d’optimiser l’accompagnement des clients au-delà de nos frontières en combinant l’excellence opérationnelle des équipes avec les expertises spécifiques de chaque pays », note-t-il. Jusqu’en début d’année, Ghislain Fernandez officiait en tant que directeur Europe centrale et orientale chez Geodis, depuis la fin 2015, sachant qu’il avait rejoint le groupe trois ans plus tôt en tant au sein de sa direction Transport routier. Mais c’est plus de 20 ans d’expérience au sein du secteur transport et logistique que compte ce diplômé de l’IEP de Lyon ensuite passé par le master T&L de la Sorbonne. Pendant 13 ans, il avait auparavant travaillé au sein du transporteur et logisticien allemand Willi Betz, d’abord dans des fonctions projet logistique et IT, jusqu’à prendre en main sa direction commerciale en charge des comptes clés. MR

 
   
  Ghislain Fernandez, directeur des filiales internationales d’Heppner

© DR
 
 
INFOS INTERNATIONALES  

Norvège
Berggaard Amundsen mise sur un AutoStore intégré par Element Logic

Le distributeur norvégien de matériel électronique Berggaard Amundsen a réaménagé son entrepôt proche d’Oslo afin d’y déployer une installation de stockage robotisée AutoStore, dans le cadre d’un projet conçu et mis en œuvre avec un troisième compatriote, l’intégrateur Element Logic (qui s’est implanté fin 2019 en France, voir NL 3026). Au sein de ce bâtiment de 14 000 m², c’est une grille AutoStore comptant 17 000 bacs manutentionnés par 17 robots qui a été installée, et couplée avec un système de convoyeurs fourni par ITO, le process étant géré par le WMS Astro de Consafe. Comme 70 % des produits sont prélevés dans l’AutoStore (environ 2500 opérations/j), l’installation assure au grossiste de réels gains en performance, avec la possibilité pour les électriciens locaux de récupérer leur commande sur place 30 minutes après l’avoir passée, et surtout de systématiser les livraisons en J+1 en s’appuyant en aval sur ses 25 centres de services répartis dans tout le pays. Mais une des singularités du projet tient à son approche environnementale de la problématique énergétique. L’entrepôt en question se veut éco-responsable, et Berggaard Amundsen l’a doté d’un millier de panneaux solaires en toiture, et de 50 m² supplémentaires en façade. Malgré les conditions septentrionales d’ensoleillement, cet ensemble doit assurer l’autosuffisance du site d’avril à septembre (ainsi qu’approvisionner 40 stations de recharge de voitures d’électriques du voisinage). La nouvelle installation intralogistique est bien sûr concernée, et ses concepteurs font valoir que 10 robots consomment l’équivalent… d’un aspirateur. Leur consommation est très basse, d’après Element Logic, d’autant que les phases de freinage ou de dépose de bacs concourent à leur recharge, et que l’installation peut fonctionner sans éclairage. MR

 
   
  L’AutoStore a été positionné près de la zone de réception avec un système d’acheminement des articles par convoyeurs au plafond, pour limiter les contraintes de circulation au sein de l’entrepôt de Berggaard Amundsen.

© Element Logic
 
 

ABONNEMENT GRATUIT : CLIQUEZ ICI
Le lien quotidien qui vous relie à la communauté Supply Chain
Si l'on vous a transféré cette lettre, n'hésitez pas à vous abonner.
Si vous êtes déjà abonné, n'hésitez pas à abonner (ou à faire abonner)
vos collaborateurs et amis.

 
Faites profiter la communauté logistique de vos « scoops »
écrivez à la rédaction

Cette Newsletter touche quotidiennement 50.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble de la communauté logistique.

Jean-Luc Rognon
Rédacteur en Chef
Tél : 01 43 68 43 11
jean-luc.rognon@scmag.fr

Maxime Rabiller
Rédacteur spécialisé
Tel. : 01 48 93 18 65
maxime.rabiller@scmag.fr

Armindo Dias

Chef de rubrique
Tel. : 01 43 76 27 74 armindo.dias@scmag.fr
Pour faire paraître de la publicité dans la NL, Supply Chain Magazine
ou sur le web, contactez-nous

Sandrine Papin

Directrice commerciale
tel : 06 11 72 34 33
s.papin@info6tm.com

Philippe Tesson

Directeur de Publicité
tel : 06 81 35 79 03
philippe.tesson@scmag.fr
Pour modifier vos coordonnées, merci de mettre à jour le formulaire en cliquant ici
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
25 mai 2020


mai 2020

Dassault SystèmesDELMIA
WEBINAIRE : Comment adapter sa planification industrielle pendant et après une crise ?
connectez-vous !


juin 2020

Dassault SystèmesDELMIA
WEBINAIRE : Comment adapter sa planification industrielle pendant et après une crise ?
connectez-vous !

Jeudi 04
COLIBRI
Gérez facilement votre SnOP avec le nouveau module Colibri
11h-12h

Mardi 23
Webinaire
Réussir la transformation S&OP vers la planification intégrée d’entreprise ( IBP )
11h-12h
Organisé par BOARD & SUPPLAÏ


septembre 2020

Mardi 15
au jeudi 17
Paris Retail Week 2020
9h-20h
Paris Expo Porte de Versailles
Pavillon 7.2


novembre 2020

Mardi 17
et mercredi 18 Supply Chain Event
Save the date !
9h-20h
Paris Porte de Versaille
Pavillon 5.1

Découvrez le dernier numéro et abonnez-vous !


Feuilletez la version 2020 de l’Annuaire de la Supply Chain


 


Pour ne plus recevoir la newsletter, suivez ce lien