Partager sur
LinkedIn Twitter Facebook
 
Est-il encore
nécessaire
de prévoir ?

Dans un monde complexe et incertain, les prévisions sont-elles encore nécessaires ? N'est-ce pas une gageure de tenter de prévoir l'imprévisible ? Et surtout n'est-ce pas l'assurance de se tromper ? Tous les logisticiens se sont un jour ou l'autre posé ce genre de questions, tant il est périlleux de s'appuyer sur des historiques de ventes pour anticiper ce qu'elles seront dans les semaines et les mois à venir. Les aléas qui peuvent survenir à tout moment et à tout niveau de la Supply Chain rendent cet exercice illusoire, surtout si l'on espère obtenir une prévision précise et fiable. Alors certains imaginent des organisations véloces et réactives pour s'en affranchir. D'autres s'en remettent à l'expérience ou à l'instinct. Mais « l'intuition n'est pas toujours bonne conseillère dès lors que l'on parle de modèles mathématiques, de facteurs d'impact ou de probabilité », explique Alexandre Gerussi de la société Vekia, dans une tribune que nous publions aujourd'hui sur le site Internet SupplyChainMagazine.fr (2). Dans cet article, l'auteur aborde 5 idées reçues sur les prévisions de ventes et leur utilisation dans la Supply Chain. Il répond à ceux qui trouvent qu'il est inutile de réaliser des prévisions, soit parce que les conditions pour aboutir à de bons résultats ne sont pas réunies (flux erratiques, trop complexes, trop de facteurs à prendre en compte...) soit tout simplement « parce que c'est trop compliqué ». Mais si l'élaboration des prévisions de vente nécessite une grande maîtrise du sujet (1), elles restent néanmoins un élément indispensable pour les pilotes de stock et de flux. L'idée n'étant pas d'aboutir à une vérité absolue, mais plutôt de réduire, autant que faire se peut, la marge d'erreur entre les ventes estimées et celles réalisées. Et ne jamais perdre de vue que si prévoir c'est se tromper, ne pas prévoir… c'est se tromper encore plus. JPG
(1) Cf. Les Prévisions de Ventes (Théorie et pratique)
6e édition Régis Bourbonnais et Jean-Claude Usunier. Economica.

(2) Pour accéder directement
à la tribune.
 
 
 
 
Immobilier
logistique
Quartus
Tertiaire
& Logistique
succède
à Abcd et étend
sa palette



L'effacement de la marque Abcd au profit de Quartus Tertiaire & Logistique (QTL) avait été annoncé au SIMI fin novembre. Le contractant général s'est en effet fondu dans le Groupe Quartus, nouvel ensemblier immobilier fondé à l'initiative de Franck Dondainas, qui portait le projet depuis 2 ans et en a pris la présidence. « Son idée était de regrouper dans un même groupe une large palette de compétences avec une approche immobilière globale, en prise avec l'évolution de la société, des besoins et des attentes. Le tout structuré en différents marchés et lignes métiers, dont une consacrée aux mondes tertiaire et logistique », explique Jean-Michel Frammery, l'ancien Directeur Général d'Abcd, devenu ipso facto DG de QTL. Pour le concepteur et réalisateur de nombreux bâtiments logistiques clés-en-main sur la décennie écoulée, cette évolution est l'occasion d'étendre son champ d'intervention dans les projets. « Nous ajoutons une corde à notre arc en tant que promoteur et développeur, avec la possibilité de prendre en charge les programmes dès leur origine », poursuit-il. Une véritable évolution culturelle : il ne s'agit plus de se concentrer uniquement sur la phase de réalisation, en s'attachant à l'optimisation financière du projet et en s'engageant sur la maitrise des coûts et du calendrier, mais aussi d'anticiper sur l'évolution du marché. Notamment en prenant position sur du foncier à développer et en portant les risques liés à la commercialisation, comme QTL le fait au nord d'Orléans sur 20 hectares sur lesquels il s'agit de réaliser 4 bâtiments logistiques de 50.000 m² chacun. Des permis de construire ont été déposés le 30 décembre, même s'ils évolueront au fil des discussions engagées avec différents utilisateurs, et la réalisation devrait débuter sur 2019-2021, note Jean-Michel Frammery, en soulignant le grand écart en termes de rythme des projets, selon qu'il s'agit de promotion ou de réalisation. Et si 2 autres projets sont en cours à Lyon et Avignon, respectivement sur 17.000 et 54.000 m², l'idée n'est pas de rester focalisés sur la dorsale, mais de s'appuyer sur le maillage du Groupe Quartus via ses agences à Nantes, Lyon, Clermont-Ferrand, Avignon, Marseille et prochainement Bordeaux. Avec sa soixantaine de collaborateurs, QTL compte ainsi atteindre 200 M€ de CA en 2017 (à comparer aux 160 M€ réalisés l'an dernier sous l'étiquette Abcd), sachant que 180.000 m² sont en développement sur le seul volet logistique et bâtiments d'activité. MR
Photo : Jean-Michel Frammery, Directeur Général,
Quartus Tertiaire & Logistique ©Quartus

 
 
Immobilier
logistique
(suite)
Quartus T&L
sur tous
les fronts

Parmi les projets illustrant la stratégie de Quartus Tertiaire & Logistique figure la construction pour UPS de sa nouvelle plate-forme de 31.300 m² sur les communes d'Evry et Corbeil-Essonnes. Son origine remonte à 2013 mais la 1ère pierre a été posée en juin dernier pour ce qui deviendra début 2018 son plus grand centre de tri en France, pour près de 100 M€ d'investissement. « Nous avions porté la propriété du terrain, décroché les autorisations pour son aménagement et cerné les besoins d'UPS, avant de lui céder le bâtiment, dont la livraison se fera d'ici quelques semaines », indique Jean-Michel Frammery, DG de QTL. Mais une autre priorité du groupe est à l'agenda : contribuer à l'évolution de l'espace urbain, en lien avec celle des usages et pour répondre aux nouvelles contraintes impactant la logistique, notamment dans l'agglomération parisienne. Un programme porté par QTL figure ainsi parmi les 3 finalistes sur un des volets de l'appel à projet de la Mairie de Paris « Réinventer Paris », portant sur l'aménagement de la zone logistique Bercy-Charenton. Idem pour l'appel à projet « Réinventer la Seine », pour lequel QTL est en lice sur le volet Port de Tolbiac, dans le 13e, pour la création d'un espace logistique avec le fleuve comme moyen d'approvisionnement, au sein d'un programme incluant des bureaux, des espaces de loisirs ou de restauration. Pour autant, QTL poursuit avec succès sa trajectoire classique de contractant général. Par exemple en réalisant le prochain centre de distribution d'Amazon France à Boves, près d'Amiens, pour le compte de Goodman. Avec 107.000 m² à faire sortir de terre en à peine 11 mois. « On voit se développer des projets de plus en plus grands, à réaliser de plus en plus vite, et avec des prérequis techniques de plus en plus poussés », relève Jean-Michel Frammery.
Une tendance surtout portée par la grande distribution et la réorganisation de ses circuits, à l'image de la plate-forme logistique de 80.000 m² dont QTL va démarrer la construction pour Intermarché à Saint-Quentin-Fallavier. Son automatisation a ainsi nécessité d'approfondir les questions de puissance électrique ou d'aménagement du dallage pour accueillir l'équipement prévu. MR
 
   
  QTL a porté de bout en bout le projet du futur centre de tri d'UPS en Essonne ©Agence France  
 
 
 
e-commere
Boxtal se lance
sur le premier
kilomètre

Boxtal (anciennement Envoimoinscher.com) va lancer dans le courant du premier semestre le service Boxtal 1er kilomètre, destiné aux e-commerçants. Selon la société, les e-commerçants utilisent aujourd'hui 4 transporteurs en moyenne pour leurs expéditions, ce qui complique grandement la gestion du premier kilomètre. Le premier kilomètre représenterait aujourd'hui environ 40% des coûts de livraison des transporteurs. « Fort de notre expérience, de nos très bonnes relations avec les transporteurs et de notre base de 50.000 clients pros dont 5.000 e-commerçants, il nous a donc semblé évident de lancer un service de collecte multi-transporteurs » a déclaré Virginie Ducrot, CEO de Boxtal. Actuellement en phase de tests, ce service payant de collecte multi-transporteurs consiste à utiliser quotidiennement un camion pour chercher tous les colis des clients de Boxtal, quels que soient leurs transporteurs utilisés, puis d'acheminer les colis vers les transporteurs respectifs qui les réinjecteront dans leur réseau. La tarification ne sera dévoilée que lors du lancement commercial. Boxtal estime que ce service représentera 20% de son CA en 2019 et sera utilisé par 35% de ses clients professionnels. JLR
Photo : Virginie Ducrot, CEO de Boxtal
 
 
Prestataires
logistiques
DHL
Supply Chain
exploitera le
futur entrepôt
Metro de
Mitry-Mory
En septembre 2017, Metro Cash & Carry France disposera d'une nouvelle plate-forme logistique de dernière génération de 57.400 m2 à Mitry-Mory (77), dans le Segro Logistics Center (voir NL n°2419). C'est DHL Supply Chain, qui travaille déjà pour Metro depuis 1992, qui en sera l'exploitant, à partir du dernier trimestre 2017. Le nouveau centre logistique va approvisionner 37 Entrepôts magasins Cash & Carry sur Paris et le quart Nord-Est de la France, ce qui représente un total de 600.000 palettes expédiées chaque année, pour des marchandises de brasserie et d'épicerie. « Ce nouveau projet illustre encore davantage le partenariat historique qui existe entre DHL Supply Chain et Metro, et valorise tout le savoir-faire que nous développons ensemble depuis de nombreuses années pour améliorer toujours plus les performances logistiques » a indiqué Douglas Taylor, PDG de DHL Supply Chain France. JLR
Photo : Douglas Taylor, PDG de DHL Supply Chain France
 
 
 
 
Avant-première
SITL
Logiparc 03
va intensifier
sa commercia-
lisation

La présence sur la SITL 2017 (14-16 mars 2017 Paris Porte de Versailles) de parc multimodal Logiparc 03 de 184 ha à Moulins dans l'Allier est d'autant plus justifiée que 2017 s'annonce une année cruciale sur le plan commercial. En effet, après une première implantation de 8.000 m2 du groupe Bosch en mars 2016 (voir NL n°2328), la phase de commercialisation va progressivement monter en puissance, au fur et à mesure que la proposition de valeur va s'enrichir. A commencer par la livraison cette année du « pôle ferroviaire » (exploité par l'opérateur Agénia et les Transports Terrancle), raccordé au réseau ferré national, qui comprendra un faisceau à trois voies de 530 m de long, des quais, des aires de stockage et de manœuvre. Par ailleurs, les Transports Bourrat vont faire construire fin 2017 début 2018 une plate-forme aux normes Seveso 3 de 18.000 m² divisible en plusieurs cellules autonomes jusqu'à 500 m². « Dans cette perspective, nous avons débuté nos démarches commerciales ciblées dans l'immédiat aux 10 départements situés autour du Logiparc 03. Près de 400 entreprises utilisant dans leurs process industriels, fabricant ou distribuant des produits classés dangereux ont été contactées ainsi que leurs unions professionnelles au plan régional et national » déclare Alexandre Planques, le Président du groupe Bourrat. A voir sur le stand L17
Photo : Alexandre Planques, Président du groupe Bourrat
 
   
 
Gestion
des pièces de
rechanges
Syncron
cartonne en
2016

En 2016, l'éditeur suédois Syncron, spécialisé dans les solutions en mode Saas (software as a service) dédiées à la gestion et à la tarification des pièces de rechange, a vécu l'année la plus prospère de son histoire, avec une hausse de 33% de son CA et une croissance mondiale de ses effectifs de 50%. L'ACV (Annual Contract Value), la valeur moyenne de ses contrats Saas à l'année a progressé de 67%. Côté expansion géographique, 2016 aura été marquée notamment par l'ouverture d'un bureau à Paris et d'un centre de recherche et développement en Inde, à Bangalore. « Les organisations les plus innovantes aujourd'hui ont compris que les services après-vente constituaient un formidable levier de croissance et d'amélioration des bénéfices » a déclaré Anders Grudén, le PDG de Syncron. Sa gamme de services Saas comprend des solutions de gestion des stocks (Inventory Management), de la tarification (Price Management), des commandes (Order Management) et des données de référence (Master Data Management). JLR
Photo : Anders Grudén, Syncron
 
 
Intralogistique
Swisslog
optimise
l'entrepôt
avec SynQ


Le spécialiste de l'intralogistique Swisslog (filiale de Kuka) lance SynQ (pour Synchronisation et IQ), une plateforme cloud dédiée à l'entrepôt. Trouvant son origine dans le système de gestion d'entrepôt WM 6, SynQ est un outil d'optimisation capable de connecter ERP, WMS, WCS en faisant le pont entre les systèmes d'informations et physiques tels que les convoyeurs, systèmes de stockage automatisés et autres robots de préparation de commandes dans le but d'assurer leur synchronisation et, par conséquent, d'optimiser les flux physiques à l'intérieur de l'entrepôt. Présenté sous forme de tableaux de bord personnalisables, SynQ propose également des modules pensés spécifiquement pour les marchés e-commerce, alimentaire, pharmaceutique et automobile. Il est par ailleurs doté de capacités d'analyse et présage ainsi une nouvelle orientation pour Swisslog, celle de l'industrie 4.0. « Le positionnement unique de SynQ, un outil qui connecte les systèmes informatiques et physiques, nous donne accès à un grand nombre de données ce qui nous permet d'entrer dans le domaine de l'analyse prédictive et prescriptive » explique Michael Howes, VP Software & Controls Hub en exclusivité pour Supply Chain Magazine,
« Nous pouvons analyser le fonctionnement des différents éléments de transitique en temps réel, identifier ceux qui ne fonctionnent pas de manière optimale et prévoir les besoins en maintenance. Nous pouvons également aider les clients à comprendre la performance de leur installation, à identifier les goulots d'étranglement, et avons même la capacité de proposer une nouvelle implantation de l'entrepôt en observant la saisonnalité des articles. Le champs des possibles est large avec cet outil et ces fonctionnalités ne sont qu'un début »
. Issu de l'acquisition de l'américain Forte il y a deux ans, SynQ est disponible de nombreuses langues et commercialisé dans le monde entier. PM
Photo : Michael Howes
 
 
INFOS INTERNATIONALES  

Etats-Unis
Amazon
s'équipe en
photovoltaïque
Jamais à court d'initiative, le e-commerçant Amazon va équiper les toits de 15 entrepôts américains (en Californie, New Jersey, Maryland, Nevada et Delaware) de panneaux photovoltaïques. Mis bout-à-bout, ces installations produiront 41 mégawatts d'électricité « verte », de quoi fournir jusqu'à 80% des besoins des entrepôts, même équipés de centaines de robots Kiva comme c'est le cas à Patterson, en Californie. « Nous voulons contribuer à générer davantage d'énergie renouvelable aussi bien avec nos bâtiments existants que ceux à venir, ici et partout dans le monde » commente Dave Clark, Senior Vice President of Worldwide Operations. 50 entrepôts Amazon en tout doivent en effet se convertir à l'énergie solaire d'ici 2020. Il ne s'agit pas de la première initiative verte d'Amazon, l'é-commerçant a déjà fait construire des champs de panneaux solaires (six sont en cours de construction en Virginie, bons pour 260 MW) ainsi que des champs d'éoliennes dans l'Indiana, la Caroline du Nord, l'Ohio, la Virginie et au Texas. Ceux-ci contribuent à alimenter en électricité les data centers d'Amazon Web Services. Ensemble, ces champs d'éoliennes, existants et en futurs, produiront un total de 3,6 M MW. Amazon précise par ailleurs qu'il est le premier acheteur corporate d'énergie verte aux Etats-Unis. PM
 
   
 

Suède
+43,2% pour
le fabricant
de terminaux
durcis
JLT en 2016

Le constructeur suédois de terminaux et tablettes durcis JLT Mobile Computers a enregistré en 2016 des ventes en croissance de 43,2%. Son CA s'établit à 126,9 M SEK (couronnes suédoises), soit 13,2 M€ et sa marge nette à 13 M SEK (1,362 M€), soit 10,2% du CA. Outre la qualité de ses produits et sa focalisation sur le marché haut de gamme, JLT explique cette performance par le renouvellement de matériels qui avait été remis à plus tard suite à la crise économique de 2009, par la signature de nouveaux revendeurs dans la zone Emea et le renforcement de sa présence en Amérique du Nord. La dépréciation de la couronne suédoise a par ailleurs été bénéfique au bilan de la société. Pour faire face à cette croissance, JLT a plus que doublé ses capacités de production à la fois en Suède et aux USA où il est présent depuis 2014. 2017 devrait être une autre année très positive avec une prise de commandes de 129 M SEK (13,52 M€) en partie réalisée auprès de nouveaux clients, notamment la filiale américaine d'un très grand transporteur international. PM
Photo : Per Holmgberg,
CEO de JLT Mobile Computers
 
 

ABONNEMENT GRATUIT : CLIQUEZ ICI
Le lien quotidien qui vous relie à la communauté Supply Chain
Si l'on vous a transféré cette lettre, n'hésitez pas à vous abonner.
Si vous êtes déjà abonné, n'hésitez pas à abonner (ou à faire abonner)
vos collaborateurs et amis.

 
 
Jean-Philippe Guillaume
Directeur des rédactions
Faites profiter la communauté logistique de vos « scoops »

écrivez à la rédaction : jph.guillaume@scmag.fr
Cette Newsletter touche quotidiennement 50.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique
à l'ensemble de la communauté logistique.
 
Contacts, POUR FAIRE PARAÎTRE DE LA PUBLICITÉ
dans « Supply Chain Magazine » (sur le Web ou dans le mensuel papier)
 

Karine Dino
Attachée commerciale
Tél. 01 48 93 26 87
karine.dino@scmag.fr

Audrey Zugmeyer
Directrice de la publicité
Tél : 01 41 79 56 21
audrey.zugmeyer@scmag.fr
 
 
Pour modifier vos coordonnées, adressez un e-mail à : abonnement@scmag.fr  
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 
6 mars 2017

MARS 2017

Mardi 14 au
Jeudi 16
Salon SITL
« Semaine
internationale
du transport
et de
la logistique »

Paris Porte de
Versailles
Pavillon 1



Jeudi 23

Séminaire
Supply Chain
Performance
DYNASYS/
WAVESTONE
« S&OP / IBP / :
un levier
de création
de valeur pour
l’entreprise,
dans un
environnement
turbulent »

Témoignage RPC
De 8h30 à 12h15
Hôtel d'Aubusson
Paris 6e


Jeudi 23
Conférence AZAP
« Accompagner
efficacement sa
croissance en
pilotant mieux
ses prévisions
& ses appro-
visionnements
»

Témoignage :
Stokomani
Partenaire :
SCMagazine
De 8h30 à 11h00
Terrass'Kardinal
Paris 5e


Jeudi 23
Symposium
Européen
TXT Retail
« European
Planning event
Dedicated
to End-to-End
Merchandise
Lifecycle
Management »
Avec le témoignage
d’Adidas, Furla,
Pandora, DFS,
Sonae, NYDJ
Sofitel Legend

The Grand
Amsterdam


Jeudi 23 et
Vendredi 24

Formation
EURODECISION
« Comment
optimiser ses approvision-
nements pour
une meilleure
gestion
des stocks ?
»
Lieu :
Eurodecision
Versailles (78)


Mardi 28

Conférence
DIAGMA
« Comment
concevoir, mettre
en œuvre
& valoriser
votre stratégie
d'achat
transport ? »

Témoignages de :
Carrefour,
Tetrapak & Cabot
Partenaire :
SCMagazine
De 8h30 à 12h00
City Chateauform
Paris 8e


AVRIL 2017

Mercredi 19
Les rencontres
PROLOGIS
« Prenez de
la hauteur sur
la Supply Chain »

Partenaire :
SCMagazine
Sur invitation