Si le message s'affiche mal, visualisez la page en ligne
N°3150
Digitalisation transport
Everoad devient européen en se rangeant sous la bannière Sennder

La société française Everoad (ex Convargo) annonce sa fusion avec son homologue allemand Sennder GmbH, avec l’ambition commune de constituer la plate-forme digitale de transport de marchandises numéro un en Europe et de réaliser un chiffre d’affaires de 1 Md € d’ici à 2024. « Nous avons fait une très belle année 2019, en devenant, parmi les différents modèles de commissionnaires de transport digital, le numéro un français en termes de chiffre d’affaires. Dans notre processus de levée de fonds pour poursuivre notre développement, nous avions parallèlement démarré des discussions stratégiques avec des acteurs du marché, traditionnels ou digitaux, qui nous ont amené à échanger de manière très qualitative avec Sennder. Nous avons le même ADN. C’est une opportunité inouïe de créer un géant européen sur le transport routier » nous a confié Maxime Legardez, le CEO et fondateur d’Everoad, dont le nom devient « Everoad by sennder ». Créée en 2015, Sennder s’appuie sur une très forte assise financière après avoir levé au total près de 100 M€ auprès d’investisseurs européens et américains (notamment la célèbre société de capital-risque Accel Partners), ce qui lui a déjà permis de racheter Innroute en Espagne en septembre 2019 et de développer sa présence en Italie, en Pologne et en Lettonie. Grâce à sa technologie développée en interne, qui se concentre particulièrement sur l'optimisation des itinéraires, la réduction des kilomètres à vide et des temps d'arrêt, la plate-forme Sennder gère plus de 7 500 véhicules à travers l'Europe. Comme Everoad (environ 90 personnes), Sennder vise surtout les grands comptes, avec un positionnement fort sur la gestion des contrats de transport réguliers en camion complets (FTL, Full Truck Load), même si les deux plates-formes peuvent aussi gérer le groupage (LTL). De son côté, Everoad a levé quelque 18 M€ depuis son lancement en 2016. Elle emploie 110 collaborateurs (sur deux sites, Paris et Varsovie), et a acquis le statut de commissionnaire de transport en 2018. Parmi ses clients grands comptes figurent Casino, Unilever, Procter & Gamble, le groupe Seb, Electrolux et Schneider Electric. Présent dans 6 pays européens, le nouvel ensemble composé de près de 350 salariés s’appuie sur plus de 10 000 transporteurs et gère plus de 35 000 chargements par mois. JLR

 
   
 

Everoad devient Everoad by Sennder en passant sous le giron de son homologue allemand Sendder. L’ambition est de devenir le leader des commissionnaire digitaux de TRM en Europe.

Crédit photo Everoad by Sennder
 
 
Grande distribution
Retour à la normale chez Système U après une grosse panne informatique

Que s’est-il passé exactement le 15 mai vers 19 h dans les systèmes informatiques de U GIE-IRIS, l’entité qui centralise les SI du groupe Système U ? On ne sait toujours pas précisément, du moins officiellement. Le 20 mai, le président de Système U Dominique Schelcher confirmait dans un tweet des dysfonctionnements importants et un retour à la normale progressif depuis la veille, les entrepôts fonctionnant à nouveau « en mode secours » après une paralysie totale pendant trois jours de la préparation des commandes et du réapprovisionnement de 1600 magasins Hyper U, Super U, U express et Utile en France. Interrogé hier par téléphone, un porte-parole de l’enseigne, Thierry Desouches, a reconnu que les causes de cette panne informatique « compliquée et importante » n’étaient pas encore totalement identifiées, en excluant toutefois l’hypothèse d’un piratage ou d’un virus. « Nous avons redémarré en mode dégradé, avec de moins en moins de conséquences visibles sur les livraisons et les produits en rupture dans les linéaires, mais tout n’est pas encore parfait, notamment sur la restitution des données de stocks » nous a-t-il confié. Selon nos informations, la panne ne concernerait pas directement le WMS maison mais proviendrait d’une « corruption de données » survenue sur les serveurs informatiques IBM (sans doute des IBM i, anciennement connus sous le nom de System i, iSeries et AS/400), qui se serait de surcroît dupliquée sur le système de secours. Depuis, le matériel a été changé, mais le travail se poursuit pour récupérer les données des flux perdues pendant cette période. Rappelons que l’entité U GIE-IRIS a été créée en 2011 dans le cadre d’une politique de modernisation et de centralisation de l’informatique de Système U. Elle a été suivie en 2016 par la création de U Log, qui regroupe tous les actifs logistiques du groupe (une trentaine d’entrepôts). JLR

 
   
  Crédit photo DR  
 
Textile
La filière
 Mode et Luxe planche sur d’éventuelles relocalisations

Le comité stratégique de filière (CSF) « Mode & Luxe » s’est réuni hier à la demande et en présence de Brune Poirson, secrétaire d'État auprès de la ministre de la transition écologique et solidaire et d’Agnès Pannier Runacher, secrétaire d’État auprès du ministre de l’économie et des finances. L’objectif était de faire un point de situation sur la reprise d’activité et de dresser les perspectives d’avenir de la filière. A cette occasion, les deux secrétaires d’Etat ont confié à Guillaume de Seynes, le président du CSF « Mode & Luxe » (et DG de Hermès), une mission pour le développement d’une filière textile française durable. En s’appuyant sur l’expertise et les compétences des acteurs du luxe, de la confection (notamment du collectif « SavoirFaire ensemble ») et de la distribution, cette réflexion va porter sur « les modalités de mise en oeuvre, sur nos territoires, de modèles de production intégrés, innovants et durables basés sur les notions d’écoconception, de recyclage, de réincorporation de matière recyclée, de réemploi ou encore de production à la demande », mais aussi sur l’étude du « potentiel de relocalisation d’activités, aussi bien pour certains produits grand public que dans le secteur Mode et Luxe, fondé sur les savoir faire existants et la prise en compte de l’ensemble des externalités associées à une fabrication à l’étranger ». Le gouvernement attend également de cette mission qu’elle propose des mécanismes permettant de rendre davantage visibles les entreprises souhaitent s’engager vers plus de durabilité et de mieux informer les consommateurs sur les initiatives vertueuses. JLR

 
 
Fret ferroviaire
L’alliance 4F fait front commun pour obtenir son plan de relance

La part de marché du fret ferroviaire français dans le transport de marchandises ayant été divisée par deux en 20 ans pour s’établir à 9 %, les acteurs de la filière se sont réunis en mars au sein d’une alliance dénommée 4F (Fret Ferroviaire Français du Futur). Composées d’associations, opérateurs de fret ou encore spécialistes du transport combiné (Fret SNCF, DB Euro Cargo Rail, T3M, Froidcombi, GNTC, Union TLF, AUTF, France Logistique…), celle-ci entend inciter le gouvernement à mettre en place un plan de relance de la filière avec des mesures qui pourront aboutir à un doublement de la part de marché du fret ferroviaire en 2030. « Le fret ferroviaire français stagne en milieu de tableau dans le classement européen du secteur, derrière l’Italie à 14 %, l’Allemagne à 18 % et loin derrière le duo de tête constitué par l’Autriche et la Suisse avec respectivement 32 % et 35 % », souligne 4F. Ces dernières semaines, les membres de l’alliance ont ainsi travaillé sur les différentes actions qui pourraient être prises par le gouvernement dans ce domaine. Intégrées dans un plan de relance qui sera soumis à l’exécutif avant la fin juin et portant sur trois niveaux d’intervention (opérateurs, SNCF Réseau et Etat), elles devraient être activées dès 2021 selon 4F. Pour l’alliance, le développement du fret ferroviaire passera par un triplement des offres de transport combiné avec des complémentarités plus fortes au service d’une chaîne logistique terrestre plus performante et plus verte. Au niveau des pouvoirs publics, il s’agit à ses yeux de combiner plusieurs mesures : augmentation/pérennisation de l’aide au transport combiné, création d’une aide au wagon isolé, hausse de la prise en charge d’une partie des péages d’utilisation du réseau ferroviaire, rénovation/sauvegarde des lignes capillaires et installations embranchées... « Le fret du futur, trains et réseau, a d’immenses réserves de progrès techniques et technologiques susceptibles d’améliorer sa performance et d’alimenter en activités et emplois les industries localisées dans les territoires », note 4F. AD

 
   
 

L’alliance 4F souhaite faire passer la part de marché du fret ferroviaire français dans le transport de marchandises de 9 % aujourd’hui à 18 % en 2030.

Crédit photo SNCF
 
 
Immobilier logistique
Virtuo concrétise en blanc un projet de 36 000 m² près de Lyon

Avant le confinement, Virtuo Industrial Property avait acté l’achat auprès d’Intermarché d’un foncier situé à Miribel, à une quinzaine de km au nord-est de Lyon. En lieu et place d’un entrepôt vétuste, son projet vise à construire une plateforme de Classe A de 36 000 m² dessinée par le cabinet AECO Architecture, qui devrait bénéficier d’une certification Breeam Very Good. Vu la pénurie d’offre de bâtiments logistiques neufs dans la région et dans le cadre de son partenariat avec l’investisseur CBRE Global Investors, Virtuo a lancé sereinement cette réalisation en blanc, tout en ouvrant sa commercialisation. Avec la reprise du secteur BTP en mai, les travaux de déconstruction ont pu véritablement démarrer, sachant que le calendrier vise à livrer ce projet baptisé V.Park Miribel dès le 2ème trimestre 2021 (la réalisation se fera en corps d’état séparés, sous la maitrise d’œuvre d’HTC). Pour Virtuo, il s’agit du quatrième projet logistique réalisé dans la région lyonnaise, où nombre de chargeurs peinent à trouver des disponibilités. Le premier remonte à 2014 et avait porté sur la construction d’une plateforme de 60 000 m² à Pusignan, occupée par But. Le deuxième avait consisté à réaliser une plateforme en température dirigée de 46 000 m² pour Lidl à Saint-Quentin-Fallavier, et c’est à proximité qu’avait été livré le dernier en date en 2019 : un site de 12 000 m² occupé par le spécialiste de la climatisation Atlantic. MR

 
   
 

La déconstruction d’un site Intermarché a été lancée en mai par Virtuo à Miribel, avant d’entamer la construction d’un entrepôt de 36 000 m² développé en blanc.

Crédit photo Virtuo
 
 
Auto ID
Datalogic lance un capteur de vision avec IA

Smart-VS. C’est le nom du capteur de vision proposé par le spécialiste de l’acquisition automatique de données Datalogic. Exploitable sur des lignes de production, de tri, de convoyage, de manutention et d’assemblage dans les industries agroalimentaires, pharmaceutiques, d’emballage ou encore l’intralogistique, il est utilisé pour les opérations de contrôles d’objets quel que soit les matériaux, couleurs, dimensions ou formats. Reposant sur un boîtier compact certifié IP67, cet appareil s’appuie sur des algorithmes d’apprentissage automatique personnalisables. Son temps de détection se situe autour des 50 millisecondes. Le Smart-VS est par ailleurs configurable et contrôlable à distance via un serveur web avec une interface graphique utilisateur et une simple connexion Ethernet. L’interface fournit des statistiques en temps réel sur les lectures de la ligne de production et des fonctions intelligentes comme le stockage des données métiers et la détection de multiples images. AD

 
   
 

Smart-VS exploite des algorithmes d’apprentissage et son temps de détection est de 50 millisecondes.

Crédit photo Datalogic
 
 
INFOS INTERNATIONALES  

Espagne
Triplement d’activité pour le service ‘last mile’ de XPO Logistics

Pendant la période de confinement en Espagne, le service de livraison à domicile de produits lourds/volumineux de XPO Logistics a procédé à environ 4 500 livraisons quotidiennes. Celles-ci ont été effectuées à partir de 60 sites de distribution interconnectés et les demandes les plus fortes ont été enregistrées dans la capitale ainsi qu’à Barcelone et dans les régions d’Andalousie et du Levant (façade méditerranéenne du pays entre la Catalogne et l’Andalousie). A l’instar de ce qui s’est produit dans d’autres pays, la crise du coronavirus a accéléré l’essor du e-commerce. Selon l’organisation professionnelle locale Uno Logistica, les livraisons e-commerce ont augmenté jusqu’à 50 % pendant le confinement. XPO Logistics a en outre profité de cette période pour innover en matière de digitalisation du service client. Pour planifier la livraison, il a proposé des options comme l’envoi automatisé de messages WhatsApp et de SMS ainsi que la possibilité de recourir à un serveur vocal interactif ou encore à une ligne téléphonique. « Les consommateurs peuvent vérifier l’état d’un envoi, modifier la date, l’heure et le lieu de livraison, ou demander à être livrés chez un voisin », note XPO Logistics. AD

 
   
  Le service de livraison à domicile ‘last mile’ de XPO Logistics a assuré environ 4 500 livraisons quotidiennes pendant la période de confinement en Espagne.

Crédit photo : XPO Logistics
 
 

ABONNEMENT GRATUIT : CLIQUEZ ICI
Le lien quotidien qui vous relie à la communauté Supply Chain
Si l'on vous a transféré cette lettre, n'hésitez pas à vous abonner.
Si vous êtes déjà abonné, n'hésitez pas à abonner (ou à faire abonner)
vos collaborateurs et amis.

 
Faites profiter la communauté logistique de vos « scoops »
écrivez à la rédaction

Cette Newsletter touche quotidiennement 50.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble de la communauté logistique.

Jean-Luc Rognon
Rédacteur en Chef
Tél : 01 43 68 43 11
jean-luc.rognon@scmag.fr

Maxime Rabiller
Rédacteur spécialisé
Tel. : 01 48 93 18 65
maxime.rabiller@scmag.fr

Armindo Dias

Chef de rubrique
Tel. : 01 43 76 27 74 armindo.dias@scmag.fr
Pour faire paraître de la publicité dans la NL, Supply Chain Magazine
ou sur le web, contactez-nous

Sandrine Papin

Directrice commerciale
tel : 06 11 72 34 33
s.papin@info6tm.com

Philippe Tesson

Directeur de Publicité
tel : 06 81 35 79 03
philippe.tesson@scmag.fr
Pour modifier vos coordonnées, merci de mettre à jour le formulaire en cliquant ici
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
9 juin 2020


juin 2020

Dassault SystèmesDELMIA
WEBINAIRE : Comment adapter sa planification industrielle pendant et après une crise ?
connectez-vous !

SIMCO
Participez à nos webinaires dédiés aux thèmes de la Supply Chain

Mardi 23
Webinaire
Réussir la transformation S&OP vers la planification intégrée d’entreprise ( IBP )
11h-12h
Organisé par BOARD & SUPPLAÏ


septembre 2020

Mardi 15
au jeudi 17
Paris Retail Week 2020
9h-20h
Paris Expo Porte de Versailles
Pavillon 7.2


novembre 2020

Mardi 17
et mercredi 18 Supply Chain Event
Save the date !
9h-20h
Paris Porte de Versaille
Pavillon 5.1

Découvrez le dernier numéro et abonnez-vous !


Feuilletez la version 2020 de l’Annuaire de la Supply Chain


 


Pour ne plus recevoir la newsletter, suivez ce lien