Si le message s'affiche mal, visualisez la page en ligne
N°3163
Fret ferroviaire
L’alliance 4F présente "son" plan de relance

« Le fret ferroviaire a atteint son point de non-retour : c’est aujourd’hui qu’il faut agir ». Face au développement du transport routier et aux nouveaux enjeux climatiques, c’est en ces termes qu’a été lancée hier la présentation du plan de relance de la filière effectuée par la toute jeune alliance 4F (Fret Ferroviaire Français du Futur). Créée fin 2019, celle-ci réunit associations, opérateurs de fret, commissionnaires transport et opérateurs de transport combiné (voir NL 3150). Remis au secrétaire d’Etat chargé des transports et articulé autour de 10 thèmes (attractivité, offre, investissements, coûts…), son plan suggère de mettre en œuvre une trentaine d’actions devant permettre de doubler la part du fret ferroviaire dans les transports de marchandises en France d’ici 2030 (de 9 % à 18 %), avec un triplement des volumes de marchandises pris en charge par les opérateurs de combiné rail-route et une augmentation du trafic conventionnel de 50 %. Les actions suggérées impliquent les opérateurs eux-mêmes, le gestionnaire d’infrastructures SNCF Réseau et l’Etat. Pour améliorer l’attractivité des solutions ferroviaires, les opérateurs préconisent ainsi de créer une plateforme de gestion de la capacité résiduelle pour les clients indiquant en temps réel les capacités de transports disponibles sur chaque train, ainsi que de développer un outil d’information et de suivi des chargements de bout en bout. Celui-ci, partagé entre opérateurs, chargeurs et commissionnaires de transport, géolocaliserait les trains et fournirait des ETA. Pour adapter l’offre aux besoins des chargeurs, il est aussi envisagé la possibilité pour ces derniers de contractualiser et réserver directement. Côté soutiens financiers, la filière souhaiterait que soit créé une aide au wagon isolé de 75 M€/an, que le montant de l’aide à la pince pour les opérateurs de transport combiné rail-route passe de 27 M€/an à 75 M€/an et que l’Etat prenne à sa charge les péages ferroviaires à hauteur de 50 %. L’alliance demande aussi à ce que le recours au transport combiné rail-route soit encouragé via une dérogation de circulation pour les poids lourds de 46 tonnes pour les opérations de pré et post acheminement réalisées dans le cadre d’un parcours combiné. Outre le développement des trains longs et du gabarit ferroviaire dit P400, des investissements sont par ailleurs demandés en matière de rénovation / sauvegarde des lignes capillaires et infrastructures terminales embranchées. Un montant estimé à 1 Md€ d’ici 2024 puis à 12 Md€ entre 2025 et 2030. Dernière mesure phare préconisée en matière d’infrastructures, la création de nouvelles plateformes de transport combiné. Une quinzaine supplémentaires seraint nécessaires dans les dix prochaines années, nous a fait savoir le GNTC (Groupement national des transports combinés). AD

 
   
 

De gauche à droite : Frédéric Delorme, président de Fret SNCF ; Gottfried Eymer, président d’Euro Cargo Rail (groupe DB Cargo) ; Franck Tuffereau, coordinateur de 4F et délégué général de l’AFRA (Association française du rail) ; Delphine André, présidente du Groupe Charles André, société mère des opérateurs de combiné Novatrans et Greenmodal ; Eric Tassilly, vice-président de la Fédération des Industries Ferroviaires et président de Knorr-Bremse ; Pascal Sainson, président d’Europorte France (groupe Getlink).

Crédit photo 4F
 
 
 
Evènement
Du 6 au 8 juillet, mesurez la mise à l’épreuve des SC internationales face à la crise

Le Gala annuel de l’Agora du Supply Chain Management, dont la date avait été reportée à début juillet, n’aura pas lieu. Mais le club de directeur Supply Chain ou Logistique d’entreprises de plus de 500 salariés lance à cette période un évènement digital sur trois jours, avec une vingtaine de webinars sous forme de cas pratiques, tables rondes et de conférences plénières sur la manière dont les supply chains internationales réagissent face à la crise. Il s’agit des premières « journées digitales et internationales de la Supply Chain » qui se dérouleront les lundi 6, mardi 7 et mercredi 8 juillet 2020. Au programme sont annoncés des invités d’honneur tels qu’Anne-Marie Idrac, la présidente de France Logistique, le bilogiste, prospectiviste et écrivain Joël de Rosnay, ou encore Olivier Carnet, le patron Supply Chain et Manufacturing pour la région Asie du Sud-Est chez Unilever. Ces journées internationales donneront également l'occasion à 15 pays de témoigner : France, Etats-Unis, Brésil, Colombie, Sénégal, Dubaï, Singapour, Inde, Vietnam, Russie, Chine, Allemagne, Angleterre, Japon, Maroc.

Pour consulter le programme complet et s’inscrire à cet évènement, cliquez ici


 
 
 
Prévisions / planification
La vision de planification unifiée de Relex confortée par le contexte actuel

Relex, l’éditeur finlandais de solutions en mode Saas qui défend une vision de la planification «unifiée » de la supply chain dans le retail (prévision, réapprovisionnement automatisé, optimisation de l’assortiment et de l’espace en magasin), vient de boucler un premier semestre 2020 plutôt impressionnant, avec plusieurs contrats annoncés en Europe, aux Etats-Unis et au Moyen-Orient. Certains d’entre eux ont été signés en pleine période de confinement. Plutôt que de clients, Relex préfère employer le mot « partenaires », sans doute pour insister sur le fait que toute son organisation est tournée vers la réussite de ses clients, dans la durée. Parmi les nouveaux partenaires de Relex sur ce premier semestre figurent notamment Lagardère Travel Retail en France, les sociétés Eurospin, Ecornaturasi, et Ali en Italie, l’enseigne Dia en Espagne, Nomeco et Nemlig au Danemark, Plus Retail aux Pays-Bas, Henderson-Spar en Irlande du Nord, Gourmet et Panda au Moyen-Orient, et enfin Payless et Sprouts aux Etats-Unis. « Que ce soit au travers d’accélérations imprévisibles des ventes, ou d’arrêt net en pleine préparation de saison estivale, rien ou peu n’était anticipable. Le principal enjeu était alors de rapidement détecter les signaux permettant d’être le plus réactif possible pour positionner des commandes complémentaires auprès de ses fournisseurs capables de délivrer, ou de stopper des commandes en cours pour certains produits saisonniers, ou encore de trouver des sources d’approvisionnement alternatives avec la plus grande réactivité, voire de procéder à des arbitrages intelligents (écrêtages) pour concilier la capacité de traitement des entrepôts/ fournisseurs avec les demandes de produits les plus prioritaires » a déclaré David Ritel, le responsable de Relex pour la France. « Si la prévision reste un sujet majeur de préoccupation des retailers dans un monde de retour à plus de normalité, ils ont également pris encore plus conscience de la nécessité de piloter leur chaine d’approvisionnement de manière intégrée, partageant le même socle de données depuis le niveau le plus fin jusqu’au fournisseur » a-t-il souligné. JLR

 
 
 
Pilotage transport
Sightness s’attaque au « tracing prédictif » avec TrackLive

Solution Saas de détection et d’analyse des anomalies de transport par l’IA du groupe Bp2r, Sightness propose désormais une nouvelle fonctionnalité de « tracing » enrichie de machine learning sous l’appellation de TrackLive. S’adressant aux chargeurs utilisateurs de transport en réseau (messagerie, colis, express et groupage), elle permet de prédire en temps réel le risque de retard d’une expédition à partir des statuts d’expédition bruts remontés par les transporteurs ainsi que la prise en compte, avec traitement par des algorithmes apprenants, de facteurs externes susceptibles d’influer sur son bon déroulement (météo, trafic…). Ses utilisateurs ont ainsi la capacité d’adopter une approche proactive dans la détection et la gestion des retards de livraison. « Cette fonctionnalité a été développée pour répondre à plusieurs problématiques, souligne Arthur Auclair vice-président chargé des ventes chez Sightness. L’administration des ventes disposera d’une plateforme centralisée pour suivre toutes les expéditions et l’utilisera pour prendre les devants auprès des destinataires en cas de risques avérés. Moins de réclamations, moins de temps perdu et de ressources gaspillées. Le service transport pourra intervenir lui en direct avec le transporteur pour gérer les problèmes plus efficacement. » AD

 
   
 

Arthur Auclair vice-président chargé des ventes chez Sightness.

Crédit photo Sightness / Bp2r
 
 
 
Immobilier logistique
200 000 m² à livrer en 2021 pour Arefim GE

Foncière spécialisée dans le développement de plateformes logistiques, Arefim GE a engrangé les signatures d’investisseurs et d’utilisateurs ces derniers mois. Et ce sont au total plus de 200 000 m² qui sont mis en construction, ou en passe de l’être, pour des livraisons échelonnées sur 2021. En communiquant sur son « pipeline » de réalisation, cette filiale du constructeur KS Group (née d’un rapprochement avec le promoteur Arefim en 2018) met au clair sa stratégie en faisant le distinguo entre deux types de parcs, entre lesquels ses projets se répartissent. Baptisés Zebra Parks, les premiers visent l’implantation d’entrepôts plutôt XXL, proche des autoroutes, et ciblent les logisticiens en tant que tels. Trois sont en cours de développement, à Artenay au nord d’Orléans, Reims et Château-Thierry. Et sur chacun des deux premiers, la réalisation d’une plateforme de l’ordre de 45 000 m² pour Invesco Real Estate a été signée. L’autre catégorie de parcs se veut thématique, avec des bâtiments de plus petite taille et un accent davantage premium sur le développement de services associés (restauration inter-entreprises, crèche, hôtel, équipements sportifs). Ils se destinent a priori plutôt à héberger les opérations d’acteurs d’un même secteur, d’où les noms de Cosmetic Park pour celui d’Orléans, de Metal Park à Metz, ou Airport Park à Beauvais. Sur le premier, un premier bâtiment de 20 000 m² a d’ailleurs été réalisé et inauguré le mois dernier par son occupant, les Parfums Christian Dior, et d’autres annonces sont imminentes pour l’occupation de 60 000 m² de bâtiments supplémentaires. La filiale de KS Groupe fait valoir la dimension RSE de l’ensemble de ses projets, mais aussi leur signature visuelle originale à base de zébrures, développée avec le cabinet A26. MR

 
   
 

L’entrepôt réalisé pour Invesco à Reims entre dans la catégorie des Zebra Parks, et cible donc plutôt les logisticiens.

Crédit photo A26
 
 
Nomination
AR Racking France se dote d’un responsable grands comptes région Ouest

Fort de son développement sur le territoire (voir NL 3076), AR Racking France annonce le recrutement d’Éric Bazeck en tant que responsable grands comptes région Ouest. Avec cette création de poste, la filiale française du spécialiste espagnol des systèmes de stockage entend stimuler son expansion et sa croissance sur le marché national, où elle dispose d’un bureau depuis 2016 (voir NL 2216). Éric Bazeck a fait une grande partie de sa carrière au sein de spécialistes du stockage / rayonnage, ou des structures métalliques. Avant de rejoindre AR Racking France, il officiait depuis fin 2015 comme technico-commercial chez Stow, après avoir occupé le même type de fonction chez le fabricant d’aménagements d’espaces de loisirs Kompan, ou chez le spécialiste des charpentes métalliques Chevalier. Son activité professionnelle s’est de fait concentrée sur l’orientation et le conseil aux entreprises en biens d’équipements industriels, et plus spécifiquement pour leurs besoins de stockage. « Éric nous apporte une valeur ajoutée pour continuer à positionner AR Racking comme une entreprise de référence dans la conception et la réalisation de projets de stockage industriel de grande envergure avec les plus hauts standards de qualité, de fiabilité et d’innovation », souligne François Farnier, directeur du marché francophone chez AR Racking. AD

 
   
 

Eric Bazeck, responsable grands comptes région Ouest chez AR Racking France.

Crédit photo AR Racking France
 
 
INFOS INTERNATIONALES  

Espagne
DHL Supply Chain teste l’intégration rapide de solutions robotiques

Dans l’un de ses entrepôts de Madrid, le 3PL DHL Supply Chain a effectué un premier test d’une plate-forme logicielle basée sur la solution Luminate de Blue Yonder (ex-JDA Software) et hébergée par Microsoft Azure dont l’objectif est d’accélérer l’intégration de systèmes robotiques avec un WMS existant. Grâce à ce nouvel outil, le temps d’intégration dans l’entrepôt d’une solution robotique de la startup américaine 6 River Systems aurait été réduit de 60%. Le 3PL compte bien étendre cette solution à de nombreux autres entrep^àots dans le monde pour proposer à ses clients une plus grande flexibilité dans la sélection et l'intégration presque « plug & play » de différents fournisseurs de robotique dans un seul système. JLR

 
 

Etats-Unis
La demande en immobilier logistique rebondit

La demande américaine en entrepôts reprend plus vite que les professionnels ne l'escomptaient. Une étude du groupe CBRE, conseil en immobilier d'entreprise, montre ainsi que le renouvellement de contrats et les nouveaux leasings d'entrepôts ont cru de 43% de la mi-avril à la mi-mai. Un chiffre à comparer à la chute de 29% enregistrée durant la période précédente, de la mi-mars à la mi-avril. Ce rebond est dû à la montée en puissance du e-commerce et à la modernisation des supply chain des magasins et fabricants. Les professionnels réclament des entrepôts plus près des centres urbains pour pouvoir livrer plus vite les supermarchés. Une autre étude du groupe Prologis souligne d’ailleurs les leçons apprises pendant la pandémie. Les allées vides des épiceries les premières semaines de quarantaine ont montré qu'il n'y avait pas assez de produits en stock, et les distributeurs chercheraient à l’avenir à se protéger contre d’éventuelles ruptures. Prologis estime ainsi que la demande en entrepôts pourrait croitre de 36 millions de m² dans les 2 à 3 ans. CCT

 
 

ABONNEMENT GRATUIT : CLIQUEZ ICI
Le lien quotidien qui vous relie à la communauté Supply Chain
Si l'on vous a transféré cette lettre, n'hésitez pas à vous abonner.
Si vous êtes déjà abonné, n'hésitez pas à abonner (ou à faire abonner)
vos collaborateurs et amis.

 
Faites profiter la communauté logistique de vos « scoops »
écrivez à la rédaction

Cette Newsletter touche quotidiennement 50.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble de la communauté logistique.

Jean-Luc Rognon
Rédacteur en Chef
Tél : 01 43 68 43 11
jean-luc.rognon@scmag.fr

Maxime Rabiller
Rédacteur spécialisé
Tel. : 01 48 93 18 65
maxime.rabiller@scmag.fr

Armindo Dias

Chef de rubrique
Tel. : 01 43 76 27 74 armindo.dias@scmag.fr
Pour faire paraître de la publicité dans la NL, Supply Chain Magazine
ou sur le web, contactez-nous

Sandrine Papin

Directrice commerciale
tel : 06 11 72 34 33
s.papin@info6tm.com

Philippe Tesson

Directeur de Publicité
tel : 06 81 35 79 03
philippe.tesson@scmag.fr
Pour modifier vos coordonnées, merci de mettre à jour le formulaire en cliquant ici
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
26 juin 2020


juin 2020

Dassault SystèmesDELMIA
WEBINAIRE : Comment adapter sa planification industrielle pendant et après une crise ?
connectez-vous !

SIMCO
Participez à nos webinaires dédiés aux thèmes de la Supply Chain


juin 2020

Mardi 23
au vendredi 26
Digital SITL
4 journées de webconférences


juillet 2020

Lundi 06
au mercredi 8
Agora
Les premières journées digitales et internationales de la Supply Chain
Organisées par l’Agora du SCM


septembre 2020

Mardi 15
au jeudi 17
Paris Retail Week 2020
9h-20h
Paris Expo Porte de Versailles
Pavillon 7.2

Mardi 15
au jeudi 17
Paris Retail Week 2020
9h-20h
Paris Expo Porte de Versailles
Pavillon 7.2


novembre 2020

Mardi 17
et mercredi 18 Supply Chain Event
Save the date !
9h-20h
Paris Porte de Versaille
Pavillon 5.1

Découvrez le dernier numéro et abonnez-vous !


Feuilletez la version 2020 de l’Annuaire de la Supply Chain


 


Pour ne plus recevoir la newsletter, suivez ce lien