Si le message s'affiche mal, visualisez la page en ligne
N°3182
Conseil immobilier
& SC
CBRE dévoile
D-side, son sélectionneur intelligent de site logistique

Afin d’être toujours plus pertinent dans ses activités de conseil immobilier et supply chain, CBRE va désormais s’appuyer sur une solution maison baptisée D-side, associant big data, business intelligence et géo-mapping. L’enjeu est d’approfondir l’information prise en compte dans l’accompagnement des clients pour leur choix en matière d’immobilier logistique. Ce « sélectionneur de site intelligent » permet d’agréger plus de 20 sources de données, qu’il s’agisse par exemple de mieux appréhender la dynamique d’un bassin d’emploi, y compris sur le volet salarial dans les métiers en entrepôt, de prendre en compte la proximité de sites de messagerie pour injecter ses flux, ou de celle d’une station de GNL pour étayer le verdissement de ses opérations transport. « Il s’agit pour les équipes de CBRE de pouvoir conseiller nos clients de façon plus fine, et de leur donner les moyens d’arbitrer entre plusieurs choix d’implantation à la lumière d’une réalité plus orientée terrain », nous indique Vincent Poisson, le directeur du conseil en supply chain au sein de CBRE France (une activité structurée mi-2018, voir NL 2728). Ces éclairages se veulent complémentaires de l’approche barycentrique et des outils de network design qui se basent sur les flux du client. « Avec D-side, nous pouvons aller soulever les problématiques de disponibilité de main d’œuvre, en tenant compte de la réalité du marché comme nous le faisons déjà en lien avec Pôle Emploi, mais aussi de la présence d’autres acteurs logistiques à proximité et même des projets d’implantation annoncés, sachant que l’arrivée d’un grand acteur du e-commerce peut facilement absorber des centaines de collaborateurs potentiels, poursuit Vincent Poisson. Mais il s’agit aussi de s’intéresser au bassin de consommation, aux moyens disponibles pour atteindre très rapidement les clients, ou aux infrastructures multimodales existantes ou à venir ». La solution D-side assure l’agrégation des données, un volet d’analyse et un rendu plus visuel des informations, sachant que son développement a été mené dans le cadre d’une relation tissée outre-Atlantique par CBRE avec le californien ESRI, spécialiste des Systèmes d'Information Géographique (SIG). L’outil a déjà été testé avec succès avec de grands clients du Cac 40 pour des choix de sites logistiques susceptibles d’employer de 100 à 300 personnes, et le spectre des informations prises en compte pourra encore être étendu en fonction de leur feedback, assure Vincent Poisson. MR

 
   
 

Vincent Poisson, directeur conseil en Supply Chain chez CBRE

Crédit photo DR
 
 
 
Industrie pharmaceutique
L’APS Azap
en cours d’installation chez Arrow

Le laboratoire lyonnais Arrow, racheté en 2014 par le groupe indien Aurobindo Pharma, s’est lancé au début du confinement dans un projet de mise en place des solutions Prévision et Optimisation des Approvisionnements & des Stocks de l’éditeur Azap, spin-off du cabinet de conseil Diagma. « Nous avions besoin d’un outil qui améliore la collaboration entre les services prévision et approvisionnement, et qui nous permette de travailler de manière plus efficiente sur les produits nécessitant une intervention à valeur ajoutée. L’atout sera de pouvoir travailler par exception, focaliser l’équipe sur les produits qui le nécessitent, tandis qu’Azap gère le reste en automatique», explique David Aranda, Chef de projets Supply Chain dans l’entreprise. Avec un effectif de près de 200 collaborateurs, le laboratoire Arrow conçoit, fabrique et commercialise plus de 900 références de médicaments, notamment dans le domaine des génériques, sur lequel il est un acteur incontournable sur le marché français. Ses volumes distribués, en pharmacies ou dans les hôpitaux, ont augmenté de plus de 50% ces dernières années. Parmi les objectifs du projet figurent notamment l’optimisation des niveaux de stocks, la diminution des ruptures et la fiabilisation des prévisions. La mise en œuvre a démarré au début de la crise sanitaire, principalement via des réunions en distanciel entre l’éditeur et son client. « Nous sommes ravis de pouvoir mettre notre expertise reconnue des prévisions et des approvisionnements, acquise auprès de nombreuses sociétés pharmaceutiques, au service du Laboratoire Arrow » a déclaré Dominique Bourgoin, la DG d’Azap. JLR

 
   
 

Dominique Bourgoin, directrice générale d’Azap

Crédit photo Azap
 
 
 
Médicaments
Alloga France relance sa solution de décommission-nement pour l’hôpital

Suite à la crise sanitaire et économique, les plans de relance français et européens vont donner aux hôpitaux français de nouveaux moyens d’investir dans leur rénovation. C’est sans doute la raison pour laquelle Alloga France (groupe d’Alliance Healthcare) communique à nouveau sur une solution qui leur est destinée et qu’il a lancé commercialement depuis un an : la consolidation pour faciliter le décommissionnement des médicaments soumis à prescription. Depuis l’entrée en vigueur de la sérialisation, en raison de la directive européenne organisant la lutte contre les médicaments falsifiés (FMD) en février 2019, les hôpitaux ont en effet l’obligation de vérifier le numéro de série de chaque médicament reçu et de le désactiver sur le répertoire national (NMVS). Réalisée manuellement, boîte par boîte à l’aide de terminaux RF, cette opération, appelée décommissionnement, pose des gros problèmes d’organisation dans les pharmacies d’hôpitaux et augmente considérablement la charge de travail de leurs équipes. C’est pourquoi Alloga France se propose de scanner l’identifiant unique de chaque boîte de médicaments à livrer avant la fermeture des cartons, lors de la préparation de commandes dans ses entrepôts. Tous les identifiants uniques scannés sont ensuite consolidés dans le fichier d’expédition au format Desadv qui est transmis à l’hôpital en amont de la livraison. Dès que cette dernière est effectuée, ce fichier, intégré dans le SI de l’hôpital, permet une vérification et une désactivation en masse des identifiants dans le répertoire national, sans passer par l’opération de scan manuelle. Les Hospices Civils de Lyon (qui regroupent 17 établissements, avec 5 500 lits disponibles) ont adopté cette solution de consolidation depuis un an. La pharmacie centrale qui reçoit près de 6 M de boîtes par an, mobilisent 4 personnes à plein temps au lieu de 8 sur cette activité de réception. JLR

 
 
 
Economie circulaire
Eco-mobilier optimise son réseau logistique avec Eurodecision

Une réduction de 25 % des distances parcourues entre les points de collecte et les centres de tri et de recyclage. Voilà l’un des gains enregistré par l’éco-organisme Eco-mobilier à la suite d’une refonte de son réseau logistique réalisée avec l’aide du spécialiste des mathématiques décisionnelles Eurodecision. L’éco-organisme en charge de la collecte, du tri, du recyclage et de la valorisation de meubles usagés souhaitait faire développer un outil de modélisation mathématique de son réseau, avec algorithmes d’optimisation intégrés, afin de pouvoir analyser les réponses à un appel d’offres lancé fin 2018 et destiné à réattribuer ses différents marchés à compter du 1er janvier 2020. Eco-mobilier s’appuie sur un vaste réseau de partenaires spécialisés dans la collecte, le tri et la valorisation des déchets (déchetteries, plateformes de l’économie sociale et solidaire, distributeurs volontaires, centres de tri ainsi que de préparation pour recyclage ou valorisation). « Nous cherchions à développer une interface logicielle nous permettant de réaliser différents scénarios en fonction des réponses aux appels d’offres reçus, de nos propres contraintes et de modéliser un nouveau réseau pour choisir in fine les bons partenaires », explique Antoine Caillet, responsable ingénierie des données chez Eco-mobilier. En sollicitant Eurodecision, l’éco-organisme a pu cartographier son schéma logistique existant et y intégrer l’impact de l’ensemble des données issues des offres commerciales transmises par les prestataires (flux, volumes, modalités opérationnelles, coûts, performance...). Les utilisateurs de l’outil ont ainsi pu faire varier les contraintes du modèle en mettant en relation les offres les unes avec les autres, une centaine de scénarios ayant été étudiés. « La solution nous a permis de renouveler nos contrats et de les attribuer avec une logistique optimisée, le tout dans le respect de nos obligations réglementaires, conclut Antoine Caillet. Le schéma opérationnel se compose aujourd’hui de 170 centres de tri et 89 centres de préparation dont les contrats ont pu démarrer en temps et en heure, au 1er janvier 2020. Et en cas d’aléas, de nouveaux scénarios peuvent être réalisés en moins de 15 minutes. » AD

 
   
 

Avec son réseau de 5 000 points de collecte, Eco-mobilier a récupéré en 2018 près de 700 000 tonnes de meubles usagés qui ont été orientées vers 250 centres de tri avant d’être redirigés vers des centres de préparation pour recyclage ou valorisation.

Crédit photo DR
 
 
 
Grande distribution
La baisse du prix des masques est liée aussi au coût du transport

« Le prix des masques chirurgicaux va beaucoup baisser » a annoncé Michel Edouard Leclerc ce matin au micro d’Apolline de Malherbe sur BFM TV et RMC. « Pendant le confinement, ils étaient achetés en Chine entre 45 et 55 centimes d’Euros par les industriels et distributeurs et arrivaient par avion, car il fallait que ça vienne très vite pour nos salariés et nos consommateurs » a rappelé le président des hypermarchés Leclerc. « Un avion de 20 millions de masques s’affrétait à 300 000 €. A la fin du confinement c’était 1,2 M avec des sociétés comme Geodis et Bolloré Logistics qui les amenaient. Or maintenant le prix des masques descend, on les achète aux alentours de 14 centimes, peut-être cela va descendre jusqu’à 10 centimes, et ils sont acheminés par bateau, donc le coût de transport (unitaire, ndlr) est très faible » a-t-il précisé, en soulignant le fait que l’enseigne vend ces masques à prix coûtant. JLR

 
 
Engins de manutention
Jungheinrich présente la
série 2 de ses gerbeurs EJC et EJD

Dans sa gamme de gerbeurs électriques à timon, Jungheinrich propose désormais une série 2 sur ses modèles EJC et EJD. Les premiers sont particulièrement adaptés aux opérations de stockage en grande hauteur et les seconds au transport simultané de deux palettes, tous ces gerbeurs accompagnants pouvant être dotés de batteries lithium-ion avec un chargeur embarqué ou un chargeur externe. Les modèles EJC, qui affichent des capacités de charge maximale de 1,2 à 3 tonnes, autorisent des levées jusqu’à 6 mètres. Côté EJD, le modèle EJD 222 peut transporter jusqu’à 2,2 tonnes et être utilisé dans le cadre d’opérations de stockage / déstockage jusqu’à des hauteurs de 2,9 mètres. En matière de sécurité, ce modèle dispose de réflecteurs et possède un timon avec quatre angles d’inclinaison pour protéger les pieds des opérateurs. Ses fourches peuvent par ailleurs bénéficier en option d’un système intégré d’éclairage pour garantir une sécurité au travail maximale. De leur côté, les EJC série 2 proposent diverses options comme le système d’empreinte lumineuse au sol Floor-Spot ou la solution de contrôle permanent de la capacité de charge limite Operation Control. AD

 
   
 

Les gerbeurs EJC et EJD ont des hauteurs de levées respectives de 6 et 2,9 mètres.

Crédit photo Jungheinrich
 
 
GWSCL 2020
Entretien avec Ivanka Janssen (Philips)

Ivanka Janssen, vice-présidente senior Global Integrated Supply Chain chez Philips.

Dans le cadre de la première édition de l’évènement Global Women Leaders in Supply Chain organisé à l’initiative de B2G Consulting (voir NL 3179), nous vous proposons d’en apprendre un peu plus chaque jour sur l’une des 100 candidates à ce classement mondial des « 100 femmes leaders les plus influentes en Supply Chain ». Rappelons que la cérémonie des trophées, en distanciel, aura lieu le 24 septembre à 19h00 heure de Paris. Dans une interview réalisée en anglais par B2G Consulting, la néerlandaise Ivanka Janssen, vice-présidente senior Global Integrated Supply Chain chez Philips rappelle que l’une des qualités indispensables d’un responsable SC est son aptitude à l’auto-apprentissage permanent.

Pour lire l’interview d’Ivanka Janssen, cliquez ici

Pour voir la liste des 100 femmes leaders les plus influentes en Supply Chain, cliquez ici

Pour s’inscrire à la cérémonie des trophées du GWSCL, cliquez ici

 
 
Cobots
Universal Robots partenaire du fabricant de préhenseurs Joulin

Et un nouveau partenariat avec un spécialiste français des préhenseurs chez Universal Robots ! Après la société Coval à la fin 2019 (voir NL n°3003), le fabricant de robots collaboratifs a fait entrer l’entreprise Joulin dans son programme de partenariat / développement Universal Robots+ (UR+). Spécialisée initialement dans les solutions de dépilage/empilage dans l’industrie du bois, celle-ci s’est diversifiée depuis dans d’autres industries pour répondre à de nouvelles applications telles que la manutention de sacs ou de cartons. Universal Robots a d’ailleurs déjà certifié UR+ son préhenseur FlexGrip, une solution de préhension par ventouse mousse exploitable dans le cadre d’opérations pick & place capable de soulever jusqu’à 20 kg. Livrée avec le plugin URCap, elle compatible avec toute la gamme e-Series d’Universal Robots (UR3e, UR5e, UR10e et UR16e). « Nous sommes impatients de voir ce partenariat se développer avec l’arrivée de futurs préhenseurs répondant aux besoins des entreprises, souligne Jocelyn Peynet, directeur France d’Universal Robots. Nous appelons d’ailleurs les fabricants industriels français à suivre l’exemple de Joulin et rejoindre notre écosystème de solutions UR+, afin de continuer de développer des solutions capables d’aider les entreprises en France, et dans le monde entier, à automatiser leurs processus de fabrication ». AD

 
   
 

Universal Robot a déjà certifié UR+ le préhenseur FlexGrip de la société Joulin.

Crédit photo Universal Robots
 
 
INFOS INTERNATIONALES  

Portugal
Auchan fait la chasse aux ruptures de stocks avec Trax

L’enseigne Auchan va déployer les robots autonomes de surveillance de rayons de la société singapourienne Trax au sein de ses 34 supermarchés et hypermarchés au Portugal. Développés en partenariat avec la société de robotique allemande MetraLabs, ces robots sont dotés de systèmes de reconnaissance et d’analyse d’images. Ils se déplaceront trois fois par jour dans les allées des magasins afin de capturer en photos tous les rayonnages et allées. De ces prises de vue sont issus des rapports permettant aux équipes magasins de résoudre rapidement les problématiques liées aux ruptures produits en linéaires et aux ruptures de stocks. « Avec l'introduction des robots autonomes, nous souhaitons améliorer la productivité en magasin et optimiser la supply chain, permettant ainsi aux collaborateurs de se concentrer à 100 % sur la mission d’offrir la meilleure expérience client », confirme André Vieira, directeur numérique d’Auchan Retail Portugal. A ce jour, l’enseigne a déjà déployé le robot autonome de surveillance dans son hypermarché lisboète d’Alfragide. Rappelons par ailleurs que la société Trax a racheté en début d’année la start-up française Qopius, positionnée sur le même créneau (voir NL n°3081). AD

 
   
  Auchan a déjà mis en service le robot autonome de surveillance de rayons de la société Trax dans son magasin lisboète d’Alfragide.

Crédit photo : Trax
 
 

Allemagne
Schleich lutte contre le réchauffement climatique avec Kuehne+Nagel

Le fabricant de jouets allemand Schleich GmbH s’appuie sur le programme Net Zero Carbon de Kuehne+Nagel pour atteindre son objectif de neutralité carbone de son fret maritime. Le logisticien propose à Schleich un ensemble d’actions comprenant la sélection des itinéraires maritimes les plus respectueux de l'environnement et la compensation des émissions restantes par des certificats de CO2. JLR

 
   
  Crédit photo DR  
 

ABONNEMENT GRATUIT : CLIQUEZ ICI
Le lien quotidien qui vous relie à la communauté Supply Chain
Si l'on vous a transféré cette lettre, n'hésitez pas à vous abonner.
Si vous êtes déjà abonné, n'hésitez pas à abonner (ou à faire abonner)
vos collaborateurs et amis.

 
Faites profiter la communauté logistique de vos « scoops »
écrivez à la rédaction

Cette Newsletter touche quotidiennement 50.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble de la communauté logistique.

Jean-Luc Rognon
Rédacteur en Chef
Tél : 01 43 68 43 11
jl.rognon@info6tm.com

Maxime Rabiller
Rédacteur spécialisé
Tel. : 01 48 93 18 65
m.rabiller@info6tm.com

Armindo Dias

Chef de rubrique
Tel. : 01 81 69 80 02 a.dias@info6tm.com
Pour faire paraître de la publicité dans la NL, Supply Chain Magazine
ou sur le web, contactez-nous

Sandrine Papin

Directrice commerciale
tel : 06 11 72 34 33
s.papin@info6tm.com

Philippe Tesson

Directeur de Publicité
tel : 06 81 35 79 03
p.tesson@info6tm.com
Pour modifier vos coordonnées, merci de mettre à jour le formulaire en cliquant ici
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Tour Maine Montparnasse - Cedex 189 33, avenue du Maine 75015 PARIS
 
3 septembre 2020


septembre 2020

Mardi 15
au jeudi 17
Paris Retail Week 2020
9h-20h
Paris Expo Porte de Versailles
Pavillon 7.2


septembre 2020

Mercredi 23
et jeudi 24
TOP LOGISTICS EUROPE 2020
Lille – Grand Palais


octobre 2020

Jeudi 08
et vendredi 09 AMSTERDAM
The European RENDEZVOUS for E-Logistics


novembre 2020

Mercredi 04
et jeudi 5
TOP TRANSPORT EUROPE 2020
Marseille – Palais du Pharo

Mardi 24
au jeudi 26
TRANSPORTS and LOGISTICS MEETINGS 2020
Cannes – Palais des Festivals et Congrés

Découvrez le dernier numéro et abonnez-vous !


Spécial dossier AUTOMATISATION


Feuilletez la version 2020 de l’Annuaire de la Supply Chain


 


Pour ne plus recevoir la newsletter, suivez ce lien