Partager sur
LinkedIn Twitter Facebook
Logistique
urbaine
L'ORIE donne
la mesure
d'un enjeu
stratégique en
Ile-de-France
Mardi dernier, un colloque consacré à la logistique urbaine a réuni tout le panel des métiers de l'immobilier regroupé sous la bannière de l'Observatoire Régional de l'Immobilier d'Entreprise (Orie). Il s'agissait de restituer à ses 150 membres les résultats d'un vaste travail d'analyse et de concertation mené depuis plus d'un an, et synthétisé dans son étude « Logistique urbaine, un enjeu stratégique pour les territoires franciliens ». Le sujet s'était imposé à l'agenda en lien avec la forte croissance du e-commerce, de l'ordre de 8% par an en France, d'autant plus que les centres-villes lui servent de zone de lancement et d'expérimentation des nouveaux services, comme le raccourcissement des délais de livraison. Un point souligné par Philippe Lemoine, directeur général de la Société de la Tour Eiffel et copilote de cette étude de l'Orie. Pour autant, celle-ci a bien intégré que cette composante BtoC cohabite avec la chaine logistique BtoB des entrées/sorties de marchandises/déchets dans l'agglomération, qui dépassent largement les enjeux strictement e-commerce. Songez que chaque jour au sein de l'agglomération, 55 kg de marchandises sont déplacés par francilien ! Le résumé livré par Jonathan Sebbane, directeur général de Sogaris et second copilote de l'étude, a confirmé que cette problématique de la logistique urbaine ne se réduit pas au sujet des livraisons du dernier km, mais englobe l'ensemble des flux de marchandises et leurs conséquences en termes d'organisation et d'immobilier logistiques, en tenant compte des enjeux économiques et surtout environnementaux tels que la congestion francilienne ou de la réduction de la pollution atmosphérique ou sonore. L'un des enjeux-clés recensés par l'étude : appréhender la logistique urbaine comme une fonction de la ville à part entière, sachant que les besoins en la matière sont très supérieurs aux espaces actuellement en développement. Un autre enjeu tient à l'accompagnement de la constitution d'un marché de la logistique urbaine, qui doit reposer sur une action commune entre acteurs publics et acteurs privés, en considérant le sujet comme un levier de compétitivité et d'innovation au service du développement de la ville. Enfin, dernier enjeu-clé : l'implantation de sites à l'échelle de l'ensemble du bassin logistique, à la fois aux portes d'entrées des villes et au sein des quartiers urbains, qui doit s'accompagner d'une réorganisation des flux de marchandises afin d'effectivement réduire les nuisances dues aux flux de marchandises. MR
Retrouvez les préconisations de l'ORIE
dans la newsletter de demain
 
   
  Philippe Lemoine, dg de la Société de la Tour Eiffel,
et
Jonathan Sebbane, dg de Sogaris. ©M.Rabiller
 
   
  Typologie des actifs de l'immobilier logistique ©Sogaris  
 
 
 
Chaussures
Un WMS pour
mieux gérer
les pics
de Mephisto
Gérer la préparation de commandes sans un WMS adapté est parfois l'enfer. Mephisto l'a bien compris et s'est doté en 2015 de la solution inconsoWMS eXtended. L'objectif principal du fabricant de chaussures était de gagner en réactivité et en qualité de service. Après quelques semaines d'analyse fonctionnelle, l'éditeur a configuré le système et l'a mis en service en deux étapes dans son centre de distribution de Sarrebourg, en Moselle : la première au mois de juillet 2016 pour la partie réception et la deuxième en janvier 2017 pour les flux d'expédition. Sur la partie réception, plusieurs processus ont été implémentés. Un module de contrôle qualité permet aux opérateurs, une fois la marchandise dans l'entrepôt, via des gammes de contrôle paramétrables, de s'assurer de la conformité des produits. Pour pallier les pics de saisonnalité et gagner en productivité, un flux cross dock a été déployé. Les colis préparés sont ensuite rangés en stock jusqu'à la date d'expédition souhaitée par les clients. Ainsi, l'entreprise ne manutentionne les paires de chaussures qu'une seule fois avant l'expédition. Pour la partie expédition, deux grands types de flux ont été mis en place, à savoir la préparation des gros volumes via une configuration en pick and pack et la préparation des petits volumes en picking groupé, ventilation et emballage. Un convoyeur chargé d'acheminer la marchandise depuis la préparation des commandes (en étage) vers le rez-de-chaussée, a été installé. Toute la partie éditique est positionnée sur le chemin des colis, lesquels sont dirigés par le système vers sa zone de regroupement avant expédition. Mephisto est une entreprise française qui a été créée en 1965. Plus de 20 000 paires de chaussures sont fabriquées quotidiennement de façon traditionnelle et sont acheminées dans plus de 18.000 points de vente répartis dans 80 pays. JPG  
   
 
Nomination
Jean-Marc
Viallatte
à la tête de
la supply chain
d'Arkema


Arrivé le 1er janvier, le nouveau Directeur de la Supply Chain du groupe chimique Arkema s'appelle Jean-Marc Viallatte. Agé de 45 ans, cet ingénieur IFMA (Institut Français de Mécanique Avancée), diplômé en ingénierie de production à l'Université de Cambridge et certifié APICS, était VP Global Supply Chain EMEA chez Tarkett, le spécialiste des revêtements de sol et de surfaces sportives, pour lequel il a notamment mené un grand projet de transformation supply chain au niveau mondial.
Auparavant, il travaillait au sein du groupe Hamelin (produits scolaires et bureautiques) comme directeur général filiale puis comme DG en charge des opérations, de la supply chain et des systèmes d'information. Présent dans une cinquantaine de pays avec 20.000 collaborateurs, le groupe Arkema compte trois pôles d'activités, Matériaux Haute Performance, Spécialités Industrielles, et Coating Solutions, et réalise un CA de 7,5 Mds€. JLR
 
 
 
 
Avant-première
SITL
Le Safe-T-Signal
de Rite-Hite
en démo sur
le Smart Hub
L'équipementier allemand Rite-Hite sera présent sur la SITL 2018 (20-23 mars 2018, Paris Nord Villepinte), non pas avec un stand classique, mais au sein du Smart Hub, cet espace de démonstration en décor immersif installé sur la partie Intralogistics du salon. Le nouveau produit qu'il y présentera est dénommé Safe-T-Signal, un système d'alerte qui détecte les mouvements de piétons, engins de manutentions dans les zones de circulation, dans un entrepôt, pour prévenir d'un danger de collision. Conçu pour 2, 3 ou 4 voies de circulation, l'équipement est fixé au plafond à une hauteur comprise entre 3 et 4,8 m. Il est doté de capteurs de mouvements et permet d'afficher sur chacune de ses quatre faces deux type de signaux lumineux LED (panneau rouge stop, triangle orange) en fonction des situations. Quand un mouvement approchant n'est détecté que dans une seule direction, le système affiche par exemple le signal triangulaire orange sur les autres faces, mais si deux véhicules ou piétons sont en approche, les faces du Safe-T-Signal concernées affichent un signal stop rouge, alors qu'un triangle orange est affiché pour les autres. Dans ce cas, le Safe-T-Signal projette en outre un signal lumineux bleu au sol, à l'intersection, pour prévenir du danger de collision.
A voir sur Intralogistics dans le Hall 6, sur le Smart Hub
 
   
 
E-commerce
Amazon
annonce
2.000 créations
d'emplois
pour 2018
Alors que de son côté Carrefour annonçait le mois dernier son projet de suppression de 2.400 postes, Amazon communique aujourd'hui sur son intention de créer 2.000 emplois en CDI en France en 2018, ses effectifs dans l'Hexagone passant ainsi de 5.500 à 7.500 à la fin de l'année. Les candidats recherchés vont du préparateur de commande à l'ingénieur expérimenté, avec différents niveaux d'expérience, de formation et de compétences, pour travailler dans le réseau existant des cinq centres de distribution, des centres de tri ainsi que dans les agences de livraison d'Amazon situés partout sur le territoire.
« Les postes proposés dans les centres de distribution d'Amazon sont associés à des salaires et des avantages sociaux compétitifs, ainsi qu'à des opportunités de carrière. Je me réjouis à la perspective d'accueillir et de former de nouveaux collaborateurs sur nos sites logistiques en 2018 »
a déclaré Ronan Bolé, Directeur des Opérations France chez Amazon. JLR
Photo ©Julien Lutt
 
   
 
 
 
Identification
automatique
La marque
Printronix
Auto ID ne
disparaîtra pas
sous
la bannière
TSC
« Nous avons mis en place une organisation efficace avec deux marques fortes, TSC et Printronix Auto ID, soutenues par un excellent service et support » a récemment déclaré Amine Soubai, nommé début janvier à la direction générale de TSC Auto ID Technology EMEA (voir NL n°2640). Cet ancien Directeur EMEA de Printronix AutoID, l'ex-division Thermique/AIDC de Printronix rachetée par le constructeur taïwanais d'imprimantes TSC Auto ID Technology en 2016 (voir NL n°2159), a justement pour mission de réorganiser et d'unifier les structures commerciales et marketing des deux activités, en positionnant le groupe TSC comme un fournisseur de solutions globales avec une offre complète de produits et de services sur le marché des imprimantes thermiques de codes à barres. JLR
Photo : Amine Soubai, Directeur général de TSC Auto ID Technology EMEA
 
 
INFOS INTERNATIONALES  

Allemagne
Digitalisation de
la déclaration
des matières
dangereuses
Fraport, l'opérateur de l'aéroport de Francfort et Dakosy, son partenaire IT, ont signé un accord en vue du développement d'un portail digital dédié aux matières dangereuses, une première mondiale selon eux. L'outil collaboratif reliera l'ensemble des acteurs, qu'il s'agisse de la compagnie aérienne, du commissionnaire, du manutentionnaire ou des chargeurs. Ces derniers y soumettront leurs déclarations en douane de manière électronique. Les erreurs pourront ainsi être détectées durant la procédure et corrigées avant l'arrivée des marchandises et non après comme c'est actuellement souvent le cas. Un pilote sera prochainement lancé avec la participation de plusieurs chargeurs qui ont fait part de leur vif intérêt pour cette solution. PM  
   
 
 
 

Etats-Unis
Le plan de
reconstruction
de Trump
passe mal

Plus d'un an après avoir promis un plan d'investissement d'au moins 1.000 Mds $ dans les infrastructures de transport, la Maison Blanche revoit sa copie. Il s'agit désormais d'un plan de 1.500 Mds $, mais l'enveloppe fédérale s'élève à seulement 200 Md $, le reste étant laissé à la charge des états, collectivités locales et investisseurs privés. Pour l'American Trucking Association (ATA), l'association du transport routier américain qui s'était pourtant réjouie de l'élection de Donald Trump, ce plan jugé flou et inefficace a des allures de coup de poignard dans le dos. « Nous sommes ravis que le Président porte le dossier des infrastructures sur le devant de la scène, mais pour répondre aux besoins de notre nation, il est essentiel que nous trouvions des sources de revenus réelles, immédiates et justes telles que le Build America Fund. Le plan de la Maison Blanche ouvre le débat mais tombe loin de la promesse de campagne car il n'apporte pas l'investissement fédéral requis. Une proposition basée sur de faux plans budgétaires tels que les péages et la privatisation des aires de repos ne générera pas les rentrées nécessaires à l'amélioration des infrastructures » assène Chris Spear, Président et CEO de l'ATA. Selon lui, l'Amérique se dirige tout droit vers un précipice budgétaire dont les infrastructures de transport ne se remettront pas, pas plus que les générations futures qui se retrouveront à devoir payer l'ardoise. PM
Photo : Chris Spear, Président et CEO de
l'American Trucking Association durant sa visite
à la Maison Blanche en mars 2017
 
 

Émirats Arabes
Unis
Lancement
d'une base
de données sur
la logistique
humanitaire
Les Émirats Arabes Unis ont lancé le 11 février une base de données sur les services logistiques humanitaires, lors du sommet mondial des gouvernements à Dubaï. Annoncée par Son Altesse Royale la princesse Haya bint Al Hussein, présidente de la Cité Humanitaire Internationale, cette base améliorera la rapidité et l'efficacité de l'aide humanitaire et des interventions d'urgence, via une plate-forme centralisée d'information en temps réel sur les urgences, les approvisionnements et les services logistiques. Elle doit renforcer la collaboration entre les organisations d'aide dans la région. CC
 
 
  Princess Haya bint Al Hussein Chairperson ©AETOSWire  
 

ABONNEMENT GRATUIT : CLIQUEZ ICI
Le lien quotidien qui vous relie à la communauté Supply Chain
Si l'on vous a transféré cette lettre, n'hésitez pas à vous abonner.
Si vous êtes déjà abonné, n'hésitez pas à abonner (ou à faire abonner)
vos collaborateurs et amis.

 
 
Jean-Philippe Guillaume
Directeur des rédactions
Faites profiter la communauté logistique de vos « scoops »

écrivez à la rédaction : jph.guillaume@scmag.fr
ou : jean-luc.rognon@scmag.fr
Cette Newsletter touche quotidiennement 50.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique
à l'ensemble de la communauté logistique.
 
Contacts, POUR FAIRE PARAÎTRE DE LA PUBLICITÉ
dans « Supply Chain Magazine » (sur le Web ou dans le mensuel papier)
 

Nathalie Bier
Directrice de clientèle
Tél. 01 43 76 64 53
nathalie.bier@scmag.fr

Audrey Zugmeyer
Directrice de la publicité
Tél : 01 41 79 56 21
audrey.zugmeyer@scmag.fr
 
 
Pour modifier vos coordonnées, adressez un e-mail à : abonnement@scmag.fr  
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 
15 février 2018

MARS 2018

Mardi 20 au
vendredi 23
SITL
Europe 2018/ Intralogistics
Europe

Parc des
expositions
Paris Nord
Villepinte
Hall 6

Mardi 27
Journée DSCP
Dynasys
« Transformation
digitale : votre
Supply Chain
est-elle
tendance ? »

Partenaire :
SCMagazine
De 8h30 à 17h15
Palais Brongniart
Paris




AVRIL 2018


Jeudi 5

Soirée de Gala
de l'Agora du
Supply Chain
Management

Pavillon
d'Armenonville
Paris 16e


Lundi 23 au
vendredi 27

CeMAT 2018
Hanovre
Allemagne