Si le message s'affiche mal, visualisez la page en ligne
N°3153
Nomination
France Logistique se dote d’une directrice générale

Au début de ce mois, l’association France Logistique a nommé Constance Maréchal-Dereu au poste de directrice générale à plein temps, pour travailler aux côtés de la présidente Anne-Marie Idrac et des membres fondateurs à renforcer l’attractivité et la compétitivité de la filière au service des entreprises, des consommateurs et du développement durable. Depuis la création de l’association, en janvier dernier, c’est Jean-Philippe Labaronne (président de la commission sociale de l’Union TLF) qui faisait fonction de DG, en attendant le recrutement d’un candidat à ce poste. Agée de 35 ans, polytechnicienne et ingénieure d’État du corps des IPEF (Ponts, Eaux et Forêts), Constance Maréchal-Dereu connaît déjà très bien la problématique puisqu’elle a été co-rapporteure du rapport de Patrick Daher et d’Eric Hémar « Pour une chaîne logistique plus compétitive au service des entreprises et du développement durable », remis au Premier ministre en septembre dernier, et qui a été l’élément déclencheur pour la création de France Logistique. Elle a commencé sa carrière en 2008 en tant que chargée de mission à la direction “Qualité” du groupe Danone, puis a rejoint ensuite la DGCCRF comme adjointe au chef du bureau des marchés des produits d’origine végétale et des boissons, sur les questions de relations commerciales. En 2012, elle est devenue cheffe de bureau de la réglementation des produits à la direction générale des entreprises (DGE), puis a été nommée adjointe au sous-directeur de l’aquaculture et de l’économie des pêches, en 2016. Depuis septembre 2018, elle était inspectrice des finances. Son agenda est déjà bien rempli : peaufiner la feuille de route de France Logistique pour l’accompagnement de la reprise, préparer le fameux comité interministériel de la logistique (Cilog) qui doit être présidé par le Premier ministre (et dont on ne sait pas s’il aura lieu avant ou après les municipales et un éventuel remaniement), et veiller à la mise en oeuvre des décisions gouvernementales à venir, notamment dans la perspective de la loi de finances pour 2021. Sans oublier la mise en place à la rentrée du collège entreprises (chargeurs et logisticiens) et l’animation du conseil scientifique. « Je tiens à remercier Jean-Philippe Labaronne d’avoir retardé de quelques mois son départ en retraite, et qui a accepté de continuer à nous aider sur les sujets sociaux, très importants dans le contexte actuel de crise économique » nous a confié ce matin Anne-Marie Idrac. Dans une interview qui paraît dans Supply Chain Magazine de juin, la présidente de France Logistique nous a par ailleurs appris que l’Aslog avait décidé début mai de ne plus faire partie des associations fondatrices de France Logistique (au nombre de six, Union TLF/TLF Overseas, OTRE, FNTR, Afilog, AUTF, CGI). « L’Aslog se positionne plutôt comme un lieu de réflexion et d’échanges de bonnes pratiques entre praticiens, tandis que notre mission est davantage de contribuer à l’évolution des politiques publiques » a précisé Anne-Marie Idrac. JLR

 
   
 

Constance Maréchal-Dereu, co-rapporteure du rapport de Patrick Daher et d’Eric Hémar sur la compétitivité logistique de la France, devient directrice générale de la plate-forme France Logistique.

Crédit photo DR
 
 
 
Cabinet de conseil
JLL repense avec ses clients la notion de résilience opérationnelle

« Les nouveaux projets ne sont non plus tirés par la croissance mais par la résilience » constate Patrick Remords, manager de l’équipe Supply Chain & Logistics Solutions de JLL France. Plusieurs clients du cabinet de conseil sont entrés dans une démarche de réflexion pour adapter leur supply chain, la rendre plus flexible, plus ouverte à l’omnicanalité et à la logistique urbaine, tout en cherchant à varier les sources d’approvisionnement et à variabiliser les coûts. « Ce qui a changé dans leur vision, c’est cette notion de résilience qui a été mise à rude épreuve dès le début de la crise sanitaire, quand la plupart des plan de continuité d’activité ont volé en éclat » ajoute Patrick Remords. JLL France fait le constat avec ses clients que le PCA nécessite un traitement moins théorique et beaucoup plus opérationnel pour faire face à d’éventuelles nouvelles crises. « C’est un sujet qu’il va falloir repenser et réaménager. Jusqu’à présent, les entreprises avaient tendance à répliquer leurs solutions et leurs méthodes sur tous leurs sites logistiques, mais une certaine diversité, avec plus ou moins d’automatisation par exemple, apparaît aujourd’hui plus robuste en termes de PCA opérationnel » illustre Patrick Remords. JLR

 
   
 

Patrick Remords, manager de l’équipe Supply Chain & Logistics Solutions de JLL France

Crédit photo JLL
 
 
 
Prestataire logistique
Gamba & Rota mise sur l’automatisation avec Boa Concept

Le logisticien spécialisé vins & spiritueux Gamba & Rota a récemment mis en route une installation automatisée signée Boa Concept sur son site de Vendeuvre-sur-Barse, dans l’Aube, afin d’y fluidifier ses opérations e-commerce. Il aura fallu seulement deux semaines au fournisseur de solutions intralogistiques stéphanois pour installer et démarrer, en sortie de confinement, cette nouvelle ligne de packing et de tri transporteurs. En pratique, celle-ci comporte 8 postes de packing où les opérateurs s’assurent du bon conditionnement des articles (essentiellement des bouteilles, on l’imagine), sachant qu’un des enjeux était de pouvoir prendre en charge des colis plus hétérogènes qu’initialement prévu (du 650x400 au 210x115 mm). Des convoyeurs Plug-and-Carry assurent ensuite l’acheminement des commandes vers la zone de tri, en passant par une étape de pesée puis d’étiquetage, avec un dispatch par transporteur vers 6 directions. Pour Gamba & Rota, cette installation permet de réduire drastiquement les ports de charges par les opérateurs, et de fiabiliser et fluidifier le traitement des expéditions, avec de sensibles gains de productivité à la clé. « Cette ligne automatisée nous permet d’augmenter fortement nos capacités de traitement de commandes e-commerce, d’optimiser la gestion des pics d’activité et de réduire les délais d’expédition », ajoute Lucien Pitiot, chef de projets chez Gamba & Rota. Un second projet dans le même esprit est d’ailleurs prévu sur un autre site de ce logisticien familial, où un système dit de pick-to-belt permettra d’assurer des préparations en colis complets, avec une ligne de convoyeurs à palettes de la gamme charges lourdes de Boa, et le passage par une banderoleuse. MR

 
   
 

L’installation Boa Concept réalisée sur le site de Gamba & Rota de Vendeuvre-sur-Barse a été finalisée en deux semaines.

Crédit photo Boa Concept
 
 
 
Robotisation
Atlanta Drive France s’attaque à la logistique avec Techman Robot

La logistique représente depuis peu un nouveau marché pour Atlanta Drive France. Depuis le début de l’année, cette filiale d’ Atlanta , un fabricant allemand de crémaillères et pignons pour l’industrie , est habilitée à commercialiser la gamme de robots collaboratifs TM du groupe taiwanais Techman Robot. Celle-ci est également distribuée en France par le spécialiste japonais de l’automatisation industrielle Omron. « Nous commercialisons la gamme TM depuis déjà deux ans par notre maison-mère en Allemagne, cela peut intéresser aussi bien des grands comptes que des PME/TPE », souligne Didier Ribault, responsable produit robots chez Atlanta Drive France. Les 4 cobots qui composent la gamme sont dotés d’une caméra susceptible de reconnaître formes, couleurs, positionnements d’objets et codes-barres. Leurs bras robotisés sont adaptés à la manipulation de charges allant de 4 à 14 kg et sont exploitables dans le cadre de nombreuses applications (soudure, collage, tracking sur convoyeur, palettisation/dépalettisation…). Aisément programmables, ils peuvent être alimentés par une batterie pour une utilisation sur un poste mobile. Atlanta Drive France commercialise les robots en direct auprès des entreprises pouvant les installer elles-mêmes. Pour les autres, elle cherche actuellement à sceller des partenariats avec des intégrateurs. « Nous aimerions disposer d’un intégrateur par région ou bien de plusieurs qui soient spécialisés chacun dans un secteur d’activité », précise Didier Ribault. AD

 
   
 

Didier Ribault, responsable produit robots chez Atlanta Drive France.

Crédit photo DR
 
 
Nomination
Strada recrute un vice-président

Le spécialiste de l’informatique embarquée et des solutions de gestion d’exploitation transport Strada a annoncé la nomination de Ludovic Simonnot au poste de vice-président. Titulaire d’un DUT en gestion transport & logistique ainsi que d’un MBA en stratégie/finance de l’EM Lyon Business School, celui-ci a plus de 25 ans d’expérience dans les secteurs du transport et de la logistique. Il a débuté sa carrière en 1993 comme directeur des opérations chez Extand (devenu depuis GLS) puis l’a poursuivie en tant que responsable logistique chez Coca-Cola Enterprises. Par la suite, il a été directeur général adjoint du réseau de franchise Groupe Chevallier, directeur des opérations chez Geodis Beverage et directeur des opérations ainsi que directeur de production chez Orangina Suntory. Début 2018, il avait été nommé directeur transport chez DHL Supply Chain France (voir NL 2639). Dans le cadre de ses nouvelles fonctions chez Strada, Ludovic Simonnot aura notamment pour missions de favoriser la mise en place de partenariats stratégiques en vue d’atteindre les objectifs fixés par le groupe. Il exercera ses fonctions en binôme avec Xavier Lebeault, CEO de Strada. AD

 
   
 

Ludovic Simonnot, vice-président de Strada.

Crédit photo Strada
 
 
INFOS INTERNATIONALES  

Emirats Arabes Unis
Distichain intégre ShipChain à ses solutions

Le spécialiste américain de blockchain pour le transport et la logistique ShipChain a signé un partenariat avec Distichain, un fournisseur dubaïote de solutions en mode Saas pour l’e-commerce et les places de marché B2B. ShipChain utilisera sa plateforme de chaîne de blocs, accessible en open source, pour identifier et suivre les expéditions des clients de Distichain dans la région du Moyen-Orient. Cela se fera via une plateforme commune plus étendue, mais les paiements seront traités via Distichain. « Ce nouvel accord part de la vision d'apporter une plate-forme technologique pour simplifier la complexité des chaînes d'approvisionnement mondiales et aider les petites et moyennes entreprises à surveiller et suivre leurs expéditions dans le monde entier », déclare John Monarch, le Pdg de ShipChain Inc. Depuis son pilote avec Perdue Farms, fin 2017, ce spécialiste de la blockchain propose de se greffer à n'importe quelle méthode d'expédition et à la plupart des logiciels de gestion des transports (TMS). En février 2019, la start-up a commencé à travailler avec la société de logistique scandinave Scanlog, pour faciliter le suivi et la traçabilité du fret de Scanlog sur plusieurs continents. Les capteurs de localisation de ShipChain sont collés dans la cabine des camions de Scanlog, envoyant des données GPS chiffrées en temps réel au bureau sur place de Scanlog, générant des signatures de données uniques qui sont stockées sur la blockchain Ethereum. Face à des concurrents comme TradeLens, issu d’une coopération entre Maersk et IBM, ou GrainChain, ShipChain juge que les chaînes de blocs privées privilégient les grands groupes, sont plus inclusives et sont chères. VL

 
 

ABONNEMENT GRATUIT : CLIQUEZ ICI
Le lien quotidien qui vous relie à la communauté Supply Chain
Si l'on vous a transféré cette lettre, n'hésitez pas à vous abonner.
Si vous êtes déjà abonné, n'hésitez pas à abonner (ou à faire abonner)
vos collaborateurs et amis.

 
Faites profiter la communauté logistique de vos « scoops »
écrivez à la rédaction

Cette Newsletter touche quotidiennement 50.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble de la communauté logistique.

Jean-Luc Rognon
Rédacteur en Chef
Tél : 01 43 68 43 11
jean-luc.rognon@scmag.fr

Maxime Rabiller
Rédacteur spécialisé
Tel. : 01 48 93 18 65
maxime.rabiller@scmag.fr

Armindo Dias

Chef de rubrique
Tel. : 01 43 76 27 74 armindo.dias@scmag.fr
Pour faire paraître de la publicité dans la NL, Supply Chain Magazine
ou sur le web, contactez-nous

Sandrine Papin

Directrice commerciale
tel : 06 11 72 34 33
s.papin@info6tm.com

Philippe Tesson

Directeur de Publicité
tel : 06 81 35 79 03
philippe.tesson@scmag.fr
Pour modifier vos coordonnées, merci de mettre à jour le formulaire en cliquant ici
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
12 juin 2020


juin 2020

Lundi 01
Dassault SystèmesDELMIA
WEBINAIRE : Comment adapter sa planification industrielle pendant et après une crise ?
connectez-vous !

SIMCO
Participez à nos webinaires dédiés aux thèmes de la Supply Chain

Mardi 23
Webinaire
Réussir la transformation S&OP vers la planification intégrée d’entreprise ( IBP )
11h-12h
Organisé par BOARD & SUPPLAÏ

Mardi 23
au vendredi 26

Digital SITL
4 journées de webconférences

Mardi 30
Webinaire Blue Yonder
Prévoir et anticiper les variations de la demande avec l’IA
11h-12h


septembre 2020

Mardi 15
au jeudi 17
Paris Retail Week 2020
9h-20h
Paris Expo Porte de Versailles
Pavillon 7.2


novembre 2020

Mardi 17
et mercredi 18 Supply Chain Event
Save the date !
9h-20h
Paris Porte de Versaille
Pavillon 5.1

Découvrez le dernier numéro et abonnez-vous !


Feuilletez la version 2020 de l’Annuaire de la Supply Chain


 


Pour ne plus recevoir la newsletter, suivez ce lien